Articles

Le Municipal Paolo Troilo a défendu les pare-bruit de la route de Corcelles.

Chavornay: dépenses à prévoir

Face à un ordre du jour imposant avec cinq préavis, les 57 conseillers se sont penchés en particulier sur deux rapports. Le premier concernait l’assainissement contre le bruit routier sur la route de Corcelles qui permet d’accéder à l’autoroute depuis le centre du village. La Municipalité demandait l’octroi d’une somme de Fr. 230 000.– pour une estimation des coûts pour l’ensemble des prestations à effectuer qui s’élèveraient à près de 4 millions. Plusieurs membres du conseil se sont demandé si l’on ne pouvait pas partiellement se référer à un premier projet qui date de quelques années. Comme les données étaient peu précises à l’époque, le syndic a justifié cette étude qui sera confiée à un bureau d’ingénieurs qui ne pourra pas participer au marché public.

Scission du village en question

On s’est ensuite demandé s’il n’y avait pas une autre solution. Christian Künze a précisé qu’il y en avait d’autres, bien plus onéreuses comme la route de contournement devisée à 60 millions ou un tunnel depuis l’entrée du village jusqu’à proximité de l’autoroute d’un coût probablement semblable. Il a ensuite été question des remparts contre le bruit. Olivier Thibaud a dit sa crainte de voir le village encore plus scindé qu’il ne l’est avec ces pare-bruit. Enfin, un conseiller avait cru comprendre que l’implantation de feux le long de cette artère suffirait à atténuer le bruit. Après ces palabres, le conseil a accepté d’accorder la somme nécessaire pour cette étude.

UAPE et classes d’école

Le second sujet concernait la construction d’une unité d’accueil pour écoliers (UAPE) pour une centaine d’élèves et un réfectoire pour deux cents enfants en deux services. Si les rapporteurs ont souhaité une construction en un seul bloc (14 classes en 2 phases) pour l’UAPE (100 places) et pour les classes qui devraient prendre place aux étages supérieurs du bâtiment, cette proposition a été rejetée par le conseil. Si cette construction comme l’assainissement du bruit sur la RC 293 sont devenus indispensables, la commission des finances pense qu’une première étape, avec dix classes, pour un montant de 8 millions sera admissible dans le cadre des finances communales qui s’approcheraient du plafond d’endettement si l’on ajoute les 6 millions investis pour la STEP. Une fois encore, le conseil a suivi son Exécutif pour cette étude qui s’élèvera à Fr. 390 000.–.

Nouvelle cloche

Les préavis concernant les règlements du conseil communal et de l’association scolaire (ESPCE) comme pour l’alimentation d’eau pour le chemin de Miville à Corcelles ont passé aisément la rampe. Olivier Briand a fait adopter une motion pour protéger de la circulation les habitants de la Cité et du nouveau locatif d’appartements protégés. Il a été dit aussi qu’une enquête pour l’arrivée d’un magasin de la Coop du côté de la gare était en cours. Monika Commissione-Schwab s‘est étonnée que Chavornay ne transmette pas sa liste de nonagénaires à l’Omnibus, ce qui désole certaines personnes concernées. Enfin, on notera que le président du Conseil Communal, Yvan Thiéry bénéficiera désormais pour ramener l’ordre durant les séances de la cloche qui permettait au crieur public d’antan de prévenir la population sur les faits de la commune!

Le comité de pilotage peut être fier du travail accompli.

Romainmôtier : un engagement commun pour les familles

Samedi 4 février, les portes ouvertes de la nouvelle unité d’accueil pour écoliers Le Môtier étaient l’occasion de finaliser une longue démarche intercommunale qui a abouti à ce magnifique projet réalisé en un temps record. C’est ce qu’a tenu à expliquer, lors de la partie officielle, le président du comité de pilotage, Roger Dupertuis, et aussi municipal à La Praz.

«Huit communes qui s’unissent pour créer une UAPE, c’est une première et c’est unique ! Il s’agit d’un engagement fort pour les familles dans le but de créer une solution utile à tous! De plus c’est en pleine actualité au moment où le Grand Conseil vient de peaufiner sa loi sur l’accueil parascolaire, ceci après huit ans de démarches difficiles.»

