Le pont et la maison de commune

Vallorbe: on sécurise des arrêts de bus

Le président Marcel Anex a dû faire preuve de patience lundi soir pour communiquer aux membres du délibérant le contenu de deux longues correspondances émanant d’un commerce de la Grand-Rue qui se plaignait de l’attitude de la Commune à son endroit, sur fond de police des constructions et d’exigences réglementaires jugées excessives. Toujours au chapitre des communications, on a appris la démission avec effet immédiat du conseiller Cédric
Huguenin, pour des raisons de santé.

Sécurité des arrêts de bus

Le long de la route qui mène du centre du village au giratoire du Creux, plusieurs arrêts de bus se succèdent. Le délibérant a accepté sans discussion le préavis municipal et le rapport de la commission proposant l’octroi d’un crédit de Fr. 145 000.–pour la sécurisation des arrêts du Pontet, du Trésit et des Jurats. Une commission qui n’a pas hésité à emprunter le bus scolaire pour étudier la question en situation, lorsque les élèves quittent le bus. Au final l’arrêt du Pontet sera supprimé en tant que tel, mais l’espace qu’il occupe sera rafraichi. Les deux autres arrêts feront l’objet de travaux d’amélioration, notamment en matière d’éclairage. A relever que depuis la rentrée d’août 2018, un petit bus prend en charge les élèves du quartier de Bellevue.

Budget 2019 dans le vert

Le projet de budget 2019 a été soumis à l’examen des commissaires. Il comporte des charges pour un total de 17.5 millions de francs et des recettes pour 18.6 millions de francs, en ligne avec celui de l’année courante, selon les précisions du syndic Stéphane Costantini. Cinq préavis comportant des crédits importants totalisant plusieurs millions de francs ont aussi été déposés en fin de séance. L’Omnibus reviendra en détail sur leurs objets dans un prochain numéro. A relever que ces demandes de crédit sont toutes incluses dans le plan d’investissement de la législature.

Après la séance, l’adjudant et chef de poste Sylvain Belin accompagné du sergent-major Jean-Martin Demoret, son remplaçant, du poste de Gendarmerie de Vallorbe ont présenté leur activité. A noter dans les nouveautés que depuis une bonne année, une patrouille parcourt 24 heures sur 24 les communes de la proche région.

Route des Grands-Bois rouverte?

Selon le syndic, qui a pris des renseignements auprès du voyer des routes, la route des Grands-Bois devrait, sous réserve de l’évolution des conditions atmosphériques, être de nouveau ouverte au trafic avant la fin du mois de novembre.

Personnel communal

Madame Désirée Carbonara a été choisie pour occuper le poste mis au concours de responsable des ressources humaines à 50%; cette nouvelle collaboratrice, au bénéfice d’un brevet fédéral dans les ressources humaines, débutera son activité le 1er novembre prochain.

Lors de la partie officielle depuis la gauche: Jean-Michel Charlet, président de la fondation Pré-Giroud et Stéphane Costantini, syndic de Vallorbe.

Vallorbe: Fort de Pré-Giroud, Brisolée royale pour la fin de saison

Samedi 13, c’est par un beau temps automnal que le fort Pré-Giroud a clos sa 30e saison d’ouverture au public. Châtaignes grillées au feu de bois, raclettes et généreux buffet froid ont régalé la centaine de participants. Quelques simulations de détonations faisaient sursauter, rappelant qu’il s’agit bien d’un ouvrage militaire.

Lors de la partie officielle réunissant, entre autres, Jean-Michel Charlet, président de la fondation Pré-Giroud et Stéphance Costantini, syndic de Vallorbe, on rappelle qu’il s’agit d’un des plus beaux forts et qu’il y a un devoir de mémoire à assurer sa pérennité. Merci aux nombreux bénévoles qui y oeuvrent!

Ouverture de la prochaine saison mi-mai 2019.
www.pre-giroud.ch ou 079 622 53 40.

Vue actuelle du bâtiment qui va être transformé..

