Articles

(Image de synthèse mise à disposition par M. Lardieri)

Orbe: les projets du Centre-Ville, menu copieux pour public nombreux

Imaginer que les Urbigènes sont indifférents à l’avenir de leur cité relève de l’utopie. Lundi soir, au grand plaisir du syndic Henri Germond, le parterre du Casino a fait le plein. En avant-première, pour la population et le Conseil communal, les spécialistes ont présenté les projets d’aménagement du centre-ville. Le débat était orchestré par Laurent Bonnard, ancien journaliste de la RSR. Au menu, quatre plats: le commerce, la circulation, le stationnement, la place du Marché. Une analyse de la situation avec des solutions pour faire du centre historique un lieu attirant, convivial et dynamique.

La place du Marché

Objet le plus attendu, c’est Michel Lardieri du bureau Dmarch qui l’a dévoilé. Totalement pavée, la place est composée de terrasses successives qui guident le passage des véhicules vers la Grand-Rue; les piétons y sont prioritaires.
Hormis trois points de dépose rapide, toute place de parc est bannie. L’esthétique du lieu a touché le public, mais la disparition du stationnement inquiète certains.

Le stationnement

Constat de Pascal Christe du bureau C&G SA : A divers moments les places en plein air sont saturées, mais il reste des possibilités en souterrain et les véhicules qui occupent des places en longue durée sont trop nombreux. Pour favoriser l’accès aux commerces,
il faut agir sur les règles de durée du stationnement. L’amélioration du taux de rotation des véhicules en stationnement a fait ses preuves ailleurs.

Les commerces

Ils exercent un rôle central pour l’animation du centre-ville. A l’heure que les habitudes des acheteurs changent, Nicolas Servageon de la Cociété Acompany, met en évidence que leur maintien dépend de leur capacité à mettre en commun leurs forces, de l’amélioration des cheminements en ville et de
la participation active de la population.

La circulation

L’accent est mis sur la mobilité douce, Rachel Nenavoh de sd ingénierie SA, recommande la mise en sens unique de la Rue des Terreaux, sauf pour les vélos, la construction de la route bleue avec une vitesse limitée à 40 km/h et une liaison «mécanique» entre la gare et la ville.
Le nerf de la guerre
Le financement interpelle Gérard Pahud : Selon le syndic, les montants font partie du plan de financement de la législature et le plafond d’endettement a été adapté. Le plan d’action débute en octobre avec l’enquête publique pour la place du Marché; il sera suivi du crédit d’étude et, si acceptation, de l’étude de la Route Bleue. En avril 2019, dépôt des préavis du concept
de stationnement et du crédit de réalisation de la place du Marché. Toutes ces actions donneront au Conseil et aux citoyens la possibilité d’exercer leurs droits démocratiques.