Réalisation rapide
Car tout a dû aller très vite dans la réalisation... Le syndic Fabrice de Icco a rappelé qu’avec un budget de 1,5 million, la commune de Romainmôtier a racheté ce bâtiment du Môtier, alors en mains privées, et l’a transformé. Ce nouvel usage, destiné aux enfants de 4 à 6 ans, prolonge une destinée riche de ces lieux qui ont servi, tour à tour, d’église, de tea-room et de logement. Tout a commencé en mai 2016 pour que l’ouverture officielle puisse se faire à la rentrée scolaire d’août.

Un véritable défi pour Yves Mouquin, municipal des travaux, qui a démontré que les difficultés n’ont pas manqué pour affiner les détails et surtout les exigences de l’Etablissement cantonal d’assurance incendie (ECA). Il a donc fallu obligatoirement loger la cuisine dans une armoire antifeu, car elle ne pouvait pas faire partie intégrante du grand local principal complètement ouvert. Mais après bien des casse-tête, les solutions trouvées sont très originales. L’environnement ainsi créé est fonctionnel et très ludique pour les jeunes usagers. Tout en facilitant le travail des responsables, y a plein d’endroits pour se cacher.

Les portes ouvertes ont permis de constater que le nouveau Môtier est vraiment prêt pour son nouveau rôle. Il a une capacité totale d’accueil de 24 places dont 12 sont déjà utilisées avec un taux d’occupation de 60%. Rappelons que les communes de Croy et de Juriens ne rejoindront effectivement l’association que lors de la rentrée scolaire d’août 2017. «C’est la plus belle UAPE du canton !», a lancé sans hésitation Yves Mouquin, en conclusion de la partie officielle.

Marie Corgini, l’éducatrice, et un groupe d’enfants.

Romainmôtier: écoliers gâtés à tous points de vue

L’UAPE (Unité d’Accueil pour Écoliers) a ouvert dans les temps, le 22 août exactement, et ravi les enfants de 4 ans 1/2 à 8 ans qui y séjournent avant et après l’école.
Le Conseil général avait avalisé l’achat du bâtiment du Môtier en juin 2015 pour créer ce lieu d’accueil parascolaire, exigé par le Canton. L’intérieur a été réaménagé, avec beaucoup de structures en bois. L’espace a été bien rempli, il reste clair et aéré avec des coins différents pour les enfants.

Les enfants sont accueillis de 6 h. 30 à 18 h. 30 tous les jours. Ceux qui arrivent très tôt y reçoivent le petit déjeuner. Ensuite, l’éducatrice les amène à l’école ou au bus le matin et va les rechercher pour le repas de midi; même chose l’après-midi.

A noter, que le repas de midi est amené par le Gaulois et que personne ne semble s’en plaindre! Pour les quatre heures également: les moustaches en chocolat en étaient une preuve...

Actuellement il y a deux éducatrices, la capacité d’accueil est de douze enfants. Elle pourrait monter jusqu’à vingt-quatre avec l’engagement d’une troisième personne. Il reste encore de la place, sauf le jeudi. Comme elle vient d’ouvrir, c’est normal. La priorité est donnée aux enfants du groupement scolaire, puis aux autres s’il reste des places.

On attend maintenant celle d’Orbe, encore en travaux à la rue Sainte-Claire, dont l’ouverture a été annoncée au 31 octobre.

Yves Mouquin devant le Môtier.

Romainmôtier: une UAPE pour la reprise

Il y a un peu plus de dix-huit mois, les communes du Vallon du Nozon sont parvenues à se mettre d’accord sur la création d’une Unité d’Accueil pour la Petite Enfance. C’est dans le cadre d’une discussion en marge de l’Ascovabano que les politiciens de cette vallée ont réalisé qu’il était nécessaire de disposer d’une telle infrastructure pour leurs jeunes élèves.

Enclassés à Romainmôtier, il était bien normal que l’on cherche un local dans ce bourg pour ces gosses de 4 ans et demi à 6 ans et demi. Trois lieux semblaient exploitables. Dans la maison de commune, ces jeunes pensionnaires auraient trouvé place au troisième étage d’où un certain danger. Dans l’ancien EMS Contesse, les frais de rénovation auraient pris des proportions importantes si bien que l’on s’est rabattu sur le Môtier surtout que ce dernier était à vendre.

