Articles

Marché de Noël

Orbe: le Marché de Noël c’est dimanche

Il ne devrait pas pleuvoir, mais la température devrait s’avérer froide, selon la météo nationale. Quoi de mieux pour pénétrer dans la période de Noël, à défaut de neige ? Toutefois comme le Père Noël ne sera pas au rendez-vous, peu importe puisque 111 exposants seront là pour vous proposer différents articles qu’ils auront préparés soigneusement. Vingt nouveaux forains seront de la fête, dont une artisane qui confectionne des bijoux avec des capsules de café Nespresso. Toujours dans ce domaine, un commerçant proposera des déchets recyclés avec goût. Parmi les nouveautés, on trouvera un stand d’habits pour enfants de 0 à 5 ans. Les tricoteuses font un retour en force sur les marchés de ce type. Des sociétés viendront présenter leur projet comme le Ski-Club ou les Yodleurs qui évoqueront la prochaine fête romande qui se déroulera à Yverdon, l’an prochain. Si un gros tiers des exposants sont de la région, les autres viennent des cinq autres cantons romands.

Parkings gratuits

Il est entendu que vous pourrez goûter à plusieurs préparations culinaires particulières ou habituelles, concoctées par des commerçants ou des sociétés de la place. Par contre, pas de «food truck», car le marché serait envahi par ces camions de nourriture qu’il a fallu refuser pour garder un certain esprit au marché. Ni d’ambiance musicale particulière afin d’éviter la collision des sons sauf devant le local de l’Armée du Salut où la fanfare vous rappellera que Noël arrive au grand galop. Précision utile, les parkings de la ville seront gratuits ce jour-là, mais la police prie les automobilistes de permettre aux véhicules de circuler sans problème dans la localité, sauf dans les rues du centre (rues Centrale et Saint-Claire, place du Marché et Grand-Rue).

Premier remerciement !

Enfin, apprenez que le comité d’organisation se réunit chaque année au mois d’août pour décider de la date de la manifestation et avant d’envoyer des invitations à tous les exposants de l’année précédente pour un délai d’inscription qui se termine au début novembre. On relèvera enfin que la Municipalité a remercié pour la première fois le trio d’organisateurs (Linda et Marcel Bossel ainsi que Cornel Roulin), ce qui n’était jamais arrivé lors des 21 éditions précédentes !

Vue de Romainmotier

Balade au départ de Romainmôtier

A la découverte de votre région: Balade au départ de Romainmôtier

Pour cette première rubrique dédiée à la découverte de notre région et ses alentours, nous vous proposons de parcourir les sentiers du Bois-de-Forel, puis de traverser les villages de Bretonnières et de Premier, tout en ayant comme point de départ et d’arrivée le bourg médiéval de Romainmôtier. Cette randonnée accessible à tous, quelle que soit la saison, est longue d’un peu moins de 10 km et d’une durée située entre 2 h. 30 et 3 h.
Le Bois-de-Forel, une forêt riche
en histoire
Une première courte montée emmène les randonneurs dans le Bois-de-Forel, où l’on peut découvrir une forêt composée majoritairement de chênes, même si plusieurs autres essences indigènes y ont été introduites. Des panneaux explicatifs «Naturando» mis en place par l’association des propriétaires forestiers de l’ouest vaudois permettent de comprendre l’ancienne utilisation des ressources de ce bois riche en histoire.
Panorama sur le massif des Alpes
Après un bref passage dans le village de Bretonnières, connu pour son église et son clocher en forme de bulbe, mais également pour sa culture de lentilles, un chemin bétonné grimpant à travers champs conduit les promeneurs à la hauteur du village de Premier, situé à 870 m d’altitude. Les bancs à disposition le long de l’itinéraire et la vue panoramique récompensent l’effort réalisé pour y monter: Lac de Neuchâtel, Lac Léman, Mont-Blanc et autres célèbres sommets alpins sont facilement reconnaissables si la météo le veut bien. Le chemin descendant du retour rejoint le Bois-de-Forel. Une plateforme construite à 100 m au-dessus de Romainmôtier encourage alors à un dernier arrêt avant de parcourir le dernier kilomètre de cette balade.

