l’Omnibus est en pause estivale

Durant les deux premières semaines d'août, comme à l'accoutumée, l'Omnibus ne paraitra pas, donc ni le 4 août ni le 11 août.

Merci de votre fidélité et au plaisir de vous retrouver le 18 août.

Le bureau est également fermé durant cette période. Vous pouvez toutefois nous atteindre en utilisant l'adresse mail administration@lomnibus.ch qui sera relevée quotidiennement.

Et bonnes vacances et à celles et ceux qui peuvent en prendre et/ou ne l'ont pas encore fait

Moissons-2017

Région: Moissons, tout en même temps !

Les orges ont été vite mûrs, puis un orage a stoppé le début des moissons. A suivi un temps sec, qui a donné l’impulsion aux céréales de mûrir. Et le bal des moissonneuses a commencé, de jour comme de nuit. Les centres collecteurs ont reçu tout en même temps: orge, blé, colza et même les pois. Ils ont dû jongler avec les trémies pour que tous les grains passent correctement.

Au début de cette semaine, soit avec 10 jours d’avance, la quasi-totalité des céréales, panifiables et fourragères, et des oléagineux ont été récoltés et la paille n’a pas traîné sur les champs. Il ne reste plus que quelques balles rondes qui ne risquent pas trop la pluie. Après de beaux foins, les agriculteurs ont fait une bonne récolte de céréales. L’année passée, il manquait environ 15 % de grains, mais cette année, on est au niveau espéré, soit environ 17% de plus qu’en 2016.

Belle récolte

Joint à Chavornay, Olivier Agassis, le responsable, a signalé à L’Omnibus que les centres collecteurs de Chavornay, Orbe et Péroset ont reçu 16’700 tonnes de céréales et oléagineux. Il y aura encore des tonnes à recevoir de ceux qui n’ont pas encore livré. Les blés sont de bonne qualité avec un poids à l’hectolitre bon à très bon. Le taux de protéine se situe entre 13.5 et 15, les meuniers seront contents. Quasi toutes les récoltes de blés sont arrivées sèches, par contre, elles ont été ensilées chaudes à + de 30°. Les centres collecteurs doivent donc refroidir le contenu des silos pour maintenir la qualité.
Les récoltes se font de plus en plus tôt à cause de la sécheresse qui stresse les grains, mais également à cause des nouvelles variétés plus précoces. Comme d’habitude, les récoltes contiennent bien assez de blé Top. Il faudrait davantage de classe 2, mais les céréaliers ont de la peine à changer leurs habitudes, pourtant ce dernier convient parfois mieux au terrain.

Bref, il n’y a que les moineaux qui sont mécontents. Ils arrivaient sur les champs en groupe d’une vingtaine, comme des étourneaux, et ravageaient les épis avant que la moissonneuse arrive.

Romainmôtier : Vallon du Nozon, drôles de découvertes

Ces dernières semaines, le garde forestier de Juriens a découvert avec stupéfaction qu’une centaine d’arbres ont été marqués à la peinture orange fluo, dans les bois entre Nidau et Pompaples. Selon Bastien Siggen, le mal n’est pas irréversible. Seuls les arbres à la fine couche d’écorce pourraient subir quelques conséquences. Il n’empêche qu’il faudra effacer ces traces qui donnent le sentiment que l’on a fléché un parcours à travers les bois sans se rendre compte de l’impact que cela peut avoir. Ainsi, des promeneurs parisiens se sont perdus ne sachant plus à qui faire confiance entre la signalisation officielle et les tags. Il faut dire que ces lieux sont assez fréquentés par des promeneurs qui aiment la nature et le calme. C’est la raison pour laquelle les forestiers entendent bien effacer ces traces inconvenantes.

Organisateurs montrés du doigt

Le «tweet» de Bastien Siggen est parvenu jusqu’à la conseillère d’Etat Jacqueline De Quattro qui s’est offusquée du mépris pour la forêt. Toutefois, aucune enquête n’est en cours et les forestiers vont tenter de découvrir les auteurs de ces méfaits, imaginant que cela puisse provenir d’organisateurs de manifestations équestres ou de courses à pied. Ce n’est du reste pas la première fois que de tels méfaits sont constatés dans le Vallon du Nozon puisque la falaise de Romainmôtier avait notamment fait l’objet d’un coloriage. Cela donne le sentiment que l’on ne respecte plus la nature ou du moins que l’on ne mesure pas les conséquences d’actes inadéquats.

La vitrine faite de rose, de bleu et de douceurs a séduit les deux experts.

