La jolie fontaine de l’église est fissurée et suinte donc.

Valeyres-sous-Rances: on ne va pas au-devant de beaux jours…

Voilà ce qui ressort du Conseil général qui s’est tenu le 24 octobre sous la houlette de Dominique Streckeisen, président. En effet, comme pour beaucoup de villages, la RIE III (réforme d’imposition des entreprises), qui prendra ses premiers effets en 2019, provoque un manque à gagner évalué à ce jour à Fr. 55 000.– pour Valeyres.

Comme l’indique Thierry Vidmer, municipal des finances, le système vaudois de la RIE III est complexe, non prévisible et en constante évolution. Le préavis 16/18 propose donc une augmentation de 3 points du taux d’imposition pour 2019, qui passera de 65 à 68%. Après quelques discussions (ne pouvait-on pas mieux anticiper?)

l’arrêté est accepté. De toute façon, d’une manière ou d’une autre, il faudra payer la facture, sachant que les coûts du social, du scolaire croissent à grande vitesse et que la commune n’a aucune marge de manoeuvre à leur égard.

Unité d’accueil parascolaire = objectif N° 1

Roland Stalder, municipal, dans un rapport bien étayé expose la situation. Une unité d’accueil pour élèves (UAPE) se justifie à Valeyres qui fait partie du réseau d’UAPE de l’AJOVAL(accueil de jour Orbe, Vallée de Joux). La commune a donc l’obligation de la mettre en place. Ce sera une unité de 12 places pouvant accueillir les enfants avant l’école, à midi et après l’école dans des locaux communaux proches de l’école. La Municipalité donne la priorité à ce projet, l’aménagement de la place du village étant différée.

Par ailleurs, on apprend que la jolie fontaine devant l’église est fissurée, on va essayer de la conserver sans frais excessifs. Finalement, Sylvie Troyon, secrétaire du Conseil démissionnant, le poste est à repourvoir. A la suite de ce Conseil relativement concis, on se retrouve avec plaisir autour d’une bière à l’auberge du village.

Valeyres-sous-Rances :«A pied à l’école»

Etait-ce dû à la réalité footballistique de ce mercredi 27 juin, toujours est-il que les membres ne sont pas venus en grand nombre à ce deuxième Conseil de l’année mené par Dominique Streckeisen, lequel sera réélu à la présidence par acclamations. Une assermentation et une démission sont à relever. Au menu, bien évidemment, les comptes 2017. D’abord ceux du Service Intercommunal d’Adduction d’Eau Rances-Valeyres-sous-Rances avec des charges se montant à
Fr. 146 088.50 réparties au prorata de la consommation de chaque commune. Ceux-ci seront avalisés à l’unanimité ainsi que le bilan et comptes 2017 de la commune. Ces derniers, pour la 2e année consécutive, présentent un excédent de charges se montant à
Fr. 96 284.64 pour un total de produits de
Fr. 2 613 135.36.
WC public pour handicapé au village
Le Conseil est appelé à se prononcer sur une demande de crédit complémentaire de Fr. 252 000.– pour financer les travaux de réfection au bas de la route de contournement de la Chapelle. Il faudra s’attendre à un surplus de circulation dans le village pendant les travaux. Le préavis est accepté. Puis le débat porte sur la demande de crédit complémentaire pour la rénovation des WC publics, soit ceux sur la place du village et ceux à la cantine. Un crédit total de Fr. 62 000.– est demandé. Finalement, après certains échanges verbaux quant à la forme réglementaire exigée, il sera voté un amendement (introduisant un WC handicapé sur la place) puis le préavis tel que présenté. Les 2 éléments seront avalisés.
La syndique, Corinne Tallichet Blanc, transmet que l’école pour l’heure restera à Valeyres puisque le village compte 4 classes et une salle de gymnastique. Anne Baumann informe qu’elle lancera dès la rentrée une campagne «à pied à l’école» dont le but est de dissuader les parents de parquer aux abords de l’école afin d’y déposer leurs bambins.
Le 1er août se déroulera à la cantine de Valeyres et, le 29 septembre, dans le cadre de «Promenons-nous» la Municipalité proposera aux villageois de s’intéresser à leurs eaux usées en visitant les stations d’épuration de Valeyres et Orbe.
Après ce Conseil long et fourni, une verrée bienvenue réunit la majorité des participants.

Jean-Marc Richard interrogeant les bambins violonistes de l’Institut de Ribaupierre.

