Articles

Les bénévoles avec Barbara Baudat, Christina Lüthi, Frédéric Goedecke, Christine Sanchez et Nanou Lennert.

Orbe: 20 ans déjà pour les Cartons du coeur !

C’est à l’initiative de Jacques Michaud que cette institution a vu le jour à Orbe. A l’heure où cette personnalité remettait sa droguerie qu’il a tenue pendant 40 ans, il prenait l’initiative d’occuper ses jours en donnant un coup de main aux Cartons d’Yverdon.

A l’époque, il s’agissait de livrer des vivres aux gens qui le demandaient. Se rendant compte que de nombreuses personnes de notre région sollicitaient ce service, il décida de créer une antenne à Orbe. En compagnie de feu Jean-Jacques Beauverd, le service à domicile perdurait quand bien même les personnes se voyaient offrir la possibilité de venir choisir les produits nécessaires dans un hangar à la Grand-Rue. Tout cela sous la présidence de Monique Geromini. Ensuite, les Cartons trouvaient un local à la rue Sainte-Claire avant d’être déplacés plus tard dans les anciens bureaux des Moulins Rod où ils se situent actuellement.

Merci à tous

L’antenne d’Orbe dessert 19 communes du haut de l’ancien district d’Orbe. Elle est ouverte le mardi de 16 h. 30 à 18 h. et la clientèle, recommandée par différentes institutions sociales, peut venir se servir gratuitement toutes les quatre semaines. L’association bénéficie de suffisamment de dons de groupements ou de privés pour faire ses achats, notamment dans les locaux de la Fédération vaudoise installés également à Orbe.

On relèvera aussi l’apport des «Tables Suisses» qui alimentent les antennes de légumes et de fruits comme il faut mettre en exergue la récolte de produits alimentaires des écoliers de la région.

Au terme de ces 20 ans d’activité, le comité tient à remercier toutes les personnes qui se sont dévouées pour le fonctionnement de l’antenne et celles qui ont ou qui donnent de quoi faire vivre cette association exemplaire.

Le président Pierre Faivre reçoit la cagnotte du Cheval Blanc des mains de Martina Osmanovska

Cartons du cœur: augmentation de la fréquentation

Le président Pierre Faivre reçoit la cagnotte du Cheval Blanc des mains de Martina Osmanovska

Le président Pierre Faivre reçoit la cagnotte du Cheval Blanc des mains de Martina Osmanovska

Les temps sont durs et ce n’est pas d’aujourd’hui. On en veut pour preuve la fréquentation des Cartons du Cœur qui a augmenté de 50% en deux ans. Près de 150 familles viennent régulièrement s’approvisionner auprès de l’antenne qui se trouve dans les anciens bureaux des Moulins Rod. Chaque mois, des bénévoles délivrent une cinquantaine de colis qui contiennent des produits frais ainsi qu’un kilo de riz, de pâtes, de sucre et de farine, soit à peu près l’équivalent de 3 cornets d’une grande surface. Relevons encore que les familles bénéficient d’un colis par mois.

Des dons d’importance

Pierre Faivre, le président des Cartons du Cœur d’Orbe, relève que son groupement peut encore faire face financièrement. Lors de ces fêtes de fin d’année, il a reçu 1’000 francs du repas du 31 décembre et 1’190 frs du restaurant du Cheval Blanc, qui faisait une collecte au cours des derniers mois de l’année. Relevons qu’une partie de cette dernière manne (350 frs) était le produit des migrants qui, avec l’aide, de bénévoles ont confectionné des biscuits de Noël à laquelle s’est ajoutée une participation de l’EVAM puisque qu’une vingtaine de réfugiés ont participé au repas du 24 décembre.

D’autres établissements publics (City Bar et Big Ben Pub) participent régulièrement à la contribution. Relevons encore que les familles en difficulté ne doivent pas hésiter à prendre contact avec M. Faivre (079 349 10 30) en cas de nécessité. Enfin, adressons un coup de chapeau aux bénévoles qui donnent le coup de main pour la distribution de l’alimentation, ainsi qu’aux différentes entreprises qui fournissent gratuitement les Cartons du Cœur.

