(Image de synthèse mise à disposition par M. Lardieri)

Orbe: les projets du Centre-Ville, menu copieux pour public nombreux

Imaginer que les Urbigènes sont indifférents à l’avenir de leur cité relève de l’utopie. Lundi soir, au grand plaisir du syndic Henri Germond, le parterre du Casino a fait le plein. En avant-première, pour la population et le Conseil communal, les spécialistes ont présenté les projets d’aménagement du centre-ville. Le débat était orchestré par Laurent Bonnard, ancien journaliste de la RSR. Au menu, quatre plats: le commerce, la circulation, le stationnement, la place du Marché. Une analyse de la situation avec des solutions pour faire du centre historique un lieu attirant, convivial et dynamique.

La place du Marché

Objet le plus attendu, c’est Michel Lardieri du bureau Dmarch qui l’a dévoilé. Totalement pavée, la place est composée de terrasses successives qui guident le passage des véhicules vers la Grand-Rue; les piétons y sont prioritaires.
Hormis trois points de dépose rapide, toute place de parc est bannie. L’esthétique du lieu a touché le public, mais la disparition du stationnement inquiète certains.

Le stationnement

Constat de Pascal Christe du bureau C&G SA : A divers moments les places en plein air sont saturées, mais il reste des possibilités en souterrain et les véhicules qui occupent des places en longue durée sont trop nombreux. Pour favoriser l’accès aux commerces,
il faut agir sur les règles de durée du stationnement. L’amélioration du taux de rotation des véhicules en stationnement a fait ses preuves ailleurs.

Les commerces

Ils exercent un rôle central pour l’animation du centre-ville. A l’heure que les habitudes des acheteurs changent, Nicolas Servageon de la Cociété Acompany, met en évidence que leur maintien dépend de leur capacité à mettre en commun leurs forces, de l’amélioration des cheminements en ville et de
la participation active de la population.

La circulation

L’accent est mis sur la mobilité douce, Rachel Nenavoh de sd ingénierie SA, recommande la mise en sens unique de la Rue des Terreaux, sauf pour les vélos, la construction de la route bleue avec une vitesse limitée à 40 km/h et une liaison «mécanique» entre la gare et la ville.
Le nerf de la guerre
Le financement interpelle Gérard Pahud : Selon le syndic, les montants font partie du plan de financement de la législature et le plafond d’endettement a été adapté. Le plan d’action débute en octobre avec l’enquête publique pour la place du Marché; il sera suivi du crédit d’étude et, si acceptation, de l’étude de la Route Bleue. En avril 2019, dépôt des préavis du concept
de stationnement et du crédit de réalisation de la place du Marché. Toutes ces actions donneront au Conseil et aux citoyens la possibilité d’exercer leurs droits démocratiques.

Vue actuelle du bâtiment qui va être transformé..

Vallorbe: la Commune va construire un hôtel

Même si plusieurs «Bed & Breakfast» existent à Vallorbe en exploitations privées aux côtés de l’Auberge Pour Tous, qui depuis des années remplissent parfaitement leur rôle, une demande existe depuis passablement de temps pour que la Cité du fer favorise l’édification d‘un hôtel, surtout destiné aux hôtes de passage. En 1993, la commune a racheté le bâtiment de la Laiterie la Concorde (voir photos) non loin du pont sur l’Orbe et du Musée du fer. La Société de Laiterie, qui possédait le bâtiment a elle-même été dissoute en 2011. C’est ce bâtiment communal, qui va être libéré par la Brasserie artisanale, qui va être transformé en petit hôtel, si le Conseil communal accepte, en principe fin octobre.

Un préavis déposé dans ce sens par l’exécutif prévoit des travaux pour 1.3 million de francs. Si tout se passe comme planifié, Vallorbe disposera donc d’un véritable hôtel en 2019. L’établissement qui sera affermé comprendra 7 chambres à deux lits, dont une au rez-de-chaussée, prévu pour les personnes à mobilité réduite.

