Articles

Couronnement des rois.

Montcherand: Les Volontaires en fête

Un village magnifiquement décoré par la jeunesse, Jean Rosset au rendez-vous et la convivialité à l’appel, la fête d’Abbaye ne pouvait être que belle.
Une animation de trois jours de réjouissances sous la houlette de Nicolas Chalet Abbé-Président. Fête de tir comme il se doit, avec celui des jeunes, des dames et de 88 membres sociétaires. Entre la prise des drapeaux, le couronnement des rois, les verrées, banquet, discours et cortège folklorique, un programme festif de belle tenue.

Résultat des tirs: 1er roi cible Abbaye, Eric Martin avec 351 points, 2e roi coup centré, Steve Martin avec un 97. 3e roi cible Jura (tir à prix) avec 793 points, Yvan Zwahlen et 4e roi à la cible Volontaires, Cédric Jeanmonod avec 781 points. Tir des dames, 1ère avec 391 points, Brigitte Valceschini, 2e Corinne Martin 368 points et 3e Annick Poget 365 points. Tir des enfants: 1er Lucas Manganel, 2e Eva Simon et 3e Pierrick Weber. Challenge Mousquetaire: François Viret. Dimanche, en fin de journée, le cortège folklorique a animé les rues du village et en soirée bal sous la cantine. Lundi, place aux réjouissances organisées par la jeunesse, avec la traditionnelle soupe aux pois offerte sans retenue. Des Pique-Raisinets heureux d’avoir vécu une belle fête,subtil bouquet du terroir.

Depuis la gauche, 1er roi Michael Troyon et Estelle, 2e roi Michel Petermann et Lola, 3e roi Heinz Schürch et Aurore, 4e roi Karim Vidmer et Adeline.

Valeyres-sous-Rances: des tirs, des rois et de la bonne humeur

C’est dans un village joliment décoré que les membres de l’Abbaye des Carabiniers ont vécu leur 173e fête de cette belle tradition.
Un programme festif de trois jours a permis aux 106 membres inscrits de vivre les concours de tir, participer au banquet et diverses verrées, ainsi qu’aux cortèges. Comme toutes sociétés d’Abbaye, le rituel fait partie des convenances, avec la sonnerie de la diane à 5 h., prise du drapeau et montée au stand de tir afin de permettre aux fins guidons de rivaliser. A Valeyres-sous-Rances, les doués de la gâchette sont nombreux, les résultats obtenus le démontrent. 17 h., arrivée au stand des reines emmenées par la fanfare de Vaulion, et de Pierre-Alain Conrad Abbé-président qui annonce les résultats des tirs et couronne les meilleurs.

A la cible d’Abbaye, 1er roi avec 454 points Michael Troyon, 2e roi au coup centré avec un 100 appuyé d’un 90 Michel Petermann, 3e roi avec 429 points Heinz Schürch et 4e roi au coup centré avec un 100 appuyé d’un 89 Karim Vidmer. Le tir à 50 mètres à la carabine 22 long rifle des enfants a vu chez les filles Léonore Bornand couronnée reine et chez les garçons Arnaud Niklaus couronné roi.

Cible «Âge du comité», soit le cumul de l’âge des membres du comité (306) que le tireur doit approcher le plus possible. Dans cet exercice aléatoire, deux tireurs ont réussi le tour de force de faire 306 points, Arthur Jaton et Sébastien Tréhan. La munition nécessaire pour cette joute festive se monte à 2700 cartouches tirées sur les trois cibles du programme.

Dans le cadre de la partie officielle, se sont exprimés Jacques Nicolet, Conseiller national, puis avec un fond de terroir bien vaudois et plein d’humour Corinne Tallichet-Blanc, syndique du village, et Jean-Philippe Décoppet Abbé-président de la société d’Abbaye invitée de Mathod. En fin d’après-midi, rentrée du drapeau et participation au traditionnel «Picoulet» devant le collège. La journée du dimanche et celle des enfants du lundi se terminent par le non moins traditionnel cortège.

