Articles

Les immeubles projetés

Orbe: une résidence pour les seniors Rive droite

Dans un communiqué, la commune d’Orbe envisage la création d’un projet « rive droite », qui va permettre de développer une soixantaine d’appartements protégés de 2,5 à 3,5 pièces pour les gens âgés. Devant le vieillissement de la population, la commune veut augmenter son offre dans un canton qui est en retard par rapport au reste de la Suisse. Vaud ne pointe qu’en 20e position (sur 26 cantons) dans la mise à disposition de lits d’EMS.

Au bas de la ville, mais proche du futur centre commercial de Gruvatiez, ce complexe de trois immeubles sera assez peu éloigné du centre-ville grâce à une passerelle qui enjambera l’Orbe. Un quartier qui sera aussi desservi par l’Urbabus. En outre, la future permanence médicale pourrait prendre place au rez de l’un de ces immeubles qui seront aménagés de façon à faciliter leur accès et d’utilisation aisée pour les seniors. En outre, une surveillance médicale 24 heures sur 24 est assurée dans les appartements protégés.

Mercredi 12 avril

Ce projet constitue une nouvelle pièce du puzzle urbanistique visant à assurer le développement pérenne de la commune pour ces prochaines décennies. Propriétaire du terrain, la ville devra cependant obtenir du canton le droit de construire ces appartements en zone industrielle, comme cela s’est fait ailleurs dans le Pays de Vaud. Pour en savoir davantage sur ce projet, il s’agira de vous rendre le mercredi 12 avril à 19 heures à l’Hôtel de Ville où des panneaux explicatifs et différents intervenants répondront à vos questions.

Une partie de l'assistance

Vallorbe: la Cité du fer croît régulièrement

Ce sont plus d’une centaine de nouveaux habitants de Vallorbe qui se sont retrouvés sur la presqu’île du Musée du fer à l’invitation de la Municipalité pour assister à la réception donnée, comme chaque année, en l’honneur des nouveaux arrivants. «De juin 2015 à juin 2016, le nombre d’arrivés s’est élevé à 283 personnes», a précisé le syndic Stéphane Costantini dans son allocution. Une croissance régulière et qui a tendance à s’accentuer ces dernières années. On notera que Vallorbe compte actuellement un peu moins de 4 000 habitants, un total identique à sa population du début du 20e siècle, et ceci avant la construction du tunnel du Mont d’Or.

Durant cette construction, soit juste avant 1915, la population avait atteint le nombre de 5˚300 résidents, avec l’arrivée des étrangers employés au chantier du Tunnel. Comme de coutume, le syndic a présenté rapidement le fonctionnement institutionnel de la commune, ainsi que les dicastères de ses municipaux. Une quinzaine de représentants des 50 sociétés locales avaient fait le déplacement pour se tenir à disposition des invités durant l’apéritif qui leur a été préparé et servi par les huissiers du Conseil communal.

Raisons professionnelles ou familiales

Nombre de nouveaux arrivants sont jeunes, à l’image de Stéphanie et de sa fille Maja, qui aura très bientôt un petit frère, et qui ont choisi Vallorbe pour deux raisons: parce que le papa travaille dans une entreprise locale et que le couple a acheté une maison sur le territoire communal. Pour d’autres, plus âgés, comme Yvette qui «remonte» régulièrement la vallée de l’Orbe après avoir vécu 10 ans à Orbe et une quinzaine d’années à Lignerolle, c’est la proximité de la nature avec la localité qui a joué le rôle déclencheur.

D’une façon générale, ces migrations ont pour motifs des obligations professionnelles ou des changements dans le noyau familial, qui a tendance à prendre des formes de plus en plus diverses, voire éclatées, à l’heure actuelle. Ou encore la disponibilité de logements ou de terrains à bâtir.