Photo Pierre Mercier

Saint-Sylvestre

Orbe: de bons moments

Saint-Sylvestre

Saint-Sylvestre

Comme chaque année, l’apéro communal a connu un succès certain autour de la fontaine de l’Hôtel de Ville, bâtiment qui est en pleins travaux.

L’occasion de se souhaiter la bonne année, d’échanger quelques propos et d’entamer la campagne électorale pour quelques candidats à la Municipalité ou au Conseil communal. Discrètement, c’est vrai car dans ces moments de convivialité, c’est plutôt le partage qui est le plus important. On a tout de même «bataillé» autour du Treize Coteaux blanc, certains convives préférant nettement la cuvée 2009 à celle de l’année précédente !

Succès grandissant

Le soir précédent, à la buvette du Casino, l’équipe de Leila Gilabert a quasiment fait le plein. 128 couverts ont été dressés et 19 bénévoles se sont mis au service de ces personnes qui ont plaisir à se retrouver le soir de la Saint-Sylvestre.

Au son des accordéons de Mmes Jaccottet et Zoni, ils ont pu chanter et danser en célébrant le cap de l’an nouveau après s’être régalés du repas concocté par l’équipe de Pierre-André Pasteur. A entendre les participants à cette soirée, la dix-septième du nom, ce fut un véritable moment de bonheur. Au point qu’à l’avenir, la buvette du Casino ne suffira plus pour accueillir autant de monde et qu’il faudra investir la grande salle.

Fr. 1310.– pour les Cartons

Le 24 à midi, le restaurant du Cheval Blanc conviait les Urbigènes à partager la dinde au curry : a une fois de plus, Martina Osmanovska a fait preuve de sa grande générosité et il est dommage qu’il n’y ait pas davantage de monde à jouer le jeu.

N’empêche que sa collecte du mois de décembre a permis de récolter 1’310 francs qu’elle a versé aux Cartons du cœur, association qui remercie cette dame de son dévouement à sa cause.

Photo Pierre Mercier

Oser demander ...

Un état d’esprit à changer

Oser demander ...

Oser demander ...

Une vingtaine de personnes avaient répondu à l’invitation de Martina Osmanovska, du restaurant du Cheval Blanc, qui recevait à midi, la veille de Noël. Et parmi elles, une bonne douzaine étaient venues pour soutenir les Cartons du Cœur puisque chacun pouvait contribuer au soutien de cette œuvre.

Dommage, mais, une fois de plus, les gens ont préféré s’abstenir. Car on ne veut pas montrer sa difficulté à vivre.

C’est un état d’esprit que l’on doit bannir aujourd’hui. Chacun le sait, il est de plus en plus difficile de nouer les deux bouts. En particulier lorsque l’on est à la tête d’une famille monoparentale.

Il n’y a pas de honte à cela. Les circonstances de la vie sont ainsi faites. S’interdire un petit moment de bonheur est malheureux. Il est faux de se mettre en marge de la société.

En plus, tous les enfants ont droit au bonheur que procurent Noël et Nouvel An. Bien davantage même, ils doivent avoir leur chance dans la vie, comme les autres.  Les laisser dans la marge, à cause d’une situation économique précaire, n’est pas judicieux.

N’ayez donc pas honte de votre sort. Vous n’êtes pas seuls et de plus en plus nombreux. Donc, vous n’avez plus aucune raison de vous cacher. Et ceux qui jugent d’une situation sont des égoïstes et des esprits étroits. Plus que jamais, la solidarité doit nous unir, car nous devons tous ensemble refuser la marginalisation. C’est dans cet esprit que l’Omnibus vous adresse ses meilleurs vœux pour 2010.

P.S. N’oubliez pas que vous serez les bienvenus au repas du Réveillon, au Casino d’Orbe, le soir du 31 décembre. On vous y attend avec plaisir !