L’Abergement: l’Abbaye des Chasseurs 1803 en liesse

Tout commence le mercredi, avec la fabrication des couronnes; jeudi on décore le sapin monumental de la Liberté au centre du village, vendredi a eu lieu le tir laser des enfants avec ouverture du caveau et, samedi, jour festif de tir. Après la sonnerie de la diane, assemblée à la salle de l’église où est admis le 54e membre de l’abbaye, Bertrand Lebeurier. Puis, moment d’émotion, Gilbert Jomini cède son bâton d’Abbé-président après dix ans de règne à son successeur Michel Brand. Gilbert Jomini a innové dans le déroulement de cette fête traditionnelle, avec l’animation de la journée du dimanche, actuellement le rallye pédestre par équipe à travers le village.

Médailles, couronnes et flonflons

Samedi, début des tirs dès 9 h., puis à 11 h. 30, pause apéro et repas des fins guidons, 17 h. 30, moment très attendu du couronnement des rois devant le noble sapin de la Liberté et avec l’accompagnement en musique de la fanfare La Lyre de Ballaigues. L’Abbé-président en verve énonce les résultats devant les membres alignés en rang d’oignons et un public émoustillé. A la cible société: 1er roi Cédric Jeanmonod 452 points, 2e roi Cédric Böhme avec un 100 appuyé d’un 81, 3e roi sur la cible Suchet, Patrick Grasset, 894 points et 4e roi Bruno Barbay 841 points.

Dans l’élan, récompense pour le tir laser des enfants et discours de Monique Salvi, syndique de l’Abergement, et d’Olivier Petermann, syndic de Lignerolle.
Fin de la partie officielle, on peut passer à la traditionnelle mise à l’américaine du sapin de la Liberté, et là, l’arbre prend toute sa valeur, il rivalise de prix avec le bois d’acajou pour atteindre à coup de petite monnaie le montant de Fr. 260.–. Après cet exercice de longue haleine, tout le monde est invité à prendre un apéritif de circonstance pour ensuite rejoindre la grande salle pour un repas. La soirée de se terminer par un bal aux sons de l’orchestre «Fandango».

Un rallye pédestre et ludique

Dimanche, place à l’effort physique, à la réflexion, et à l’habileté. Un parcours autour et à travers le village de l’Abergement, avec huit postes à visiter. Départ de la grande salle après s’être sustenté d’un café-croissant, puis approche d’un poste où il faut reconnaître différentes feuilles d’arbres et autres plantes. Plus loin, il faut de l’adresse pour faire tomber trois bouchons au moyen d’un pistolet à eau, les yeux bandés. Ailleurs, le but est de mettre en place le plus rapidement possible un jeu de domino. Ce sont 14 équipes qui ont rivalisé dans ces joutes sympathiques et qui ont rejoint la grande salle pour y apprécier les grillades préparées à leur intention.

Le couronnement des rois

Orbe: Abbaye, les jeux sont faits !

C’est le thème des jeux qui a été choisi pour cette abbaye 2016. Le soleil était là, la bonne humeur aussi, tout était prêt pour que la fête soit belle.
Malheureusement, les participants au cortège et les spectateurs ont préféré la piscine ou la chaleur tempérée de la montagne… Cette édition a été marquée par une nouvelle tenue du banneret, Alain Magnenat et des chemises assorties pour le comité.

Sur les 198 membres, dont 4 admis lors de l’assemblée du matin, 71 se sont rendus au stand de Valeyres pour une lutte acharnée. Certains voulaient l’avoir, le résultat qui les ferait rois ou leur donnerait une channe, d’autres ont tiré pour le sport. Mais tout ceci s’est passé dans la bonne humeur et la franche camaraderie au son de la fanfare L’Espérance de Vaulion. Au stand du petit calibre, ce sont MM. Monnier et Eschmann qui ont aimablement conseillé les dames et les enfants pour leurs tirs.