L’entrée principale est prévue du côté rivière, depuis un passage couvert à créer dans le prolongement du trottoir actuel. Quelques places de parc de la place du Marché, qui jouxtent le bâtiment, seront conservées à la disposition de la clientèle de l’hôtel, alors qu’un abri à vélos sera créé sous la rue de Pontarlier – lors d’un chantier ultérieur. Un projet à court terme qui devrait combler un besoin clairement identifié.

Ci-dessous image de synthèse © Commune de Vallorbe

La Cie «Ramasse Miettes» a conquis le public.

Orbe: Orb’Estivales, belle fin de saison

Après le foot, la culture a pris le relai pour animer l’Esplanade du Château à Orbe. Le festival de poche: musique, théâtre, animations dans une ambiance festive se sont succédés du vendredi au dimanche.

Un reggaeton a lancé le mouvement vendredi soir. Une atmosphère des Caraïbes avec les cocktails qui vont avec ! Le samedi après-midi beaucoup d’enfants ont participé aux animations, le maquillage a eu un grand succès, les enfants étaient très patients dans la file. Ils ont également beaucoup apprécié, et leurs parents encore plus, le spectacle du «Grincement du Liège» (Cie Ramasse miettes), pendant lequel ils ont pu jeter des bouchons, en liège bien sûr, sur les artistes. Un homme et une femme, à la fois acrobates, comédiens, humoristes et un peu magiciens avec juste une table, deux chaises, et, entre autres accessoires, des bouchons… entre le spectacle de rue et le cirque, très drôle et touchant, sans compter que mine de rien, ils avaient un sacré talent d’acrobates.

D’autres spectacles ont suivi, un autre spectacle entre le cirque et le théâtre, ensuite dans la Tour carrée de la musique avec le duo acoustique de Lester Gertrude à l’heure de l’apéro et pour finir selon leurs propres termes «un troupeau de limaces hyperactives qui fait du bruit, mais pas n’importe comment!», un ensemble qui explore la musique du monde entier et vous donne de toute façon envie de bouger.
Le dimanche après une séance de yoga et un brunch musical pour se mettre en route, les deux spectacles ont été rejoués dans l’après-midi. Vivement l’année prochaine !

La place du Marché et l’Hôtel de Ville.

Orbe: Conseil communal express, peu de choses à l’affiche

En 42 minutes top chrono, le Conseil communal urbigène du jeudi 6 septembre a épuisé, vite fait bien fait, son ordre du jour. L’efficace présidente du Conseil, Emanuelle Rossier, a procédé à l’assermentation de Ajmi Kurtisi, représentant d’Union Libre, alors que les groupes PLR et UDC n’ont matériellement pas eu le temps de proposer des remplaçants pour leurs formations.
Les deux préavis soumis aux conseillers ont trouvé grâce sans difficulté. Le nouveau règlement sur la taxe de séjour et sur les résidences secondaires est passé à l’unanimité tandis que le préavis pour le remplacement du silo à sel du service des travaux-voirie a été adopté lui à l’unanimité moins une abstention.
Informations municipales...
Du côté de la Municipalité, il a été signalé, entre autres, que la remise en état du mur d’enceinte de la place du Château se terminerait fin novembre, avec un dépassement de crédit lié à deux dommages découverts au cours des travaux. Le remplacement des faux plafonds de Chantemerle, lui, est achevé.

... et questions des conseillers

La palme de l’animation revient à Philippe Cochard qui a voulu vérifier et a obtenu une confirmation du syndic: ce sont bien 50 centimes par habitant que la commune verse pour assurer une partie du financement de la réception du nouveau président du Grand Conseil à Yverdon. Au passage, le conseiller rappelle que les présidents du Conseil communal urbigène rincent de leurs propres deniers, lors de leur nomination au perchoir communal. Il s’est également enquis de l’avancement du projet de création d’une structure foncière régionale destinée à acquérir le terrain et les bâtiments occupés par l’ancien «military shop». Selon le syndic le projet avance et devrait se concrétiser au début de l’automne.

De gauche à droite: Henri Germond, syndic d’Orbe et Christian Kunze, syndic de Chavornay.