Orbe: se rencontrer pour échanger

Etait-ce la proximité des élections communales ou le froid, on ne le sait pas, mais la fréquentation était en diminution lors de cette réception de la commune adressée à ses nouveaux citoyens. Qu’ils soient dans leur 18e année ou qu’ils viennent d’acquérir la citoyenneté helvétique, les participants se sont retrouvés à l’Hôtel de ville pour la partie officielle et ensuite au casino pour un repas du soir. L’occasion pour les municipaux ou les membres du bureau de discuter avec ces gens que l’on ne rencontre qu’occasionnellement.

Apprentissage et les garçons

A la table des jeunes, le souci de trouver un travail hantait quelque peu mes voisins. Un jeune Portugais effectue un apprentissage d’électricien où les échecs sont nombreux en première année ce qui l’oblige à être vigilant, car au terme de ses trois années, il aimerait entrer dans les forces de l’ordre. Un jeune homme de la région de Valence en Espagne, arrivé il y a trois ans, effectue une année scolaire supplémentaire pour parfaire ses connaissances. Il espère devenir ingénieur en mécanique sans se douter que le chemin sera sûrement long. A ses côtés, un Capverdien passe par un stage professionnel, mais il avoue avoir de la peine à se lever lorsqu’il voit la neige par la fenêtre!

Il est cependant conscient que l’on doit se soumettre aux horaires même s’il souffre du froid, car chez lui, il fait plus souvent 40 degrés que zéro. Chez les filles, les préoccupations sont d’un tout autre ordre: l’attitude des garçons. De véritables machos qui les font souffrir. Toutefois, une constatation s’impose, les unes comme les autres ne sortent pas forcément le vendredi ou le samedi soir. Sans voiture, ni permis, difficile d’aller à Lausanne ou ailleurs pour se distraire, sans parler de moyens financiers relatifs.

Le confort de la maison

Une famille lusitanienne bien intégrée relève qu’elle n’a pas encore reçu son permis d’habiter alors qu’elle possède depuis plusieurs années une maison au Chemin des Fleur-de-Lys. L’occasion de s’en ouvrir à la Municipalité pour Madame qui est arrivée dans notre pays à l’âge de 11 ans puisque ses parents, à la tête d’une famille nombreuse aux ressources limitées, lui avaient trouvé un travail pour garder les enfants de connaissances en Suisse. Longtemps au noir et privée d’école, elle a fait de gros efforts pour se retrouver aujourd’hui laborantine dans un institut de recherche à Aubonne. Enfin et en dépit des problèmes administratifs, elle adore le confort que sa maison lui procure et qu’elle partage avec son mari et ses deux filles.

Une belle assemblée qui se régale avec les raclettes des Weidmann.

Valeyres-sous-Rances: le cap des 600 habitants passé

Traditionnellement, le premier vendredi de janvier, la commune invite ses nouveaux habitants et nouveaux citoyens à une conviviale soirée de présentation.

Ce vendredi 8 janvier n’a pas dérogé à la règle! Dès 19 h. à la salle du conseil, l’ambiance était gaie et animée. Plus de la moitié des 50 nouveaux habitants avaient répondu présent, la majorité étant venue en famille. Une ribambelle de jeunes enfants participaient pleinement à l’ambiance, la nouvelle place de jeux a de l’avenir, semble-t-il!

De leur côté, les nouveaux citoyens ont été plus timides puisque aucun n’a eu l’envie de participer.

Pourquoi Valeyres?

A cette interrogation, la plupart des nouveaux venus expliquent avoir trouvé au village la maison ou l’appartement qui leur correspond tant localement que financièrement. Certains peuvent ainsi franchir le pas vers la propriété. Ils viennent d’Orbe, mais aussi de Daillens, de Lausanne ou de France voisine. Souvent, ils ne craignent pas les kilomètres pour se rendre à leur travail. L’attrait de la campagne a été un critère, particulièrement pour ceux qui possèdent chien ou cheval.

Participez, vous serez bien accueillis!