Orbe: une vitrine récompensée

Une belle surprise attendait Nadica Gjorgjieva lors de la remise des CFC de gestionnaire du commerce de détail le 3 juillet dernier. La jeune femme de 21 ans, apprentie à la boulangerie Court d’Orbe, s’est vue attribuer le prix de la plus belle vitrine. Etal qui faisait partie intégrante des examens en vue de l’obtention de son certificat.

Un thème qui sort du lot

Appliquée, Nadica a imaginé la décoration de A à Z et a collaboré avec les boulangers-pâtissiers pour la réalisation de son travail. «Ça fait depuis le mois de janvier que j’y réfléchis. J’ai finalement choisi le thème de la «baby shower» car j’aime beaucoup cette célébration qui nous vient des Etats-Unis», explique la jeune femme. «Baby Shower?» Une fête organisée par les copines d’une future maman pour célébrer l’arrivée imminente d’un nouveau-né. Un thème qui a visiblement plu au deux experts qui ont jugé son travail le 18 mai dernier. «J’étais stressée et je n’aurais jamais pensé gagner un seul prix», se remémore l’habitante de Chavornay.

La difficile langue française

Il faut dire que l’apprentissage entrepris par Nadica n’a pas été un long fleuve tranquille. «Je suis arrivée de Macédoine il y a cinq ans, j’ai dû faire beaucoup d’efforts pour apprendre le français et suivre les cours. Toute l’équipe de la boulangerie m’a beaucoup soutenue et je leur en suis très reconnaissante», confie-t-elle. La jeune femme ne va pas s’arrêter en si bon chemin. À la rentrée d’août, elle entame une maturité santé-sociale d’une durée d’un an, dans le but de se former dans le domaine médical. «Depuis toute petite, je souhaite travailler dans ce domaine, car mon père est infirmier, mais à mon arrivée en Suisse je n’avais pas un assez bon niveau de français». On lui souhaite

Urba byrinthe, un rendez-vous désormais incontournable

Orbe: Maïs féérique

Depuis le 1er juillet et jusqu’au 1er octobre, les visiteurs peuvent à nouveau se perdre dans les méandres du labyrinthe de maïs d’Urbakids. Pour cette quatrième édition, Isabelle Chapuis et Didier Schlaefli, initiateurs du projet, ont conçu et préparé deux nouveaux parcours en collaboration avec le propriétaire du terrain. Et pour que la balade soit motivante, les chemins sont parsemés d’énigmes, de petits pièges, d’animations comme le sentier pieds nus, le carrousel fait maison, la cabane de Léo Regazzoni et d’autres à venir découvrir sur place. Mais en poussant la porte verte ou la bleue, la magie opère aussi en découvrant le monde fantastique des Calengwiriths imaginé et conçu par «Sara.H & DeLaPerouze». De plus, en participant au concours, les plus jeunes pourront gagner des porte-clés et les plus grands un «œuf», œuvres des artistes sculpteurs de Mathod. Tous les vendredis de juillet et août, les lumières guideront les pas des aventuriers en nocturne jusqu’à 23 h., avec possibilité de déguster une fondue au jus de pommes.

Un sac à malices rempli d’idées

En cinq ans d’existence, Urbakids n’a cessé de grandir en notoriété et en innovation, comme la conception du labyrinthe qui se renouvelle chaque année. Et comme Isabelle Chapuis et Didier Schlaefli sont soucieux de rendre l’endroit attractif et ont des idées à profusion, ils ont même mis sur pied les balades à bicyclette depuis l’automne dernier. Ils proposent la location des vélos pour les familles et les plans des quatre parcours balisés (trois plus petits de trente minutes et le plus grand d’une heure).

Depuis la gauche, 1er roi Michael Troyon et Estelle, 2e roi Michel Petermann et Lola, 3e roi Heinz Schürch et Aurore, 4e roi Karim Vidmer et Adeline.

Valeyres-sous-Rances: des tirs, des rois et de la bonne humeur

C’est dans un village joliment décoré que les membres de l’Abbaye des Carabiniers ont vécu leur 173e fête de cette belle tradition.
Un programme festif de trois jours a permis aux 106 membres inscrits de vivre les concours de tir, participer au banquet et diverses verrées, ainsi qu’aux cortèges. Comme toutes sociétés d’Abbaye, le rituel fait partie des convenances, avec la sonnerie de la diane à 5 h., prise du drapeau et montée au stand de tir afin de permettre aux fins guidons de rivaliser. A Valeyres-sous-Rances, les doués de la gâchette sont nombreux, les résultats obtenus le démontrent. 17 h., arrivée au stand des reines emmenées par la fanfare de Vaulion, et de Pierre-Alain Conrad Abbé-président qui annonce les résultats des tirs et couronne les meilleurs.

