Articles

Les immeubles projetés

Orbe: une résidence pour les seniors Rive droite

Dans un communiqué, la commune d’Orbe envisage la création d’un projet « rive droite », qui va permettre de développer une soixantaine d’appartements protégés de 2,5 à 3,5 pièces pour les gens âgés. Devant le vieillissement de la population, la commune veut augmenter son offre dans un canton qui est en retard par rapport au reste de la Suisse. Vaud ne pointe qu’en 20e position (sur 26 cantons) dans la mise à disposition de lits d’EMS.

Au bas de la ville, mais proche du futur centre commercial de Gruvatiez, ce complexe de trois immeubles sera assez peu éloigné du centre-ville grâce à une passerelle qui enjambera l’Orbe. Un quartier qui sera aussi desservi par l’Urbabus. En outre, la future permanence médicale pourrait prendre place au rez de l’un de ces immeubles qui seront aménagés de façon à faciliter leur accès et d’utilisation aisée pour les seniors. En outre, une surveillance médicale 24 heures sur 24 est assurée dans les appartements protégés.

Mercredi 12 avril

Ce projet constitue une nouvelle pièce du puzzle urbanistique visant à assurer le développement pérenne de la commune pour ces prochaines décennies. Propriétaire du terrain, la ville devra cependant obtenir du canton le droit de construire ces appartements en zone industrielle, comme cela s’est fait ailleurs dans le Pays de Vaud. Pour en savoir davantage sur ce projet, il s’agira de vous rendre le mercredi 12 avril à 19 heures à l’Hôtel de Ville où des panneaux explicatifs et différents intervenants répondront à vos questions.

Le sort de ces jardins derrière le collège Montchoisi semble être scellé.

Deux millions et une petite heure

Le sort de ces jardins derrière le collège Montchoisi semble être scellé.

Le sort de ces jardins derrière le collège Montchoisi semble être scellé.

Hôtel de ville – Conseil communal d'Orbe

Deux millions c’est le crédit supplémentaire accordé par le Conseil communal aux travaux de l’Hôtel de Ville; une petite heure, c’est le temps qu’aura duré cette séance de rentrée de vacances.

Décrite comme ça hors contexte, cette somme peut paraître énorme, mais au vu des circonstances cela semble un bon investissement sur le long terme. Je ne vais pas revenir en détails sur ces travaux qui ont été traités en long et en large dans nos colonnes la semaine passée.

Juste relever que les locaux de l’Hôtel de Ville sont vétustes et de ce fait, les conditions de travail pour les employés et les usagers ne sont pas toujours idéales avec des pointes de chaleur à 30°. L’isolation va être revue de fond en comble, ce qui en plus d’améliorer le confort des locaux, va permettre de substantielles économies d’énergie.

Les changements prévus sont au niveau des fenêtres, triple vitrage et de l’isolation des façades et une meilleure circulation de l’air pendant la nuit. Du coup, la distribution des services et bureaux a été complètement revue et permettra une meilleure optimisation des espaces, que celle prévue initialement.

Baisse des impôts communaux mais hausse des cantonaux

La bonne nouvelle d’une baisse de 6 points des impôts communaux sera malheureusement douchée par sa corollaire qui sera une hausse des impôts cantonaux. Par des calculs subtils, la péréquation financière entre le canton et les communes, va permettre un report de charges de la part des communes sur le canton mais du coup le canton pour le financer doit augmenter ses recettes.

De son côté, la Municipalité urbigène va proposer une taxe sur les boissons alcoolisées à l’emporter.

Liaison vers le giratoire de Montchoisi

Lors du nouveau plan de quartier Plamont-Montchoisi, celui-ci prévoyait un prolongement du chemin du Suchet jusqu’à la route de Montcherand, qui a déjà été réalisé et également au nord vers le giratoire de Montchoisi. C’est sur ce tronçon que le préavis soumis à la commission va porter.

Avenir des jardins familiaux

Jean-Marc Bezançon a interpellé la Municipalité sur sa politique en matière de jardins familiaux dont plusieurs parcelles sont menacées par différents projets de construction. De nouveaux bâtiments scolaires seront vraisemblablement construits derrière le collège de Montchoisi et des immeubles sont prévus dans le quartier sous la Tour carrée.

Ces espaces de verdure et de convivialité ne doivent pas être détruits sans autres, mais faire l’objet d’une réflexion plus générale sur leur rôle et être remplacés estime le conseiller socialiste.