Vallorbe: la Commune va construire un hôtel

Même si plusieurs «Bed & Breakfast» existent à Vallorbe en exploitations privées aux côtés de l’Auberge Pour Tous, qui depuis des années remplissent parfaitement leur rôle, une demande existe depuis passablement de temps pour que la Cité du fer favorise l’édification d‘un hôtel, surtout destiné aux hôtes de passage. En 1993, la commune a racheté le bâtiment de la Laiterie la Concorde (voir photos) non loin du pont sur l’Orbe et du Musée du fer. La Société de Laiterie, qui possédait le bâtiment a elle-même été dissoute en 2011. C’est ce bâtiment communal, qui va être libéré par la Brasserie artisanale, qui va être transformé en petit hôtel, si le Conseil communal accepte, en principe fin octobre.

Un préavis déposé dans ce sens par l’exécutif prévoit des travaux pour 1.3 million de francs. Si tout se passe comme planifié, Vallorbe disposera donc d’un véritable hôtel en 2019. L’établissement qui sera affermé comprendra 7 chambres à deux lits, dont une au rez-de-chaussée, prévu pour les personnes à mobilité réduite.

L’entrée principale est prévue du côté rivière, depuis un passage couvert à créer dans le prolongement du trottoir actuel. Quelques places de parc de la place du Marché, qui jouxtent le bâtiment, seront conservées à la disposition de la clientèle de l’hôtel, alors qu’un abri à vélos sera créé sous la rue de Pontarlier – lors d’un chantier ultérieur. Un projet à court terme qui devrait combler un besoin clairement identifié.

Ci-dessous image de synthèse © Commune de Vallorbe

La Municipalité au complet avec de gauche à droite : Christophe Schwerzmann, Luigi Fiorito, le syndic Stéphane Costantini, Roland Brouze et Christophe Maradan.

Vallorbe: la population croît régulièrement

Mercredi passé, la réception des nouveaux habitants de la Cité du fer a dû être déplacée de la pelouse de la Presqu’île au Musée du fer tout proche. En effet, le ciel avait décidé d’ouvrir grand ses vannes juste au mauvais moment. A cette occasion, la Municipalité au grand complet accompagnée du président du Conseil communal a accueilli un peu moins de 100 nouveaux résidents de Vallorbe. Avec une population à nouveau en croissance lente depuis une dizaine d’années, la Cité du fer compte actuellement 3 915 résidents.

Vie sociale riche

Au nom de l’Exécutif, le syndic Stéphane Costantini a rappelé les qualités essentielles de la localité ainsi qu’un peu de son histoire. Il a également présenté les autorités et les dicastères respectifs de ses collègues. Tout en appelant la population nouvelle à participer à la vie sociale et culturelle. La croissance de Vallorbe devrait perdurer, compte tenu du nombre de logements actuellement en construction ou en projets concrets. Ceci sans compter les qualités intrinsèques de la Cité du fer qui attirent de plus en plus de monde. Avec 400 arrivées par année civile, la population augmente en chiffres nets d’environ 100 unités dans le même temps, si l’on tient compte des départs qui interviennent.

Des représentants des quelque 50 sociétés locales avaient fait le déplacement pour se tenir à la disposition des nouveaux habitants qui ont pu ensuite partager le verre de l’amitié à l’abri.

Vallorbe – Semaine décloisonnée,«Bien dans sa tête, bien dans son corps»

Tel était le thème de l’avant-dernière semaine d’école pour les onze classes de la 7e à la 9e année Harmos de l’Etablissement primaire secondaire de Vallorbe. Encadrés par une vingtaine d’enseignants-es, les enfants ont pu participer à diverses activités sportives avec une initiation au mur de grimpe, à de la danse, à des cours de cuisine, à des balades et en fin de journée à des séances de bilan. Ils étaient également répartis dans des groupes dont les écrivains, les animateurs radio et films, les scientifiques, les sportifs, les artistes et les orateurs.

