Articles

Exemple de construction scolaire récente.

Région: tableau noir vierge pour l’ASIOR

Le syndic Henri Germond l’a encore confirmé récemment à un grand quotidien. En sa qualité de membre de l’ASIOR, Orbe n’entend actuellement pas investir plus pour de nouvelles constructions destinées aux écoles.

Du côté de l’association intercommunale qui regroupe 9 communes plus petites aux côtés de la Cité aux deux Poissons, on prend acte de la décision urbigène, explique la présidente du comité directeur (CODIR) Valérie Cottens, municipale et vice-syndique de Rances, qui ajoute: «Nous allons maintenant réfléchir et mettre sur pied une stratégie en repartant d’une page blanche ou presque. Il s’agira de poser les problèmes sans a priori.

Si une ou des nouvelles constructions s’avèrent nécessaires au terme de nos réflexions, elles ne se feront pas nécessairement à Orbe. L’ASIOR devra alors sans doute emprunter pour construire, comme ses statuts le prévoient. Nous tiendrons compte des nécessités et des intérêts de toutes les communes membres. Les équipements existant actuellement dans les petites communes seront aussi pris en considération.»
Sur le plan des locaux, le canton a aussi des exigences découlant de la législation en vigueur.

Il faut se souvenir aussi que les obligations qui découlent de la LEO ne sont pas négociables. Il s’agit d’un texte cantonal dûment approuvé en votation populaire. Il sera aussi important d’agir le plus rapidement possible, le plus intelligemment possible et aussi en imaginant les solutions les moins onéreuses possibles.
Pour l’instant des locaux existent, notamment à Orbe, qui peuvent subir des modifications, sans pour autant générer en termes de coûts les sommes avancées parfois, qui se chiffrent en plusieurs dizaines de millions de francs. Des totaux qui ne seraient tout simplement pas supportables pour les petites communes concernées".

Ordres de grandeur

A noter au passage que selon les renseignements pris auprès des directions scolaires, les effectifs comparés sont les suivants.
Au primaire, sur 1 023 élèves actuellement enclassés dans le cadre de l’ASIOR, 675 habitent Orbe. Au secondaire, sur 345 élèves au total, 110 habitent Orbe.
En pourcentage global approximatif, ce sont donc un peu moins de 60% des élèves totaux qui résident actuellement à Orbe, les autres demeurant dans les 9 autres communes de l’association.

Valeyres-sous-Rances, un beau village qui tient à garder son collège et ses classes.

Valeyres-sous-Rances: une UAPE au village?

Les outils démocratiques ont été à l’ordre du jour lors de ce Conseil général de fin octobre, ce qui n’a pas toujours rendu aisée la tâche du président, Dominique Streckeisen. Le point de distinguer la motion de l’interpellation, et de débusquer un éventuel vice de forme animera quelques débats.

On restera à 65% de taux d’imposition

Les deux préavis à l’ordre du jour, soit l’adoption du règlement communal concernant le subventionnement des études musicales et de son annexe et l’arrêté d’imposition pour 2018, seront avalisés, mais chacun agrémenté d’un amendement. Concernant les impôts, le préavis propose de passer de 65% à 67%. La Municipalité motive cette augmentation en estimant que les dépenses du ménage communal doivent être couvertes par les recettes courantes, mais, certes, à ce moment de l’année, elle ne peut se baser que sur des estimations. La commission des finances, arguant que les résultats ont toujours été meilleurs qu’escomptés et que la trésorerie courante est suffisante, propose l’amendement de maintenir le taux d’imposition à 65% pour 2018. Le délibérant avalisera le préavis et son amendement.
Concernant le règlement sur le subventionnement des études musicales, la Municipalité prévoit une participation financière communale de Fr. 100.–. par semestre et par enfant suivant une école de musique reconnue par la FEM (Fondation pour l’enseignement de la musique). La commission «ad hoc» propose l’amendement remplaçant les Fr. 100.– par une participation de 20% par semestre avec un maximum à Fr. 100.–. Le vote ne départageant pas le conseil, le Président tranchera en faveur de l’amendement.

Quand il s’agit d’école

En réponse à la motion (qui s’avère être une interpellation!) d’Anne Baumann s’inquiétant de l’avenir des classes à Valeyres, la Municipalité rappelle que les décisions sont prises par les organes de l’association scolaire intercommunale, l’ASIOR. Par contre, elle s’engage à tout entreprendre pour conserver un collège avec des classes au village. Le scolaire suscite des réactions, quel est le taux d’occupation des classes? Pourquoi ne pas ouvrir une UAPE à Valeyres?

Anne Baumann, déléguée à l’ASIOR, relate le regret des délégués que l’association gère un budget de 5 millions, apparemment en l’absence de stratégie écrite et communiquée. Une meilleure visibilité et compréhension est demandée afin d’offrir une meilleure prévisibilité aux communes.

Finalement, on accueille la nouvelle boursière communale, Evelyne Vagnières qui remplacera Nicole Conrad après de longues années d’excellents services. Il est 22 h. 30, le président lève la séance.