La commune de Romainmôtier a pris les devants en même temps qu’une association, formée de huit villages (Bofflens, Bretonnières, Croy, Juriens, La Praz, Premier, Romainmôtier et Vaulion) était constituée pour imaginer la structure, après avoir effectué un sondage afin de connaître l’éventuel intérêt des parents. Au terme de cette consultation, il paraissait évident que cette UAPE s’avérait être un besoin.

Un comité directeur était constitué d’un municipal par localité et présidé par Roger Dupertuis (La Praz). Pour sa part, Yves Mouquin (Romainmôtier) s’occupait de faire avancer les choses dans sa localité. Le préavis et les conditions financières pour les travaux étaient accordées en juin 2015 pour un établissement de 24 places dont douze seront à disposition à la reprise des classes en août prochain. Le solde sera aménagé en fonction des besoins.

Les réticences de Croy et Juriens

Après la mise à l’enquête, il a fallu mettre les bouchées doubles dans l’espoir de bénéficier du lieu pour l’été 2016. Si le pari semble en bonne voie, l’Ajoval va devoir fournir le personnel qu’elle a cherché récemment dans les journaux et surtout enregistrer les inscriptions de la première douzaine d’enfants, puisque c’est elle qui gérera l’UAPE.

Si les huit communes se sont réunies pour créer cette UAPE, deux d’entre elles ont pris le risque de ne rejoindre l’association qu’en 2017. Pour des raisons financières puisque rien n’avait été prévu dans les budgets 2016. En se montrant aussi prudentes, Croy et Juriens ont pris le risque de n’être pas prioritaires à l’heure de l’attribution des places.

Pour justifier cet ajournement, la syndique de Juriens, Rosemay Christen évoque sa retenue. «Nous sommes allés très vite en besogne dans ce projet et je crains que certaines instances cantonales nous mettent les bâtons dans les roues. En plus, nous n’avons pas encore présenté de préavis à notre Conseil général et je devine que mes concitoyens ne seraient pas contents de se retrouver devant le fait accompli.

Donc, j’estime que nous ne sommes pas en mesure d’assumer une participation sur 2016 mais sachez que je suis plutôt favorable à la création d’une UAPE». Il n’y a pas de doute que les initiateurs n’ont pas ménagé leurs efforts pour tenir leur pari alors que dans le Vallon du Nozon, on entendait volontiers qu’il n’y aurait pas de garderie avant un quart de siècle ! C’est dire que les choses évoluent extrêmement rapidement de nos jours.

Romainmôtier: une UAPE dans Le Môtier ?

A part les comptes 2014, le sujet important qui a été débattu fut l’achat par la commune de Romainmôtier-Envy du bâtiment du Môtier, pour en faire une Unité d’Accueil Parascolaire pour les Enfants (UAPE).
Le Conseil général a donné son aval pour Fr. 1’200’000.–, plus un crédit pour le début des travaux. Les communes doivent s’activer pour trouver des solutions avec l’entrée en vigueur de la nouvelle loi scolaire sur la journée continue. Les villages du Vallon du Nozon ont nommé un comité de pilotage pour étudier des propositions d’accueils parascolaires. Romainmôtier saisit la balle au bond avec la mise en vente de ce bâtiment qui, à ses yeux, ne présente que des avantages: il n’y aurait pas de lourds travaux, juste quelques aménagements. Il est proche des écoles, ce qui réduirait certains problèmes de transport et il y a un jardin. Avec trois classes enfantines, la commune est sûre de remplir ce lieu d’accueil, qui pourrait recevoir jusqu’à 24 élèves. Le rapport a été accepté à la presque unanimité (2 contre, 3 abstentions).
Comptes positifs
Alors que le budget prévoyait une perte de Fr. 21 529.– les comptes se soldent par un excédent de Fr. 5 607.–. Il n’y a pas qu’une cause à ce bon résultat, mais une addition de revenus un peu plus élevés que prévu. Bonne nouvelle: la déchetterie est financée à 100% par la taxe causale. Entre 2012 et 2014, le poids des déchets par habitant a passé de 174 kg à moins de 76 kg. Tout va bien donc, à l’exception de la facture sociale, gérée par l’Etat et donc incontrôlable, ce dont se plaignent toutes les petites communes.
Enfin dans les divers: Romainmôtier-Envy a été retenue par l’Illustré pour la finale du concours «le plus beau village de Suisse». En cas de victoire cela lui ferait une bonne pub.
Un trottoir, reliant Romainmôtier et la gare de Croy, est en cours d’étude, plusieurs options sont en discussion.