Après l’apéro et avant la non moins traditionnelle raclette, la syndique Corinne Tallichet Blanc a présenté la commune et son domaine en rappelant que Valeyres compte actuellement 604 habitants regroupant 19 nationalités alors qu’en 1980 seuls 290 habitants y résidaient!

La syndique vante les sociétés locales et leur dynamisme et encourage les nouveaux venus à participer tant aux manifestations qu’au Conseil général, ils y seront reçus avec le sourire. Le discours est avenant bien que quelque peu assourdi par la tonicité des bambins!

Puis chacun a du plaisir à bavarder avec ses voisins et à faire connaissance autour d’une raclette et d’un verre de blanc.

Ils sont arrivés au printemps : Sarah, Pierre-Alexandre, Morgane 5 mois. Il manque sur la photo, Juliette 10 ans et Noémie, 9 ans, qui préféraient musarder dans la salle.

Ballaigues: hausse significative de la population

Grosse affluence au Centre villageois lors de la réception organisée par la commune pour les nouveaux arrivés durant l’année 2014. Comme d’habitude, les membres de la Municipalité étaient présents, accompagnés des principaux employés communaux.

Le syndic Raphaël Darbellay a tenu à rappeler succinctement les chiffres de l’année. Alors que 83 résidents ont quitté la commune, ce sont 133 nouveaux habitants qui sont nés ou arrivés à Ballaigues en 2014. Le village comptait 1034 habitants au 31 décembre 2014. L’augmentation nette de la population durant l’année s’élève donc à une cinquantaine de personnes, un taux de progression qui augmente régulièrement depuis quelques années.

Raphaël Darbellay a relevé que cette petite cérémonie marquait le premier pas des nouveaux arrivés vers l’intégration dans un village «qui ne demande qu’à les recevoir». Rappelant également qu’en 2016 auront lieu les élections communales, il a invité chacune et chacun à se demander ce qu’il pouvait apporter pour améliorer le mieux-être, le mieux vivre ensemble, avant d’inviter chacun à partager un buffet campagnard.

Au premier plan, la famille Weidmann prépare les raclettes.

Valeyres-sous-Rances: le village s’agrandit

Vendredi dernier la commune de Valeyres-sous-Rances, fidèle à son habitude, a convié nouveaux venus et nouveaux citoyens à une soirée de présentation autour d’une raclette. Si l’agape a rencontré un succès modéré puisque seulement 1/5ème des personnes invitées ont répondu présentes, l’ambiance n’en était pas moins détendue et chaleureuse. L’apéritif a permis à chacun de faire connaissance ou de simplement se retrouver. Neuf nouveaux habitants et une ribambelle de jeunes enfants se sont mêlés aux représentants et collaborateurs du village. Parmi les 9 nouveaux citoyens, seuls Florian et Matthieu Stutz, tous deux gymnasiens, avaient fait le pas de participer. Bravo à eux!

Avenant discours

Corinne Tallichet Blanc, syndique, présente la commune incitant chacun à s’y intégrer. Avec ses 588 habitants et ses 14 nationalités différentes, Valeyres s’accroît et se diversifie. La population a doublé depuis 1980. La syndique vante les sociétés locales et rappelle que 2015 est une année faste puisque en juillet la jeunesse de Valeyres organisera au village le Giron du Nord qui sera suivi par l’Abbaye !L’été sera donc intense! En bruit de fond, les pépiements des enfants et le bruit des ballons de la salle de gymnastique agrémentent la partie formelle. Ensuite, la délicieuse raclette de la famille Weidmann, accompagnée de vins locaux puis les savoureux desserts d’Othmar Isler ont tôt fait de délier toutes les langues. Il y en a de bonnes choses dans ce village! S’en suit un brouhaha où l’on rit beaucoup sans toujours complètement se comprendre!

Pourquoi à Valeyres?

Pour certains, il s’agit d’un retour aux sources. Pour d’autres, c’est l’emplacement géographique qui a joué en faveur du village. Par exemple les Bernard, originaires de Nîmes, cherchaient un point équidistant entre Lausanne et Neuchâtel où Madame et Monsieur travaillent. D’un accent chantant, ils se déclarent ravis de leur nouvelle commune et y sont même devenus propriétaires. Vers 23 h., l’assemblée s’est joyeusement dispersée.

