Une partie du public venu en nombre.

Ballaigues : une séance de conseil légère

Une partie du public venu en nombre.

Une partie du public venu en nombre.

Pour tenir compte de la venue de Pascal Broulis évoquée plus haut, le Conseil communal de Ballaigues avait limité son ordre du jour au strict nécessaire.

On relèvera la communication faite par la Municipalité en début de séance au sujet des élections communales 2011 : c’est dans sa composition actuelle que la Municipalité actuelle se représentera devant le corps électoral en mars prochain.

Par ailleurs, le Syndic Raphaël Darbellay a précisé avoir reçu les montants des acomptes pour la péréquation 2011: ce ne sont pas moins de Fr 4.5 millions qui devront être versés à ce titre, dont 3 millions rien que pour la facture sociale. On avait espéré un peu moins, compte tenu de la nouvelle péréquation, a ajouté le syndic. Espérons encore une bonne nouvelle lors des chiffres définitifs.

Le Conseil a voté ensuite à l’unanimité l’adhésion à l’ARAS Jura Nord Vaudois, l’arrêté d’imposition 2011 ramenant à 64 le taux communal, en baisse de 6 points par rapport à 2010 pour compenser la hausse de 6 points qui interviendra sur le taux cantonal.

Enfin Georges Leresche a déposé une interpellation en rapport avec la pauvreté de l’offre de transports publics à Ballaigues, pour les habitants, pour les apprentis ou autres travailleurs et aussi pour le développement du village et invite la Municipalité à prendre contact avec le Service cantonal de la mobilité pour voir quelles mesures d’amélioration pourraient être prises.

Photo Olivier Gfeller

Ballaigues depuis l'arrière du CeVi

Ballaigues : une séance de Conseil «light»

Ballaigues depuis l'arrière du CeVi

Ballaigues depuis l'arrière du CeVi

Séance de rentrée plutôt légère pour le Conseil communal de Ballaigues lundi passé, placé sous la présidence de Nathanaël Bourgeois. C’est en effet en moins d’une heure que les objets à l’ordre du jour ont été traités.

Parmi ceux-ci, on notera l’annonce par le syndic Raphaël Darbellay des chiffres définitifs touchant la commune et relatifs à la péréquation financière et la facture sociale communiqués très récemment par les services cantonaux compétents. Les deux postes les plus importants du budget communal s’élèvent finalement à Fr 4.166 millions.

Les acomptes calculés par ces mêmes services de l’Etat s’élevaient quant à eux à Fr. 1.51 million. Par chance et par flair, la Municipalité avait prévu que les calculs cantonaux ne suffiraient pas et avait provisionné la différence de Fr. 2.6 millions, qui est évidemment payable d’ici fin septembre.

Inutile de dire que l’on attend avec impatience à Ballaigues la mise en place de la nouvelle péréquation votée en juin par le Grand Conseil, avec l’espoir avoué de voir ces sempiternels écarts en montagnes russes s’atténuer à l’avenir rendant ainsi la gestion financière prévisionnelle moins aléatoire que sous le régime actuel.

Les travaux avancent

Au chapitre des travaux publics en cours, on notera que les différents chantiers ouverts devraient tous se terminer dans les temps, en particulier ceux qui perturbent la circulation aussi bien au centre du village que dans le quartier chez Barrat. A leur sujet, Daniel Bourgeois a tenu à souligner la compétence du chef de chantier qui met tout en œuvre pour rendre cette perturbation la moins ennuyeuse pour les usagers.

Finalement d’ailleurs, et à l’intérieur de l’enveloppe budgétaire votée par le Conseil, le revêtement entier de la route et non seulement de sa moitié nord sera entièrement refait, cette année avec un enrobé de fond et au printemps prochain avec un tapis final.

Une nouvelle boursière

La nomination de l’actuelle boursière au poste de secrétaire municipale à compter du 1er janvier prochain avait rendu nécessaire la mise au concours de son poste. De nombreuses offres sont parvenues à la Municipalité qui a finalement entendu plusieurs candidats possédant le profil requis.

Le choix de l’exécutif communal s’est tourné vers la candidature de Madame Yannick Candaux-Hautier, qui à part nombre de diplômes et certifications dans les domaines concernés est entre autres l’ancienne boursière de la commune de Croy.

