Articles

Les 12 éoliennes telles qu’elles seront vues depuis la plaine. Tout cela pour ça?

La Praz: Forcing pour les éoliennes, une commune toujours à la une !

On a maintenant la preuve qu’une modeste petite commune du Jura vaudois, d’à peine 160 habitants, peut faire la «une» de tous les journaux romands. Et deux fois ! La Praz a, en effet, défrayé la chronique lors de son refus du «Parc éolien» qui prévoit la mise en place de 12 turbines géantes sur les crêtes du Mollendruz. Et maintenant, par l’annonce d’un deuxième vote sur le même objet...

Premier round: Jeudi soir 18 janvier, lors des séances des Conseils généraux de Juriens, Mont-la-Ville et La Praz, cette dernière est la seule à refuser ce plan partiel d’affectation intercommunal. Un sacré coup ! Une totale surprise ! Et un sacré «scoop» pour la presse qui ne se gêne pas d’annoncer la fin programmée de tout ce projet. S’ensuivent des réactions en chaîne, des courriers de lecteurs et des félicitations pour les gens de La Praz qui deviennent ainsi les «pourfendeurs» des éoliennes.

Deuxième round: La Municipalité de La Praz ne veut pas de cet échec, elle qui s’est positionnée clairement en faveur des éoliennes. Alors, que faire ? Simple ! On va revoter le préavis... «Démarche peu courante, mais légale», précise la préfète du District Jura - Nord vaudois Evelyne Voutaz. Alors, rebelote ! La presse se déchaîne à nouveau sur ce sujet. La Praz revient au centre des attentions. «Vu que les deux autres communes ont accepté le PPA, c’est un devoir pour nous de représenter ce préavis pour que les conseillers puissent se positionner ou se repositionner en toute connaissance de cause. Et dans ce but, une séance d’information aura lieu mercredi 21 mars, avant le nouveau vote du Conseil prévu mardi 27 mars. L’image de La Praz est ternie. Et on perdra tout ce que nous avons investi pendant dix ans pour ce projet, sans compter l’indemnisation annuelle de plus de cent mille francs que la société nous verserait pour la location des terrains et les revenus fiscaux», a motivé la syndique Anni Sordet.

Manque de fair-play

Bien évidemment, les opposants aux éoliennes se sentent trahis. Tant SOS Jura Sud et Paysages Libres Vaud trouvent que ce second scrutin est loin d’être «fair-play» et que les autorités réagissent en mauvais perdants. D’autant plus que ces éoliennes de Energie Naturelle Mollendruz SA ne font pas partie d’un élan purement communal. Elles sont managées par les Services électriques de Zurich et les Services industriels d’Yverdon qui doivent justifier le X pourcent d’énergie verte dans leurs factures. Et, dans le Journal de Morges, le syndic de Mont-la-Ville Patrick Agassis va plus loin: «Vu la volonté du Canton de Vaud de voir aboutir ce projet, il pourrait même déplacer les frontières communales entre La Praz et Juriens par simple échange de terrain pour pouvoir aller de l’avant!»

Quand on scie la démocratie

Dans cette affaire, les tenants et les aboutissants vont bien au-delà du pour ou du contre les éoliennes. C’est tout le fonctionnement de la politique communale qui est remis en question, et jusqu’aux députés du Grand Conseil. Du coup, le règlement des Conseils généraux qui permet de se faire assermenter lors d’une séance importante est maintenant sérieusement remis en question. On parle même de changer la loi pour cela. «La réflexion peut être juste, mais c’est la base même de la démocratie directe qui vacille. Pourtant, ce système a fait ses preuves...» s’inquiète la préfète.

Pour conclure, nul ne peut prétendre connaître l’issue de cette deuxième confrontation... A La Praz, on assure toutefois qu’il n’y aura pas de troisième vote et que la Municipalité s’adaptera au résultat sorti des urnes. Donc, affaire encore à suivre...