Valeyres-sous-Rances: le Kiosque à musiques à Valeyres-sous-Rances

Ce samedi 27 janvier, l’Echo des Campagnes, société de musique de Rances et Valeyres-sous-Rances, recevait le Kiosque à musiques à Valeyres. Le nombreux public a ainsi eu le loisir d’être «spectateur» de la célèbre émission de la radio suisse romande. Etonnant d’observer comme les nouvelles ou les infos route viennent s’insérer dans le programme musical, par ailleurs rondement mené par un Jean-Marc Richard très à l’aise dans cet exercice! Au passage, l’animateur ne manquera pas de faire une petite diversion politique pour encourager à voter non à l’initiative «No Billag». C’est dans l’air du temps…

Mais, pourquoi à Valeyres?

Vincent J. Dubois, directeur de L’Echo des campagnes entre autres, explique qu’il s’agit à la base d’une carte blanche donnée au «Duo Madio» composé de Marie Heck et Sylvie Amadio. Celles-ci ont donc assuré la programmation, l’Echo des Campagnes, pour sa part, a coorganisé en mettant la salle à disposition, en organisant la raclette et en jouant!

Riche programme

Outre le Duo Madio et l’Echo des Campagnes, l’émission a présenté le choeur d’hommes de Démoret, l’ensemble d’accordéons «A TEMPO», le duo Stéphane Plouvin, sans oublier «Gli archini et Cherry Celli», les très attendrissants jeunes élèves de l’institut de Ribaupierre à Lausanne. Et… cerise sur le gâteau, Angie Ott, finaliste du concours de l’Eurovision, a interprété une chanson, ceci une semaine avant la finale suisse qui aura lieu le 4 février 2018! Jolie mosaïque de prestations qui reflète bien la diversité et la multiplicité de la musique populaire suisse.

Arrivé en 2016, Alain Grasset a déjà fraternisé avec Marianne Stöckli.

Valeyres-sous-Rances: Faire connaissance autour d’une raclette

Traditionnellement, la Municipalité de Valeyres-sous-Rances convie une fois l’an ses nouveaux habitants, ses nouveaux citoyens ainsi que le personnel de la commune à une raclette. Une fois n’est pas coutume, vendredi dernier, une partie des convives n’avait pas répondu à l’invitation, dommage! Ceci n’a nullement entaché le caractère convivial et ouvert de la soirée, permettant à chacun de connaître ou mieux connaître son voisin.

L’assemblée, un peu plus restreinte qu’usuellement, a fait honneur au fromage de la famille Weidmann, aux desserts d’Othmar Isler et aux vins de la cave du Château. Oui, Valeyres recèle beaucoup de très bonnes choses!
Nouveaux habitants
Le greffe communal comptabilise 31 nouveaux habitants en 2017 pour un total de 627 habitants. Ce soir-là 4 adultes et un enfant étaient présents. Mme Delecluse et son fils Damien se disent ravis de la bonne énergie du village. Ils ont déménagé de l’Abergement, leur propriétaire désirant vendre. La priorité était que Damien puisse continuer dans la même école, à Orbe. Alexandre Stöckli, par ailleurs né à Valeyres, et Alain Grasset ont quitté la cité de Chavornay pour retrouver l’ambiance et la quiétude villageoise. Ils en sont heureux.

Le nouveau citoyen présent
Ils sont 6 jeunes à avoir eu 18 ans en 2017. A relever la seule présence de Lukas Burchardt et nous félicitons son aisance à communiquer. En effet, ce n’est pas si aisé pour un adolescent de se retrouver hors de son cercle, essentiellement entouré d’adultes «matures».

Corinne Tallichet Blanc, syndique, lors de son mot de bienvenue, a encouragé chacun et chacune à participer aux activités communales qui ne manquent pas. Les diverses sociétés villageoises, le point M, le Conseil général, les accueilleront volontiers!

Toutes les informations sur le site de la commune, www.valeyres-sous-rances.ch

Valeyres-sous-Rances, un beau village qui tient à garder son collège et ses classes.

Valeyres-sous-Rances: une UAPE au village?

Les outils démocratiques ont été à l’ordre du jour lors de ce Conseil général de fin octobre, ce qui n’a pas toujours rendu aisée la tâche du président, Dominique Streckeisen. Le point de distinguer la motion de l’interpellation, et de débusquer un éventuel vice de forme animera quelques débats.