A relever qu’elle dispose aussi d’un diplôme d’infirmière, ce qui devrait permettre de soigner sans délai les membres de la Municipalité lorsqu’ils reçoivent les nombreuses factures cantonales. La nouvelle boursière entrera en fonctions en décembre pour assurer la transition.

Le président du Conseil d’Etat à Ballaigues

La prochaine séance du Conseil communal se tiendra  le lundi 4 octobre en présence du président du Conseil d’Etat vaudois Pascal Broulis. Ce dernier présentera la nouvelle péréquation intercommunale et répondra volontiers aux questions des membres du Conseil et du public, qui recevra encore une annonce tous ménages à ce sujet.

Photo Olivier Gfeller

Le «bistrot du village», la Croix d'Or

Ballaigues : bonne santé financière et culture

Le «bistrot du village», la Croix d'Or

Le «bistrot du village», la Croix-d'Or

Une très bonne année comptable 2009

Séance essentiellement consacrée à l’examen des comptes annuels 2009 lundi soir au Conseil communal de Ballaigues réuni sous la présidence de Nathanaël Bourgeois. Et un syndic heureux, même s’il ne le dit pas, puisque il aura pu, durant cet exercice, procéder à nombre d’attributions à des provisions spécifiques et autres fonds de réserve grâce à une capacité d’autofinancement excédant Fr. 3 millions,  ceci malgré les conséquences d’une péréquation financière dont il pourfend volontiers les conséquences et l’emprise croissante.

Sur un total de recettes-dépenses de l’ordre de Fr.  9.5 millions laissant apparaître au final un excédent de recettes de l’ordre de Fr. 130 000.–, le poste sécurité sociale affiche en effet une charge globale proche de la moitié de cette somme. Conséquence cependant logique de la bonne santé financière de la commune.

Un état relevé positivement par Pierre-Luc Maillefer, qui souhaiterait toutefois «qu’à santé exceptionnelle corresponde la mise en place d’infrastructures modernes et adaptées, et non pas une idée de thésaurisation».  A relever qu’en plus des comptes à proprement parler, la Municipalité a, pour la première fois, remis au Conseil un véritable rapport de gestion.

Cet outil a été unanimement salué comme un complément essentiel à la bonne compréhension des chiffres parfois un peu bruts figurant dans les comptes proprement dits.

Motion Julien Leresche sur le soutien à la culture largement appuyée

Lors de la séance précédente, la Commission culturelle avait déploré un certain manque d’engagement municipal dans le soutien à la création artistique et culturelle. Julien Leresche en a profité pour déposer une motion demandant précisément que la Municipalité étudie et propose la réglementation d’un soutien à de telles activités, qui devrait aussi passer par l’instauration d’une garantie de déficit en faveur de sociétés locales qui ne poursuivent aucun but commercial.

Cette motion a reçu un très large appui et a été directement transmise à l’exécutif pour étude et rapport. «On devrait être en mesure de proposer quelque chose qui soit correctement ficelé d’ici à la fin de l’année» a annoncé le syndic Raphaël Darbellay.

Elections

Le président Nathanaël Bourgeois a été brillamment réélu à son poste pour une année supplémentaire. A l’image d’ailleurs de ses collègues Daniel Bourgeois, 1er vice-président et  Frédéric Santschi, 2e vice-président. La commission de gestion a par ailleurs été renouvelée, de même que le bureau du Conseil, selon le tournus réglementaire.

Photo Olivier Gfeller

«Venir au secours de la culture à Ballaigues».

Un député au… Conseil communal de Ballaigues

«Venir au secours de la culture à Ballaigues».

«Venir au secours de la culture à Ballaigues».

Programme spécial

Programme un peu allégé pour le Conseil communal de Ballaigues lundi soir passé. Et ceci à l’initiative du bureau du Conseil et singulièrement de son président Nathanaël Bourgeois, qui avait organisé la présence du député au Grand Conseil Denis-Olivier Maillefer, enfant de Ballaigues, venu pour exposer les grands axes des travaux actuels du législatif cantonal et aussi pour en débattre avec les membres du Conseil et leur rappeler que des contacts  doivent exister entre les élus locaux et les élus cantonaux s’agissant de faire « remonter » vers Lausanne certaines préoccupations locales.

