Articles

Orbe: le PS a choisi sa candidate

La section d’Orbe du parti socialiste, réunie en assemblée générale extraordinaire, le jeudi 11 janvier au soir, a décidé de présenter Fanny Naville, conseillère communale à la candidature pour l’élection partielle du dimanche 4 mars 2018 à la Municipalité d’Orbe.
Plus de détails dans notre édition du vendredi 19 janvier

Chavornay: 9e Municipal connu

Le deuxième tour des élections à la Municipalité de Chavornay a donné les résultats suivants ce dimanche:

Electeurs inscrits : 2'904

Bulletins rentrés:  894 soit 30.78 % de participation

Majorité absolue: 444

Est élu Paolo Troilo, CELI, avec 498 voix

Obtient des voix : Monika Commissione-Schwab, UDC, 352 voix

Voix nulles : 8

Voix éparses : 13

Christophe Mégroz est prêt à s’engager.

Bofflens: Il succède à son épouse !

Le jeu de hasard des élections communales peut parfois jouer des tours et des coïncidences ! Cela a été le cas à Bofflens où c’est le mari qui succède à son épouse au sein de la Municipalité. En effet, Christophe Mégroz accède au collège municipal en occupant le siège laissé vacant par Laurence.

Le nouveau municipal bocani est âgé de 45 ans, père de deux garçons ados. Cantonnier de son état professionnel, il travaille au Service cantonal des routes. Arrivée de Valeyres-sous-Rances il y a dix ans, la famille a acheté à Bofflens une ancienne maison qu’elle ne cesse de rénover. «Depuis notre arrivée au village, nous avons toujours eu le désir de nous intégrer et de participer aux activités communautaires. C’est pourquoi je suis entré au corps des sapeurs-pompiers puis au Conseil général où j’ai siègé dans toutes les commissions importantes. Par contre, c’est une grande première, pour moi, d’entrer à la Municipalité et ce fut bien inattendu ! Mon épouse voulait arrêter après une législature. Elle ne désirait pas travailler avec une nouvelle élue et a préféré quitter l’exécutif. Personne d’autre n’a accepté le poste... Alors je me suis lancé!», nous a-t-il expliqué.

Quoi qu’il en soit, le nouvel élu a un avantage: il sait déjà comment ça se passe et aura une «formatrice» à disposition en permanence. Il reprend le dicastère laissé libre, mais on lui a encore adjoint les routes, rien de plus normal pour un cantonnier ! D’autant plus que la nouvelle Muni qui démarre cette législature est composée de quatre nouveaux, dont le syndic Pierre-Alain Fiechter, à l’exception de Renaud Besson, seul ancien resté en place.

Il y aura du pain sur la planche vu que de grands projets sont en cours. Notamment celui de la réfection de la traversée du village ainsi que la construction d’un nouveau réservoir d’eau, d’où de gros budgets à gérer. «Je ne réalise pas encore que je suis municipal. Je sais que ce ne sera pas facile, car on ne peut pas plaire à tout le monde. Je veux juste faire preuve d’un solide engagement pour ma commune et souhaite ardemment que d’autres citoyens suivront mes traces pour faire bouger ce village!»

La future municipalité avec Luis De Souza, Myriam Schertenleib, Henri Germond, Mary-Claude Chevalier et Guido Roelfstra.

Orbe: le PS perd un siège au profit des Verts

Au terme de ces élections, la future Municipalité, qui siègera à partir du 1er juillet prochain, aura l’allure suivante: 2 PLR (Myriam Schertenleib et Guido Roelfstra), 1 socialiste (Henri Germond), 1 écologiste (Luis De Souza) et 1 Union Libre (Mary-Claude Chevalier). On retiendra que c’est la première fois que deux femmes siègeront à l’exécutif à Orbe et que les Verts font aussi leur première apparition à ce niveau.

Ce qui veut dire que ce deuxième tour n’a pas totalement confirmé les résultats enregistrés il y a trois semaines. A commencer par Fanny Naville (soc.)qui avait obtenu le troisième score en février. Malheureusement pour elle, l’électorat de gauche s’est moins manifesté. Alors qu’il y avait eu plusieurs sujets fédéraux de haute importance le 29 février, le RIE III a moins mobilisé les gens cette fois (44,32% au 1er tour contre 36,22% pour les communales). Ce qui n’a pas empêché les Urbigènes de longue date de se déplacer. Ces derniers ont privilégié les gens qu’ils connaissaient, raison pour laquelle la socialiste, comme Guy Duplan, ont échoué dans leur tentative. A défaut, les gens de gauche ont voulu donner une chance aux Verts d’intégrer la Municipalité après plusieurs essais qui avaient tourné à l’échec. C’est fait cette fois grâce à l’effet Gruvatiez qui a propulsé Luis De Souza sur la scène.