Orbe-Chavornay: la Boucle , sur le chemin du rapprochement

L’Association pour le Développement Économique Orbe-Chavornay a organisé une promenade du dimanche, le 9 septembre. La population était invitée à rencontrer «ses entreprises», pour la plupart installées dans la plaine entre les deux localités, en suivant un parcours de 8 km sans voitures. Partout l’accueil était simple, des professionnels répondaient avec plaisir à l’intérêt des visiteurs.
Plaine de vélos

Près de 1200 personnes sont venues découvrir les entreprises d’Orbe et de Chavornay en utilisant des moyens de mobilité douce. Des rencontres, il y en a eu beaucoup entre les gens du coin sur le parcours, fait en partie de chemins agricoles. On pouvait y croiser les syndics des deux communes circulant côte à côte dans un petit véhicule électrique. Découverte aussi de cette plaine sous un angle de comptoir grandeur nature, dont le ciel bleu est indispensable au succès populaire. Les familles profitaient de l’attraction des tortues ou de la distribution de glaces, les duos voulaient finir la boucle pour avoir toutes les réponses du concours. C’était un beau défilé de marcheurs et de cyclistes en grappes. La seule ombre au parcours est qu’il n’y en avait pas, le soleil tapait sur les participants qui auraient aussi voulu trouver un banc ici ou là. Le partage du chemin n’a pas toujours été évident entre les cyclistes et les piétons, mais facilement amélioré à coups de sonnettes et de bonjours.

En revanche il est un point sur lequel tous les interrogés sont d’accord: «C’est à refaire!».

La Municipalité au complet avec de gauche à droite : Christophe Schwerzmann, Luigi Fiorito, le syndic Stéphane Costantini, Roland Brouze et Christophe Maradan.

Vallorbe: la population croît régulièrement

Mercredi passé, la réception des nouveaux habitants de la Cité du fer a dû être déplacée de la pelouse de la Presqu’île au Musée du fer tout proche. En effet, le ciel avait décidé d’ouvrir grand ses vannes juste au mauvais moment. A cette occasion, la Municipalité au grand complet accompagnée du président du Conseil communal a accueilli un peu moins de 100 nouveaux résidents de Vallorbe. Avec une population à nouveau en croissance lente depuis une dizaine d’années, la Cité du fer compte actuellement 3 915 résidents.

Vie sociale riche

Au nom de l’Exécutif, le syndic Stéphane Costantini a rappelé les qualités essentielles de la localité ainsi qu’un peu de son histoire. Il a également présenté les autorités et les dicastères respectifs de ses collègues. Tout en appelant la population nouvelle à participer à la vie sociale et culturelle. La croissance de Vallorbe devrait perdurer, compte tenu du nombre de logements actuellement en construction ou en projets concrets. Ceci sans compter les qualités intrinsèques de la Cité du fer qui attirent de plus en plus de monde. Avec 400 arrivées par année civile, la population augmente en chiffres nets d’environ 100 unités dans le même temps, si l’on tient compte des départs qui interviennent.

Des représentants des quelque 50 sociétés locales avaient fait le déplacement pour se tenir à la disposition des nouveaux habitants qui ont pu ensuite partager le verre de l’amitié à l’abri.

La luzerne, dont les racines peuvent descendre jusqu’à 2 m. de profondeur, est la seule à pousser par cette sécheresse.

Région: Agriculture, où est la pluie ?

2018 s’est montrée à nouveau sèche et difficile en agriculture et les résultats sont inquiétants. Les averses cette année ont été très locales, mais ont fait souvent plus de dégâts qu’elles n’ont apporté d’eau. Ainsi dans la région, Vaulion, après un orage de grêle, a eu plus d’eau que la Plaine de l’Orbe. La rive droite du lac de Joux a eu moins de pluie que celle de gauche. A Orbe, il y a eu 70 litres de moins sur les mois de juillet et août que la moyenne des 10 dernières années. Les orages étaient si violents que l’eau a ruisselé sur la terre au lieu de pénétrer pour nourrir les plantes.
De beaux foins ont été faits en juin et quelques agriculteurs ont pu faire de pauvres regains avant la sécheresse. Et depuis, plus rien ne pousse; les moutons ont tellement râpé les prés que ces derniers sont devenus rouges. Actuellement des cultivateurs, comme Denis Michaud à Orbe, sèment des dérobées (cultures intercalaires) pour tenter d’avoir quelque chose à donner aux animaux d’ici 1 ½ mois. Certains agriculteurs sèment pour la deuxième fois de l’herbe, car les graines n’ont pas pu germer. La Confédération réduit dès le 1er septembre les droits de douane sur les fourrages grossiers, mais la France a aussi des problèmes de sécheresse.