Le dimanche, Adeline, Alessia, Fanny, Gaïane, Laura, Mélanie et Molly se sont transformées en reines pour accompagner les meilleurs tireurs, couronnés, après la célébration œcuménique, sur l’esplanade du château. Un cortège a amené cette royauté au Puisoir pour un magnifique banquet, avec la traditionnelle langue. Lors de la partie officielle, orchestrée par Christian Maire qui n’a pas manqué de jouer avec les mots, les différents orateurs se sont succédé sur l’échiquier de la bonne humeur. Le syndic, Henri Germond, a rappelé que les bénévoles sont indispensables à la vie de la cité et a remercié le Conseil de l’Abbaye et ses aides pour tout le travail accompli à la préparation de cette fête.

Le cortège n’était malheureusement pas grand, mais très beau avec les élèves de 4P déguisés en dés, les cyclistes aux jeux de cartes, l’école de judo Dégailler Orbe ou les Ondins à la pêche aux notes et à la pêche miraculeuse. A cause de la chaleur, le parcours a été raccourci, mais s’est bien terminé sur l’esplanade du château. L’abbé-président, Jean-Michel Magnenat, avec l’aide rapide de la Fanfare d’Yvonand, a orchestré la reddition du drapeau suivie de l’apéritif offert par la commune.

Samedi et lundi après-midi, les enfants ont pu profiter de tarifs réduits pour les jetons de l’abbaye afin de monter sur les autos tamponneuses ou le carrousel, sans manquer la pêche ou les boîtes à déguiller. Les rois ont offert une verrée lundi soir avant de terminer cette fête par les buffets magnifiques préparés par le cantinier Pierre-Alain Porchet.
Le jambon pesant 7,445 kg a été gagné par Alain Magnenat et la Lanterne rouge a été offerte à Louis Ganty. Que la fête fut belle!

Les rois

A la cible abbaye, Daniel Kündig est 1er avec 403 pts suivi de Philippe Meirim au coup centré de 98 pts, puis vient Frédéric Richard avec 396 pts et Yves Ansermet avec un coup centré de 97 pts.
A la cible du 150e, le 1er est Paul Dessaux avec 466 pts, le 2e Daniel Kündig 444 pts le 3e Luc Pasquier avec 438 pts.
A la cible de la Garde d’honneur, 1er Jean-Michel Magnenat avec 803 pts, 2e Luc Pasquier avec 792 pts et 3e Paul Dessaux avec 783 pts.
A la cible surprise, 1er Jacques Grivat 46 pts, 2e Yves Ansermet 45 pts (dont 4 x 10 pts) et 3e Frédéric Richard 45 pts.
Chez les dames, 1ère avec 91 pts, Myri Béguelin suivie de Julie Tortoriello 90 pts et Adeline Haeberli 87 pts.
Chez les filles, 1ère Justine Maire avec 69 pts suivie de Angie Duplan 67 pts et Chloé Fucinos 66 pts.
Tir des garçons 14-16 ans, 1er Loïc Fucinos 71 pts, 2e Quentin Palomba 66 pts et 3e Jeremy Troyon 50 pts.
Tir des garçons 10-13 ans, 1er Gabriel Maire 77 pts, 2e Julien Maire 67 pts et 3e Bazil Grivat 44 pts.

Les enfants médaillés.

Montcherand: les Volontaires ont fait feu

Trois jours de liesse, trois jours de beau et chaud et trois jours de retrouvailles conviviales pour les festivités bisannuelles de l’Abbaye des Volontaires de Montcherand.

Déjà mercredi et jeudi, en fin de journée, les amateurs d’amitié étaient conviés au caveau de la jeunesse installé chez le syndic. Vendredi, tir des dames et de ceux que cela arrange. Samedi à l’aurore, sonnerie de la diane puis prise des drapeaux, et de monter en cortège à la cantine dans un village joliment décoré pour vivre l’assemblée statutaire. Le reste de la journée est dévolu aux tirs où pas moins de 150 fins guidons (45 dames et 91 messieurs) se sont concentrés de manière à obtenir les lauriers.

Fin d’après-midi, place aux couronnements des rois et énoncé des résultats par Etienne Weber Abbé-Président: premier roi cible société, Clément Brunner avec 347 points, deuxième roi, Cédric Jeanmonod 100 points au coup centré, troisième roi cible Volontaires: Gilles Chevallier 502 points appui 96, quatrième Roi cible Jura: Yvan Kaenel avec 781 points, première du tir des dames: Catherine Hostetler avec 379 points et premier du tir enfants: Julien Gaillard.