A quoi sert un député

Question directe posée par Denis-Olivier Maillefer, et faisant allusion à une interpénétration toujours croissante des compétences dans un état fédéraliste. Au sujet duquel il a rappelé que le millefeuille institutionnel cantonal n’était pas seulement  constitué de deux couches, mais au moins de trois sinon quatre étages si l’on compte les nombreux organismes intercantonaux voire intercommunaux, eux aussi appelés à traiter de certains sujets.

Et de s’attarder quelques instants sur un problème traité déjà au niveau de la Constituante, celui de la territorialité ou de l’adéquation d’un espace donné à l’accomplissement de certains types de buts sociaux. Le traitement idéal de chaque tâche demande un périmètre particulier et différent.

Ce qui ne rend pas la chose aisée, mais rappelle que les fusions de communes qui se multiplient sont là pour concrétiser le souhait de l’Assemblée Constituante de diminuer leur nombre, et justement aussi pour répondre aux problèmes de périmètre. Qui ne s’arrêtent d’ailleurs pas aux frontières du canton.

Des comptes 2009 excédentaires

La Municipalité avait établi un budget « de crise » pour 2009 qui s’est finalement révélé trop pessimiste, notamment au niveau des rentrées fiscales en provenance de l’impôt sur les sociétés. Si bien que les comptes 2009 présentés à l’examen du Conseil font ressortir un excédent de recettes de Fr.130’000.- sur un total de recettes et dépenses de l’ordre de Fr. 9.5 millions. La commission de gestion va se pencher au chevet de ce volumineux dossier.

Un rapport de gestion nouveau modèle

A côté des comptes réglementaires, la Municipalité a souhaité déposer pour la première fois un véritable rapport de gestion, afin de retracer son activité 2009. Le syndic Raphaël Darbellay a précisé «  qu’il s’agissait pour l’instant d’un premier essai, susceptible de changer et soumis aux critiques des conseillers ».

Une activité culturelle plutôt pauvre

Chaque année la commission culturelle se penche sur l’activité…culturelle  dans la commune et fournit un rapport détaillé à ce sujet. Rapport qui reste toutefois consultatif et ne fait pas l’objet d’un votation ou de décisions financières encourageant l’offre culturelle à Ballaigues.

Une offre pauvre en comparaison d’autres communes de même grandeur. Si la Municipalité se déclare ouverte aux propositions, elle ne semble pas très encline à vouloir promouvoir d’elle-même la culture à Ballaigues, qu’elle estime plutôt ressortir du domaine de l’initiative privée. La commission verrait bien la création d’un dicastère de la culture. La Municipalité y réfléchit.

En attendant, le Syndic a clairement indiqué que si le Conseil voulait que des fonds soient affectés au développement et au soutien de la culture au sens large, il devait alors préparer le terrain et fixer des objectifs financiers clairs et précis à la Municipalité, l’argent restant le nerf de la guerre.

Ceci étant valable aussi pour d’éventuelles garanties de déficits, même très limitées, que suggérait Julien Leresche, pour favoriser l’organisation de manifestations, ou même la mise à disposition gratuite de certains locaux communaux.

On peut se demander sur ce point si l’exemple de la CCLO à Orbe, qui dispose d’un budget et organise elle-même nombre d’évènements de qualité, ne pourrait pas être suivi.

Car on ne peut s’empêcher de penser que la Commission culturelle de Ballaigues fait son travail avec conscience, mais souffre chroniquement de ne pouvoir que constater l’état, sans pouvoir formellement proposer et mettre en œuvre des améliorations.

Photo Olivier Gfeller

Local technique du réservoir supérieur

Conseil communal de Ballaigues : séance express

Local technique du réservoir supérieur

Local technique du réservoir supérieur

C’est en effet en une heure environ que les 29 membres présents réunis sous la présidence de Nathanaël Bourgeois ont décidé d’investir pour environ Fr. 2.6 million dans des équipements nécessaires.

Un réservoir à eau potable de dernière génération

Actuellement l’eau potable est stockée dans deux réservoirs, l’un dit inférieur et l’autre supérieur situés près de la place de sports au dessus du village. Le réservoir inférieur est arrivé en fin de vie, et sera remblayé.