On restera à 65% de taux d’imposition

Les deux préavis à l’ordre du jour, soit l’adoption du règlement communal concernant le subventionnement des études musicales et de son annexe et l’arrêté d’imposition pour 2018, seront avalisés, mais chacun agrémenté d’un amendement. Concernant les impôts, le préavis propose de passer de 65% à 67%. La Municipalité motive cette augmentation en estimant que les dépenses du ménage communal doivent être couvertes par les recettes courantes, mais, certes, à ce moment de l’année, elle ne peut se baser que sur des estimations. La commission des finances, arguant que les résultats ont toujours été meilleurs qu’escomptés et que la trésorerie courante est suffisante, propose l’amendement de maintenir le taux d’imposition à 65% pour 2018. Le délibérant avalisera le préavis et son amendement.
Concernant le règlement sur le subventionnement des études musicales, la Municipalité prévoit une participation financière communale de Fr. 100.–. par semestre et par enfant suivant une école de musique reconnue par la FEM (Fondation pour l’enseignement de la musique). La commission «ad hoc» propose l’amendement remplaçant les Fr. 100.– par une participation de 20% par semestre avec un maximum à Fr. 100.–. Le vote ne départageant pas le conseil, le Président tranchera en faveur de l’amendement.

Quand il s’agit d’école

En réponse à la motion (qui s’avère être une interpellation!) d’Anne Baumann s’inquiétant de l’avenir des classes à Valeyres, la Municipalité rappelle que les décisions sont prises par les organes de l’association scolaire intercommunale, l’ASIOR. Par contre, elle s’engage à tout entreprendre pour conserver un collège avec des classes au village. Le scolaire suscite des réactions, quel est le taux d’occupation des classes? Pourquoi ne pas ouvrir une UAPE à Valeyres?

Anne Baumann, déléguée à l’ASIOR, relate le regret des délégués que l’association gère un budget de 5 millions, apparemment en l’absence de stratégie écrite et communiquée. Une meilleure visibilité et compréhension est demandée afin d’offrir une meilleure prévisibilité aux communes.

Finalement, on accueille la nouvelle boursière communale, Evelyne Vagnières qui remplacera Nicole Conrad après de longues années d’excellents services. Il est 22 h. 30, le président lève la séance.

Valeyres-sous-Rances, au lieu dit «Sur le Moty», l’exploitation de la gravière par Cand-Landi SA a impliqué des sondages et fouilles archéologiques par le canton. (Photo Catherine Fiaux)

Valeyres-sous-Rances: Découvertes archéologiques

Le développement de la carrière «Sur le Moty» à la sortie de Valeyres-sous-Rances, au croisement de la route de Montcherand et de Sergey, par l’entreprise Cand-Landi S.A. a fait l’objet de recherches archéologiques. Comme l’indique Nicole Pousaz, archéologue cantonale, des sondages et fouilles préventives sont demandés dès que des travaux de grande envergure sont mis à l’enquête. Le but étant d’éviter des découvertes fortuites, non identifiées et donc la perte de précieuses informations.

Discrets vestiges de valeur

La campagne de fouille s’est étendue en 2016 sur environ 4500 m2. Les fouilles ont mis en évidence différentes structures comme des fosses, des trous de poteau, du mobilier et un foyer à pierres chauffées. L’analyse du charbon de combustion de ce dernier a permis de le dater entre 4500 et 4300 av. J.-C.
Ceci témoigne donc de traces du Néolithique, rares et intéressantes, dans cet arrière-pays. D’autres investigations ont mis à jour une trentaine de remarquables céramiques issues probablement d’un dépôt de mobilier datant du 2e siècle av. J.-C.

Par ailleurs, l’exhumation d’une monnaie du XIIIe siècle atteste une fréquentation du lieu au Moyen-Age. Ainsi que le conclut Nicole Pousaz: «Notre territoire est façonné par l’humain depuis des millénaires». Le Canton est donc en charge de sauvegarder par tous les moyens le patrimoine enfoui, mémoire de notre histoire

Depuis la gauche, 1er roi Michael Troyon et Estelle, 2e roi Michel Petermann et Lola, 3e roi Heinz Schürch et Aurore, 4e roi Karim Vidmer et Adeline.