Dans l’élan d’euphorie du couronnement, toute l’aimable assemblée réunie sur la place a pu suivre la fanfare pour se rendre aux verrées en l’honneur des rois.

Dimanche, après la prise des drapeaux, culte, verrée des challenges et de l’Abbé, place au banquet et partie officielle. Suite à l’étuve de la cantine, prise d’air en cortège pour la rentrée des drapeaux et le déroulement animé, voire humide, du cortège «humo-folklorique» à travers le village. Et, la fin des festivités par l’offre apéritive de la commune à la cantine et du bal avec «Les Galériens».

Rois et reines avant le déluge.

Baulmes: entre les gouttes!

Tous les deux ans, les organisateurs de l’Abbaye ne ménagent pas leurs efforts pour apporter, grâce aux festivités, de la joie et de la bonne humeur aux Baulmérans d’ici et d’ailleurs. La fête, extrêmement variée, apporte son lot de satisfaction à chacun en commençant par les concours de tir pour les fins guidons, les repas pour les gourmets, les défilés pour ceux qui aiment marcher au pas, les bals pour les danseurs et les manèges pour les plus jeunes.

Les temps changent, les traditions restent

Si la manifestation n’est plus aussi populaire qu’il y a quelques lustres, les personnes qui y participent profitent de ces beaux moments d’échanges et de retrouvailles. Le cortège folklorique et humoristique n’est peut-être plus aussi imposant qu’avant, mais on reconnaît aux membres des sociétés qui ont préparé les chars ou les groupes un savoir-faire et une envie de plaire.

Désignation des rois

Quatre cibles étaient proposées aux tireurs, et les rois suivants ont été désignés: Alexandre Scramoncin a été sacré 1er roi à la cible société (au total des points) devant Daniel Jaccaud (au coup centré). A la cible Bonheur, c’est l’Abbé Président de la société, Marc von Ow, qui est devenu roi grâce à un impact sur le 100 de la cible. A la cible Contornet, Marc-Etienne Deriaz a également obtenu un 100. Sur la difficile cible Fantaisie, le plus habile a été Michel Roethlisberger qui a réussi un total de 413 points sur 500.

Lors du banquet du dimanche, Laurent Dubuis a été sacré roi de la fête en obtenant le meilleur total à l’addition de toutes les cibles.

Précisons encore que les plus jeunes ont pu s’exercer au tir à 50 mètres à la carabine 22 long rifle; Marion Urfer et Lancelot Conod s’y sont montrés les plus adroits.

Depuis la gauche: les rois, Jacques Ravey, Bertrand Nicolet, Marc-Henri Conrad et Laurent Fiaux et leurs reines et demoiselles d’honneur.

Valeyres-sous-Rances: les festivités s’enchaînent sous le soleil

Droit direct après le fameux giron, les gorilles et ouistitis de Valeyres ont plongé avec conviction dans leur Abbaye des Carabiniers. A peine 2, 3 jours pour souffler et la liesse a battu à nouveau son plein! Pour parfaire la mise en beauté du village, quelques sapins du giron ont été changés, d’autres distribués. Samedi matin, menés par l’Abbé-président, Pierre-Alain Conrad, les carabiniers sont montés au stand avec leur fanfare l’Echo des Campagnes, puis ils ont tiré, entre hommes, comme il se doit encore! A
17 h., les rois ont été couronnés en grande pompe. C’est là que, à cause d’un improbable coup centré, votre rédactrice a été plongée à sa grande stupéfaction dans le vif de l’affaire. «Ça peut arriver à n’importe qui» m’ont assuré des voisins compatissants!

