Articles

Les dix nouvelles résidences des Jardins de la Poudrière.

Orbe: les Jardins de la Poudrière, un nouveau quartier qui a des idées

Le projet, issu d’une collaboration entre les sociétés DVSN, Valgérance et le bureau RDT54, est aussi décrit comme une PPE à ciel ouvert. Le nouveau petit lotissement des Jardins de la Poudrière affiche des idées novatrices; outre un chauffage à distance à pellets et des panneaux photovoltaïques intégrés aux tuiles, l’électricité produite in situ sera achetée par les propriétaires et alimentera le pot commun de la PPE. Les habitats seront dotés d’un système intelligent permettant de gérer les différents domaines de la maison: sécurité, communication, confort. Des tableaux de bord interactifs et connectés permettront à chacun de surveiller ses consommations énergétiques, par exemple.

Atypique à Orbe

Qualifié d’atypique par le concepteur du projet, Johann Lachat, le nouveau quartier se distingue par un réseau de sentiers desservant les logements. L’absence de voitures à proximité immédiate des maisons et les espaces extérieurs libres de clôtures permettront une perméabilité des circulations. Un concept qui favorisera les rencontres entre habitants tout comme les jardins potagers pensés eux aussi dans le but de rassembler les familles.

De nouveaux Urbigènes

Le site accueillera autant les familles de la région que d’autres, plus citadines. Celle contactée par l’Omnibus se réjouit d’emménager à Orbe, dont elle est «tombée en amour»: «on aime cette ville charmante avec tout à proximité et tout à pied». Elle ajoute avoir eu un vrai coup de coeur pour le concept du quartier: «sans voiture, une petite communauté dans la verdure».

Presque un écoquartier…

Attentif à sa consommation énergétique, propice à la création de lien social avec une PPE envisagée comme une communauté solidaire, le lotissement a des arguments en faveur de la durabilité. La biodiversité ne sera pas en reste, car l’abattage des vieux fruitiers sera compensé par la plantation d’un nouveau verger et d’arbustes indigènes. Une prairie fleurie permettra aux nouveaux et nombreux bambins d’apprécier les joies de la campagne en ville…

La place de jeux.

Baulmes: la construction du hangar à bois en passe d’être réalisée

Un seul point était à voter lors de la dernière séance de Conseil communal de Baulmes. Les membres du législatif ont dû prendre position à propos de l’adjonction d’une centrale solaire photovoltaïque sur le nouvel hangar à bois communal. Le reste de la séance a permis à la Municipalité de communiquer aux conseillers quelques nouvelles actuelles d’une certaine importance.

Hangar à bois

La construction de ce nouvel hangar à bois communal a été admise par les membres du législatif en 2012 déjà. Rappelons que le montant voté pour cette réalisation était devisé à Fr. 230’000.–. En raison d’un recours concernant la nouvelle cave à fromage de la société de laiterie dans le quartier, les travaux ont été mis en veilleuse. Pour que la nouvelle cave à fromage voie le jour, il faudra effectuer un changement de zone. Les choses vont pourtant de l’avant et dans un proche avenir, le hangar à bois pourra être construit. Il mesurera 26 mètres par 13 dont un avant-toit de 3 m.

Centrale solaire photovoltaïque

Des panneaux solaires seront installés sur le toit du hangar. La commune bénéficiera de la RPC (rétribution à prix coûtant). Le coût net de l’installation est devisé à Fr. 69’700.–, somme à laquelle il convient d’ajouter environ Fr. 10’000.– de frais; les recettes cumulées sur 20 ans sont de l’ordre de Fr. 157’000.– d’où un excédent appréciable. L’amortissement de l’installation est prévu sur 20 ans. 150 modules seront placés sur la totalité de la toiture (244 m2) et la production annuelle avoisinera 36’800 kwh.