Par ordre alphabétique: Anthony Berger, Roxane Blondeau, Jorge Rui da Costa Lopes, Charline David, Mégane de Brito Gomes, Julie Desseigne, Vincent Eiroa, Melle Favre, Méline Fornasari, Dana Gilliéron, Antonio Giordano, Tanya Guye-Bergeret, Mehdy Henrioud, Céline Hostettler, Mikael Kabongo, Lauren Künzler, Julien Manière, Grégory Marendaz, Léonard Oberson, Arnaud Ponnaz, Karim Sahmoud, Inês Santos Antunes, Linda Serra Graça, Luc-Olivier Stramke, Manon Tellenbach, Gaëtan Uldry.

Vallorbe: les autorités communales accueillent la relève

Les nouveaux citoyens vallorbiers étaient conviés par les élus locaux pour commémorer ce passage important de la vie qu’est la majorité civile. Toute la Municipalité, le président du Conseil communal, Yann Jaillet, la secrétaire municipale, Fabienne Mani, ont accueilli les 26 nouveaux citoyens qui ont répondu à l’invitation autour d’une fondue conviviale.

Il y avait au total 51 jeunes adultes conviés et 7 ont pris la peine de s’excuser. Tous les jeunes présents suivent ou ont terminé une formation professionnelle, ce qui est réjouissant. Le syndic Stéphane Costantini a brièvement présenté ses collègues et résumé l’histoire de Vallorbe qui s’est forgée autour du fer, du bois et de l’eau, ses principales ressources naturelles.

L’avenir de la cité a aussi été évoqué: population en augmentation, installations sportives et de loisirs pour tous les goûts, environnement propice aux balades, sites touristiques reconnus, réseau routier et ferroviaire optimal, commerces à proximité, il fait bon vivre à Vallorbe. C’est une agglomération à taille humaine de plus de 3500 habitants, couvrant 2317 ha, ce qui en fait un gros village ou plutôt une petite ville. Le syndic a aussi invité les nouveaux citoyens à utiliser leurs droits civiques, à s'investir dans la vie associative, mais en contrepartie ils ont aussi des devoirs à respecter. Puis comme tout bon discours se doit d’être court, il a invité l’assistance à partager la fondue promise, ceci dans la bonne humeur bien sûr.

La cérémonie s’est déroulée dans la nouvelle buvette du football-club à Prés-sous-Ville qui est magnifiquement située avec vue plongeante sur le terrain de foot et d’athlétisme et les courts de tennis.

Une partie des nouveaux habitants présents

Vallorbe grandit régulièrement

Jeudi soir passé, sur la presqu’île du Musée du fer, les autorités vallorbières recevaient comme de coutume les nouveaux arrivés dans la Commune. «L’augmentation nette de la population en 2013 a été de 183 habitants, soit plus de 5%, ce qui constitue une très bonne croissance en comparaison cantonale» précisait le syndic Stéphane Costantini en marge de la manifestation.

Parmi les nouveaux arrivés, une soixantaine de personnes avaient répondu favorablement à l’invitation de la Municipalité. Cette dernière était présente «in corpore», accompagnée du président du Conseil communal Yann Jaillet. Les titulaires des dicastères municipaux ont rapidement brossé les domaines d’activité dont ils ont la charge, alors que le syndic a rappelé en quelques mots l’histoire de Vallorbe.

Le président du Conseil, quant à lui, a précisé la tâche du délibérant qu’il dirige cette année. Le syndic a aussi tenu à présenter les responsables des sociétés locales qui avaient fait le déplacement, des sociétés très actives qui sont au nombre de 50 environ. Terminant sa courte allocution sur un éloge de la concorde qui, par opposition à la discorde est une attitude qui permet de construire, le syndic a ensuite invité l’assistance à une partie familière autour d’un apéritif dînatoire qui n’aura laissé personne de marbre.