Les rois et leur reine

1er roi, Jacques Ravey avec 440 points, 2e roi, Bertrand Nicolet avec un coup centré de 100, 3e roi, Marc-Henri Conrad avec 434 points et, 4e roi, Laurent Fiaux avec un coup centré de 98. Ce sont respectivement les ravissantes reines Lola Jaton, Alicia Ravey, Marie Pinard et Léa Guignard qui ont accompagné leurs Majestés. Sous un soleil éclatant, l’abbé-président a mené la parade jusqu’aux traditionnelles verrées chez les rois. Ensuite, la soirée s’est joyeusement déroulée sous cantine. Dimanche matin a vu la distribution des prix et la verrée chez les roitelets, Carmen Abegglen et Bryan Burnier. Ensuite avec la fanfare du Pontet, tous se sont rendus aux Planches pour le culte, la partie officielle et le banquet. Rémy Cand en major de table a assuré les intermèdes. Corinne Tallichet Blanc, la syndique, a avoué avoir été surprise des réserves d’énergie et de vin de ses concitoyens!

Eh oui, le giron, loin d’épuiser les Renards, a stimulé et resserré les liens entre les villageois!

Les rois, de gauche à droite: Xavier Duquaine, Marc-André Pisler, Christian Kinder 1er roi, Loïc Fucinos, Pascal Gillabert, Luc Michoud, Jean-Luc Magnenat.

Orbe : Abbaye 2014, la famille Magnenat fait une moisson de très bons résultats

Les résultats

Cible Abbaye: 1er Christian Kinder, 439 pts, 2e Xavier Duquaine, coup centré 97 pts pour un total de 389 pts, 3e Marc-André Pisler, 417 pts, 4e Pascal Gillabert 386 pts appuyés d’un 97, 5e Jean-Michel Magnenat, 405 pts.
Cible 150e: 1e Jean-Michel Magnenat, 447 pts, 2e Paul Dessaux, 430 pts appuyés d’un 99, 3e Luca Masciullo, 423 pts, 4e Adrien Magnenat, 416 appuyés d’un 100.
Cible surprise: 1er Jean-Luc Magnenat, 46 pts dont 2 x 10, 2e Daniel Kündig, 46 pts dont 1 x 10, 3e Luca Masciullo, 43 pts dont un 10.
Cible Garde d’Honneur: 1er Max Gamper, 813 pts, 2e Daniel Monnier, 796 pts, 3e Jean-Michel Magnenat, 791 pts.
Tir des garçons 14-16 ans: 1er Luc Michoud, 86 pts dont 3 x 10, 2e Jérémy Troyon, 83 pts, 3e Julien Savary, 82 pts dont 1 x 10.
Tir des garçons de 10 à 13 ans: 1er Loïc Fucinos, 89 pts dont 4 x 10, 2e Ludovic Richard, 85 pts dont 1 x 10, 3e Alexis Troyon, 81 pts dont 1 x 10.
Tir des filles: 1er Océane Buchs, 80 pts dont 1x10, 2e Perline Magnenat, 78 pts dont 1x10, 3e Gaïane Maire, 75 pts.
Tir des dames: 1e Myriam Schertenleib, 46 pts dont 2 x 10, 2e Lucie Mojonnier, 45 pts dont 2 x 10, 3e Sylvie Troyon, 45 pts dont 1 x 10.

L’Abbaye en chiffres
- 1 myriade de couleurs
- 200 membres
- 119 tireurs
- 2 000 cartouches tirées
- 5 cortèges
- 7 rois
- 7 reines: Lucie, Cloé, Fanny, Marine, Pauline,
Océane et Gaïane
- 1 population en fête
- 1 église «presque» pleine
- 1 pasteur Brun et 1 abbé Martin
- 218 m. de guirlandes de buis
- 350 personnes au banquet
- 1 apéritif sur le château offert par la Commune et
la Raiffeisen
- 1 hymne très vaudois
- 3 jours de joie
- 1 jambon de 7,689 kg gagné par Pascal Michaud
- 1 lanterne rouge dédiée à Pierre-Alain Wieland et
enfin
- 1 rendez-vous pris pour dans deux ans.

Roitelets et religion



Lors de son passage à Orbe, l’humoriste Pie Tshibanda avait exposé les aléas de son pays natal, le Congo où les rivalités ethniques sont bien présentes et la démocratie artificielle. Nous en avons un nouvel exemple avec ce qui se passe au Sénégal.