Bétail
Certains alpages n’ont déjà plus assez d’herbe, à l’instar de Francis Lang d’Orbe, qui monte de la luzerne sèche à ses bêtes sur l’alpe. Il en faut 400 kg par jour. Une partie des vaches ou génisses de plusieurs estivages sont déjà rentrées et sont nourries à l’intérieur. Il n’y a plus rien à pâturer à l’extérieur. Selon un communiqué du Conseil fédéral, l’armée a transporté, en juillet et août, 586 tonnes d’eau dans les alpages du canton de Vaud.

Quelques éleveurs, sentant le vent venir et n’ayant plus rien à donner à manger à leurs vaches, les ont amenées à l’abattoir.

Côté paille, les blés sont restés courts, même sans raccourcisseur, ce qui donne une quantité de paille bien inférieure à l’année passée. A tel point que des agriculteurs vont botteler la paille de soja pour compléter la litière.
Les champs de betteraves sont en manque d’eau et, pour le
s plants qui pourraient repartir, ils jaunissent, car la sécheresse a favorisé les attaques de cicadelles. Cet insecte transmet des viroses qui provoquent un enroulement des feuilles et une torsion des racines. Selon Sucre Suisse SA, les sondages du 21 août, en Suisse occidentale, montrent un bon taux de sucre, mais un rendement bien inférieur à la moyenne des années précédentes.
Vivement la pluie, mais pas trop violente !

De gauche à droite: 1er roi, Adrien Magnenat - 2e roi, Denis Troyon - 3e roi Jean-Michel Magnenat - 4e roi, Daniel Monnier – 5e roi Alain Magnenat. Devant: les petits rois: Max Ansermet et Gabriel Maire.

Orbe: l’Abbaye d’Orbe a fait feu

La Noble Abbaye des Archers de la ville d’Orbe est née le jour du tir à l’oiseau en mai 1719, premier système de milice d’alors, et elle représente les prémices de la société d’Abbaye actuelle.

Les membres de la noble Abbaye d’Orbe ont ouvert le feu pour marquer les 170 ans de sa fondation en 1848. Une fête traditionnelle basée sur une compétition de tir, qui au fil des ans s’est complétée d’une animation populaire festive. Le millésime 2018 a été une belle réussite, avec les activités traditionnelles d’une Abbaye, ponctuées par les discours de Patrick Simonin député et Henri Germond, syndic d’Orbe.
Sur le thème du Moyen-Age, le cortège du dimanche, agrémenté par la présence de divers groupes plein d’entrain, a ravi un nombreux public. La rentrée du drapeau sur l’Esplanade du Château a réuni lui aussi nombre de participants pour clore cette magnifique fête populaire.

Au stand
C’est une centaine de membres qui se sont rendus au stand de Valeyres-sous-Rances pour rivaliser d’adresse et essayer d’obtenir les lauriers.

Lors du couronnement sur l’Esplanade du Château, l’Abbé-Président Jean-Michel Magnenat a couronné comme 1er roi sur la cible Abbaye, à l’addition des points: Adrien Magnenat avec 431 points, 2e roi au coup centré, Denis Troyon avec un 99 appuyé d’un 95. 3e roi : Jean-Michel Magnenat avec 424 points, 4e roi au coup centré: Daniel Monnier avec un 99 appuyé d’un 84. 5e roi sur la cible surprise: Alain Magnenat pour un total de 45 points.
La fête s’est poursuivie
le lundi avec les manèges et la joie démonstrative des enfants, et de se terminer par un dernier bal conduit par «Patrick Léonard».