Ces jeunes, d’âges et de classes différentes, ont pu ainsi réfléchir à plusieurs thèmes et produire des textes, des documents, des films, des dessins qui ont été présentés le vendredi. Productions de haute qualité qui traitent du harcèlement scolaire au fonctionnement du cerveau. Même les orateurs se sont entraînés à traduire et à déclamer la chanson «Imagine» de John Lennon. Vous pouvez retrouver les textes produits du groupe des écrivains sur le blog «https://les3vallons.wordpress.com».
En fin de semaine, le vendredi, ces préadolescents ont participé à un rallye dans les rues de Vallorbe, avant de se retrouver à la presqu’île près du musée du Fer pour un gigantesque pique-nique. L’après-midi était consacré à une «flash mob» dans la cour, réunissant tous les élèves concernés pour présenter la chorégraphie apprise durant la semaine.

Une belle réussite due à l’initiatrice du projet Céline Grivet, médiatrice et enseignante, et au personnel enseignant de l’établissement. Un immense merci leur a été adressé lors du discours du directeur, Olivier Ponnaz, le vendredi après-midi. L’ensemble des participants-es sont enthousiastes et gardent de cette semaine de magnifiques souvenirs qui rendent l’école encore plus proche de la vie.

Vallorbe

Vallorbe : eau potable claire et sort du CEP prochainement connu

Marcel Anex, président du Conseil communal 2018-2019

Dernière séance au perchoir pour la présidente Véronique Teuscher qui quitte sa charge et va laisser sa place à Marcel Anex (UDC), élu sans discussion à la présidence pour l’année qui vient. Les comptes de la commune pour 2017 se soldent par un petit excédent de recettes sur un total de charges et produits de l’ordre de 19,7 millions de francs. A relever une marge confortable d’autofinancement de 3,3 millions, en ligne avec celle des années précédentes.

Salués par la commission des finances, les comptes ont été approuvés sans discussion. Parallèlement la commission de gestion a préconisé l’adoption de cette dernière, ce que le délibérant a suivi à l’unanimité. Sous surveillance depuis le 5 juin, l’eau potable est redevenue claire le 15 juin. Une information précise a été faite dans le village lors de l’épisode de turbidité excessive, a précisé le municipal Christophe Maradan qui travaille à améliorer les procédures-types dans ce genre de situation et dans les cas éventuels de pollution.

Dicastères modifiés

La modification des dicastères – chose rare en cours de législature - a soulevé plusieurs questions, le conseiller Yann Jaillet demandant que la Commission de gestion se penche sur les raisons profondes de ces réattributions internes, à chercher sans doute dans un dysfonctionnement administratif déjà ancien au niveau d’un chef de service.

Piscine à rénover et PGA en révision

En plus de l’épisode des filtres à changer en début de saison, un crédit de 1 million de francs a été voté pour que la société Sports et Loisirs de Vallorbe SA puisse rénover à fond la piscine, dont le béton date des années 1950, et qui a singulièrement tendance à bouger en certains endroits en raison d’un sol trop meuble. Dans la foulée c’est un autre crédit de Fr. 300 000.– qui a été voté pour la remise à plat du Plan général d’affectation communal, suite à l’entrée en force de la LAT acceptée en 2013.

La commission de gestion a rendu un rapport très intéressant, sur la politique immobilière et l’exécutif, laquelle a été en tous points soutenue.

Avenir du CEP : sort scellé et bientôt connu

Une convention a été signée entre la Confédération, le canton et la commune au sujet de l’avenir du CEP, après plusieurs années de discussions tripartites. L’avenir du CEP est actuellement sous embargo et sera communiqué le 28 juin, directement aux membres du Conseil et lors d’un point presse qui a été fixé.

Le fort des Millières à Lignerolle et son camouflage de sapins en métal.

Vallorbe: fort de Pré-Giroud,«Bunker» secret révélé pour la première fois

Pour marquer son 30e anniversaire d’ouverture au public, la fondation Pré-Giroud a exceptionnellement ouvert samedi dernier les portes de trois autres bunkers situés à Ballaigues, Lignerolle et Premier.

Le Centi de Premier
Quelque part sur la route le Day-Premier, rien ne laisse à supposer que le paisible sous-bois cache un bunker Centi! Et pourtant, c’est bien ce que les visiteurs ont pu découvrir grâce à une poignée de mordus de la fondation du Fort de Vallorbe ayant âprement négocié pour obtenir d’Armasuisse le prêt de cet ouvrage. Comme l’explique Jean-Michel Charlet, président de la fondation Pré-Giroud, «Il s’agit d’un témoignage précieux de notre politique de défense du territoire à la fin du XXe siècle».

