Articles

Debout au centre, le président Claude Recordon durant l’assemblée. A sa droite, le vice-président Stéphane Costantini, la directrice Martine Favre et l’administrateur sortant Jacques-André Mayor.

Ballaigues: Voénergies en croissance

L’assemblée générale ordinaire des actionnaires du groupe Voénergies s’est tenue à Ballaigues, au Centre villageois. L’année 2015 aura été une année de croissance pour le distributeur et producteur régional d’énergies. C’est en effet en 2015 que la Société Urbagaz SA a été intégrée à la suite de l’échange d’actions intervenu entre les communes d’Orbe, de Chavornay et la holding du groupe. Une façon d’étendre de façon substantielle l’aire de distribution existante. En 2015 également, le groupe a absorbé deux sociétés de téléréseaux – Mormonnet et Oronvision –, faisant ainsi passer sa zone de desserte de 31 à 50 communes et augmentant ses clients de 7’000 à 10’000. Toujours du côté du multimédia, un domaine qui marche fort, le groupe a pris une participation de 5% dans le câblo-opérateur Netplus.ch SA qui fournit les signaux de télévision aux clients de la région ainsi qu’à quinze autres téléréseaux romands. Tout récemment enfin, la population vallorbière a approuvé le parc éolien «Sur Grati», après une période référendaire éprouvante. L’assurance de pouvoir à terme – une fois les procédés judiciaires des opposants réglés – couvrir la totalité du courant consommé dans la zone de distribution par une production régionale, qui plus est uniquement réalisée au travers d’énergies renouvelables.

Résultats encourageants

Dans un contexte de prix de l’électricité très bas et d’ouverture partielle du marché pour les gros consommateurs, l’exercice 2015 a dégagé un profit de l’ordre de Fr. 500000.–, en légère diminution par rapport à celui de 2014, mais permettant quand même la distribution d’un dividende de 6% en faveur des actionnaires. Comptes, gestion, utilisation du bénéfice et rapports ont été acceptés sans discussion. Le président du conseil d’administration, Claude Recordon, qui n’est plus le syndic d’Orbe au moment de la parution de ce numéro, conserve son siège au conseil d’administration, ceci pour 3 ans, mais cette fois en qualité de représentant des actionnaires privés. «Un honneur pour moi, un plaisir aussi et l’assurance de rester jeune en devant faire face quotidiennement à des défis majeurs passionnants» précisera Claude Recordon dans son allocution. De son côté, le municipal sortant urbigène Jacques-André Mayor a quitté le conseil, assurant l’assistance «qu’il avait eu plaisir à travailler avec tous ses collègues».

La question qui tue

Un actionnaire a choisi les «divers» pour reprendre à son compte la question-bateau des anti-éoliens. «Comment peut-on parler de pourcentage de production d’éoliennes, alors que ces dernières produisent de façon très intermittente?» L’occasion pour la directrice Martine Favre de lui rappeler que toutes les installations de production électrique sont en permanence interconnectées à un réseau suisse et européen. Dans lequel elles injectent la totalité de leur production, intermittente pour les éoliennes comme – depuis des décennies – pour les barrages ou les installations au fil de l’eau. On parle donc de chiffres de production globaux et de pourcentages globaux. Le fait que les éoliennes s’arrêtent, ne coupe pas pour autant la lumière de la lampe de chevet de Monsieur tout le monde. Le relais est pris par une autre électricité produite ailleurs, mais véhiculée sur le même réseau. Le principe physique de base étant, en plus, que chaque électron produit recherche toujours à être consommé le plus vite possible et le plus près possible de son lieu de production.

Ciblez vos économies d’électricité

Comment diminuer sa consommation d’énergie électrique? Economie en francs ou en kilowattheures et pourquoi économiser?
Notre commune est membre des Cités de l’énergie. Lors d’une séance d’information le municipal Jacques-André Mayor a présenté un éminent spécialiste en la matière, Maurice Grünig, délégué à l’énergie de La Chaux-de-Fonds pour nous parler des économies d’électricité.
D’autres séances d’informations suivront, notamment pour la rénovation des bâtiments.

Utilisation rationnelle de l’électricité
Connaissez-vous votre consommation annuelle? La moyenne d’un ménage est comprise entre 3 200 et 4 300 kWh, et cela représente environ pour Fr. 800.– d’énergie et Fr. 400.– de taxes diverses, soit une dépense mensuelle de Fr. 100.–.

Le conférencier a décortiqué les différents appareils, depuis la petite lampe témoin aux gros consommateurs que sont les machines à laver, frigos et congélateurs, en passant par les nombreux petits instruments utiles ou gadgets qui composent la panoplie d’un ménage moderne.
Pour chaque cas, il a expliqué comment diminuer sa consommation, souvent par de petits conseils utiles.
Dans un ménage moyen, le lavage du linge et de la vaisselle compte pour 30%. Suivent: le froid avec 25%, la cuisson 15%, l’éclairage 15% et les divers petits appareils 15%.