Les nouveaux citoyens présents: Joann Simonet, Gabriel Zosso, Anton Jahidi, Sébastien Christen, David Truan, Jordan Magnenat, Léa Perrin, Orianne Parkinson, Soalia Rochat, Kevin Petermann, Luca Vanotti, Lise Laffely, Elodie Vuille, Florian Loth, Etienne Schneider, Xenia Moatinzri.

Des jeunes actifs et motivés

C’est la Municipalité in corpore ainsi que le président du conseil communal, Nourredine Ghennoune qui ont accueilli les 16 nouveaux citoyens qui ont répondu à l’invitation sur les 41 recensés.

Les absents ont toujours tort comme l’on dit, car la soirée fut conviviale. Bien sûr il y eut une brève partie officielle, mais le message du syndic Stéphane Costantini fut court comme tout bon discours. Il présenta sa commune comme une des grandes parmi les petites avec 3300 habitants et une augmentation d’environ 100 habitants chaque année. Il résuma aussi l’historique du lieu qui doit son essor aux trois ressources principales qui ont fait de la commune ce qu’elle est, à savoir le fer, le bois et l’eau.

La commune possède toutes les infrastructures sportives et culturelles pour les loisirs. Des voies de communication routières ou ferrées et les industries sont à proximité immédiate. Vallorbe n’est pas un trou, mais un nid. Puis chaque municipal s’est présenté en expliquant ses compétences réciproques. La commune compte 40 collaborateurs à plein temps ou à temps partiel. Le président du conseil N. Ghennoune se félicite que tous les jeunes présents soient en formation.

Un repas fut servi aux convives présents dans une ambiance informelle, ce qui a rapproché ces jeunes adultes avec leurs élus. Le syndic le rappelle, nous ne sommes pas dans une tour d’ivoire: si vous avez un problème, nous sommes à disposition directement ou atteignables par toutes les nouvelles technologies de communication.

Interrogés «off» sur leur état d’esprit du fait d’avoir atteint la majorité, la conscience civique n’apparaît pas encore en tête de liste. Ils sont en général contents de pouvoir s’émanciper de la tutelle parentale et de pouvoir entrer en boîte ou au ciné sans l’appréhension d’être refoulés.

Un autographe dans le Livre d’Or.

Chavornay: 35e volée!

Un autographe dans le Livre d’Or.

Un autographe dans le Livre d’Or.

Perpétuant une tradition depuis 1979, les Municipalités des communes de Corcelles-sur-Chavornay, Bavois, Essert-Pittet et Chavornay ont convié les jeunes habitants nés en 1995.

Au programme, un apéritif offert sur le site de fête des Rencontres FVJC au stand de tir «Entre-deux-Ruz» et la plantation d’un arbre à l’occasion de leur majorité.
Après les réjouissances autour d’un plat de charcuterie consommé sur la terrasse du Caveau des Anciens, la vingtaine de jeunes adultes a ensuite baptisé d’une pellettée de terre l’arbre fruitier planté dans «l’Allée des 18 ans».

«Vous avez un bel âge, vous êtes merveilleux!» a commenté enthousiasmé et quelque peu ému Jacques Piot, syndic de Corcelles-sur-Chavornay.

Le cortège s’est ensuite déplacé à La Trappe où chacun a signé le Livre d’Or et profité de la partie officielle et du repas en commun.

Photo Sarah Gigon

Jacques André Mayor en compagnie des nouveaux habitants.

Orbe: une seule question

Jacques André Mayor en compagnie des nouveaux habitants.

Jacques André Mayor en compagnie des nouveaux habitants.

