Articles

Une femme de coeur: Leila Gilabert

Elle est la prêtresse du réveillon du 31 décembre. Depuis 19 ans, elle organise la fête de la Saint-Sylvestre pour les personnes seules ou cherchant de la compagnie pour le passage de la fin de l’année. Cette convivialité nous la lui devons puisque Leila Gilabert a su s’entourer d’une équipe de fidèles bénévoles qui se met à disposition pour cuisiner, servir ou animer la soirée.

Le labeur toujours

Née à Venise en 1935, c’est à Trévise qu’on découvre Elide Spigariol en train de donner des coups de main à des paysans. Elle fera un apprentissage de couturière à 14 ans, sans terminer son cursus scolaire. Puis à 17 ans, elle vient à Montcherand et Arnex avec une trentaine de jeunes filles de sa région pour attacher la vigne. Elle restera à Orbe où travaille son père Giuseppe. D’abord à la boulangerie Grobéty où elle fera la connaissance de son premier mari. Puis elle oeuvrera dans différentes entreprises de la localité comme chez Alvazzi pour nettoyer les bureaux dès 5 heures du matin avant de préparer ses enfants Eric et Doris pour l’école. Après son divorce, elle ira en plus servir dans les banquets et les restaurants pour glaner quelques petits sous.

Des jambons de trop

Passionnée de lotos, elle gagnera sept jambons lors de l’automne 1995. Elle ne sait qu’en faire. Avec son amie Margrit Gaillard, elle décide d’organiser un repas du Nouvel An à la cure catholique pour les gens dans le besoin, avec l’accord du curé Arnold. Elle se souvient que l’on avait servi du jambon et du gratin et qu’elles avaient acheté trois litres de Goron et quelques bouteilles d’eau minérale et confectionné du gâteau aux pommes pour le dessert. De 14 convives pour cette première, le chiffre double rapidement et quatre ans plus tard, la salle devient trop petite et le financement n’est plus garanti. Elle cherche des appuis pour l’aider. Pierre-André Pasteur lui propose ses services en cuisine et Pierre Mercier trouve des solutions financières. La belle aventure se poursuit avec le succès que l’on connaît depuis 19 ans. A 78 ans, elle souhaite désormais trouver la personne qui pourrait lui succéder afin que cette belle tradition demeure.
Samia de Créteil
Cette générosité de cœur mérite d’être soulignée car Leila ne roule pas sur l’or. En dehors de sa passion des lotos, elle passe une partie de son été dans un cabanon sur le haut du chemin des Vignes où elle cultive un petit potager et reçoit ses amis et sa famille. Et si l’on sait qu’à une période de sa vie, elle a pris en charge pendant quatre ans une petite Samia de Créteil qui avait passé quelques étés chez elle dans le cadre de l’action Feu et Joie, on mesure à quel point cette femme est solidaire. C’est dire qu’elle mérite sans aucun doute toute notre admiration et nos remerciements.

Photo Serafina Tumminello

Leila Gilabert et Martina Osmanovska.

Orbe : des femmes généreuses

Leila Gilabert et Martina Osmanovska.

Leila Gilabert et Martina Osmanovska.

Leila Gilabert maintient le cap. Elle organisera une nouvelle fois le repas de la Saint-Sylvestre au Casino avec son équipe habituelle, toujours fidèle au poste.

Afin de financer cette soirée qui s’adresse à tout le monde, vous pourrez le faire à l’occasion de la collecte qui sera effectuée sur la Place, à l’occasion du marché de jeudi prochain, 16 décembre de 8 h. 30 à 12 h.

En outre, si vous souhaitez vous inscrire pour ce moment de bonheur, faites-le au numéro de téléphone 024 441 28 72.

En vous inscrivant, vous permettrez à Leila de vous gâter une fois de plus. Tout en précisant que vous serez toujours les bienvenus, même si vous décidez d’y participer à la dernière minute.

Une autre dame de cœur

Comme elle en a pris l’habitude, Martina Osmanovska invite encore une fois la population à venir manger à son restaurant du Cheval Blanc, en date du 24 décembre à midi. Une dinde au curry sera au menu avec riz, salade, dessert et café, seules les boissons alcoolisées seront à la charge des clients.

En dehors de son geste tellement généreux, Martina se soucie beaucoup du financement des «Cartons du Cœur». C’est pourquoi elle recommande aux clients, à cette occasion, de faire un geste pour cette institution au terme de ce repas. Décidément, Orbe a de la chance de pouvoir compter sur la générosité de Martina et Leila.

Troc des jouets

On reste encore dans la tradition avec la mise sur pied, par le groupe Union Libre, du Troc des jouets. Une manifestation qui se déroulera plus tard que d’habitude. D’une part parce que les salles du Casino d’Orbe n’étaient pas disponibles au début du mois de décembre et d’autre part afin de tenter de trouver une solution au manque de succès de l’édition précédente.

Il faut dire que les écoles  n’autorisent plus la distribution des papillons qui permettaient aux parents des élèves d’être prévenus du Troc qui aura lieu samedi prochain 18 décembre de 9 h. à midi au Casino.

Il est utile de préciser que la participation est gratuite, les enfants peuvent venir avec leurs jouets en très bon état pour les vendre ou les échanger. Il en va de même pour les acheteurs, l’entrée est libre et l’occasion est bonne de réaliser quelques petites affaires à des prix totalement raisonnables afin de prolonger quelque plaisir aux enfants qui attendent Noël avec impatience.

Photo Pierre Mercier

L’équipe des bénévoles avec Leila Gilabert et Pierre-André Pasteur, chef de cuisine (à gauche sur la photo).

Orbe : repas du 31 décembre

L’équipe des bénévoles avec Leila Gilabert et Pierre-André Pasteur, chef de cuisine (à gauche sur la photo).

L’équipe des bénévoles avec Leila Gilabert et Pierre-André Pasteur, chef de cuisine (à gauche sur la photo).

Affluence record

Ils étaient près de 120 convives qui avaient répondu à l’invitation de Leila Gilabert et son équipe au Casino d’Orbe. C’est dans une belle ambiance que ces personnes ont passé le cap du Nouvel-An grâce aux musiciennes de service, Mmes Jaccottet et Zoni.

Au point que certaines personnes ont terminé  la soirée aux aurores ! Si l’on doit remercier tous les bénévoles qui ont contribué au bon déroulement de cette soirée, il faut leur associer les commerçants qui ont offert une partie de la marchandise soit les boucheries Bühlmann et Plancherel, la pâtisserie Guignard Desserts, la Migros, le fleuriste Fleur de Lotus et Vinurba, qui méritent d’être sincèrement cités.

On notera enfin que plus de mille francs a été récolté au terme de ce réveillon qui était organisé pour la seizième fois par Mme Gilabert et son équipe.

Photo Pierre Mercier