L’équipe éducative, de gauche à droite Solange, éducatrice, Matthieu Bailat, directeur et Jessie, apprentie.

Vallorbe: «La Récré» inaugurée

Samedi passé à Vallorbe, l’UAPE «La Récré» a été inaugurée en présence des représentants de l’AJOVAL et des autorités politiques locales, en particulier du syndic Stéphane Costantini et de sa collègue municipale des écoles Madeline Dvorak. Située dans les locaux de l’ancienne «Marmaille», qui fut une petite école dans les années 1970 puis une garderie, mais profondément transformée en 6 mois pour être affectés à son nouvel usage, cette unité d’accueil repensée par le bureau d’architecture Romain Carnal offre une capacité de 24 places.

Sa mise en service a eu lieu à la rentrée scolaire d’août et son taux d’occupation est déjà très satisfaisant, démontrant son utilité évidente dans une petite ville qui se développe. «Nous ne sommes pas encore complets, précise son jeune directeur Matthieu Bailat, mais, certains jours, nous «tournons» déjà à deux équipes de gosses. Il nous reste encore quelques places disponibles, selon les jours». Une équipe de deux éducateurs et d’une stagiaire prennent soin des enfants dont les âges se situent entre les classes 1P et 6P Harmos, soit de l’ancienne 1ère enfantine à l’ancienne 4e primaire.

Des locaux spacieux et attirants

Le bâtiment de la «Marmaille», sur le sort duquel la commune et la commission chargées d’étudier sa réaffectation ont longuement planché, ne se prêtait à ce nouvel usage qu’au travers d’un toilettage très important. Sa proximité avec les bâtiments du collège et ceux de la garderie Tire-Lune a été déterminantedans le choix de la transformation. Ce nouvel équipement social de la petite enfance vient harmonieusement compléter un dispositif global d’enseignement et d’accompagnement des jeunes dont Vallorbe et les communes voisines peuvent être fières. Les nouveaux locaux sont fonctionnels, colorés et très lumineux.

On s’y sent bien et l’équipe d’éducateurs met tout en œuvre pour que les enfants puissent y passer des moments agréables. Comme le précisait le syndic de Vallorbe dans son allocution: «La boucle est maintenant «bouclée», Vallorbe et les communes voisines disposent d’infrastructures de qualité pour accueillir les enfants depuis leur naissance jusqu’à l’âge de 12 ans.»

Eliane Naepfli avec le stagiaire Christophe Junod.

Orbe: ouverture de l’UAPE

Eliane Naepfli avec le stagiaire Christophe Junod.

Eliane Naepfli avec le stagiaire Christophe Junod.

Si le 10 janvier sonnait comme la rentrée des élèves, après les fêtes de fin d’année, c’était aussi la date inaugurale pour l’UAPE (Unité d’Accueil pour la Petite Enfance). Une structure qui accueille les élèves entre 5 et 12 ans, avant et après l’école et à la pause de midi. Pour l’instant, la fréquentation est faible car la plupart des parents ont pris des dispositions en début d’année scolaire et n’entendent pas changer en cours de route.

Eliane Naepfli, la responsable, ne s’affole pas de cette situation. «Partout où je suis allée, j’ai rencontré le même problème, lié à l’année scolaire. Néanmoins, lors de la première matinée, j’ai reçu deux téléphones de mamans qui souhaitaient nous confier leurs enfants. C’est bon signe et je suis persuadée que notre lieu fera le plein à l’automne prochain. Car notre structure sera ouverte durant la plupart des vacances scolaires ce qui est relativement exceptionnel et devrait arranger bien des parents qui n’ont pas autant de vacances que leurs enfants».

Situés provisoirement dans l’aula de Chantemerle, ces locaux sont agréables et pourront accueillir 24 enfants, de
6 h. 30 à 18 h. 30. Les repas sont pris au réfectoire du collège, en compagnie des élèves de 5e et 6e années. Il faut encore préciser que pendant les périodes scolaires, l’UAPE ferme ses portes et ne s’ouvre qu’à la clôture des cours.