Lettre de jeunes parents

3 mamans du village ont interpellé les membres du législatif et de l’exécutif sur l’état de la place de jeux qui se trouve près de la salle de gymnastique. La lettre demande notamment qu’une étude soit faite pour réaménager cette place en remplaçant ou en améliorant les infrastructures existantes. L’exécutif répondra à cette lettre.
Les travaux du séparatif (des eaux) à la rue de la Gare sont terminés. Il reste encore le revêtement de la route à prévoir.

Pour la fête de la forêt de ce week-end, des navettes sont prévues pour transporter les visiteurs depuis les parkings prévus aux Naz en montant depuis Baulmes et au chalet de la Limasse en venant de Sainte-Croix.

Les prochaines séances du Conseil communal auront lieu les 10 novembre et 11 décembre.

Le chantier depuis la rue de Pontarlier.

Deux nouveaux locatifs à Vallorbe

Le chantier depuis la rue de Pontarlier.

Le chantier depuis la rue de Pontarlier.

Les Vallorbiers s’en sont rendu compte depuis quelque temps: ça bouge entre la rue de l’Ancienne-Poste et la rue de Pontarlier. Une sorte de grand trou est en train d’être pratiqué dans le talus qui soutenait jadis un bâtiment du quincaillier Jaquet. Ces travaux de terrassement préfigurent la construction de deux immeubles de dimensions moyennes. Le premier, qui donnera sur la rue de l’Ancienne-Poste comprendra 8 appartements en location. Le second, plus grand, de quatre étages mais ne dépassant pas le milieu de la tour voisine en hauteur, donnera sur la rue de Pontarlier et comprendra 14 appartements.

Des appartements modernes et fonctionnels

Le groupe Investis SA, propriétaire et dont le siège est à Echandens, se consacre essentiellement à la construction et à la mise en valeur d’un patrimoine immobilier de rendement à long terme, constitué d’immeubles locatifs dont les emplacements sont soigneusement sélectionnés. Les 22 nouveaux appartements de Vallorbe seront construits selon les normes Minergie. Ils comprendront des logements de 2,5 à 3,5 pièces, entièrement équipés, de 50 à 85 m2. Un parking souterrain de 14 places sera construit, avec un accès depuis la rue de Pontarlier. Des places de parking extérieures seront aussi mises à disposition des locataires et des visiteurs.

Des loyers raisonnables pour une offre qui augmente

Le pilote de l’opération, la société Les Résidences Emma, et singulièrement son animateur Miguel Aparicio, indique des loyers probables se situant dans une fourchette allant de
Fr. 900.– à Fr. 1 300.–«Vallorbe manque d’appartements à louer, et ce sera sans doute un ajout bienvenu à l’offre actuelle» précise encore l’intéressé. Contrairement aux bruits qui circulent en ville et ailleurs, aucun des appartements en question n’est actuellement loué, puisque la régie n’a même pas encore été choisie.

A relever que la mise en location est prévue pour septembre 2012. D’ici là, on souhaite bon courage aux riverains et voisins.

Photo Olivier Gfeller

Le secrétaire municipal Paul Gremion a été chargé du déménagement de l’administration communale.

La saga de l’Hôtel de Ville

Le secrétaire municipal Paul Gremion  a été chargé du déménagement de l’administration communale.

Le secrétaire municipal Paul Gremion a été chargé du déménagement de l’administration communale.

Hier, le Conseil Communal se prononçait sur le troisième préavis lié à l’agrandissement de l’Hôtel de Ville urbigène. Si le législatif a suivi la Municipalité, comme il semblait vouloir le faire,  dans son souci de rénover également le bâtiment principal, l’administration communale devrait quitter les lieux durant la durée des travaux.

Intervention des Monuments historiques

C’est en 2003 que la commune décidait de racheter, conjointement avec le propriétaire du café-restaurant de la Croix d’Or (M. Grivet) l’immeuble, dans le but de donner plus d’espace à son administration. Un premier préavis, de l’ordre de quatre millions de francs, prévoyait l’extension des bureaux en dessus du café.