Orbe: foire, jouets et concert ont mis Orbe en fête

Une foire de Noël précoce par temps maussade

Les stands diversifiés occupaient tout le centre-ville, avec ses variétés de produits et de senteurs. Ici des oeuvres artisanales, des présentations pleines de couleurs et, par là, des effluves subtils qui portaient à mettre en appétit. Des jeunes pleins d’entrain, qui vendaient des friandises afin de collecter des fonds pour se rendre à la journée mondiale de la jeunesse à Cracovie. Malgré un temps bruineux et venteux, les chalands courageux étaient présents. Les badauds ont moins musardé, la fraîcheur de l’air amenant à se réchauffer.

Des jouets plein les bras

Pour la première fois, la vente – troc de jouets a programmé son déballage de fête en convergence avec le marché de Noël. Un large choix de jeux et autres jouets de toutes sortes était à disposition des enfants, ou, plutôt des parents ! On trouvait aussi des articles vestimentaires et, par ce temps hivernal, l’occasion de se réchauffer quelque peu dans un Casino accueillant.

Un concert de l’Avent magistral

Plein les yeux, plein les oreilles avec l’Ensemble Madrijazz Gospel, créateurs spontanés de rythmes. La remarquable participation d’un trio d’instrumentistes, piano, basse et batterie, ont enthousiasmé un public sous le charme. Avec un bleu scintillant de ralliement, écharpes, gilets ou cravates, sous la direction expressive de Jean-Luc Dutoit, avec un registre en quête d’émotion, une soliste, Shirley Dedegus-Moocarme, petite physiquement, mais combien grande dans ses interprétations, la musique est devenue une respiration. Orbe ou Harlem, les auditeurs contagieusement gospel ont rythmé avec une joie sans mélange ce concert d’exception. Cet ensemble choral a fait vibrer les coeurs et permis au nombreux public d’apprécier un moment magique.

Marché artisanal de l’Art en Fête.

Chavornay: se mesurer à l’intérêt des acheteurs

Offrir aux artisans, mais surtout artisanes de Chavornay, l’occasion de proposer leur production originale à la vente, voilà le pari du comité de l’Art en Fête, un comité plus habitué à mettre sur pied des expositions sans vente.

Grâce à leur travail, ils étaient 23 à présenter leur production aux chalands, 14 d’entre eux pouvant se prévaloir d’habiter Chavornay même.

Une production d’une grande diversité

Laine feutrée, bois tourné, pâtisserie belge, bijoux, peinture sur bois, découpage et miel du village étaient parmi d’autres produits de qualité ce que les visiteurs ont découvert avec manifestement beaucoup de plaisir.

Parmi les stands une nouveauté attirait l’attention: les kokedamas de Nathalie Meyer. À mi-chemin entre le bonsaï et l’ikebana, cet art floréal est né au Japon à la fin du 19e siècle et met en valeur des plantes sans conteneur en terre ou en plastique. La plante mise en valeur est présentée dans une boule de substrat tout habillée de mousse.

La Grand-Rue sera nouvellement éclairée pour les fêtes.

Orbe: c’est pour dimanche

Un peu plus de trois semaines avant les fêtes de Noël, le centre-ville sera investi par 115 échoppes de commerçants, locaux et de Romandie, pour vous permettre de faire quelques emplettes pour cette période particulière de l’année. Un moment privilégié pour nous tous et les enfants en premier lieu. La famille de Marcel Bossel organisera pour la 19e fois d’affilée cette manifestation qui a donc commencé en 1996 alors qu’Orbe était déjà en travaux si bien que la première édition n’avait pris place que dans les rues Sainte-Claire et des Remparts.