Alors si vous cherchez une solution pour vos gosses, adressez-vous au 079 297 57 56 ou au 024 557 77 11. Pour de plus amples renseignements, jetez un coup d’œil au site www.ajoval.ch

Photo Pierre Mercier

Egalité

OUI à une UAPE garante d’harmonie et d’égalité

Egalité

Egalité

Merci de noter que les articles classés dans la catégorie « Dossier UAPE Orbe » ne reflètent pas nécessairement le point de vue de la rédaction de l’Omnibus, mais sont présentés comme des « courriers des lecteurs ».

La création d’une unité d’accueil pour écoliers dans notre ville faciliterait en premier lieu la vie des parents. Pendant 30 ans, ce besoin a pu être couvert grâce à la garderie Plein Soleil. Confrontée à des demandes en augmentation, elle a dû limiter son accueil aux enfants en âge préscolaire. Notre commune n’a aujourd’hui plus rien à proposer aux parents qui ne pourraient garder leur enfant un matin ou un midi. Aucunement démissionnaires, les parents d’aujourd’hui ne peuvent simplement pas garantir chaque jour une présence de 7 h. à 18 h.

Avec l’augmentation des coûts de la vie et un marché du travail plus sélectif, les collectivités publiques soutiennent les parents face à la difficulté de trouver une solution de garde. Les autres communes de la taille d’Orbe le font, pourquoi pas nous ? C’est le seul moyen de garantir plus d’harmonie entre travail et famille, et donc de permettre aux jeunes couples urbigènes d’envisager de fonder un foyer. Pour qu’une ville soit vivante et se renouvelle, il faut qu’on ait envie d’y faire des enfants.

Deuxièmement, une UAPE permet de mieux répondre à l’impératif constitutionnel d’égalité entre femmes et hommes en garantissant le droit des femmes à accéder au marché du travail. Un droit qui est la clé de leur émancipation et de leur indépendance. Théoriquement reconnu, ce droit est de fait souvent remis en cause à l’arrivée d’un enfant. Les couples sont contraints de réduire drastiquement leur temps de travail. Trop souvent encore et malgré l’évolution des mentalités, les mères font seules ce sacrifice ou se retirent du marché du travail.

Cette situation freine la progression de l’égalité entre hommes et femmes dans le monde du travail et dans la famille en perpétuant ainsi un partage des tâches inégalitaire. L’accueil parascolaire permet une répartition plus juste des responsabilités professionnelles et parentales tant des hommes que des femmes.

Pour un développement harmonieux de nos enfants dans une société plus égalitaire ainsi que pour soutenir les parents, nous vous invitons donc à accepter le projet de la Municipalité et à voter OUI le 27 juin prochain.

Arnaud Bouverat
Jean-Philippe Antonietti
Conseillers communaux socialistes

En toute sincérité!

Merci de noter que les articles classés dans la catégorie « Dossier UAPE Orbe » ne reflètent pas nécessairement le point de vue de la rédaction de l’Omnibus, mais sont présentés comme des « courriers des lecteurs ».

La votation sur l’UAPE à Orbe se rapproche et il est important de souligner un fait important. Le projet d’un accueil parascolaire a été présenté au Conseil de l’Association scolaire intercommunale de Baulmes-Chavornay-Orbe (ASIBCO). Celle-ci a refusé ce projet. Le projet d’UAPE à Orbe voudrait que notre seule commune finance cet accueil qui sera aussi ouvert aux enfants des autres communes.

Est-ce normal que les citoyens d’Orbe doivent prendre à leur charge des enfants d’autres communes? Certes il ne s’agit que de 10% des places qui seront réservées pour les enfants de commune de l’arrondissement scolaire. Mais lorsque la demande augmentera (car ce projet crée une demande plus qu’elle n’y répond), ces 10% représenteront une somme non négligeable.

