Articles

Les quatre générations posent devant la maison familiale à Juriens.

Juriens: 4 générations sous le même toit

On peut dire qu’à Juriens, il existe une véritable ferme familiale... Au N° 5 de la rue de la Poterie, c’est un véritable regroupement de trois familles avec les arrière-grands-parents, les grands-parents, et les parents de la petite Margaux qui vient de naître le 6 avril.
Une cohabitation qui devient particulièrement rare de nos jours. C’est dans une agréable ferme aux dimensions généreuses, datant de 1846, que vit toute cette tribu. Le bâtiment a été successivement transformé, amélioré, modernisé. Le rural qui ne servait plus pour cet usage depuis longtemps a donc été adapté en logements. Il y avait toute la place nécessaire.

Faisons connaissance avec la famille. Tout d’abord, les arrière-grands-parents sont Roger et Jeanne Grandjean-Magnenat. Né en 1927, il était paysan, ayant repris le domaine de son père, et est né dans la maison. Son parcours professionnel s’est ensuite modifié et a passé dans des administrations de sociétés lausannoises. Le couple totalise 62 ans de mariage. Les grands-parents se nomment Michèle et Patrick Magnenat, employé de commerce. Ils habitent la maison depuis 1993 et en sont maintenant les propriétaires. Restent à découvrir les parents, Fanny Magnenat, fille des précédents, et Yann Jaquet. Ce dernier, charpentier et chef de chantier, a contribué pour une large part aux derniers travaux d’aménagement de leur appartement où est arrivée la petite Margaux qui représente effectivement la quatrième génération.
«Ainsi va la vie... Cette grande maison est maintenant magnifiquement occupée avec trois appartements distincts. C’est ça qui est beau... Cela reste une longue histoire familiale pleine de souvenirs. C’est un lieu qui a une âme !», souffle avec satisfaction l’arrière-grand-maman Jeanne.

De g.à dr. : François Moffrand, Guy Reymond, Madeleine Guyon, Claude Languetin, syndic et Claude Goy.

Vaulion: les jeunes s’investissent dans la vie politique

De g.à dr. : François Moffrand, Guy Reymond, Madeleine Guyon, Claude Languetin, syndic et Claude Goy.

De g.à dr. : François Moffrand, Guy Reymond, Madeleine Guyon, Claude Languetin, syndic et Claude Goy.

Installation des autorités de Vaulion : une transition équilibrée.

La cérémonie s’est déroulée sous la direction de Evelyne Voutaz, préfet du district, en présence de Paul-Emile Schwitzguébel, pasteur de la paroisse de Romainmôtier-Vaulion, invité par les autorités.

Après la lecture du serment, Madame le préfet a procédé à l’assermentation de 28 conseillers et conseillères qui représenteront la population au sein de Conseil communal de Vaulion pour les cinq prochaines années.

On pouvait relever treize nouveaux élus au Conseil communal; six d’entre eux sont de jeunes adultes de moins de 30 ans. L’équilibre des forces entre anciens et nouveaux est plein de bon sens: il permettra de consolider le présent et de formater le futur de la commune.

Tout finit par un bon repas

Avant de céder la place au président du Conseil communal, Philippe Magnenat, pour les élections statutaires, Madame Voutaz s’est adressée aux membres du Conseil, elle a insisté sur la collégialité et la collaboration entre les différents pouvoirs et l’importance que chacun garde sa place. «En tant qu’élu communal, vous êtes le porte-parole du village, vous devez rester à l’écoute des habitants. Je vous félicite pour votre engagement de citoyen acteur.»

Après la partie officielle, la Municipalité a invité les conseillers et conseillères sortant(e)s à rejoindre l’assemblée autour d’une table bien garnie.

La fête s’est poursuivie une bonne partie de la nuit, il n’a manqué que le barde…pour chanter le village et ses nouvelles autorités.

Photo Marlène Rézenne