Articles

Exemple de construction scolaire récente.

Région: tableau noir vierge pour l’ASIOR

Le syndic Henri Germond l’a encore confirmé récemment à un grand quotidien. En sa qualité de membre de l’ASIOR, Orbe n’entend actuellement pas investir plus pour de nouvelles constructions destinées aux écoles.

Du côté de l’association intercommunale qui regroupe 9 communes plus petites aux côtés de la Cité aux deux Poissons, on prend acte de la décision urbigène, explique la présidente du comité directeur (CODIR) Valérie Cottens, municipale et vice-syndique de Rances, qui ajoute: «Nous allons maintenant réfléchir et mettre sur pied une stratégie en repartant d’une page blanche ou presque. Il s’agira de poser les problèmes sans a priori.

Si une ou des nouvelles constructions s’avèrent nécessaires au terme de nos réflexions, elles ne se feront pas nécessairement à Orbe. L’ASIOR devra alors sans doute emprunter pour construire, comme ses statuts le prévoient. Nous tiendrons compte des nécessités et des intérêts de toutes les communes membres. Les équipements existant actuellement dans les petites communes seront aussi pris en considération.»
Sur le plan des locaux, le canton a aussi des exigences découlant de la législation en vigueur.

Il faut se souvenir aussi que les obligations qui découlent de la LEO ne sont pas négociables. Il s’agit d’un texte cantonal dûment approuvé en votation populaire. Il sera aussi important d’agir le plus rapidement possible, le plus intelligemment possible et aussi en imaginant les solutions les moins onéreuses possibles.
Pour l’instant des locaux existent, notamment à Orbe, qui peuvent subir des modifications, sans pour autant générer en termes de coûts les sommes avancées parfois, qui se chiffrent en plusieurs dizaines de millions de francs. Des totaux qui ne seraient tout simplement pas supportables pour les petites communes concernées".

Ordres de grandeur

A noter au passage que selon les renseignements pris auprès des directions scolaires, les effectifs comparés sont les suivants.
Au primaire, sur 1 023 élèves actuellement enclassés dans le cadre de l’ASIOR, 675 habitent Orbe. Au secondaire, sur 345 élèves au total, 110 habitent Orbe.
En pourcentage global approximatif, ce sont donc un peu moins de 60% des élèves totaux qui résident actuellement à Orbe, les autres demeurant dans les 9 autres communes de l’association.

La très grande majorité des chemins forestiers seront fermés à toute circulation motorisée.

Les forêts des vallons de l’Orbe et du Nozon sous la loupe

La très grande majorité des chemins forestiers seront fermés à toute circulation motorisée.

La très grande majorité des chemins forestiers seront fermés à toute circulation motorisée.

Jeudi dernier, le SFFN (Service des Forêts, de la Faune et de la Nature) de l’Etat de Vaud avait convié les partenaires intéressés ainsi que la population à une séance pour le «coup d’envoi de la phase participative» du plan directeur forestier. Seule une soixantaine de personnes ont répondu à l’invitation afin de prendre connaissance et possession des documents pour donner leurs avis et formuler leurs remarques d’ici fin janvier 2013.

Pour l’élaboration de cette ébauche, plusieurs critères ont été pris en compte; économiques, écologiques, protection paysagère et physique, facteurs de la récréation et de l’accueil, chacun étudiés et pris en compte afin de respecter au maximum les intérêts de notre patrimoine forestier.
Pascal Croisier, inspecteur forestier, propose aux différents partenaires (société de chasseurs, pêcheurs, entreprise de la filière du bois, associations sportives, randonneurs et autres utilisateurs de la forêt, etc.) de travailler sur la base du document principal qui fixe les intentions et orientations générales.

Les chemins forestiers fermés à la circulation

Le point du PDF (plan directeur forestier) qui risque de générer le plus de discussions sera peut-être l’interdiction quasi-générale de circuler sur les chemins forestiers carrossables. La mise en place de la réglementation interdisant la circulation des véhicules à moteur en forêt étant une obligation de la législation forestière fédérale et cantonale. Le plan présenté permettra toutefois de continuer à desservir les divers refuges, buvettes et sites touristiques.

Photo Sylvie Troyon