Articles

Le cortège dans les rues de Chavornay.

Chavornay: couronnes, danses et parades

La fête de l’Abbaye Union et Paix a battu son plein en ce premier week-end ensoleillé de juillet. Après le concours de tirs au stand d’Entre-deux-Ruz, les lauréats ont été couronnés rois devant l’église de Chavornay.

Abbé-président de l’Abbaye Union et Paix, Yann Spring a prononcé un discours de bienvenue et adressé ses félicitations, puis a énuméré les résultats.

Comme le veut la tradition, les rois ont entamé quelques pas de danse au bras des charmantes demoiselles d’honneur et au son des notes de musique de la fanfare «La Lyre-L’Espérance de Chavornay-Bavois». Ensuite, tous ont paradé à travers le village accompagnés du public venu nombreux pour l’occasion.

Le lendemain, après le culte dominical, le cortège a serpenté de plus belle à travers les rues de Chavornay pour se diriger à la salle polyvalente où les attendaient banquet et remise des prix. En fin d’après-midi, les participants ont défilé à nouveau dans leurs beaux costumes, toujours réjouis par la musique et entourés des  villageois.
Lundi, les festivités ont suivi leur cours puis,au terme de la fête, la reddition du drapeau à la Maison de Commune a clôturé la cérémonie.

Michel Duvillard quitte son poste d’abbé-président.

Chavornay: nouvel abbé-président

Michel Duvillard quitte son poste d’abbé-président.

Michel Duvillard quitte son poste d’abbé-président.

C’est vendredi dernier que la société d’Abbaye de Chavornay a réuni ses membres pour son assemblée générale. Après la lecture des procès-verbaux de l’an passé par le greffier Dominique Tréhan, l’abbé-président Michel Duvillard a précisé que le bal du 5 mai a remporté un franc succès, pour un bénéfice
Fr. 6 784.90. Quant à la Commission de Tir, par le biais de Yann Spring, elle a félicité les 132 tireurs pour les bons résultats obtenus. Du reste, une délégation ira défendre les couleurs de la confrérie lors du tir cantonal d’août prochain.

Bon bilan de l’édition 2012

Le trésorier Olivier Thibaud a présenté les comptes 2012-2013 avec des entrées pour Fr. 42 500.– lors de la fête de l’Abbaye, le bénéfice s’est situé à Fr. 8 200.–. Au final, l’Abbaye Union et Paix présente un avoir en banque de Fr. 65 600.–. Une cotisation au fond «Centième et drapeau» (en 2019) est admise et le Conseil décide d’allouer une somme Fr. 14 710.–. David Malherbe, Pierre-Alain Auberson, Jean-Pierre Badini ainsi que Marcel Chevalier en tant que suppléant entrant à la commission de vérification 2013-2014.

Passage de témoin

Michel Duvillard cède son poste d’abbé-président à Yann Spring, souhaitant ainsi laisser place à des «forces vives» en vue des fêtes d’Abbaye à venir (prochaine 5-6-7 juillet 2014) et notamment pour la 100e. «Je suis certain qu’il saura guider l’Abbaye sur le bon chemin et perpétuer les valeurs qui nous unissent».
En conclusion, Didier Lombardet adresse les félicitations de la Commune à l’Assemblée de l’Abbaye Union et Paix pour toutes les activités qu’elle déploie.

Photo Sarah Gigon

Nicole Gaspardi, depuis 29 ans au Comité

USL: vers le démantèlement?

Nicole Gaspardi, depuis 29 ans au Comité

Nicole Gaspardi, depuis 29 ans au Comité

Les sociétés urbigènes membres de l’Union ont reçu ces derniers jours une lettre-convocation dans laquelle on trouve au point 7 de l’ordre du jour la dissolution éventuelle de l’USL. En date du lundi 26 mars prochain, les membres de l’USL devront donc se prononcer sur cette question délicate. En effet, le comité a le sentiment que l’Union des Sociétés Locales a de moins en moins sa raison d’être.

Perte de prérogatives

Cette réflexion est survenue à la suite de plusieurs événements. A commencer par le renouvellement des dirigeants de cette union. Si l’année dernière, Philippe Cochard a accepté de prendre la présidence en remplacement de Dominique Jaccard, il s’avère que personne ne se précipite pour occuper une place au comité. Il est vrai qu’avec le temps, l’USL a perdu quelques-unes de ses prérogatives.

Elle attribuait les lotos ce qui avait provoqué certaines passes d’armes croustillantes à l’époque. Malheureusement, les sociétés ne sont plus intéressées par ce genre de manifestation et s’adressent directement à la Municipalité pour ce type d’organisation. A l’époque, l’USL était sollicitée pour la location du Casino. Une tâche qui a été reprise par le Greffe municipal depuis quelques années tant les sollicitations sont nombreuses.

Lors de la rénovation de l’édifice, le matériel de l’USL a été cédé à la commune. Si bien que le comité n’a plus d’autre tâche que de trouver des partenaires pour la tenue de stands à l’occasion de la fête nationale, en collaboration avec la commune. Autant dire que le pouvoir de l’USL a sensiblement diminué.

Attente de propositions

Comme personne ne le sollicite, le comité a osé se demander si l’Union était encore utile. Cela dit, le comité n’a pas abdiqué et est prêt à entendre toutes sortes de propositions qui pourraient justifier son maintien. C’est pourquoi il attend de connaître l’avis des différentes sociétés sur l’avenir du groupement. Dans les villages voisins, l’USL a encore sa raison d’être pour différentes raisons comme l’organisation de fêtes communes ou pour la location de matériel.

Ce n’est donc plus le cas à Orbe et il faudrait de nouvelles idées et un intérêt de la plupart des sociétés pour donner un sens à l’USL. Il faut donc espérer que les sociétés viendront à cette assemblée générale ordinaire avec des propositions intéressantes. Sans quoi il faudra bien se résoudre à la dissolution car rien ne sert de payer des cotisations à une USL désabusée par le manque d’intérêt qu’elle constate depuis plusieurs années.

Photo Marianne Kurth