Où économiser

Si un aspirateur est utilisé une heure par semaine, sa consommation annuelle sera de 50 kWh, soit un coût de Fr. 12.–. Un wi-fi de 8 watts, ce petit gadget vous facilitant les raccordements sans fils, consomme en une année 70 kWh, soit Fr. 17.–. Il en va de même pour de nombreuses petites lampes, transformateurs, horloges etc.
Pour les gros consommateurs, comme les machines à laver, les congélateurs etc. le seul moyen d’économiser est d’acheter des appareils avec des étiquettes A, soit des appareils dernier cri, mieux isolés, économisant l’eau. Mais, si un appareil fonctionne encore bien, il ne faut pas le changer sans avoir bien calculé les économies réelles.
L’éclairage avec des lampes LED permet de sérieuses économies d’électricité; même si leur coût est plus élevé, le bilan final est intéressant.

Réactions du public

Une partie du public se rend compte que les économies en francs sont très faibles. Le confort a un prix que chacun, chez nous, peut se payer; Fr. 100.– par mois, en comparaison avec les assurances maladies c’est peu. Où le message a de la peine à passer, c’est que ce sont les kWh qu’il faut économiser, car cette énergie il faut la produire. Par exemple, un meilleur dimensionnement des pompes de circulation des chauffages peut remplacer une centrale nucléaire et même une 2e centrale en coupant les petits appareils lorsqu’ils ne sont pas utilisés.

L’information doit être continue, suivie d’actions si l’on veut vraiment sortir du nucléaire.

Une partie du Conseil d ‘administration, avec de gauche à droite, Claude Recordon, Claude Madorin (directeur), Stéphane Costantini, Raphaël Darbellay et Bernard Randin.

Année contrastée pour VO Energies

Une partie du Conseil d ‘administration, avec de gauche à droite,  Claude Recordon, Claude Madorin (directeur), Stéphane Costantini,  Raphaël Darbellay et Bernard Randin.

Une partie du Conseil d ‘administration, avec de gauche à droite,
Claude Recordon, Claude Madorin (directeur), Stéphane Costantini,
Raphaël Darbellay et Bernard Randin.

Vendredi a eu lieu dans un Casino de Vallorbe à peine inauguré l’assemblée générale annuelle de VO Energies. Plus d’une centaine d’actionnaires avait répondu présents à l’appel et avait rallié la cité du fer malgré une chaleur oppressante.

Dans son rapport présenté par le président Claude Recordon, le Conseil d’administration du groupe se félicite d’un exercice 2011 qui constitue le cinquième bouclement comptable depuis que la fusion a été décidée. Cette année a été marquée, entre autres, par le drame de Fukushima et par la décision subséquente du gouvernement d’abandonner le nucléaire à un horizon d’une quarantaine d’années. Cette décision fondamentale représente un défi énergétique qu’il faudra relever, car le délai envisagé n’est finalement pas aussi large qu’il peut paraître.

Un exercice sur deux tons

Alors que tant la production d’électricité que la consommation de gaz ont diminué en 2011, les autres produits du groupe ont considérablement augmenté. L’hydrologie très défavorable en 2011 a conduit à une baisse drastique de la production du groupe, de l’ordre de 21%. Cette diminution est aussi à mettre en relation avec la fermeture de la centrale des Moulinets.

Le gaz a subi de son côté l’influence défavorable d’une année aux températures plus clémentes que la moyenne. Du côté des installations ou du multimédia en revanche, les chiffres sont tous en augmentation. Le groupe va en particulier développer le FTTH (Fiber To The Home) pour rester à la pointe de la technique. Des développements particulièrement coûteux mais qui doivent conduire la fibre optique proprement dite au domicile de chacun.

Dividende et gestion mutualisée d’actifs

L’exercice 2011 se solde par un bénéfice de Fr. 900’000.—Malgré certaines attributions à des provisions non prévues, un dividende de 6 % a pu être proposé et décidé par les actionnaires. Un nouvel administrateur, en la personne de Philippe Verburgh, directeur aux SI de Genève, a été élu par acclamations. Des acclamations qui ont remercié au préalable l’administrateur sortant atteint par la limite d’âge statutaire, Rémy Freimüller. A noter encore que VO Energies est devenue actionnaire d’une entité dénommée TamDis SA.

Avec un siège social dans les locaux du groupe, cette entité traite de manière mutualisée la gestion compliquée d’actifs, au sens de la législation sur l’électricité. Neuchâtel, le Locle, la Chaux-de-Fonds, la SEIC (La Côte) et la SEVJ (Vallée de Joux) en sont aussi actionnaires.

Photo Olivier Gfeller