Valeyres-sous-Rances: des tirs, des rois et de la bonne humeur

C’est dans un village joliment décoré que les membres de l’Abbaye des Carabiniers ont vécu leur 173e fête de cette belle tradition.
Un programme festif de trois jours a permis aux 106 membres inscrits de vivre les concours de tir, participer au banquet et diverses verrées, ainsi qu’aux cortèges. Comme toutes sociétés d’Abbaye, le rituel fait partie des convenances, avec la sonnerie de la diane à 5 h., prise du drapeau et montée au stand de tir afin de permettre aux fins guidons de rivaliser. A Valeyres-sous-Rances, les doués de la gâchette sont nombreux, les résultats obtenus le démontrent. 17 h., arrivée au stand des reines emmenées par la fanfare de Vaulion, et de Pierre-Alain Conrad Abbé-président qui annonce les résultats des tirs et couronne les meilleurs.

A la cible d’Abbaye, 1er roi avec 454 points Michael Troyon, 2e roi au coup centré avec un 100 appuyé d’un 90 Michel Petermann, 3e roi avec 429 points Heinz Schürch et 4e roi au coup centré avec un 100 appuyé d’un 89 Karim Vidmer. Le tir à 50 mètres à la carabine 22 long rifle des enfants a vu chez les filles Léonore Bornand couronnée reine et chez les garçons Arnaud Niklaus couronné roi.

Cible «Âge du comité», soit le cumul de l’âge des membres du comité (306) que le tireur doit approcher le plus possible. Dans cet exercice aléatoire, deux tireurs ont réussi le tour de force de faire 306 points, Arthur Jaton et Sébastien Tréhan. La munition nécessaire pour cette joute festive se monte à 2700 cartouches tirées sur les trois cibles du programme.

Dans le cadre de la partie officielle, se sont exprimés Jacques Nicolet, Conseiller national, puis avec un fond de terroir bien vaudois et plein d’humour Corinne Tallichet-Blanc, syndique du village, et Jean-Philippe Décoppet Abbé-président de la société d’Abbaye invitée de Mathod. En fin d’après-midi, rentrée du drapeau et participation au traditionnel «Picoulet» devant le collège. La journée du dimanche et celle des enfants du lundi se terminent par le non moins traditionnel cortège.

Phase 1 d’excavation et d’exploitation de la nouvelle gravière Sur Moty à Valeyres-sous-Rances. Cand-Landi creusera et extraira du gravier pendant une dizaine d’années.

Valeyres-sous-Rances: Cand-Landi exploite la nouvelle gravière

A la sortie de Valeyres-sous-Rances, au croisement de la route de Montcherand et de Sergey, le paysage a changé. Une zone d’extraction de gravier a remplacé les champs depuis août 2016. C’est l’entreprise familiale Cand-Landi S.A. qui exploite cette gravière sur des terrains, propriété soit de la gravière de Sergey soit de la commune de Valeyres.

Nombreuses étapes du projet

Ainsi que l’explique Sylvain Homberger, sous-directeur de Cand-Landi S.A., les premières études pour ce site remontent à plus de 15 ans. Le pied du Jura est en effet riche en matériaux alluvionnaires remontant à l’époque glaciaire. Le plan directeur cantonal des carrières faisant foi, des sondages rétro puis électriques ont été effectués pour savoir si le gisement était intéressant.

A relever que la profondeur d’exploitation est déterminée par un minutieux calcul (avec piézomètre) du niveau des eaux souterraines. Le droit d’exploiter existe donc jusqu’à 2 mètres au-dessus de ce niveau pour éviter toute modification de la nappe phréatique. Il faut aussi préciser que l’entreprise exploitante a dû obtenir le feu vert de l’archéologue cantonal en prenant à sa charge les sondages archéologiques. Elle a également déposé des garanties bancaires.

Quelques chiffres

L’exploitation à Valeyres durera environ 10 ans. Elle s’effectuera en 3 phases ce qui permet le remblayage à mesure avec des matériaux propres d’excavation provenant de chantiers dans les alentours dans une idée écologique de rationalisation des trajets. Selon la qualité du gravier, ce seront environ 200 000 m3 qui seront extraits puis transportés à Sergey pour y être lavés et débarrassés de leurs quelque 17% de fines. 90% du solde seront transformés en béton alors que 10% restera gravier.