Un article proposait aux conseillers communaux sans enfants, dont je fais partie, de faire un stage dans une famille pour voir comment cela se passe. Pour y répondre, je dirai que premièrement il n’est pas nécessaire d’être directement concerné par un objet de votation pour avoir le droit de se prononcer. Cette invitation tendrait-elle à dire que ceux qui n’ont pas d’enfant doivent s’abstenir de voter le 27 juin? Cela n’est de toute évidence pas raisonnable.
Deuxièmement, bien que je n’aie pas d’enfant, cela ne m’empêche pas d’être membre d’une famille qui a la chance d’avoir en son sein des enfants de tous âges. Et puisqu’il faut sans cesse se justifier, je suis moi-même l’enfant d’un couple qui a divorcé. Mais ce divorce n’a pour autant mis à mal la solidarité des mes parents entre eux ni leur sens de la responsabilité envers leurs enfants.

J’ai aussi dû avoir sur moi la clé de l’appartement ou je vivais, mais ne suis pas pour autant tombé dans la délinquance. J’ai appris à être autonome et à me responsabiliser, tout en pouvant compter sur des familles proches de la mienne. J’en tire toutefois la conclusion que le meilleur cadre qu’un enfant puisse espérer est celui d’une famille unie et solidaire. Il faut donc cesser de dramatiser à l’extrême et prétendre qu’une UAPE est la seule solution qui permette à une famille d’élever des enfants. Je suis pour la liberté de se marier ou non, de divorcer ou non, mais je suis aussi pour que l’on se pose la question du modèle familial le plus approprié et que l’on favorise le choix de ce modèle.

Nos enfants sont notre plus grande richesse, pouvait-on lire dans ces colonnes. Alors ne laissez pas cette richesse aux mains d’autres personnes. Veillez au plus près à leur épanouissement. Nul ne pourra leur apporter de meilleure attention et d’amour que les personnes qui leur ont donné vie.

Frédéric Richard
Président du parti Libéral

Village

«Il faut tout un village pour éduquer un enfant» proverbe africain

Village

Village

Merci de noter que les articles classés dans la catégorie « Dossier UAPE Orbe » ne reflètent pas nécessairement le point de vue de la rédaction de l’Omnibus, mais sont présentés comme des « courriers des lecteurs ».

L’association de parents d’élèves (apé) est neutre et apolitique, néanmoins, l’accueil parascolaire fait partie des valeurs que nous défendons.

Comment l’apé voit l’accueil parascolaire…

L’accueil parascolaire a pour but de permettre aux parents de conjuguer leur responsabilité éducative et leur insertion dans la vie sociale et professionnelle. Cet accueil doit offrir un encadrement de qualité : le bien-être d’un enfant dépend d’une prise en charge concertée et harmonieuse par tous les adultes qui l’entourent. Les structures parascolaires devraient donc dans l’idéal offrir à la fois un cadre structuré, adapté à l’âge des enfants et de qualité. L’accueil parascolaire assure un relais entre l’école et la famille, dans un esprit de collaboration et de partenariat.

Et à Orbe…

L’apé Baulmes-Orbe-Chavornay et environs soutient le Conseil communal et invite à voter OUI le 27 juin. L’UAPE à Chantemerle est une structure transitoire et donc un premier pas vers un accueil parascolaire voté en septembre dernier. Cette UAPE répond à un besoin concret et urgent. N’attendons pas l’entrée en vigueur de la loi en 2015 ou 2016.

Grâce à cette première expérience, des enseignements pourront être tirés. Les investissements en termes d’infrastructure et de personnel ne seront pas perdus ! C’est aussi le prix à payer pour que Orbe reste attractive pour les familles. Les enfants «clé au cou – micro-ondes» vous en remercient !

APE Orbe, Baulmes, Chavornay

Enfants en garderie

OUI à l’accueil des écoliers !

Enfants en garderie

Enfants en garderie

Merci de noter que les articles classés dans la catégorie "Dossier UAPE Orbe" ne reflètent pas nécessairement le point de vue de la rédaction de l'Omnibus, mais sont présentés comme des "courriers des lecteurs".

Un besoin avéré

Aujourd’hui, un seul revenu ne suffit souvent plus pour assurer de bonnes conditions de vie à sa famille. Souvent les deux parents travaillent et doivent concilier vie professionnelle et vie familiale. Il devient difficile d’être présent à domicile chaque jour avant et après l’école.