De gauche à droite: Anni Sordet, syndique de la Praz, Patrick Agassis, syndic de Mont-la-ville et Rosemay Christen, syndique de Juriens durant la séance.

Juriens, éoliennes: la désinformation hargneuse prend le dessus

Salle comble à Juriens la semaine passée pour la séance publique d’information organisée par les responsables du parc éolien du Mollendruz. Ce projet d’implantation d’une douzaine d’éoliennes qui devraient se situer entre le col du Mollendruz et la commune de Juriens et qui réunit La Praz, Vaulion, Mont-la-Ville, Juriens, Yverdon-les-Bains et EWZ, le service d’électricité de la ville de Zurich, a subi les assauts des anti-éoliens venus en nombre pour monopoliser ce qui aurait pu être un débat courtois, mais qui a finalement tourné au pugilat oratoire. Invectives, fables, propagande et «litanies» rabâchées depuis des années ont meublé l’heure prévue pour les questions-réponses, que les habitants des communes concernées auront attendu en vain et frustrés. Si certains arguments des anti-éoliens pourraient mériter qu’on s’y attarde, leur perpétuelle hargne les discrédite d’emblée.

Encore du pain sur la planche

«Votre attitude est égoïste, s’est finalement exclamé Philippe Guignard, un amoureux vaulieni des courses pédestres, du bois et de la nature! Moi, les éoliennes, je les admire, notamment depuis le Chasseral, lorsque je m’y rends. C’est notre devoir que de mettre à disposition de tous une petite partie de notre environnement pour que nous puissions, en Suisse, comme à l’époque de la création des grands barrages, disposer d’installations de production d’énergie verte et durable» a-t-il encore précisé, recueillant d’ailleurs un très large soutien à l’applaudimètre. Le PPA mis sur pied par Energie naturelle Mollendruz SA est actuellement à l’enquête publique, après que le dossier a passé favorablement dans les mains des services concernés du canton. Si l’on tient compte du temps qui sera nécessaire à parcourir toutes les étapes avant la construction, il paraît peu probable que les travaux puissent commencer avant 2017, voire 2018. Une fois sur pied, les machines permettront de produire l’équivalent de la moitié de la consommation d’une ville comme Yverdon-les-Bains. Une paille pour les opposants, une belle contribution écologique pour les partisans de ces engins.

A relever la critique entendue des deux côtés sur le choix de l’époque de mise à l’enquête, au cœur de l’été et des vacances. De même, mais le point n’est pas nouveau, le refus des promoteurs de fournir, en l’état, des chiffres concrets sur les retombées financières futures pour les actionnaires et singulièrement pour les communes. Pour le surplus, le projet a subi les examens de tous les experts, y compris des biologistes et autres spécialistes de la faune. Selon eux ce projet tient compte de l’ensemble des paramètres, et remplit donc toutes les garanties exigées par la loi.

Maquette du parc éolien du Mollendruz.

Juriens: encore oui au projet de parc éolien

Séance de courte durée pour le Conseil général de Juriens, qui s’est réuni sous la présidence de Michèle Charotton jeudi soir.

A l’ordre du jour, deux points principaux: la recapitalisation de ENM SA, la société qui porte le projet de parc éolien du Mollendruz et l’adoption du budget pour 2014. «J’ai toujours dit et je continue de dire que lorsqu’un train passe, il faut le prendre» a rappelé le syndic José Paradela au sujet du parc éolien. Un syndic qui se dit par ailleurs convaincu à 99 % de l’édification finale du futur parc.

Du côté de la commission de gestion, on a vivement déploré le manque de visibilité générale et surtout financière offerte par le projet, ceci malgré la présentation publique qui a eu lieu récemment. «Impossible de savoir si ce projet rapportera un jour quelque argent à la commune » a encore précisé le rapporteur de la commission. «Si nous concluons en faveur de cet investissement supplémentaire, c’est uniquement parce que nous faisons confiance à la bonne gestion usuelle de notre Municipalité» a encore précisé le rapporteur. Le vote à bulletin secret a été requis sur cette question de principe. Au final, la recapitalisation à hauteur de Fr. 30 000.– a été acceptée par 37 voix contre 5 et 4 bulletins blancs.

