Articles

Construction nouvelle juste terminée et grues sur les chantiers suivants.

Ballaigues: taux d’impôt stable

Au début du mois de septembre, l’exécutif ballaigui a proposé en préavis la reconduction pour un an du taux d’impôt communal fixé à 66 % du taux cantonal de base. Une retenue dictée par les incertitudes dues à l’avenir de la RIE III, dans sa version cantonale vaudoise uniquement. Le Canton n’avait encore juste pas annoncé qu’il verserait 50 millions de francs aux communes – pour l’instant durant une année – afin de compenser partiellement les effets négatifs du dispositif. Ceci se traduira pour Ballaigues par un retour cantonal de près de Fr. 500 000.– – calculé selon le revenu fiscal des personnes physiques et morales. L’Exécutif avait même prévu de demander un relèvement du taux d’impôt de 5 à 10 points à terme, si le délibérant voulait que l’on maintienne en 2019 et plus tard les investissements et le bien-être communal au niveau de celui des années antérieures. Réuni lundi soir sous la présidence de Jean-Luc Leresche, le Conseil communal a pu prendre connaissance du rapport de la commission des finances sur ce point, qui allait parfaitement dans la ligne de l’Exécutif. Son président, Nathanaël Bourgeois, a précisé qu’aux yeux de la commission « il était urgent d’attendre pour voir ». C’est finalement sans discussion que l’avis de la commission a recueilli une grande majorité des suffrages. Le taux sera donc maintenu à 66% pour un an, comme prévu. À noter que le principe de sa révision une fois par année a été expressément salué, en ces temps d’incertitudes en matière de finances publiques.

Retour de Carpostal

La commune recevra en 2019 une partie du retour de 2,1 millions de francs prévus pour le canton de Vaud dans le cadre de l’affaire Carpostal.

ORPC

Le rapport de la commission intercommunale de gestion dans l’affaire Claude Rütishauser a provoqué la colère froide du syndic Raphaël Darbellay. Il a déploré l’attitude des membres du CODIR qui osent rester en place sans envisager de démissionner, la seule décision qui serait concevable à ses yeux, en présence d’un rapport de gestion aussi critique à leur égard.

Pas d’achat de terrain en vue

Un postulat de Nathanaël Bourgeois proposait à l’exécutif d’acquérir les 15 000 mètres carrés et la halle industrielle de Bourgeois Vins Uvavins en vente à l’entrée ouest du village. Le syndic a expliqué pour quelles raisons – rentabilité financière de l’opération – la Municipalité a proposé de renoncer à l’acquisition du bien-fonds, qui est en vente depuis plusieurs années sans rencontrer d’amateurs intéressés. Une position soutenue par l’ADNV, consultée pour ce cas.

L’hôtel de Ville d’Orbe.

Orbe: petit survol du budget 2018

Juste en dessous du seuil des 40 millions de charges, avec un excédent de charges de 1 million, le budget 2018 de la Cité aux Deux Poissons constitue un sujet de satisfaction pour l’exécutif, ainsi que l’a rappelé le syndic Henri Germond lors de la dernière séance du conseil communal. Sujet de satisfaction non pas en raison du déficit escompté lui-même, mais de sa hauteur qui se réduit. Charges et produits sont sous un contrôle permanent.

Baisse globale des charges

Le budget reflète une baisse des charges de 1% par rapport à celui de l’année 2017. Le mouvement à la baisse se remarque aussi par rapport à la hausse de 5% sur ce poste général qui avait caractérisé les budgets des années 2015 et 2016. Il faut se souvenir que l’exécutif avait décidé de geler les engagements pour toute l’année civile 2017, ce qui est passé des intentions aux actes effectifs. Certains services auront en revanche besoin en 2018 d’un effectif un peu plus important pour pouvoir faire face aux tâches toujours plus nombreuses et complexes qui leur sont confiées. On pense en particulier à l’administration générale et au greffe municipal qui sera doté d’un temps partiel supplémentaire qui s’avère indispensable.

Des produits évalués prudemment

Du côté des produits, on nage dans les incertitudes résultant de la mise en œuvre de la RIE III cantonale prévue dès 2019. Mais comme le projet de RIE II fédérale n’a pas passé le couperet du vote populaire, les incidences cantonales de sa non-entrée en application qui elles aussi ne devraient se manifester qu’en 2019, l’exécutif urbigène a décidé d’être prudent pour le budget 2018 en anticipant le choc à venir de la baisse de revenus de l’impôt sur les sociétés. Pour ce faire, il a donc diminué volontairement ces recettes.

Travaux routiers en vue

Du côté des bâtiments et domaines, l’engagement d’une nouvelle personne est prévu pour venir en appui au service du cadastre et de l’urbanisme. Des mesures de réorganisation sont aussi à venir au niveau de la conciergerie.

Concernant les travaux, la charge qui augmente le plus concerne les routes, pour lesquelles plusieurs préavis vont se réaliser, soit qu’ils soient déjà approuvés ou encore à présenter. On pense en particulier aux zones 30 km/h, au carrefour de la route du Signal et de la route de Valeyres, ou au réaménagement de la route de Granges Saint-Martin.

Charge scolaire en légère diminution

Du côté des écoles, que ce soit au primaire ou au secondaire, la part aux frais des établissements scolaires diminue globalement d’environ Fr. 130 000.–, en raison entre autres de l’abandon de locations à la commune des Clées, à celle de l’Abergement ou encore à une réadaptation des charges relatives aux Portakabins de Montchoisi.