Articles

La journée des vendanges de l’amitié chez Valérie Marendaz.

Mathod : les déclinaisons du partage aux vendages chez Valérie Marendaz

En cette période de vendanges, j’ai eu l’occasion d’en avoir un petit aperçu en les vivant de l’intérieur: une matinée de taille de pinot blanc au Domaine du Moulin de la famille Gass et la cuvée de l’amitié à la Cave de la Combe chez Valérie Marendaz.

Même si la taille est un effort physique pénible, il règne au sein des rangs une ambiance conviviale où les discussions fusent et survolent des sujets divers, de la vie du village à la destination des prochaines vacances. Du reste, les habitués se réservent des disponibilités pour revenir. Mais c’est aussi et avant tout le partage d’une passion, de faire découvrir des produits, des savoir-faire, d’ouvrir généreusement les portes de la cave et d’offrir un aperçu du travail de la vigne en mettant la main à la pâte.

Autant au Moulin qu’à la Combe, les avis sont unanimes : la météo a été clémente du début à la fin de la récolte et la cuvée 2017 sera une bonne année, même si la grêle a fait plus de dégâts sur les terrains de Valérie Marendaz.

Cette dernière garde le sourire et sa motivation quand son chasselas affiche 85 degrés oechslés, entre autres.

Dorénavant, les dégustations, qui sont le sommet de l’iceberg, auront une autre saveur, avec le respect qu’il se doit pour tout le labeur qui se trame en amont.

Dans les vignes de Jean-Daniel Gauthey, samedi matin sous le brouillard.

La météo dicte le tempo des vendanges

Intense animation au Caveau des 13 Coteaux à Arnex jeudi passé, en fin de matinée. L’équipe du directeur Patrick Keller mettait en effet la dernière main au programme de la vendange 2013, une tâche complexe qui dépend en grande partie des conditions météorologiques.

«On nous annonce du temps beau à moyen jusque vers dimanche midi, précisait Patrick Keller en consultant la météo spéciale de la région sur sa tablette numérique, et nous allons donc planifier de vendanger dimanche aussi, au moins durant la matinée. Ensuite, lundi risque d’être un jour sans, en raison de la pluie. Dès mardi ça devrait à nouveau jouer».

Dehors, on s’affairait aux derniers préparatifs du bureau des vendanges situé dans un container rutilant bleu, aussi baptisé l’aquarium. Les tout premiers bacs étaient attendus dans l’après-midi au contrôle. Du pinot noir, selon le programme, suivi par du garanoir et du cabernet pressant.

Une année de qualité

«Le programme est au rouge jusqu’à mardi, car le chasselas risque moins de souffrir de petites attaques de pourriture amplifiée par les hautes températures diurnes actuelles. Mais il nous faut rentrer le plus vite possible des grappes mûres et belles, avant que la pluie vienne perturber potentiellement les taux de sucre» entendait-on d’une seule voix chez les producteurs présents. À ceci s’ajoutent les dégâts faits par les oiseaux qui ne manquent pas une occasion de goûter aux différents cépages proposés sous leurs ailes.

D’une façon générale, les différents acteurs concernés s’accordent pour considérer que la récolte de cette année ne sera pas exceptionnelle en quantité, mais qu’elle devrait être de très bonne qualité. Étant encore précisé que ces constatations générales peuvent varier en fonction des cépages et de l’emplacement des parcelles.

«Nous trions à la main et dans la vigne, explique encore Patrick Keller, et non pas sur une table de tri à l’entrée du pressoir. Dans ces conditions, les estimations de ce qui doit être laissé par terre sont parfois difficiles à faire avant d’avoir eu en main chacune des grappes vendangées.»

Rances vendange, sous un temps plutôt clément, malgré le frais.

Une journée de vendanges

Rances vendange,  sous un temps plutôt clément, malgré le frais.

Rances vendange,
sous un temps plutôt clément, malgré le frais.

