Madeleine Marrro.

Accueillir des voyageurs: une passion avant tout

Madeleine Marrro.

Madeleine Marrro.

La commune d’Orbe et l’Office du Tourisme (OT) avaient mis sur pied une séance d’information sur les chambres d’hôtes.

La semaine passée dans la salle du Conseil, une quarantaine de personnes étaient venues s’informer, la plupart d’Orbe mais aussi de la région. Ce type d’hébergement manque à Orbe et l’atelier tourisme de l’Agenda 21 avait mis le doigt sur ce problème.

Le groupe de travail issu de cet atelier, a conclu qu’il fallait développer l’offre en la matière en informant mieux sur les possibilités d’ouverture de chambres d’hôtes. En plus de professionnels du tourisme, l’OT avait invité deux propriétaires pour faire part de leur expérience concrète.

En introduction, Anne Bornand de la Commission «Tourisme» de l’ADNV a présenté la procédure d’ouverture, on peut s’inscrire à l’OT mais aussi à l’association B&B (Bed and Breakfast). Ces organisations se chargeant ensuite de la publication de la liste d’appartements de vacances ou de chambres d’hôtes. Après une visite et un questionnaire, des étoiles sont attribuées (1 à 5); elles sont les mêmes au niveau suisse et sont valables pour cinq ans (prochain «quinquennat»: 2013-2017). Il n’y a pas de statistiques chiffrées de la demande de ce type d’hébergement mais Christelle Pétremand, cheffe de l’OT d’Orbe, dit que beaucoup de touristes posent la question pour Orbe.

Expériences très positives

Madeleine Marro de Concise offre deux chambres d’hôtes dans sa ferme depuis 10 ans. C’est «le monde qui vient à nous» a-t-elle remarqué, «car nous n’avons pas beaucoup d’occasion de voyager». Après une première année maigre, 12 nuitées, elle peut compter sur environ 150 à 200 nuitées par année. Chantal Duc a de son côté aménagé la maison familiale à Yverdon pour recevoir des voyageurs.

En août et septembre elle a affiché complet. Elles sont les deux très positives, mais soulignent que même si cela leur rapporte un petit plus, il ne faut pas que l’argent soit la motivation principale car cela demande énormément de disponibilité et de travail. La clef du succès étant vraiment la passion et l’accueil impeccable. Ni l’une ni l’autre n’ont eu jusqu’à ce jour de mauvaises expériences.

Le public a posé beaucoup de questions et à l’issue de la soirée, les échanges ont continué autour d’une verre.

Photo Natacha Mahaim