Articles

Le fort des Millières à Lignerolle et son camouflage de sapins en métal.

Vallorbe: fort de Pré-Giroud,«Bunker» secret révélé pour la première fois

Pour marquer son 30e anniversaire d’ouverture au public, la fondation Pré-Giroud a exceptionnellement ouvert samedi dernier les portes de trois autres bunkers situés à Ballaigues, Lignerolle et Premier.

Le Centi de Premier
Quelque part sur la route le Day-Premier, rien ne laisse à supposer que le paisible sous-bois cache un bunker Centi! Et pourtant, c’est bien ce que les visiteurs ont pu découvrir grâce à une poignée de mordus de la fondation du Fort de Vallorbe ayant âprement négocié pour obtenir d’Armasuisse le prêt de cet ouvrage. Comme l’explique Jean-Michel Charlet, président de la fondation Pré-Giroud, «Il s’agit d’un témoignage précieux de notre politique de défense du territoire à la fin du XXe siècle».

Un canon dans le sous-bois

Parmi les feuillages, ce jour-là, un canon de 10.5 cm, graissé et rutilant pointe fièrement. Sa portée de 2,5 km devait interdire le passage d’éventuels chars sur la route de Jougne. Parmi les derniers témoins de la guerre froide, une vingtaine de Centis ont été conçus en 1995 à partir de tourelles de chars Centurion, mis au rebut quant à eux dans les années 80. Puis la politique militaire a évolué, induisant le murage ou la destruction de la plupart de ces ouvrages, celui de Premier ayant donc été sauvegardé par l’Association Pré-Giroud.

A l’intérieur, hormis une certaine humidité, tout est neuf, immaculé puisque jamais utilisé! L’espace restreint du bunker est prévu pour six hommes.
Alors que trois dorment, trois défendent l’accès au col de Jougne dans la tourelle. Là, le bouton rouge de mise à feu n’a, grâce au ciel, jamais été actionné. L’outillage intact veille dans les tiroirs, ventilation, panneau électrique et transmission téléphonique sont prêts, dénotant la capacité de ce bunker à être opérationnel quasi instantanément.

Ces captivantes visites, incluant les forts de Lignerolle, Ballaigues et Pré-Giroud, étaient assurées par des passionnés de l’association, heureux de partager leurs connaissances.

Tourelle tournante du CENTI

Ballaigues: un patrimoine encore inaccessible

Tourelle tournante du CENTI

Tourelle tournante du CENTI

Sur le territoire du canton de Vaud, on dénombre pas moins de 650 ouvrages fortifiés: du complexe de Savatan-Dailly, capable d’abriter plusieurs milliers d’hommes au simple fortin d’une brigade frontière accueillant un unique servant. Construits durant diverses périodes, ces ouvrages sont classés selon leur importance en barrages d’importance nationale ou régionale.

Au cœur du dispositif de la Brigade frontière 1, on note le barrage frontière établi de Vallorbe et Sainte-Croix jusqu’à Aubonne-La Promenthouse. Et au centre de ce cœur, les positions de Lignerolle et du Day, toutes deux d’importance nationale, ne comptent pas moins de 23 complexes plus ou moins importants et plus ou moins connus. Ces ouvrages appartiennent tous à la Fondation du Fort de Vallorbe (Pré-Giroud) qui en a fait patiemment l’acquisition en vue de les conserver, ceci au cours de son quart de siècle d’existence ou presque.

L’exemple de Ballaigues-Centre A 568

Grâce à l’amabilité de Jean-Michel Charlet, le président de la Fondation, l’Omnibus a pu visiter, à titre d’exemple, une partie du complexe de Ballaigues qui n’est pas accessible au public. Cette fortification date de la même époque que le Fort de Pré-Giroud, c’est-à-dire de la deuxième guerre mondiale. Elle faisait partie intégrante du dispositif du Day.

Elle se compose d’une masse imposante de béton, d’une épaisseur allant de 2.5 mètres à 1 mètre environ. A l’intérieur et en profondeur, de la place pour une douzaine de servants, y compris dortoir, sanitaires, transmissions, cuisine et autres dépendances ou réserves. A l’étage supérieur, un canon de 9 cm à dispositif de pointage et buts prédéterminés sur une cartographie classifiée «secrète» ainsi qu’une mitrailleuse lourde. Cet ouvrage possède plusieurs petits ou grands frères à proximité, notamment à Ballaigues ou au-dessus de Lignerolle. A noter encore une centrale téléphonique permettant de contacter les fortifications environnantes par des réseaux filaires tirés en sous-sol de façon permanente et qui existent encore!

CENTI : une autre position encore «secrète» à découvrir en 2013!

Quelque part dans une forêt dense près de Vallorbe se trouve l’un des 23 forts CENTI conçus et construits dans les années 1990 (!), alors que la menace internationale n’était pas franchement claire. Le Département militaire avait prévu d’en édifier dans toute la Suisse, mais il a finalement réduit leur nombre.

Particularité de ces complexes: ils comprennent tous la tourelle d’un ancien char Centurion, démontée, transportée et replacée sur un rail circulaire fixe. La pièce de 15 cm était conçue pour être servie par trois hommes, exactement comme dans le char mythique d’origine. Avec en plus un système de pointage à image thermique (WBZG90) pour permettre le tir de nuit ou par brouillard. Interdite d’accès actuellement, cette fortification, qui n’a jamais servi, sera pour la première fois ouverte au public pendant une journée spéciale qui sera organisée en 2013 à l’occasion des 25 ans de la Fondation du Fort de Vallorbe.

En attendant cette manifestation, l’Omnibus a pu pénétrer dans l’ouvrage et même prendre une photographie du dessous de la fameuse tourelle tournante. Outre que même pour le promeneur chevronné, cet édifice est introuvable… ou presque, il constitue un objet d’importance pour tous ceux que l’équipement militaire historique intéresse.

En attendant et pour patienter, rendez-vous le dimanche 8 juillet de 10 h. à 15 h. au Brunch campagnard directement au Fort de Pré-Giroud. Attention, il est nécessaire de réserver, les places étant limitées et souvent prises d’assaut.

Tél. 079 622 53 40 ou www.pre-giroud.ch

Photo Olivier Gfeller