Pour faire place à un nouveau réservoir jouxtant le réservoir supérieur, doté des derniers équipements en matière de contrôle sanitaire et de réglage des débits et pressions. La capacité en eau potable de la commune sera purement et simplement doublée, puisqu’elle passera de 1000 à 2000 m3. Avec des possibilités également de servir de réserve d’eau en cas d’incendie.

Le crédit de Fr 1.3 million environ destiné à ce nouvel équipement a été accepté pratiquement sans discussion, Daniel Bourgeois trouvant cependant que le poste de «frais de calculs» des ingénieurs prévu dans le devis semblait très élevé, surtout à l’heure des calculs par ordinateur.

Eaux usées et eaux claires

Sur plus de 400 mètres entre chez Barrat et Fontanasson, à savoir dans la première partie du village côté Vallorbe, l’ensemble des conduites en sous-sol va être refait entre mai 2010 et la fin de l’année. C’est à la suite de fuites de gaz que VO Energies voulait remplacer des conduites anciennes sur ce tronçon.

La Municipalité a profité de l’ouverture de la route pour changer tout l’équipement. Cette mise en séparatif touchera aussi les propriétaires privés riverains qui devront assumer les frais de connexion des réseaux à leur propres installations.

Quelques voix se sont élevées pour savoir si la réfection totale de la chaussée non prévue entièrement ne pourrait pas aussi intervenir en même temps. La Municipalité ne l’a pas prévue actuellement pour des raisons de coût, mais pourrait, selon le cas et notamment suivant la dégradation due aux travaux, revenir à la charge avec un préavis complémentaire en temps utile.

La facture s’en trouverait toutefois augmentée de près de Fr. 400 000.– alors que les travaux votés lundi soir atteignent déjà la somme de Fr. 1.3 million. Les travaux qui se dérouleront dès le mois de mai vont entraîner des perturbations de trafic, surtout aux heures de pointe où les frontaliers arrivent pour travailler.

Elections communales pour la période 2011-2016

Le Conseil a suivi le préavis municipal qui prévoyait le statu quo dans le nombre de conseillers et suppléants pour la prochaine législature. Ils resteront fixés respectivement à 35 membres et 7 suppléants. Le mode de scrutin majoritaire à deux tours reste lui aussi sans changement.

Une nouvelle secrétaire communale

Le poste de secrétaire communale sera repris à partir du 1er janvier 2011 par Madame Sandra Parisod, actuelle boursière communale. Sur plus de trente postulants, la Municipalité a en effet estimé que c’est elle qui remplissait le mieux le profil du poste. Son poste de boursière sera mis au concours prochainement.

Dans les divers, on relèvera l’intervention interrogative de Raymond Durussel au sujet de la déchetterie, où chacun est invité à bien trier le verre blanc du verre vert ou brun.

Et aux camions ramasseurs qui eux, mélangent allégrement toutes les sortes de verre, diminuant ainsi de façon assez considérable l’attrait pour un tri sélectif sévère…

Photo Olivier Gfeller

e gauche à droite, Magdalena, Mélanie, Lionel Bourgeois, Eliot Martin et Guillaume Leresche, les trois concepteurs, plus une poule et un agnelet de 4 jours.

Ballaigues : miniatures agricoles

e gauche à droite, Magdalena, Mélanie, Lionel Bourgeois, Eliot Martin et Guillaume Leresche, les trois concepteurs, plus une poule et un agnelet de 4 jours.

e gauche à droite, Magdalena, Mélanie, Lionel Bourgeois, Eliot Martin et Guillaume Leresche, les trois concepteurs, plus une poule et un agnelet de 4 jours.

Au hameau de chez Thouny, à la frontière de Ballaigues avec la France, il y avait longtemps que l’idée de présenter une petite exposition de scènes agricoles avec décors trottait dans la tête de trois petits Ballaiguis.

Avec la complicité de Antoinette Leresche, ancienne syndique du lieu, Eliot, Lionel et Guillaume ont pu mettre leur projet à exécution pour une exposition qui a eu lieu lundi de Pâques et s’est poursuivie mardi.