Liaison du chemin des Vaux au Puisoir

Par un courrier adressé à la Municipalité, Etienne Jaccard s’est inquiété des réalisations promises mais non effectuées au chemin des Vaux; de haies non remplacées et surtout la servitude publique reliant le chemin des Vaux au Puisoir toujours pas créée, obligeant ainsi les écoliers à un long détour par le centre ville pour se rendre au Puisoir.

Jacques-André Mayor a relevé que le retard avait été dû aux nombreuses oppositions, mais comme elles ont été toutes levées, les travaux vont bientôt pouvoir commencer pour construire un cheminement depuis le chemin des Vaux jusqu’à la passerelle menant au Puisoir.

Photo Natacha Mahaim

Orbe : le cap des six mille habitants franchi

Le syndic Claude Recordon, Steve Martignier avec son amie Dumbia Da Venda.

Le syndic Claude Recordon, Steve Martignier avec son amie Dumbia Da Venda.

Ils étaient près de huitante habitants à avoir répondu à l’invitation de la Municipalité pour faire connaissance avec leur nouveau lieu d’habitation. Le syndic a présenté la localité dans ses grandes lignes avant de transmettre la parole aux municipaux qui ont évoqué leur dicastère.

Les nouveaux venus ont pu se rendre compte que les autorités étaient tournées vers l’avenir. Plusieurs projets sont en passe de réalisation comme la Garderie Saint-Claude, qui accueillera 66 petits enfants dans le premier semestre de 2011, la caserne des pompiers dont le projet de construction prend forme et s’implantera, à proximité de l’entreprise Nestlé et au bord de la route de contournement.

Sur le plan scolaire, l’extension du site de Montchoisi est au programme tout comme l’ouverture d’une UAPE, sans oublier le projet Pôle Sud qui devrait permettre l’implantation d’une zone d’habitation d’envergure.

Un geste salvateur

Au terme de la partie officielle, le syndic a remis quelques présents à la 6000e habitante urbigène, en la personne de Mlle Dumia Da Venda (encadré).

Il a aussi remis un cadeau à la famille de Valérie et Patrick Malignon, qui avait non seulement donné l’alerte lors de l’incendie des immeubles des Terreaux mais qui avait prévenu les locataires du sinistre, évitant ainsi des drames humains.

Mieux que Montreux !

Dans le cadre des conversations avec ces nouveaux Urbigènes, il s’est avéré qu’il est toujours difficile de trouver des logements à Orbe. D’une manière quasi unanime, les familles sont heureuses d’avoir choisi notre petite ville pour y vivre.

Un ancien Montreusien a même confié que la cité était mieux achalandée que son ancien fief, car il trouvait ce qui lui était nécessaire alors que la cité du bord du lac Léman n’a plus de boucherie artisanale, ni de Coop.

Au cours de la verrée qui a suivi la manifestation officielle, plusieurs personnes ont pu faire connaissance et certains se sont même trouvés des liens de parenté ignorés.

Tout cela dans une ambiance agréable au cours de laquelle les conversations allaient bon train. L’occasion aussi pour l’Omnibus de souhaiter la bienvenue  aux nouveaux habitants d’Orbe.

Elle est la 6000e

Le 16 octobre dernier, Dumia Da Venda venait déposer ses papiers au contrôle des habitants, devenant du même coup la 6000e habitante de la localité. C’est en faisant la connaissance de son ami, Steve Martignier de Vaulion, que cette jeune Portugaise de Santarem (centre du pays) a tranquillement envisagé de quitter Nyon où elle résidait.

Comme son compagnon travaille dans l’horlogerie à la Vallée de Joux et elle à Genève dans le domaine bancaire, il a fallu trouver un appartement à mi-distance pour que le couple puisse développer sa relation et c’est à Orbe qu’ils ont finalement jeté l’ancre.

Fine cuisinière

Contrairement à Steve qui a vécu les premiers mois de sa vie à Orbe, Dumia ne connaissait pas la localité. C’est pourquoi elle est venue se rendre compte de l’endroit et a apprécié le centre de ville où tous les commerces sont réunis sur un petit périmètre comme les différentes administrations.

Les jeunes gens ont trouvé refuge aux Covets. La présence de la rivière a été aussi déterminante dans le choix, dans la mesure où Dumia apprécie l’eau et les poissons. Elle est du reste bonne cuisinière.

Mais, pour que Steve apprécie pleinement les talents culinaires de sa compagne, elle espère trouver un emploi ailleurs qu’à Genève car les trajets sont longs et ne lui permettent pas de «gâter» l’horloger de l’Orient!

Texte : Jean-Jacques Dupuis, photo Pierre Mercier