Pénurie de mamans de jour

«Au niveau du budget, l’exécutif a une nouvelle fois présenté un document préparé sur des bases très prudentes», a précisé le syndic, ajoutant «qu’au niveau des rentrées fiscales, 2012 avait été très bon, que 2013 devrait être honorable et que rien ne permettait de penser que 2014 serait très différent». La commission de gestion chargée de l’étude du budget a conclu à son adoption, en déplorant «qu’aucun grand projet apte à enthousiasmer les villageois ne figure au programme, par exemple la création d’un nouveau magasin». Affichant un excédent de charges de l’ordre de Fr. 50 000.– sur un total de produits et charges ascendant à 1.8 million de francs, le budget a été accepté à l’unanimité.

En fin de séance, la Municipale Anne-Claude Grandjean a encore lancé un appel aux bonnes volontés: le Vallon du Nozon manque cruellement de mamans de jour et pourquoi pas de papas de jour. Les intéressés peuvent s’annoncer à l’AJOVAL ou auprès de l’exécutif local.

Juriens : énergies renouvelables

Photo montage

Photo montage

Energies Naturelles Mollendruz SA

Dans le cadre des Journées de la Technique 2009 (du 5 au 15 novembre), le Service des Energies (Yverdon) organisait un point d’information publique, relatif au projet d’implantation d’un parc éolien dans la région du col du Mollendruz, et qui concerne plusieurs communes riveraines : Juriens, La Praz, Vaulion et Mont-la-Ville, dont trois sont propriétaires fonciers des terrains concernés par cette future implantation, ainsi que la ville d’Yverdon-les-Bains.

Les représentants des communes concernées étaient présents. Ils purent échanger des propos concernant leurs motivations, parler des résultats des études spécialisées concernant: le bruit, les sols, les milieux naturels, les oiseaux, sédentaires ou migrateurs, les chauves-souris et la forêt.

Certains élus ont clairement exprimé le fait que le risque zéro n’existe pas. Selon l’expertise des oiseaux (L. Maumary, ornithologue), dans l’ensemble les impacts prévisibles sur les oiseaux nicheurs peuvent globalement être considérés comme faibles. La nidification de l’Alouette lulu sur les affleurements rocheux était prise en compte pour l’emplacement des éoliennes.

Il faut rappeler, que les collisions contre les câbles aériens des lignes à haute tension et les vitrages sont une source de mortalité bien plus importante pour les oiseaux, car ce sont des structures peu visibles.

Présentation audio-visuelle

Cédric Pillonnel municipal (en charge du dossier pour Yverdon) présentait le travail audio-visuel réalisé par la Haute Ecole d’Ingénierie (heig-vd) et parlait des avancements du projet. La démarche de ce projet ne vient pas d’investisseurs (qui dit, actionnaires, et gros sous dans leurs poches!) Mais de plusieurs villes et communes.

C’est une approche collective pour une énergie verte. José Paradela, syndic de Juriens : «ce projet est une possibilité intéressante qui nous est offerte de démontrer que les petites communes, Juriens, La Praz, Vaulion et Mont-la-Ville, peuvent se positionner dans le développement du canton et dans des domaines qui ne trouveraient certainement pas leur place dans des endroits à forte densité de population.

C’est aussi un instrument de réflexion pour nos communes du pied du Jura, avec de grands territoires forestiers, qui pourraient voir un développement des énergies vertes, bénéfiques non seulement pour l’environnement, mais économiquement».

Photo Marlène Rézenne

NDLR : cette contribution concerne également les communes de Vaulion, La Praz, Yverdon-les-Bains et Mont-la-Ville