Représentation logique

Si l’on ne peut pas parler de grosse surprise, l’élection de Mary-Claude Chevalier a étonné, ce d’autant que Fanny Naville avait terminé le 1er tour avec un avantage substantiel sur la représentante d’Union Libre (plus de 120 voix). Toutefois, la population a considéré que chaque groupe avec 13 sièges au Conseil devait posséder un membre à l’exécutif et elle a tenu à ce que ce groupe UL continue à jouer l’équilibre entre les forces de gauche et de droite qu’il excerce depuis deux législatures. En conclusion, il faut avouer que les Urbigènes ont fait preuve de bon sens et d’une certaine logique même si ce n’est pas toujours le cas en politique.

On notera enfin que les deux indépendants André Truffer et Loris Koenig n’ont pas vraiment eu droit au chapitre et que leurs candidatures n’ont pas eu d’effets négatifs auprès d’Union Libre et des Verts, comme on aurait pu le penser.

Orbe: résultats du 2e tour de l’élection à la Municipalité

Résultats du 2e tour à l'exécutif d'Orbe

SScanner-GR16032013240exécutif urbigène

 

 

Vallorbe: résultats du 2e tour de l’élection à la Municipalité

Sont élus:

Christophe Maradan:   547 voix

Luigi Fiorito : 528 voix

Roland Brouze : 503

 

Obtiennent des voix

Madeline Dvorak 464 voix

Sylviane Tharin 415 voix

 

Capture d’écran 2016-03-20 à 18.24.00

 

Ballaigues: résultats du 2e tour de l’élection à la Municipalité

Est éluChristian Nyffenegger avec 132 voix  (participation 46.05 %)

 

Obiennent des voix:

2 Löffler José 118
3 Junod Michel 94
4 Leresche Catherine 3
5 Bettschen Charles 1
6 Durussel Raymond 1
7 Leresche Cédric 1
8 Leresche Stéphane 1

Orbe: le PS présente 2 candidats à la Municipalité

Lors de son assemblée générale du mardi 1er septembre 2015, la section d'Orbe du Parti socialiste vaudois a décidé de présenter deux candidat(e)s à la Municipalité lors du scrutin de renouvellement général des autorités communales du printemps 2016.

C'est ainsi que Fanny Naville et Henri Germond représenteront les couleurs du PS. Henri Germond est actuellement membre de la Municipalité et titulaire du dicastère "Patrimoine, urbanisme et environnement". Quant à Fanny Naville, elle est membre du Conseil communal.

Plus de détails sur ce choix et sur les personnalités des deux candidats dans notre prochain numéro du vendredi 11 septembre 2015.

Le nouveau municipal Guido Roelfstra.

Orbe: le PLR conserve son siège à l’exécutif

Dimanche, le corps électoral urbigène a élu à la Municipalité le candidat PLR Guido Roelfstra, par 704 voix, son adversaire des Verts Luiz de Souza récoltant de son côté 573 voix. La participation s’est élevée à 28,3%, alors que 44 électeurs ont choisi… de ne pas choisir en votant blanc. Le nouvel élu se montrait très content de ce score et du résultat. «Avec mon élection, l’exécutif pourra poursuivre sans accroc dans la voie des projets actuellement en cours. Le plus important à mes yeux est celui de Gruvatiez. Nous devons faire en sorte de pouvoir loger nos enfants. La cité urbigène a besoin de ce développement pour consolider son statut de petite ville». Sur la question de la participation au scrutin, Guido Roelfstra est satisfait. «Il ne faut pas oublier que nous étions en période de vacances et en plus qu’il s’agissait d’une élection complémentaire à laquelle plusieurs partis ne présentaient pas de candidat. Un taux de 28% dans ces conditions est tout à fait honorable, quand on le met en relation avec les taux usuels de participation de 35% environ, lors du renouvellement intégral des autorités.»

Un résultat important en vue de 2016

Pour le président ad interim du PLR d’Orbe Pierre-Alain Wieland, le «résultat est encourageant. Il nous a permis de conserver notre siège à l‘exécutif, ce qui était important en vue des élections générales de 2016 et aussi pour ne pas perturber l’avancement des chantiers ouverts actuellement par la Municipalité». Du côté des perdants du jour, on ne faisait pas grise mine. «C’est la vie politique, expliquait Luiz de Souza, et je trouve que mon score est bon. La mobilisation populaire a sans doute souffert de cette période de vacances et je souhaite plein succès à mon adversaire». Avant de rejoindre une délégation des Verts urbigènes sous le porche de l’Hôtel de Ville pour déguster un apéritif bien mérité. Rappelons enfin que le parti Union Libre avait renoncé à présenter un candidat de même que le PS d’Orbe et environs. Union Libre n’avait donné aucune consigne de vote alors que le PS soutenait la candidature des Verts.