A la cible d’Abbaye, 1er roi avec 454 points Michael Troyon, 2e roi au coup centré avec un 100 appuyé d’un 90 Michel Petermann, 3e roi avec 429 points Heinz Schürch et 4e roi au coup centré avec un 100 appuyé d’un 89 Karim Vidmer. Le tir à 50 mètres à la carabine 22 long rifle des enfants a vu chez les filles Léonore Bornand couronnée reine et chez les garçons Arnaud Niklaus couronné roi.

Cible «Âge du comité», soit le cumul de l’âge des membres du comité (306) que le tireur doit approcher le plus possible. Dans cet exercice aléatoire, deux tireurs ont réussi le tour de force de faire 306 points, Arthur Jaton et Sébastien Tréhan. La munition nécessaire pour cette joute festive se monte à 2700 cartouches tirées sur les trois cibles du programme.

Dans le cadre de la partie officielle, se sont exprimés Jacques Nicolet, Conseiller national, puis avec un fond de terroir bien vaudois et plein d’humour Corinne Tallichet-Blanc, syndique du village, et Jean-Philippe Décoppet Abbé-président de la société d’Abbaye invitée de Mathod. En fin d’après-midi, rentrée du drapeau et participation au traditionnel «Picoulet» devant le collège. La journée du dimanche et celle des enfants du lundi se terminent par le non moins traditionnel cortège.

Chavornay : Très classe la fin des classes et départ pour l’avenir

Les élèves des trois classes de l’Etablissement primaire et secondaire de Chavornay et environs, qui sont arrivés cette année à la fin de leur scolarité obligatoire, étaient réunis ce dernier jeudi à la salle polyvalente pour recevoir leurs certificats et leurs prix.

La foule des parents et des proches des élèves avait fait le plein de la salle.
Dans son allocution, Anne Fournand, la directrice de l’établissement pour qui c’était une première, a rappelé aux élèves qu’ils étaient les passagers du train de la vie et qu’ils venaient d’atteindre la destination «Ecole obligatoire». Pour l’avenir, ils allaient poursuivre leur voyage et chacun devrait désormais choisir sa voie et ses prochaines haltes.
Une belle et joyeuse cérémonie

La remise des certificats s’est faite dans un décor haut en couleur. La scène a accueilli les diplômés, mais aussi plusieurs prestations musicales produites par des élèves de l’établissement. En cadeau final, c’est Amandine qui est venue en solo offrir deux chansons, tout émue de se retrouver dans le milieu de son enfance

Orbe: une Verte au perchoir

Dernière séance avant la pause estivale pour le Conseil communal d’Orbe jeudi passé. Avec un ordre du jour relativement chargé qui a occupé les membres du délibérant durant plus de deux heures sous la présidence ultime pour cette année de Philippe Cochard. Plusieurs préavis ont été déposés par l’exécutif, qui concernent, entre autres, une demande de crédit pour des travaux de remplacement de tableaux électriques des stations de relevage, ainsi qu’un diagnostic du réseau des eaux claires et des eaux usées restant à effectuer, ou encore des travaux de sécurisation du Temple et un changement de chaudière doublé de l’aménagement de w.c. publics. Une transformation des locaux pour le personnel PPLS est aussi à l’ordre du jour au Collège du Grand-Pont et à Montchoisi. Les commissaires devront sans doute œuvrer pendant les vacances scolaires pour se déterminer sur tous ces sujets. De même qu’en ce qui concerne les statuts et l’organisation de la nouvelle association scolaire intercommunale ASIOR, dont on a appris que l’élaboration était pratiquement terminée. Le plat de résistance concernait les comptes et la gestion de l’exécutif pour l’année 2016. Ces derniers points n’ont pas donné lieu à de longues discussions.