Au rez inférieur de la maison, après avoir dûment balayé les lieux,  ils ont aménagé des tables et des présentoirs pour décrire l’activité agricole et sylvicole, entièrement de leurs  mains, seuls les tracteurs et remorques venant de leurs collections privées. «Des modèles tous réduits à la même échelle de 1:32, précisait Eliot» avant de fournir avec ses camarades toutes explications utiles et savantes sur les travaux concernés par les diverses présentations.

Dans le même espace, un lapin nouvel arrivant, un veau de une semaine, et deux agnelets de quatre jours. Et des gâteaux pour les visiteurs qui avaient l’occasion délicieuse de gagner quelques grammes, si nécessaire. Une bien sympathique façon d’occuper quelques jours de vacances de Pâques.

Photo Olivier Gfeller

Ballaigues : que d’eau, que d’eau

Peu de communications

Pour cette première séance de l’année 2010, la Municipalité de Ballaigues n’avait que peu de communications à faire à l’adresse d’un conseil studieux, placé sous la présidence de Nathanaël Bourgeois : le syndic Raphaël Darbellay a en effet pu annoncer que selon les derniers pointages, les comptes 2009 se présentent très bien et que la Commune va … conserver trois boîtes à lettres officielles, du nouveau modèle de la Poste.

De gros travaux en vue dans le domaine des eaux

La Municipalité veut entreprendre cette année encore, à partir du mois de mai et jusqu’en novembre, des travaux importants dans la région de chez Barrat dans le domaine des canalisations d’eaux claires et usées. Un tronçon de plus de 400 mètres doit être aménagé et rénové, et ces travaux vont devoir être étudiés très rapidement par la commission mise en place pour permettre leur déroulement selon le calendrier prévu.

Pour rester dans les eaux, mais potables cette fois-ci, la Municipalité a transmis au Conseil un préavis prévoyant le remplacement pur et simple d’‘un des deux réservoirs d’eau potable de la commune. Une dépense devisée  à Fr. 1,3 million pour mettre aux normes les installations existantes vétustes.

Elections communales 2011

Les dispositions relatives aux élections communales 2011 doivent être mises sous toit, tout délai de recours échu, avant le 30 juin de cette année.

C’est la raison pour laquelle la Municipalité a déposé un préavis dans lequel elle suggère au Conseil de maintenir le système actuel en place, une élection majoritaire à deux tours, ainsi que le nombre de conseillers, de suppléants et de Municipaux.

Il est plus que vraisemblable que la commission chargée de cette étude suive l’avis de la Municipalité.

AscoVaBaNo

Le Conseil a également procédé à l’élection de quatre de ses membres pour faire partie des instances dirigeantes de l’Association scolaire intercommunale de Vallorbe, Ballaigues, Bofflens, Bretonnières, Croy, Juriens, La Praz, Premier, Romainmôtier et Vaulion.

Une association qui avait fait couler pas mal de salive lors de la votation sur l’adhésion et que les Ballaiguis regardent avec un air plutôt circonspect sur bien des points.

L’occasion leur était donc donnée de mettre en place un système de contrôle communal à l’intérieur de cette entité qui continue de susciter les interrogations.

Photo Olivier Gfeller

Ballaigues : soirée des Amis Gym

Une partie des Amis Gym Ballaigues…

Une partie des Amis Gym Ballaigues…

Le dernier week-end de décembre est toujours synonyme de soirée de gymnastique à Ballaigues. C’est ainsi que samedi soir les Amis Gym Ballaigues nous ont présenté leur nouveau spectacle, le quatrième dans le nouveau centre villageois.

Cette édition rimait avec final pour Gilles Leresche, président de la gym depuis 7 ans ; en effet, il annonça qu’il remettait ses fonctions à Michel Tharin.

C’est donc avec une certaine émotion qu’il prononça son discours et présenta la soirée.

Un programme sans surprise, mais qui fait toujours salle comble ; comme dit le proverbe, «on ne change pas une équipe qui gagne» !

Au menu : ballets des petits et des adultes, démonstration d’agrès des jeunes, ainsi que du saut, entre autres, pour le groupe mixte. Le tout ponctué de sketches comiques toujours aussi bien sentis et flirtant avec l’actualité.