Réhabilitation des lieux

Cand-Landi SA met un point d’honneur à une remise en état sans faille contrôlée par un pédologue, un biologiste et devant obtenir la reconnaissance finale du canton. «Souvent les terrains agricoles sont de meilleure valeur, car moins secs, après leur réhabilitation» relève Sylvain Homberger. Partant du principe que toute extraction est un emprunt à la nature, l’entreprise s’applique à minimiser les nuisances.

Départ des nombreux écoliers et écolières à 13 h. 30.

Valeyres-sous-Rances: ils courent, ils courent, les renards

Pour la 24e édition de cette sympathique course populaire samedi dernier, pas moins de 264 concurrents (toutes catégories confondues) ont pris le départ de
13 h. 30 à 14 h. Tant les VTT que le duathlon ou la course à pied ont profité des excellentes conditions météorologiques sur les différents tracés à travers forêts et campagne. Quelques passages, comme le raidillon de l’église, sont exigeants.

Certains visages éprouvés, des mollets noués et luisants en témoignent. On pose parfois le pied à terre ou on marche, mais on relance à coup sûr, car les encouragements fusent: «Allez, allez, bravo, donne tout, tu y es!» (Ce qui est une manière de voir les choses...!). Ambiance sportive et bon enfant dans un cadre verdoyant caractérisent cette course.

Une classe au départ des écoliers

Avec la pasta party de midi, les alentours de la cantine prennent définitivement des airs de vacances. La course des écoliers reste la principale attraction et, cette année encore, ils sont venus en nombre, soutenus par leurs parents. A noter qu’une maîtresse de Valeyres, Alodie Lopez, a inscrit ses élèves de 4 P après les avoir entraînés et ce sont 15 bambins de 7 ans qui se sont mêlés à la kyrielle de jeunes (voire très jeunes) concurrents!

Bravo aux enfants et à leur maîtresse! Après la dernière course des cadets, ce fut le tour des podiums. Crépitements de photos, fierté des parents face à la joie teintée d’insouciance des jeunes lauréats! Un tirage au sort des dossards pour une distribution de lots couronna les festivités. Ce fut une belle journée pour tous, que vive cette course!

Tous les résultats sur www.courserenards.ch

Adrien Kaenel prêtant serment devant la Municipalité et le bureau.

Valeyres-sous-Rances: le carrefour rue de la Chapelle-route Romaine suscite le débat

Dominique Streikheisen, président du Conseil, a orchestré durant plus de trois heures cette dernière assemblée de législature. Une seule assermentation à relever, celle d’Adrien Kaenel. Par ailleurs, Sylvie Troyon, secrétaire, continuera à lire le procès-verbal, pour notre plus grand plaisir!

Le bilan et les comptes de fonctionnement SIARV (service intercommunal d’eau Rances – Valeyres-sous-Rances) 2015 sont acceptés. Il en sera de même pour le bilan et compte de fonctionnement communal 2015 qui présentent un excédent de produits de Fr. 128 116.– avec un total de charges de Fr. 2 463 103.–

Valeyres s’anime!

Fin du long fleuve tranquille avec le préavis 36/16, demande d’un crédit de Fr. 161 000.– pour réaménagement du carrefour route Romaine/rue de la Chapelle. La récurrence et la sensibilité du sujet ne sont plus à prouver! Christian Kaenel, municipal des routes, présente le préavis. Quatre buts sont visés: ralentir la circulation, sécuriser le cheminement, refaire le carrefour et amorcer l’entretien de la rue de la Chapelle, ce qui est un nouvel élément.

La commission technique, dont c’est la première étude, soutient le projet, mais propose trois amendements, la commission de gestion en rajoute un. Finalement deux des quatre amendements seront retenus (pose d’un panneau de signalisation et continuation du tracé piétonnier). S’ensuit une discussion nourrie, les différents points de vue fusent. En vrac: une analyse globale ne fait-elle pas défaut? Ne risque-t-on pas de voir pleuvoir les préavis par souci d’atteindre le risque 0? Les zones villas se développant, n’est-il pas utile de renforcer leur lien avec le village? Au final, le préavis et les deux amendements sont acceptés lors d’un vote à bulletin secret.

Roland Stalder remplace Nathalie Piguet

Le préavis 38/16 proposant une augmentation des indemnités des membres de la Municipalité est accepté après quelques discussions.
Finalement, un gros bouquet de fleurs, les remerciements de la syndique et une salve d’applaudissements signent le départ de Nathalie Piguet qui sera remplacée par Roland Stalder au sein de la Municipalité.