Un canon dans le sous-bois

Parmi les feuillages, ce jour-là, un canon de 10.5 cm, graissé et rutilant pointe fièrement. Sa portée de 2,5 km devait interdire le passage d’éventuels chars sur la route de Jougne. Parmi les derniers témoins de la guerre froide, une vingtaine de Centis ont été conçus en 1995 à partir de tourelles de chars Centurion, mis au rebut quant à eux dans les années 80. Puis la politique militaire a évolué, induisant le murage ou la destruction de la plupart de ces ouvrages, celui de Premier ayant donc été sauvegardé par l’Association Pré-Giroud.

A l’intérieur, hormis une certaine humidité, tout est neuf, immaculé puisque jamais utilisé! L’espace restreint du bunker est prévu pour six hommes.
Alors que trois dorment, trois défendent l’accès au col de Jougne dans la tourelle. Là, le bouton rouge de mise à feu n’a, grâce au ciel, jamais été actionné. L’outillage intact veille dans les tiroirs, ventilation, panneau électrique et transmission téléphonique sont prêts, dénotant la capacité de ce bunker à être opérationnel quasi instantanément.

Ces captivantes visites, incluant les forts de Lignerolle, Ballaigues et Pré-Giroud, étaient assurées par des passionnés de l’association, heureux de partager leurs connaissances.

A lire! “Un rescapé de l’absolu” du Dr. Christian Danthe

Le docteur Christian Danthe a exercé la médecine durant près de quarante ans à Vallorbe. Seuls quelques privilégiés savaient qu’à côté de la pratique de son art, il ne pouvait s’empêcher de mettre en oeuvre régulièrement une maïeutique personnelle, qui lui a permis d’extraire une éthique vivante personnelle et d’apporter, avec brio et non sans un humour souvent féroce, ses propres réponses aux fameuses questions du Sphinx.

C’est ce parcours qu’il offre au lecteur dans un monumental ouvrage de plus de 450 pages au travers d’une quarantaine de chapitres de dimension et d’intensité variables. L’auteur conduit son lecteur du concept de silence éternel qui l’habitait, en raison de son appartenance enfantine et obéissante à ce qu’il nomme une religion minoritaire, aux bornes de l’astrophysique et des représentations de l’univers que certains de ses meilleurs spécialistes décrivent.

Sentier de sagesse ou quête vitale de sens?

Le propos est très riche, documenté et témoigne d’une érudition manifeste intégralement digérée. Sublime collision de la vie quotidienne et de la construction de l’œuvre, on y rencontre avec l’auteur l’existence incarnée de ses patients – de façon cryptée pour respecter le secret médical – et ses déambulations forestières dans sa petite voiture rouge, pour aller au chevet de ceux qu’il soignait, mais aussi pour tenter de comprendre le monde et ses mystères. Le tout dans un environnement jurassien qui mêle les chemins de crête du Mont Tendre aux blocs erratiques des bois de Moiry, l’aventure d’un passage éclairé de la foi à la raison. Ce chemin va demeurer pour l’auteur une partie de son art de vivre et de penser.

Ne précise-t-il pas à la page 434 que « le sentier des crêtes est une recherche d’équilibre entre le collectif et le personnel sans jamais sombrer ni dans l’un ni dans l’autre, mais sans non plus se mentir à soi-même ».

L’importance de l’art dans sa vie, en particulier de la poterie qu’il pratiquait encore
récemment, est omniprésente. Tout comme une analyse très personnelle et perspicace d’une société dans laquelle la foi en l’homme et en ses capacités d’exister tient une place prépondérante.

Un pavé lumineux à lire lentement et lorsque l’esprit peut se libérer un peu des contingences par trop quotidiennes.