Une nouvelle fois la soirée de gym de Ballaigues fut un joli succès et les gens en partirent souriants…

Photo Simon Leresche

Ballaigues : des jeunes à l’EMS du Jura

Et déjà quelques lots ont été distribués

Et déjà quelques lots ont été distribués

Samedi dernier, les occupants de l’EMS de Ballaigues reçurent une visite un peu spéciale…

En effet les membres de la jeunesse du village se réunirent à l’EMS afin d’y organiser un loto pour les plus anciens. Chaque jeune du village apporta deux lots qui furent gagnés aux cris des «quines», «double-quines» ou «cartons».

L’après-midi de l’EMS fut ainsi bien animé et les organisateurs apprécièrent tout autant ce moment que les occupants! Une idée à refaire…

Photo Simon Leresche

Ballaigues : AscoVaBaNo… ma lentano

Le restaurant de la Croix d'Or, au centre de Ballaigues

Le restaurant de la Croix d'Or, au centre de Ballaigues

Une adhésion difficile

Le président du Conseil communal de Ballaigues Nathanaël Bourgeois avait flairé que l’un des objets de l’ordre du jour allait donner lieu à une discussion nourrie. Il s’agit de l’adhésion, à l’AscoVaBaNo (Association scolaire intercommunale de Vallorbe, Ballaigues, Vallée du Nozon) qui effectivement a occupé une longue tranche de la séance de lundi soir dernier.

Il faut dire que ce genre d’adhésion, forcée et presque aveugle, à une association intercommunale dont on ne peut même pas changer les statuts, selon l’avis toujours livresque, théorique et très discutable du SECRI (Service des Communes et des Relations Institutionnelles), n’a pas soulevé l’enthousiasme.

Au point même que la commission proposait une modification des statuts et qu’une partie du Conseil, notamment représentée par Pierre-Luc Maillefer et Jean-Jacques Bourgeois, estimait inopportun de laisser à un pouvoir décentralisé le droit d’acquérir ou d’aliéner des immeubles, alors même que cette association ne disposera, du moins en début de vie, d’aucune assise financière propre et que les communes resteront … solidairement responsables du paiement de dettes qu’elles n’auraient pas contractées.

Il a fallu toute la capacité de persuasion du syndic Raphaël Darbellay, qui siègera au comité exécutif de l’Association et qui a assuré qu’il le fera en contrôlant très strictement sa gestion, pour que finalement l’adhésion soit votée.

Avec il est vrai un nombre très important d’abstentions, signes manifestes de défiance à l’égard d’une construction juridique pas très prometteuse. A relever enfin que même du côté des  défenseurs de la nouvelle structure, des critiques assez vertes ont été faites à des statuts qui visiblement ne sont que le fruit du travail de juristes cantonaux bien au chaud dans leur bureau et peu au fait des réalités de la vie.

Un budget 2010 équilibré

La Municipalité a également déposé son projet de budget 2010. Etabli sur des bases conservatrices, mais avec quelques points d’interrogation sur le futur produit des impôts des personnes morales, le budget prévoit un léger excédent de recettes, qui prouve quelque part s’il le fallait encore que Ballaigues est une commune aisée.

Une commune qui normalement devrait bénéficier depuis 2011 de la nouvelle mouture de la péréquation intercommunale, si l’on en croit les chiffres provisoires annoncés par le syndic.

Véhicule pour la voirie

C’est sans discussion et sans doute un peu fatigués par la première partie animée de la séance que les conseillers ont enfin voté à l’unanimité un crédit de Fr. 81’000.—pour l’acquisition d’un nouveau véhicule multi-bennes pour la commune.

Photo Olivier Gfeller

Ballaigues : on y construit même des orgues

De gauche à droite, au moment des félicitations : Théo Heiniger, Quentin Maillefer, Arnaud Collomb et Charles Pillevuit

De gauche à droite, au moment des félicitations : Théo Heiniger, Quentin Maillefer, Arnaud Collomb et Charles Pillevuit

C’est au foyer de l’entreprise Dentsply Maillefer à Ballaigues qu’une trentaine d’invités avaient pris place vendredi passé à l’occasion de la présentation publique d’un orgue de Barbarie entièrement né en 2009 et cousu main entre la Suisse centrale, là où Guillaume Tell terrassa autrefois son adversaire Gessler et les terres actives du Jura Nord-Vaudois.