Orbe: une démission réfléchie

Hugues Schertenleib quittera donc l’Exécutif urbigène au 31 mars prochain. A 49 ans, il a fait un choix professionnellement intéressant comme un aboutissement de sa carrière dans l’administration fiscale cantonale. «Humainement, je ne me sentais pas en mesure de conjuguer les deux fonctions. Je devrai assister le directeur d’une région qui comprend les districts du Jura-Nord Vaudois, de Broye-Vully et du Gros-de-Vaud. L’investissement est important comme il est conséquent en politique. On dit à Orbe que notre labeur correspond à 40% d’une tâche à plein temps et c’est bien vrai. Donc avec l’éloignement et une voie nouvelle à découvrir, il n’était pas pensable de poursuivre ma tâche de municipal sans risquer de faire mal mon travail».

A la tête des projets

Lors de l’annonce de sa démission, Hugues Schertenleib a évoqué une expérience extraordinaire, hors du commun. Des propos sur lesquels il revient pour l’Omnibus. «La municipalité, c’est comme un mariage ou la naissance d’un enfant, on imagine quelles en seront les conséquences, mais cela ne se passe pas vraiment comme prévu. Auparavant, je veillais à appliquer des directives que je faisais exécuter. A l’Exécutif, vous construisez le projet avec réflexions et analyses dans l’espoir de le voir accepter par vos pairs avec lesquels il faut trouver le consensus nécessaire. Car vous vous trouvez face à des êtres humains que vous ne connaissez pas foncièrement et qui n’ont pas les mêmes intérêts que vous. Donc, il faut convaincre en dépit des mécanismes politiques et humains.

Que la pointe de l’iceberg

La politique vous oblige à vous mettre en avant comme il faut répondre aux attentes de la population. J’ai appris à travailler dans l’intercommunalité avec des collègues, que je ne connaissais souvent pas, et avec lesquels le courant est bien passé. C’est un bel exercice et j’ai toujours senti des gens très impliqués. Je ne pensais pas que cela me prendrait autant de temps et d’implication. Lorsque l’on vous décrit le poste, vous n’en apercevez que la pointe de l’iceberg. Dans le cadre du collège municipal, il faut faire confiance au travail de vos collègues comme il est indispensable d’étudier les dossiers qu’ils vous proposent. Il n’est pas nécessaire d’être toujours d’accord avec les propositions faites, mais le travail est sérieusement accompli. Pour terminer, je dois dire que les conditions étaient agréables et que le dialogue a toujours été de mise».

Hugues Schertenleib (à gauche) quittera l’Exécutif urbigène pour la dernière année de législature, alors que Claude Recordon (au milieu) et Pierre Mercier (à droite) ne se représenteront pas en 2016.

Orbe: démission surprise

Ambiance plutôt calme et bon enfant pour une séance rapidement menée à son terme. Malgré tout, un coup de tonnerre est venu secouer une assemblée qui semblait être partie pour se terminer sans remous particuliers. L’ordre du jour s’est égrené dans l’ordre. Il a d’abord vu la confirmation de sept commissions chargées d’étudier les préavis qui nourriront les débats des prochains Conseils. Le rapport sur la demande d’un crédit pour la réalisation d’équipements «Aux Pâquerets» est passé au vote sans opposition.

Police et UAPE accaparent

L’ambiance est montée d’un cran pour l’adoption de la motion de P.-A. Wieland qui demande une réflexion sur le futur de la police intercommunale. Acceptée à une voix près en 2012, l’adhésion à la Police Nord Vaudois apparaît aujourd’hui comme onéreuse avec un budget pour 2015 de près de Fr. 1’800’000.-. De plus pour ce prix, selon le motionnaire, la satisfaction des usagers n’est pas au rendez-vous et le poste manque d’effectifs.
Remous supplémentaires du côté de l’interpellation UAPE (unité d’accueil de la petite enfance): l’impatience se fait sentir. En projet depuis 2013, la mise à disposition de places complémentaires pour l’accueil parascolaire est toujours à la traîne. Le municipal P. Mercier espère pouvoir présenter, si tout va pour le mieux, un projet définitif d’ici à la mi-année. Selon l’avis du syndic, ce n’est pas encore partie gagnée car ce projet rencontre nombre d’obstacles.