A la suite du projet concocté par l’architecte Michel Lardieri, le service cantonal des monuments historiques s’opposait à la démolition d’un mur intérieur, prétextant qu’il était d’importance sur le plan historique. Cette remarque obligeait les concepteurs à déplacer l’ascenseur dans la partie intérieure du bâtiment pour un coût supplémentaire d’un demi-million de francs.

Cette nouvelle donne changeait grandement les intentions dans la mesure où la plupart des bureaux étaient touchés par le déplacement de cette installation.

Agrandissement et rénovation

Dans le même temps, étant donné l’ampleur des travaux, la Municipalité s’est demandé s’il ne fallait pas dès lors complètement rénover l’Hôtel de Ville, notamment sur les critères  énergétiques (isolation, fenêtres, etc.) en tant que cité de l’énergie et pour montrer l’exemple. Si bien qu’un troisième préavis de l’ordre de deux millions était déposé récemment et soumis au Conseil communal de manière à ne pas se voir reprocher d’avoir pris l’initiative de travaux qui lui paraissaient nécessaires puisque le déplacement de l’ascenseur a bouleversé les plans initiaux.

Ainsi, les salles des combles seront équipées alors que, dans un premier temps, les locaux auraient été laissés vides.

Réception nouvelle

A l’avenir, le rez-de-chaussée sera transversal, c’est-à-dire atteignable aussi bien depuis la Place du Marché que depuis la rue des Remparts. Une réception permettra à la population et aux gens de passage d’obtenir les renseignements nécessaires. Elle servira aussi de centrale téléphonique. On pourra accéder aux étages supérieurs par l’ascenseur ou par l’actuelle rampe d’escaliers.

Peu de changement au premier étage où le greffe sera toujours installé alors que la salle actuelle du conseil servira aux mariages, aux différentes audiences des tribunaux régionaux ainsi qu’à d’autres manifestations ou commissions. On trouvera également les bureaux du syndic et des municipaux qui n’en possèdent pas présentement.

Nouvelle salle du Conseil

Le contrôle des habitants déménagera de la rue de la Poste pour venir prendre place sur un étage intermédiaire, nouvellement créé. Au deuxième, les services de la bourse, du bureau technique et du CUB (Construction, Urbanisme et Bâtiments) verront leurs espaces s’agrandir. Enfin, dans les combles, une nouvelle salle du Conseil communal, plus grande que la précédente, une salle pour les commissions et une cafétéria agrémenteront l’endroit.

Ce nouvel aménagement général donnera une certaine marge de manœuvre à l’administration communale dans la perspective d’une augmentation de la population dans les années futures.

Déménagements

Ces travaux, pour autant que le CC ait donné son accord, provoqueront un certain remue-ménage puisque différents services devront quitter l’Hôtel de Ville pour le 1er octobre prochain pour le réintégrer avant le 1er janvier 2012. Il a fallu chercher, au centre ville, des bureaux pour loger tout ce monde qui doit également pouvoir bénéficier des liaisons technologiques nécessaires à ses activités journalières.

Le greffe et la bourse trouveront refuge au bout nord de la rue des Remparts, en face du salon de coiffure Marina. Le bureau technique, lui, s’installera dans les locaux commerciaux du nouvel immeuble de la rue des Terreaux 54, en face des escaliers qui permettent d’accéder au Puisoir. Enfin, le CUB, lui se déplacera dans les étages supérieurs du poste de police.

Conseil au Casino

Les instances politiques seront aussi bouleversées dans leurs habitudes. La Municipalité siégera soit dans le bureau provisoire du greffe ou au caveau communal où les séances de commission pourraient également avoir lieu. Quant aux six séances annuelles du Conseil communal, elles se dérouleront au Casino.

Si la facture peut paraître élevée (près de six millions et demi de francs), cet agrandissement et ces rénovations étaient devenus nécessaires car l’Hôtel de Ville n’avait pas subi de transformations depuis des lustres et n’était plus très fonctionnel. Au point que les Urbigènes finissaient par faire des complexes par rapport aux bâtiments des communes avoisinantes.

Photo Pierre Mercier