Articles

Les co-présidents Christophe Estermann et Christian Lambercy et le secrétaire Charly Clerc, trois passionnés qui font avancer les projets d’Orbe Vivante.

Orbe Vivante: des passionnés au chevet de l’Orbe

La région peut se vanter d’avoir une belle rivière qui se prélasse dans des gorges magnifiques. Mais, pour leur confort, les hommes ont, petit à petit, déréglé ce milieu naturel amenant un dérangement de l’équilibre naturel qui y régnait. Les pêcheurs y trouvaient du poisson à foison, mais actuellement, outre le fait que les poissons ont de la peine à remonter la rivière, ils ne trouvent plus d’endroit profond frais en été et protecteur en hiver.

Orbe vivante

Cette association, crée en 1992, a pour but de protéger l’Orbe dès sa source en France, jusqu’au lac de Neuchâtel, ainsi que de les affluents, contre toute atteinte nuisible, en vue notamment de sauvegarder les biotopes naturels abritant la faune et la flore, les eaux piscicoles et les eaux en tant qu’élément du paysage ainsi que de permettre l’utilisation des eaux pour les loisirs. Pour ce faire, elle va discuter avec les intervenants tout au long du cours d’eau.

Niveau trop faible

Lors de la dernière assemblée générale, le comité a rappelé ses principaux chevaux de bataille. Ce sont le niveau d’eau qui est insuffisant à la sortie des barrages et la pollution, agricole ou à la sortie des stations d’épuration. Le comité a apprécié que la commune des Clées étudie la possibilité de mettre un tronçon des gorges en réserve naturelle. L’association souhaite renaturer au maximum cette rivière afin qu’elle reste un endroit où il fait bon se promener.

Les petits ruisseaux…

L’Orbe est reconnue pour être un écosystème à préserver de première importance. La renaturation de son cours fait partie des nombreux projets que l’association suit ou met en place. Les tâches sont nombreuses et toutes personnes sensibles à ce cours d’eau magnifique (du simple amateur au biologiste confirmé) sont bienvenues au sein de son équipe.

«Les petits ruisseaux font les grandes rivières…». www.orbe-vivante.ch - christian.lambercy@bluewin.ch - c.estermann@sunrise.ch

Orbe Vivante

L’école Steiner avait préparé des animations pour les enfants (et des crêpes).

Festival du Film Vert: déjà 9 ans

Pour sa neuvième édition les organisateurs du Festival du Film Vert avaient choisi une version «light» pour garder de l’énergie pour la 10e édition qui aura lieu l’année prochaine.

C’est-à-dire un peu moins de films, mais toujours la même formule : au Casino plusieurs stands en relation avec l’agriculture durable, par exemple les Magasins du Monde de La Sarraz servaient du thé et du café ainsi que des produits de culture équitable; et le désormais incontournable brunch bio a été concocté et servi par l’association des «Paniers Bio des 3 Vallons» et a connu le même succès habituel.

Pierre Rabhi «le Terrapeuthe» a attiré beaucoup de monde

Le film-phare de cette édition fut sans aucun doute le documentaire sur Pierre Rabhi «Au Nom de la Terre». Un des pionniers de l’agroécologie en France raconte son parcours et ses convictions. Des spectateurs de toute la Suisse Romande sont venus découvrir la vie de cet homme hors du commun, agriculteur, mais aussi philosophe et écrivain, qui a toute sa vie lutté pour la biodiversité ou contre la désertification. On peut y voir notamment ses actions au Burkina Faso, qui ont permis de vraiment améliorer d’une manière durable la manière de cultiver, en utilisant les ressources locales et des techniques relativement simples comme l’alternance ou la combinaison intelligente des cultures, des techniques se basant sur un savoir-faire ancestral, ne demandant aucun investissement lourd et rendant le paysan très autonome.

Le Sable en voie de disparition

«Le Sable, Enquête sur une disparition» a également le dimanche attiré pas mal de spectateurs. Ce film a obtenu le prix Greenpeace, qui est partenaire de la manifestation. Cette année, le prix Tournesol a été attribué à «Goldman Sachs, la banque qui dirige le monde». A noter également que le concept de ce festival s’essaime petit à petit, cette année il a commencé à Neuchâtel et dans la région zurichoise.

Le comité est déjà en train de réfléchir à la version plus festive de l’année prochaine mais se dit déjà très satisfait de la version 2014.

Ciblez vos économies d’électricité

Comment diminuer sa consommation d’énergie électrique? Economie en francs ou en kilowattheures et pourquoi économiser?
Notre commune est membre des Cités de l’énergie. Lors d’une séance d’information le municipal Jacques-André Mayor a présenté un éminent spécialiste en la matière, Maurice Grünig, délégué à l’énergie de La Chaux-de-Fonds pour nous parler des économies d’électricité.
D’autres séances d’informations suivront, notamment pour la rénovation des bâtiments.

Utilisation rationnelle de l’électricité
Connaissez-vous votre consommation annuelle? La moyenne d’un ménage est comprise entre 3 200 et 4 300 kWh, et cela représente environ pour Fr. 800.– d’énergie et Fr. 400.– de taxes diverses, soit une dépense mensuelle de Fr. 100.–.

Le conférencier a décortiqué les différents appareils, depuis la petite lampe témoin aux gros consommateurs que sont les machines à laver, frigos et congélateurs, en passant par les nombreux petits instruments utiles ou gadgets qui composent la panoplie d’un ménage moderne.
Pour chaque cas, il a expliqué comment diminuer sa consommation, souvent par de petits conseils utiles.
Dans un ménage moyen, le lavage du linge et de la vaisselle compte pour 30%. Suivent: le froid avec 25%, la cuisson 15%, l’éclairage 15% et les divers petits appareils 15%.

Où économiser

Si un aspirateur est utilisé une heure par semaine, sa consommation annuelle sera de 50 kWh, soit un coût de Fr. 12.–. Un wi-fi de 8 watts, ce petit gadget vous facilitant les raccordements sans fils, consomme en une année 70 kWh, soit Fr. 17.–. Il en va de même pour de nombreuses petites lampes, transformateurs, horloges etc.
Pour les gros consommateurs, comme les machines à laver, les congélateurs etc. le seul moyen d’économiser est d’acheter des appareils avec des étiquettes A, soit des appareils dernier cri, mieux isolés, économisant l’eau. Mais, si un appareil fonctionne encore bien, il ne faut pas le changer sans avoir bien calculé les économies réelles.
L’éclairage avec des lampes LED permet de sérieuses économies d’électricité; même si leur coût est plus élevé, le bilan final est intéressant.

Réactions du public

Une partie du public se rend compte que les économies en francs sont très faibles. Le confort a un prix que chacun, chez nous, peut se payer; Fr. 100.– par mois, en comparaison avec les assurances maladies c’est peu. Où le message a de la peine à passer, c’est que ce sont les kWh qu’il faut économiser, car cette énergie il faut la produire. Par exemple, un meilleur dimensionnement des pompes de circulation des chauffages peut remplacer une centrale nucléaire et même une 2e centrale en coupant les petits appareils lorsqu’ils ne sont pas utilisés.

L’information doit être continue, suivie d’actions si l’on veut vraiment sortir du nucléaire.