La Cour Constitutionnelle nationale a décidé de permettre au président sortant, Abdoulaye Wade, de se présenter pour une troisième législature alors que la constitution nationale n’autorise que deux mandats au maximum. Malgré tout, ce vieil homme de 85 ans entend rester au pouvoir comme c’est le cas de nombreux de ses congénères sur le sol africain. Une décision qui a provoqué des heurts. De sorte que la police a procédé à de nombreuses arrestations d’opposants au régime.

Un feu attisé par le refus d’autoriser le chanteur Youssou N’Dour de se présenter à cette élection pour des motifs peu clairs. La démocratie a encore du chemin à parcourir sur le continent noir où les dirigeants privilégient leurs intérêts personnels bien plus que l’intérêt national.

Avec pour conséquence qu’un renversement du pouvoir par la force est l’un des seuls moyens de mettre un terme à l’hégémonie de ces roitelets. De nombreux exemples sont venus confirmer cette thèse que cela soit en Tunisie, en Egypte ou au Yémen.
La révolte se poursuit dans d’autres nations africaines comme au Proche-Orient. La Syrie commence à ressembler à l’histoire lybienne. Du côté de Damas, le pouvoir se passait de père en fils. Comme ailleurs, les abus ont fini par lasser le peuple qui n’hésite pas à descendre dans la rue. Au prix de leur vie souvent pour dire non au régime de Bachar El Hassad qui n’a guère à craindre des élections. Le malheur veut que l’opposition n’est pas vraiment organisée car brimée par le pouvoir en place.

D’où les lenteurs de mise en place de nouveaux gouvernements et l’émergence de partis issus de l’islam. Avec comme probable conséquence une révolution inachevée et de nouvelles instabilités. La démocratie est une affaire de longue haleine et on peut craindre que ces pays en révolte ne soient pas encore prêts à se stabiliser.

L’heure est solennelle, on va enfourner.

Croy et les Rois

L’heure est solennelle, on va enfourner.

L’heure est solennelle, on va enfourner.

Les années se suivent mais ne se ressemblent pas toujours.

La pluie, c’est pas le top pour cuire le pain

La neige et le soleil pour la Fête des Rois, c’était loin, c’était l’année passée. Les temps changent, mais pas les traditions! Heureusement.

Vrai que le temps n’était pas sympa pour cette journée des Rois, au village; il pleuvait trop fort et le ciel était si bas que le Nozon aurait pu se perdre. Par contre le four banal, lui, il était au top ce dimanche matin, il avait été mis sous chauffage progressif par le fidèle fournier depuis deux semaines. (…tiens, son pompon était jaune! Clin d’œil au soleil absent… ?)

Le four ouvrait largement ses portes à 7 h. tapantes pour recevoir la première fournée de pains. Dans l’ordre, c’est: on farine la palette, on renverse le pain de la corbeille sur la palette, on fend le pain, on enfourne le pain et on range la corbeille. Et ainsi de suite, un travail en rythme impressionnant.

Ensuite l’équipe du four, qui était sur la braise depuis 5 h. 30 du matin, poursuivait avec la confection familiale des tresses, badigeonnées avec le soleil absent, euh… non, avec le beau jaune des œufs. A 8 h. celles-ci prirent la place des pains dans la nuit du four pour ressurgir plus tard, joliment colorées par la chaleur des pierres et sous le tour de main précis de Nicolas, fournier d’un jour.

Dans la rue, il n’y avait pas beaucoup d’effervescence

L’équipe du four était un peu triste, elle n’a pas reçu beaucoup de visites pendant la confection des pains. Sûr que le mauvais temps y était pour beaucoup, les clients viendront plus tard.

Les voisins et voisines poussèrent la porte du four vers les 10 h. Petit à petit l’espace du four banal s’animait, les habitués prenaient place autour de la grande table. Les sourires entraient dans la maison. Après, ce fut le tour des gâteaux et pizzas qui profitèrent de la chaleur restante pour cuire. Ils étaient partagés et dégustés sur place. Pluie ou pas pluie, le vin et l’amitié seront partagés.
La tradition gardait ses droits.

