Articles

Nouveaux petits immeubles à Vallorbe situés derrière la patinoire

Région: location d’appartements, pas de cadeau dans le Nord

Ces derniers temps, les gérances immobilières lémaniques se montrent généreuses à l’égard de futurs locataires. Vu la pléthore d’appartements, elles sont prêtes à revoir le tarif de location initialement prévu, voire même à offrir des mois gratuits afin d’occuper des immeubles partiellement vides. L’Omnibus a mené l’enquête pour savoir si une pratique identique était en vigueur dans notre région.

Peu d’appartements vides

Du côté des régies urbigènes, ce n’est pas le cas du tout. Certes, l’offre est moins large. Chez «Rêve Immob» comme chez «Emma», on considère que les prix sont totalement adaptés au marché et rares sont les clients à solliciter la gratuité pour quelques mois, comme ce fut le cas il y a quelques années à Yvonand. De même, ils ne sont pas plus nombreux à réclamer des baisses de loyer. Du côté de chez Richard Promotion, on admet qu’il y a un certain va-et-vient dans les immeubles du chemin du Suchet, mais les appartements ne demeurent jamais longtemps vides. Et comme le calcul du loyer n’est pas basé sur le taux hypothécaire, aucune baisse n’est accordée. Dans un immeuble en réfection au chemin Venel, la gérance TGB, établie au Mont-Pèlerin, relève que 3 appartements sur 14 n’ont pas encore trouvé preneur. Elle considère aussi que les loyers sont raisonnables puisqu’elle a fait un effort dans un quartier populaire, qui accueille des familles qui peuvent dépendre de l’AI ou des services sociaux.

Nouvelles opportunités en vue

A Vallorbe, les quelques professionnels locaux de l’immobilier et de la location constatent que les pratiques lémaniques des cadeaux ne trouvent pas leur place dans la Cité du fer. Les loyers pratiqués sont nettement inférieurs à ceux de la capitale ou des cités des bords du Léman. Les propriétaires de Vallorbe semblent trouver assez facilement à mettre à bail leurs appartements. Il y a une émigration assez nette de nouveaux habitants du canton qui sont précisément attirés par des loyers moins chers, ou par la proximité nouvelle d’un travail dont ils ont changé. Le marché de la location à Vallorbe est assez diversifié, entre anciens et nouveaux logements. A moyen terme, pas de loyer gratuit en vue donc, mais sans doute de nouvelles opportunités de se loger à un prix encore raisonnable.

Le train Orbe-Chavornay a inauguré lui-même le passage à niveau en coupant le ruban lors de son passage.

Chavornay: le passage à niveau, à l’avenir, sans risque

Le train Orbe-Chavornay a inauguré lui-même le passage à niveau en coupant le ruban lors de son passage.

Le train Orbe-Chavornay a inauguré lui-même le passage à niveau en coupant le ruban lors de son passage.

Avec l’extension de PESA et de la zone industrielle, il était devenu indispensable, afin d’éviter les accidents qui se produisaient régulièrement à cet endroit, de sécuriser le passage à niveau de la rue de l’Industrie. Après 30 ans de discussions, c’est chose faite, l’ouvrage a été inauguré mercredi 8 février.
Il aura vécu 119 ans sans être gardé, mais désormais le passage à niveau jouira d’une sécurisation complète avec de belles barrières ornées de rouge et de blanc, assistées par des feux rouges réglementaires.

La complexité du site, avec une jonction de trois rues et de deux voies de chemin de fer, augmenté du trafic pour la zone industrielle et du passage des piétons pour la gare, rendait la situation délicate. C’est pourquoi les partenaires se sont accordés pour une sécurisation complète avec barrières.

«Ce fut un véritable miracle, s’il n’y a eu que des accidents sans perte de vie humaine pendant toutes ces années» s’exclame Daniel Reymond directeur de Travys. «Mais avec le croisement de plus de 2’500 véhicules et de 82 trains (voyageurs et marchandises confondus) il fallait faire quelque chose». Certes, la solutions choisie est la plus coûteuse mais certainement la plus raisonnable. Désormais, les barrières s’abaissent 54 secondes avant l’arrivée du train qui, les voisins ne s’en plaindront pas, sifflera moins souvent.

D’un coût total d’environ Fr. 450 000.–, (Fr. 170 000.– supporté par la commune de Chavornay, le même montant payé par Travys, autour de 65 000 avancé par PESA et 45’000 francs payés par l’OFT), cet aménagement n’est pourtant pas une fin en soi, car la commune de Chavornay avec Travys et l’Etat de Vaud examinent toujours la rectification du raccordement de la ligne du train avec la gare CFF.

Cependant les travaux effectués sur le passage à niveau ne seront pas perdus, car les voies ainsi protégées seront encore exploitées avec PESA. Les barrières se baisseront encore longtemps.

Photo Pierre Pellaton