Comme chaque semestre, la commune avait invité ses nouveaux habitants à venir découvrir leur localité d’adoption. Dans la salle des mariages, le syndic Recordon les a accueillis avant de présenter son dicastère puis de passer la parole à ses collègues de la Municipalité qui ont fait de même avant qu’un film de vues aériennes ne permette à ces néo-Urbigènes de voir Orbe sous un angle insolite.
Une présentation qui a dû s’avérer convaincante dans la mesure où une seule question est venue de l’assistance à propos du RER. L’occasion pour le syndic de préciser que le projet qui semblait utopique il y a quelques années, devrait prendre forme avant la fin de la décennie puisque les CFF l’ont porté à leur programme pour les années 2018-19. On regrettera tout de même que seules 25 personnes ont répondu à l’invitation qui avait été adressée à près de 120 citoyens!

Boscéaz peu accueillant

C’est à l’heure du verre de l’amitié pris dans le cadre de la manifestation de la Ciseroc, que les hôtes se sont montrés plus bavards. Souvent charmés par la localité, ils avouaient devoir encore découvrir certains quartiers d’une ville qui ne manque pas de les surprendre. Certaines personnes qui habitaient dans la région auparavant apprécient le fait que les transports soient plus rapides depuis Orbe malgré le fait que l’on doive changer de train à Chavornay, ce qui n’est pas toujours facile lorsque la neige se manifeste. En revanche, ils déplorent souvent que le site de Boscéaz n’encourage pas à la visite. Il est vrai que les mosaïques romaines mériteraient une meilleure mise en valeur pour attirer le touriste.

C’est là un vieux serpent de mer dans ce domaine qui appartient au Canton et qui fait à nouveau l’objet de tractations avec les autorités et Pro Urba.

Photo Serafina Tumminello

Le président du Conseil, Christian Favre expliquant les activités du législatif, sous les yeux attentifs du syndic et des municipaux.

Chavornay: nouveaux habitants et nouveaux bourgeois célébrés

Le président du Conseil, Christian Favre expliquant les activités du législatif, sous les yeux attentifs du syndic et des municipaux.

Le président du Conseil, Christian Favre expliquant les activités du législatif, sous les yeux attentifs du syndic et des municipaux.

Pour la deuxième année consécutive, la Municipalité de Chavornay a accueilli, le samedi 27 avril dernier, les nouveaux habitants et les nouveaux bourgeois de la commune, par une réception présentant le bourg et ses activités.

Après un mot de bienvenue du syndic, le président du Conseil communal, Christian Gerber, a dévoilé le fonctionnement du législatif et invité les participants intéressés à se présenter aux prochaines élections. Le syndic Christian Kunze a présenté son dicastère (administration de la commune, finances et développement) ainsi que ses collègues.

À leur tour, les municipaux ont présenté leur service en commençant par Madame Jovanka Favre (affaires sociales, jeunesse et culture), suivi par Didier Lombardet (Bâtiments communaux et écoles), Patrick Porret (travaux énergies éclairage public et téléréseau), Pascal Desponds (Sécurité publique, eau et épuration) qui a représenté son collègue Guy Muller (voirie, déchets, domaines et forêts), absent, et Claude Lebet (aménagement du territoire, urbanisme, police des constructions et salubrité) qui termine le résumé du fonctionnement de l’exécutif. Puis, un bref descriptif des activités de l’EGED a été brossé par Brigitte Court et l’Association des Bouffons a été présentée par Christiane Chevalier et Olivier Briand.

Afin de susciter l’intérêt des nouveaux habitants, les sociétés locales comme l’Abbaye Union et Paix, les Aînés (rebaptisés pour l’évènement les bons vivants), l’association des Paysannes vaudoises, les Samaritains, le FC Chavornay Sports (qui fêtera ses 75 ans le 29 septembre prochain), la Gym, la Pétanque, le Tennis club et la Société de tir, ont présenté les diverses activités qu’elles proposent.

Après la diffusion du film «Au fil de l’eau» vantant les charmes de Chavornay, le fameux apéritif, pendant lequel les représentants des services présentés se sont tenus à disposition pour répondre aux questions des habitants, a tenu ses promesses.

Photo Pierre Pellaton