Photo Marlène Rézenne

Montcherand: abbaye des Volontaires 2010

Les reines et les rois : Emilie Guillaume, Xavier Greppin, Elodie Tharin, Michel Petermann, Tiffany Candolfi, Julien Valceschini, Chloé Bonnot et Stéphane Vidmer.

Les reines et les rois : Emilie Guillaume, Xavier Greppin, Elodie Tharin, Michel Petermann, Tiffany Candolfi, Julien Valceschini, Chloé Bonnot et Stéphane Vidmer.

En ce samedi matin du 10 juillet, le coq du village a été pris de vitesse par les auteurs de la diane. Hé! oui, cinq heures du matin notre coq et les habitants du village ont été tirés de leur sommeil par le roulement des tambours et le son des cuivres de la Mujonette.

Après l’assemblée des membres dans une salle du collège devenue trop petite, prise des drapeaux et montée en cortège direction le stand de tir. C’est 92 tireurs qui ont joué de la gâchette afin d’obtenir une éventuelle couronne.

Dès la fin des tirs, la cohorte des Volontaires, canotier sur le côté, toujours en cortège direction la Place du village, afin de couronner les meilleurs. L’Abbé-président Etienne Weber, de nommer 1er roi avec 366 points appuyés d’un 100, Stéphane Vidmer. 2ème roi au coup centré, un 100 appuyé d’un 81, Julien Valceschini. 3e roi cible Volontaires, avec 509 points, Michel Petermann. 4ème roi cible Jura, avec 768 points, Xavier Greppin.

Les dames et les enfants étaient aussi de la fête

Vendredi, participation des enfants, filles et garçons, à l’exercice du tir de concours à la carabine à air comprimé, qui a vu  couronner le frère et la sœur, Jacqueline et Vincent De Buys Roessing.

Chez les dames, un intérêt marqué pour l’exercice du tir, puisque ce n’est pas moins de 43 participantes qui se sont mesurées dans cette compétition. Une razzia par les «Corinne». 1ère avec 417 points appuyés de 96, Corinne Sumi, 2e avec 401 points appuyés de 93, Corinne Martin.

Un doyen qui a encore bon œil

Honneur au doyen de la noble confrérie de l’Abbaye des Volontaires de Montcherand, Pierre Ramelet, qui, à 92 ans accède toujours aux stalles du stand, avec la même envie d’un résultat.
Maître Pierre, s’est classé honorablement au 50e rang sur 92, qui dit mieux!

Pour anecdote, Pierre Ramelet adhère à la société d’Abbaye à la fin des années trente, et, a été couronné à trois reprises. Dans ses souvenirs, il se rappelle de la reine de son premier sacre, en la personne de Bluette Misenta, alors Chevallier.

Un dimanche caniculaire

Prise des drapeaux, il fait déjà chaud. Culte sur le parvis de l’église par le pasteur Etienne Rochat, fils d’André, qui a été pasteur dans les années 70  de la paroisse de Montcherand.

On éponge une nouvelle fois la sueur, puis départ pour les verrées des rois et de la Confrérie dans le sillage de la fanfare de Cressier. Toujours en nage, les participants arrivent à la cantine où plus de 250 banquets vont être servis.
Lors de la partie officielle dirigée avec humour par le major de table, Jean-Michel Reguin, plusieurs invités se sont exprimés.

Le député de Lignerolle, Jacques Nicolet, qui a apporté le message du canton, Patricia Hiertzeler, municipale, qui donne le salut des autorités de Montcherand et remercie la jeunesse du village pour le bel ouvrage de décoration, Bernard Werly et Pierre-André Gachet, représentants de la société voisine de l’Abbaye du Cerf de Lignerolle, J.J. Mercier, greffier du comité des Abbayes Vaudoises et Grégoire Tosetti auteur d’un beau speech  au nom de la jeunesse.
Cette belle fête s’est terminée par la rentrée des drapeaux, suivie d’une verrée de la commune, la finale du mondial  et d’un bal sous la cantine avec le duo «Les Galériens».

Photo Alain Michaud