On le sait, avec l’automne, les feuilles changent, prennent une belle couleur mordorée voire rouge vif, et tombent gentiement des arbres, tapissant le sol. Mais pas seulement, en octobre, c’est aussi le temps des vendanges!

Hé oui, le raisin lui aussi arrive à maturité et il est temps de le récolter. Pour l’heure, espérons que le soleil sera de la partie, car se déplacer dans ces vignobles parfois dangereusement pentus demande, au sec, déjà passablement de maîtrise de son équilibre, mais alors sous la pluie, mieux vaut ne pas être instable sur ses pieds!

8 h., les vignes s’animent

Pour certains, petit-déjeuner entre travailleurs, histoire de prendre une bonne dose d’énergie avant d’aller serpenter le long des cépages. Pour d’autres, la matinée commencera directement à la coupe, après un bon petit briefing sur la manière de trier les grappes, car oui, elles ne sont parfois pas toutes très belles et nécessitent quelques fois une ou deux «amputations» des épaulettes.

Mais qu’est-ce que les épaulettes? Lorsqu’une grappe pousse, elle a une tige principale qui donne naissance à plusieurs petites tiges remplies de fruits. Puis, une seconde tige peut pousser au sommet de la grappe pour donner une sorte de petit grapillon lui aussi rempli de grains de raisin.

Repas animé et anecdotes des années passées

Bien sûr, arrivé midi, voire souvent plus tard (oui, il est bien plus facile de s’occuper du plus gros du travail le matin, lorsqu’on déborde d’énergie!) quelques bonnes odeurs nous parviennent et annoncent l’heure de manger! A table, c’est bonne humeur et anecdotes qui circulent. Hé oui, on s’en souvient toujours lorsque l’un de nous fait ou dit une bêtise particulièrement drôle, et on ne peut s’empêcher de ressasser les souvenirs.

Fin de journée, tout le monde s’assied!

La cueillette terminée, le raisin va être acheminé vers la cave afin de lui faire suivre les prochaines étapes de la fin de sa vie de fruit avant de devenir (on l’espère) un bon cru, typique de nos régions. Bien sûr, on ne manquera ni l’apéro, ni le bon souper qui va venir clôturer cette super journée en beauté !

Photo Katy Josi

Du Gamay prenant le soleil à Rances le 10 août

Côtes de l’Orbe AOC: vendanges dès le 15 septembre

Du Gamay prenant le soleil à Rances le 10 août

Du Gamay prenant le soleil à Rances le 10 août

On vendange dans le Roussillon depuis le 5 août déjà. En Bourgogne, les sécateurs et autres vendangettes vont chauffer dès l’avant-dernière semaine d’août. Dans des régions encore plus proches de la Suisse, comme du côté de Lons-le-Saunier, on s’apprête à vendanger trousseau, poulsard et autre chardonnay dans une semaine environ.

Au cœur de l’AOC Côtes de l’Orbe, les vendanges ne sont pas encore définitivement fixées. On sait toutefois que le temps très beau et chaud du printemps, une floraison précoce, un été mitigé mais suffisamment humide pour faire gonfler les baies, sont autant d’éléments annonciateurs d’une vendange 2011 précoce.

D’après Marinus Rijkeboer, gérant du Caveau des 13 Côteaux à Arnex, «le premier coup de sécateur est prévu pour le 15 septembre, peut-être même le 11. L’année s’annonce de qualité très bonne à exceptionnelle, la quantité, de son côté, étant un peu plus faible que d’habitude». Il ne semble pas y avoir de différences notoires d’avancement en fonction des cépages. On peut clairement parler de 2011 comme d’une véritable année d’exception, au niveau des dates de vendanges tout au moins, puisque ces dernières auront lieu près de trois semaines avant la date usuelle.

A part pour quelques cépages qui se récoltent plus tardivement, le travail sera donc terminé peut-être même avant l’arrivée officielle de l’automne. Ensuite il restera à patienter pour pouvoir apprécier la qualité de cette année très particulière.

Photo Olivier Gfeller