Deux dates à retenir, le 1er août à Valeyres et le 24 septembre pour "Promenons-nous dans nos forêts"

Une belle assemblée qui se régale avec les raclettes des Weidmann.

Valeyres-sous-Rances: le cap des 600 habitants passé

Traditionnellement, le premier vendredi de janvier, la commune invite ses nouveaux habitants et nouveaux citoyens à une conviviale soirée de présentation.

Ce vendredi 8 janvier n’a pas dérogé à la règle! Dès 19 h. à la salle du conseil, l’ambiance était gaie et animée. Plus de la moitié des 50 nouveaux habitants avaient répondu présent, la majorité étant venue en famille. Une ribambelle de jeunes enfants participaient pleinement à l’ambiance, la nouvelle place de jeux a de l’avenir, semble-t-il!

De leur côté, les nouveaux citoyens ont été plus timides puisque aucun n’a eu l’envie de participer.

Pourquoi Valeyres?

A cette interrogation, la plupart des nouveaux venus expliquent avoir trouvé au village la maison ou l’appartement qui leur correspond tant localement que financièrement. Certains peuvent ainsi franchir le pas vers la propriété. Ils viennent d’Orbe, mais aussi de Daillens, de Lausanne ou de France voisine. Souvent, ils ne craignent pas les kilomètres pour se rendre à leur travail. L’attrait de la campagne a été un critère, particulièrement pour ceux qui possèdent chien ou cheval.

Participez, vous serez bien accueillis!

Après l’apéro et avant la non moins traditionnelle raclette, la syndique Corinne Tallichet Blanc a présenté la commune et son domaine en rappelant que Valeyres compte actuellement 604 habitants regroupant 19 nationalités alors qu’en 1980 seuls 290 habitants y résidaient!

La syndique vante les sociétés locales et leur dynamisme et encourage les nouveaux venus à participer tant aux manifestations qu’au Conseil général, ils y seront reçus avec le sourire. Le discours est avenant bien que quelque peu assourdi par la tonicité des bambins!

Puis chacun a du plaisir à bavarder avec ses voisins et à faire connaissance autour d’une raclette et d’un verre de blanc.

Depuis la gauche: les rois, Jacques Ravey, Bertrand Nicolet, Marc-Henri Conrad et Laurent Fiaux et leurs reines et demoiselles d’honneur.

Valeyres-sous-Rances: les festivités s’enchaînent sous le soleil

Droit direct après le fameux giron, les gorilles et ouistitis de Valeyres ont plongé avec conviction dans leur Abbaye des Carabiniers. A peine 2, 3 jours pour souffler et la liesse a battu à nouveau son plein! Pour parfaire la mise en beauté du village, quelques sapins du giron ont été changés, d’autres distribués. Samedi matin, menés par l’Abbé-président, Pierre-Alain Conrad, les carabiniers sont montés au stand avec leur fanfare l’Echo des Campagnes, puis ils ont tiré, entre hommes, comme il se doit encore! A
17 h., les rois ont été couronnés en grande pompe. C’est là que, à cause d’un improbable coup centré, votre rédactrice a été plongée à sa grande stupéfaction dans le vif de l’affaire. «Ça peut arriver à n’importe qui» m’ont assuré des voisins compatissants!

Les rois et leur reine

1er roi, Jacques Ravey avec 440 points, 2e roi, Bertrand Nicolet avec un coup centré de 100, 3e roi, Marc-Henri Conrad avec 434 points et, 4e roi, Laurent Fiaux avec un coup centré de 98. Ce sont respectivement les ravissantes reines Lola Jaton, Alicia Ravey, Marie Pinard et Léa Guignard qui ont accompagné leurs Majestés. Sous un soleil éclatant, l’abbé-président a mené la parade jusqu’aux traditionnelles verrées chez les rois. Ensuite, la soirée s’est joyeusement déroulée sous cantine. Dimanche matin a vu la distribution des prix et la verrée chez les roitelets, Carmen Abegglen et Bryan Burnier. Ensuite avec la fanfare du Pontet, tous se sont rendus aux Planches pour le culte, la partie officielle et le banquet. Rémy Cand en major de table a assuré les intermèdes. Corinne Tallichet Blanc, la syndique, a avoué avoir été surprise des réserves d’énergie et de vin de ses concitoyens!

Eh oui, le giron, loin d’épuiser les Renards, a stimulé et resserré les liens entre les villageois!