Comptes 2016

Pour mémoire on rappelle que l’exercice 2016 s’est révélé nettement meilleur que prévu, faisant apparaitre un déficit de Fr. 998 000.– en lieu et place des 1.7 million de francs escomptés, ceci après enregistrement de certaines reprises de provisions comptables qui concernaient des exercices précédents, dans le but d’offrir une vision assainie et plus facilement lisible du bilan de la commune. C’est à l’unanimité que les comptes et la gestion communale pour 2016 ont été acceptés.
Contrôle des associations intercommunales
Au niveau du contrôle de la gestion, la question s’est posée – comme dans d’autres localités – de l’accès d’une commission de gestion ou des finances aux comptes d’une association intercommunale dont fait partie la commune et qu’elle finance régulièrement. Après avoir consulté la préfecture, le syndic Henri Germond a expliqué que ces associations, financées par les deniers publics étaient en principe toutes des personnes morales de droit public. Et qu’à ce titre, les détails de leur résultat et de leur fonctionnement sont publics de principe et d’intérêt public. Dans ces conditions, les comptes seront désormais communiqués aux commissions compétentes du Conseil qui en feraient la demande.

Un crédit de Fr. 244 000.– a été accepté à l’unanimité pour le réaménagement de la chaussée aux Remparts Sud. Une participation de VO Énergies devant encore être décomptée de ce total.

Protection civile

L’adhésion à la nouvelle ORPC du Jura Nord vaudois n’a soulevé aucune objection, de même que la dissolution de l’organisation existante et le transfert de ses actifs à la nouvelle organisation. En fin de séance, Regula de Souza (Les Verts) est intervenue au nom de la CISEROC pour rappeler à quel point, grâce aux nouveaux locaux de la rue de la Tournelle, l’association rencontrait un succès toujours croissant, notamment avec ses ateliers CV, ses cours de langue française pour étrangers ou encore ses cours de naturalisation et ses contacts du jeudi matin, qui rassemblent de plus en plus de monde.

Nouvelle présidente

En vertu des nouvelles dispositions légales, l’élection de la présidente du Conseil pour l’année à venir a pu se dérouler de façon tacite : puisque seule une candidate a été présentée à cette charge par son groupe, la conseillère des Verts Natacha Mahaim Sidorenko. C’est donc à l’applaudimètre et non plus au nombre de bulletins recueillis que cette dernière aura pu mesurer la popularité de sa candidature. Le traditionnel passage de la clé de la cité a eu lieu après la séance devant l’Hôtel de Ville.

L’interprète en langue des signes, Dominique Martinis, permet à Viviane et Didier de participer à la séance. A sa gauche, la boursière, Nathalie Rochat.

Sergey: La fibre optique arrive!

C’est par une chaleur estivale qu’a eu lieu ce premier conseil de l’année mené par Patrick Gaillard.Thierry Dietrich, syndic, se recommande d’avoir un oeil bienveillant à l’égard de tout voisin âgé, le plan canicule est d’actualité. Les 5 préavis présentés sont aisément avalisés. En bref, il s’agit de l’usuel octroi d’autorisations générales pour la nouvelle législature (pour un montant passant de Fr. 5’000.– à Fr. 20’000.–), de l’adoption des statuts et adhésion à l’ORPC (protection civile) ainsi que de l’adoption des statuts de l’ASIOR (école). Quant à lui, le taux d’impôt est prudemment fixé à 78%. Finalement les comptes 2016, qui présentent un excédent de produits de Fr. 9’221.51 pour des charges se montant à Fr. 617’925. 51, sont pareillement acceptés. Très peu de discussions à ce stade et collatéral de la température? La nomination du bureau se fera par acclamations tant pour le nouveau vice-président, Florian Sordet, que pour le président, Patrick Gaillard qui poursuit au perchoir.

Toit de la fontaine et fibre optique
Karen Djikstra, municipale des bâtiments, répondra avec compétence aux questions concernant la venue de la fibre optique en septembre-octobre 2017 à Sergey. Beaucoup se réjouissent d’augmenter leur débit. En outre, des tuiles se sont envolées sur la fontaine de la place. Oui, ce sera réparé rassure la municipale, mais les finances imposent un frein sur les petits investissements. Les dépôts sauvages récurrents fâchent, la Municipalité s’avoue un peu démunie à cet égard ne disposant que de peu ou pas de moyens légaux.
Interprète en langue des signes
Cette séance a vu l’assermentation, un peu hors du commun, de Viviane et Didier. Tous deux habitent depuis une dizaine d’années à Sergey et sont sourds. Donc, ce soir-là, Dominique Martinis, interprète en langue des signes, a «traduit» toute la séance pour que le couple puisse y participer. Fascinant et émouvant
spectacle! Comme l’indique Didier, il y a de nombreux malentendants dans la région et il souhaiterait que d’autres municipalités, à l’instar de Sergey, proposent ce service. Tout sur le site Procom-deaf. Prochain conseil le 29 novembre 2017