Un rescapé de l’Absolu
Dr Christian Danthe – Collection PIGMA Editions Mon Village – Sainte-Croix
464 pages – Fr. 35.–.
En vente en librairie ou en ligne sur le site www.editionsmonvillage.ch
ISBN 9782881943461

Couteaux rustiques

Vallorbe: fines lames au rendez-vous

Pour l’édition 2018 du traditionnel rendez-vous des Couteliers au Musée du fer – 13e sous l’appellation de Festival – ce ne sont pas moins de 29 couteliers venus de Suisse, de France et d’Allemagne qui ont présenté leurs pièces à un public de plus en plus féru et coutumier de cette visite annuelle dans la Cité du fer. Les chiffres définitifs de la fréquentation ne sont pas encore connus à l’heure de la rédaction de ces lignes. Le conservateur Simon Leresche, rencontré sur place lundi matin, se réjouissait déjà du succès de cette édition. La météo n’a eu que peu d’influence sur l’affluence au festival expliquait-il, notant au passage que plus de 700 visiteurs par jour ont été attirés samedi et dimanche. Avec une fréquentation attendue identique le lundi, la manifestation devrait dépasser à nouveau sans difficulté le cap des 2000 visiteurs, ce qu’elle a déjà réalisé l’an passé.

A noter la présence cette année d’une délégation du très récent «Syndicat des couteliers corses» venue afin de présenter son nouveau label de qualité et le travail d’exception des couteliers fraîchement labellisés: Yves Andreani, Jean-François Agostini, Jean-Jacques Bernet, Benjamin Celle, Jean-Dominique Susini, Pierre-Yves Thomas.

Vétéran en vedette

A leurs côtés le vétéran genevois Charles Roulin, de Lully, a célébré son 80e anniversaire durant le Festival. Lui qui réalise depuis de nombreuses années de véritables chefs-d’œuvre miniatures, dont les manches sont constitués de hauts reliefs représentant des scènes animalières ou champêtres. Parmi les artistes-artisans présents, on notera notamment les noms de Stéphane Anken, Morges, André Baudet, Lausanne, Anthony Brochier, La Roche de Glun (F), Robert Carciofo Arzier, Jean-Marie Corona, Montricher, Jean-Claude Geinoz, Poliez-le-Grand, Marc Grélat, Asuel, Urs Helbling, Portalban, Claude Holweger, Boudevilliers, Franck Johner, Montricher, Jan Krauter, Lalenforg (ALL), Emmanuel Lendenmann, Fribourg, Pascal Maillefer, Les Clées, Benjamin Mittay, Châtelneuf (F), Olivier Moretti, Levie (Corse), Lucie et Yves Moulin, Vollèges, Sylvain Parent, Passy (F), André Perret, Winterthur, Amélie, Emma et David Pietrzykowski, Les Clées, Christophe Raffaelli, Carpentras (F), Jean-Louis Remy, Les Verrières, Yuri Rindlisbacher, Valleiry (F), Hans Peter Ruegg, Losone, Joseph Sauthier, Bex, Franck Souville, Montgesoye (F), David Tellier (F).

Le sellier Julien Vuagniaux de Romainmôtier a aussi présenté ses créations de cuir, pendant que les visiteurs pouvaient s’exercer au lancer de haches, tout apprendre sur l’art de la forge ou même fabriquer des couteaux de façon artisanale. Plus de détails sur museedufer.ch

Nouveaux petits immeubles à Vallorbe situés derrière la patinoire

Région: location d’appartements, pas de cadeau dans le Nord

Ces derniers temps, les gérances immobilières lémaniques se montrent généreuses à l’égard de futurs locataires. Vu la pléthore d’appartements, elles sont prêtes à revoir le tarif de location initialement prévu, voire même à offrir des mois gratuits afin d’occuper des immeubles partiellement vides. L’Omnibus a mené l’enquête pour savoir si une pratique identique était en vigueur dans notre région.