Ce problème touche de nombreuses familles et pas seulement les familles monoparentales ou aux revenus modestes, qui ne peuvent pas se payer une garde d´enfant.
Auparavant, la Garderie Plein Soleil répondait en partie à ce besoin, en assurant l’accueil et l’accompagnement d’un certain nombre d’écoliers. Depuis août 2009, elle n’assure plus ce service. Peut-on simplement supprimer un service et ignorer le besoin auquel il répondait, alors que ce besoin grandit ?

Obligatoire dès 2015

En septembre 2009, une grande majorité du peuple vaudois a accepté l’introduction d’un article constitutionnel en faveur de l’accueil parascolaire des écoliers. D’ici 2015, une loi d’application obligera les communes à mettre en place ce type de service. Il serait bénéfique pour Orbe d’avoir déjà une expérience en la matière avant de mettre en place une structure certainement beaucoup plus grande.

De plus, les communes qui mettent en place une telle structure en 2010 bénéficient d’un soutien financier cantonal. C’est une opportunité à saisir !

L’attractivité d’Orbe

Pour les entreprises, les familles et la collectivité, une structure d’accueil pour les écoliers est une nécessité. Les dépenses en faveur d’une telle structure ont une utilité sociale et économique !

Pour nos enfants

Les structures d’accueil pour écoliers ne sont pas seulement des solutions de garde mais aussi un lieu de développement et d’apprentissage, plus sécurisant et stimulant pour l’enfant que de rester seul à la maison ou dehors…
Pour toutes ces raisons, les Verts d’Orbe vous recommandent d’accepter l’aménagement d’une Unité d’accueil pour écoliers (UAPE) à Orbe !
Le 27 juin, votez OUI !
Dominique Bezençon,
Conseiller communal, Les Verts

Enfant

Une autre vision de société

Enfant

Enfant

Merci de noter que les articles classés dans la catégorie "Dossier UAPE Orbe" ne reflètent pas nécessairement le point de vue de la rédaction de l'Omnibus, mais sont présentés comme des "courriers des lecteurs".

Force est de constater qu’il n’est pas toujours évident de défendre une position dans un débat politique où les bien-pensants, avec une petite touche de démagogie, s’accaparent le rôle des gentils et se piquent de faire passer leurs adversaires pour les méchants n’ayant pour seul objectif de «mettre des bâtons dans les roues des familles», comme il a été écrit dans ces colonnes.

Cette vision machiavélique du débat d’idée n’honore guère la tradition démocratique de notre société. En politique, le respect de l’adversaire n’autorise pas ce genre de stigmatisation et il est bien dommage qu’elle surgisse de manière si prononcée dans un débat de société aussi important que celui qu’à initié, dans notre petite cité, la question d’un accueil parascolaire.

Pour que le citoyen urbigène puisse se forger un opinion sur cette question, les deux positions doivent pouvoir exposer leurs arguments sans que l’une réduise l’autre au silence en la diabolisant.

Les contradicteurs à l’implantation d’un accueil parascolaire ont choisi de valoriser la famille en mettant en avant une solidarité qui se pratique en son sein même, plutôt que de suivre la tendance qui voudrait que les collectivités publiques soient les seules garantes de la solidarité et remédient à toutes les contraintes de la société.

Cette vision qui met en avant la responsabilité, tout en voulant préserver les valeurs que véhicule la famille, conserve toute sa raison d’être. Nous savons qu’une bonne partie des maux de notre société liés à la jeunesse sont dûs au démantèlement de la cellule familiale.

A notre sens, le projet d’UAPE, accepté de justesse par le Conseil communal, n’aide en rien à inverser cette tendance, mais agit comme pompier plutôt que de s’attaquer aux causes qui ont fait aboutir notre société dans cette situation. Une UAPE, pas plus que l’école, n’a vocation à éduquer les enfants, car jamais elle ne remplacera l’autorité parentale qui fait déjà bien souvent défaut.

Les problèmes de comportement rencontrés à l’école ne diminueront pas et se retrouveront dans les UAPE. Cette structure ne s’inscrit malheureusement pas dans un processus d’autonomisation et de responsabilisation dont chaque écolier à besoin. Je vous invite donc à rejeter cette décision du Conseil communal en votant NON.
Frédéric Richard
Président du parti libéral d’Orbe