Démission d’Hugues Schertenleib

Le clou de la soirée a été planté au cours des communications municipales. C’est l’annonce par Hugues Schertenleib de sa démission au 30 mars prochain. Remis de sa surprise le Conseil lui a réservé un tonnerre d’applaudissements.

Entré à la Municipalité le 1er juillet 2012, Hugues Schertenleib occupait son poste de municipal en parallèle avec sa fonction de préposé-receveur responsable du bureau de la recette d’impôts à Orbe. Le regroupement des bureaux de l’Etat de Vaud amène au déménagement de ce Service vers Yverdon-les-Bains. Dans ce cadre, M. Schertenleib a été nommé sous-directeur des offices d’impôt pour les districts Jura – Nord-vaudois, Broye – Vully et Gros-de-Vaud. Face à l’ampleur de ses nouvelles tâches, il se voit, à son regret, contraint de renoncer à son poste de municipal.
A la veille d’une année d’élections communales, le président du PLR, Guido Roelfstra, affirme que son parti est prêt. La réflexion en vue des prochaines élections est déjà bien avancée. Il s’agit maintenant de l’adapter afin que l’objectif final, soit le maintien des acquis à la Municipalité, deux membres du parti et la syndicature restent dans le giron PLR. Les candidats pour 2016 sont déjà pressentis et parmi eux le choix du meilleur candidat pour l’élection complémentaire sera communiqué sous peu.

Date de l’élection

Il est trop tôt pour savoir si un ou plusieurs conseillers communaux revendiqueront le poste laissé vacant par Hugues Schertenleib. L’annonce de cette démission a pris de court tous les partis et groupes, qui devront se décider rapidement sur leurs intentions puisque le premier tour se déroulera le 19 avril prochain, avec dépôt des listes pour le 23 mars. Un second tour est envisagé en date du 10 mai pour compléter l’Exécutif.

Bretonnières: élection annulée!

DSCN1192

Que se passe-t-il à Bretonnières? En moins d’une année, la Préfecture a dû annuler deux élections. La première fois (été 2012), le candidat ne remplissait pas les conditions pour être présenté puisque ce citoyen britannique n’habitait pas dans le canton depuis trois ans, comme l’exige la loi. Cette fois, ce sont deux autres erreurs administratives qui sont à l’origine de l’intervention de la Préfète Evelyne Voutaz. D’abord, la commune devait publier l’arrêté de convocation pour remplacer un municipal démissionnaire (Fabrice Ferrié) avant le 25 février. Une publication qui indique notamment le délai pour la déposition des candidatures, la date de l’élection ainsi que toutes les explications inhérentes. Malheureusement, la convocation n’a pas été affichée à temps, provoquant un recours dans ce village où la chose politique divise la population.

En plus, la Municipalité a commis une erreur en cherchant elle-même des candidats, après le délai de dépôt des listes, puisque personne ne s’était manifesté. En effet, à quelques jours de l’élection qui avait été fixée au 7 avril, elle a informé ses citoyens que trois personnes étaient prêtes à affronter l’électorat. Dans le même temps ou presque, l’ancien syndic William Trolliet avait fait savoir qu’il ne refuserait pas un nouveau mandat. Si on peut comprendre le souci de l’Exécutif de trouver une personne compétente, la municipalité n’avait pas le droit de s’immiscer dans cette démarche. Une erreur de plus pour reporter l’élection au 9 juin prochain, jour de votations fédérales, quand bien même une localité a 60 jours pour pourvoir au départ d’un municipal!

Budget contesté

Bretonnières est encore secoué par un autre souci. Des citoyens ont contesté la manière dont a été adopté le budget 2013. Si bien que le Conseil d’Etat devra trancher prochainement pour savoir qui a raison dans cette affaire. Si on peut se poser des questions sur le fonctionnement de cette commune, il faut reconnaître que ces péripéties démontrent à quel point les affaires communales sont complexes. On se souvient déjà que l’administration urbigène avait mis du personnel à disposition de cette commune, il y a deux ans, afin de pallier les lacunes d’un secrétaire municipal qui avait failli à sa tâche.

A l’heure où les lois abondent ou sont revues (la nouvelle sur les communes entrera en application le 1er juillet prochain et la modification sur l’exercice des droits politiques est à l’étude, à titre d’exemple), il devient de plus difficile de cerner tous les problèmes, surtout lorsqu’on les affronte peu fréquemment. Un point de plus pour favoriser les fusions si l’on entend maîtriser tous les sujets et éviter les soucis que rencontre Bretonnières.

Photo Pierre Mercier