Peu d’appartements vides

Du côté des régies urbigènes, ce n’est pas le cas du tout. Certes, l’offre est moins large. Chez «Rêve Immob» comme chez «Emma», on considère que les prix sont totalement adaptés au marché et rares sont les clients à solliciter la gratuité pour quelques mois, comme ce fut le cas il y a quelques années à Yvonand. De même, ils ne sont pas plus nombreux à réclamer des baisses de loyer. Du côté de chez Richard Promotion, on admet qu’il y a un certain va-et-vient dans les immeubles du chemin du Suchet, mais les appartements ne demeurent jamais longtemps vides. Et comme le calcul du loyer n’est pas basé sur le taux hypothécaire, aucune baisse n’est accordée. Dans un immeuble en réfection au chemin Venel, la gérance TGB, établie au Mont-Pèlerin, relève que 3 appartements sur 14 n’ont pas encore trouvé preneur. Elle considère aussi que les loyers sont raisonnables puisqu’elle a fait un effort dans un quartier populaire, qui accueille des familles qui peuvent dépendre de l’AI ou des services sociaux.

Nouvelles opportunités en vue

A Vallorbe, les quelques professionnels locaux de l’immobilier et de la location constatent que les pratiques lémaniques des cadeaux ne trouvent pas leur place dans la Cité du fer. Les loyers pratiqués sont nettement inférieurs à ceux de la capitale ou des cités des bords du Léman. Les propriétaires de Vallorbe semblent trouver assez facilement à mettre à bail leurs appartements. Il y a une émigration assez nette de nouveaux habitants du canton qui sont précisément attirés par des loyers moins chers, ou par la proximité nouvelle d’un travail dont ils ont changé. Le marché de la location à Vallorbe est assez diversifié, entre anciens et nouveaux logements. A moyen terme, pas de loyer gratuit en vue donc, mais sans doute de nouvelles opportunités de se loger à un prix encore raisonnable.

Le conférencier est entouré par Yvette Fishman et Danilo Gay, du comité de l’ARAVOH.

Vallorbe, Odyssée africaine: les atrocités subies par les réfugiés

Si notre surtitre peut évoquer une sorte de voyage tranquille, eh bien c’est de tout le contraire qu’il s’agit. Jeudi matin 1er février, l’ARAVOH de Vallorbe mettait sur pied une conférence pour évoquer ce qu’a vécu Emmanuel Mbolela qui a dû fuir la République démocratique du Congo (Kinshasa) en 2002.
C’est donc lui, aujourd’hui mué en un conférencier et écrivain, qui raconte sa propre histoire... Une destinée commune à des centaines de milliers de réfugiés qui ont dû affronter les plus sordides atrocités en fuyant l’Afrique, sur un trajet de près de 13 000 km.

Six ans de souffrances

Cette «odyssée» a été particulièrement dramatique. Elle dure six ans sur un chemin tortueux dont le but final est d’atteindre enfin l’Europe. En 1998, la deuxième guerre du Congo éclate. Etudiant à l’époque, Emmanuel se lance dans une lutte politique pour les droits de l’homme. Il est fait prisonnier, mais réussira à s’évader, d’où le début de son exil (plus de 200 000 déplacés). Sans papiers, il traverse tour à tour Cameroun, Nigeria, Bénin, Burkina Faso, Mali et Algérie.
Pourchassé encore, il passe alors au Maroc avec des taxis clandestins. Bloqué là-bas pendant quatre ans, il se fait vraiment connaître en créant l’ARCOM, la première association officielle des réfugiés et congolais, s’active dans des solutions de logements pour eux à Rabat.
Témoignage
Aujourd’hui, Emmanuel Mbolela est toujours réfugié. Il vit aux Pays-Bas. Dès lors, il ne cesse de parcourir l’Europe pour décrire son périple bouleversant dont il a tiré un livre. Il était donc normal que l’ARAVOH (Association auprès des Requérants d’Asile de Vallorbe Oecuménique et Humanitaire) lui donne l’occasion de s’exprimer, au Buffet de la Gare.

Le nouveau rond-point provisoire

Vallorbe: nouveau rond-point

Le nouveau rond-point expérimental de Vallorbe est en place depuis peu, à l’extrémité nord du pont sur l’Orbe et en bas de la Grand-Rue.

Les premiers témoignages recueillis sur place semblent plutôt favorables à ce marquage provisoire, qui deviendra définitif après la période hivernale, si l’expérience se révèle positive.