L’instrument est issu de la collaboration harmonieuse du maître en la matière Théo Heiniger, de Küssnacht am Rigi, l’un des seuls facteurs d’orgue de barbarie en Suisse, et de deux apprentis de la région, Arnaud Collomb, de Bretonnières, apprenti mécanicien chez Dentsply Maillefer et Quentin Maillefer, le régional de l’étape,  apprenti menuisier chez  Jean-Luc Leresche à Ballaigues.

Il y a déjà longtemps qu’a germé dans l’esprit de Théo Heiniger l’idée de faire partager son savoir à de jeunes artisans, et c’est ainsi un peu par le jeu du hasard que cet objet a vu le jour dans ces circonstances.

Le partage des tâches

Ainsi que le rappelait Charles Pillevuit lors de la courte partie officielle, lui qui se présente comme un vieux joueur d’orgue de Barbarie, «il est d’usage dans les métiers de l’art de réaliser ce qu’on appelle un chef-d’œuvre, pour couronner la période d’études par une création utile et belle, si possible».

Et dans le cas de l’orgue de Barbarie en question, il ne fait guère de doute qu’il s’agit bel et bien d’un chef-d’œuvre. La haute direction des travaux,  la conception générale et la coordination ont été prises en charge par Théo Heiniger, qui s’est lui-même chargé de la partie musicale proprement dite de l’instrument (tuyaux et ensemble des éléments de l’orchestrion, l’âme musicale de l’instrument), pendant que Quentin Maillefer soignait tout particulièrement la menuiserie, et singulièrement la partie visible de qui donne son visage à l’instrument.

Simultanément, Arnaud Collomb s’attelait à la mécanique interne, celle qui permet notamment aux deux soufflets en peau de …lapin actionnés par la traditionnelle manivelle de diriger un souffle contrôlé dans la tuyauterie musicale et de faire avancer les partitions musicales trouées.

Un inventeur de génie

A part la fabrication proprement dite  des orgues, Théo Heiniger transcrit lui-même la musique sur les rouleaux de papier troués qui, lorsqu’ils passent sur un axe de contrôle, permettent à l’air de passer ou non par un trou pour actionner le mécanisme musical.

Et si ces transcriptions se faisaient il n’y a pas très longtemps encore à travers le détournement d’une ancienne machine à écrire mécanique d’avant la deuxième guerre mondiale, le maître facteur d’orgues a lui-même inventé un dispositif électromécanique moderne qui permet actuellement de transcrire presque automatiquement n’importe quelle partition musicale sur un rouleau à trous destiné à l’instrument en question.

Une réussite collective

L’instrument présenté à Ballaigues est en bois clair, et il a pour la première fois permis officiellement aux sons de s’échapper de ses tuyaux, puisque tour à tour chacun des trois constructeurs a interprété un morceau classique retranscrit pour l’occasion sur rouleaux.

L’aboutissement d’une aventure collective de plus d’une année conduite dans les temps sous le dénominateur commun de la précision absolue et de la maîtrise nécessaire des différentes  techniques requises pour ce genre de constructions. Une belle aventure intergénérationnelle aussi.

Premier morceau officiel sur l’orgue.

Premier morceau officiel sur l’orgue.

Photos Olivier Gfeller

Ballaigues : 60 ans en diamant…

Janine et Pierre Maillefer

Janine et Pierre Maillefer

Famille Janine et Pierre Maillefer

60 ans de mariage…

On s’exclame, on félicite, mais sommes-nous réellement conscients de ce que cela représente ? Permettez-moi d’en douter aujourd’hui. Aujourd’hui,    où le nombre de couples se séparant devant le tribunal atteint 48 %.

Dans notre société d’immédiats, d’instants et d’émotions fugitifs, cette belle longévité fait du bien.

Ainsi Janine et Pierre Maillefer, habitants de Ballaigues, fêtèrent la semaine dernière leurs noces de diamant, leurs soixante ans de vie commune. Quatre enfants sont nés de cette union et aujourd’hui neuf petits-enfants les entourent.

Une pensée pour eux qui nous prouvent que les petites difficultés du quotidien peuvent être surmontées…

Photo Simon Leresche