Devant le succès de cette première, décision a été prise d’étendre la foire dans le centre de la ville. Cela dit, l’ampleur de cette foire a été telle, à un certain moment, qu’il a fallu restreindre le nombre de stands, car il était devenu très difficile de déambuler dans la bourgade, notamment dans la rue Centrale qui accueillera cette année 25 chalands au lieu des trente du passé. Le nouvel aménagement de la Grand-Rue promet de garantir davantage d’espace. En dehors de ces deux artères et de la Place du Marché, les rues du début (Sainte-Claire et Remparts) seront aussi à la fête, interdisant toute circulation dans le centre. Cependant, les différents parkings extérieurs seront à disposition gratuitement et une navette de Pro Senectute conduira les gens depuis le parc du collège de Montchoisi en ville.

Nouvelle décoration lumineuse

Comme par le passé, un carrousel pour les petits enfants sera installé sur la Place du Marché où le sculpteur à la tronçonneuse de Mathod, Didier Schmid, fera des démonstrations de son art particulier. Il est entendu que les commerçants locaux profiteront de l’occasion pour s’installer aussi dans les rues, comme les cafetiers vous offriront de quoi manger et boire. En fin de journée, vous pourrez également admirer les nouvelles décorations lumineuses dont la commune a fait l’acquisition pour prendre le relais des sapins qui ont égayé nos rues pendant plus de trente ans durant le mois de décembre.

Autour du 22 décembre

L’Omnibus profite de l’occasion pour vous informer que la Grand-Rue sera à nouveau ouverte à la circulation aux environs du 22 décembre, en précisant que les commerces locaux ouvriront leurs portes le dimanche 21 décembre pour vos derniers achats de Noël ou presque. A cette occasion, vous aurez la possibilité de découvrir une artère à l’aménagement nouveau, notamment en matière de mobilier urbain.

Mais pour l’instant avec l’espoir que la météo soit clémente, les commerçants vous donnent rendez-vous ce dimanche 30 novembre dès 9 h. pour une foire qui promet d’être intéressante.

Photo Sylvie Troyon

Linda Bossel et son équipe de choc

Orbe: un rendez-vous incontournable

C’est sous un soleil radieux que s’est déroulée le week-end dernier la foire de Noël d’Orbe. Sa notoriété s’est élargie au fil des années en dehors des frontières régionales. En effet, le public, venu en masse, s’est déplacé d’Echallens, de Lausanne, de Fribourg voire même d’outre Sarine.

Linda Bossel, initiatrice de la manifestation, veille en effet à la qualité et au label «artisanal» des exposants. Chaque stand y va donc de sa créativité et de son accueil chaleureux pour mettre en valeur ses produits. Les badauds n’ont que l’embarras du choix et du style pour succomber à de nombreuses tentations agréables. Se réchauffer avec un vin chaud, déguster des produits du terroir, entamer ses achats de fin d’année, décorer son intérieur, partager un verre entre amis.

C’est l’occasion pour certaines associations de rappeler leur existence de manière festive, comme l’ARFEC (association romande d’aide aux familles d’enfants atteints d’un cancer), l’Armée du salut, les pêcheurs en rivière ou la Maison des Jeunes d’Orbe. Certains artisans sont de fidèles adeptes depuis de nombreuses années, comme Gaby Lagniaz et ses planches en bois.

D’autres dévoilent leur talent comme les deux Martine (Terrats et De Blaireville) qui ont uni leur complémentarité dans la création de sacs «Les Artistines»; l’une pense et l’autre coud. Pour cette édition, les rues du centre étaient à nouveau joyeusement animées et le bilan positif.

Orbe: une foire de Noël au goût estival!

Il y a eu foule à la 16e foire de Noël urbigène.
La brume matinale n’a pas empêché les familles, chalands et autres badauds de venir visiter tous ces bancs remplis d’objets divers, de couleurs et de marchandises gustatives.
Un centre ville bondé, une ambiance de fête, et, dès treize heures, le soleil qui vient participer à cette magnifique journée de foire. Une véritable réussite, une occasion de rencontrer amis proches et perdus de vue, d’observer la joie dans les yeux des enfants, un signe d’approche de la fête de Noël.

Marche de la Pentecôte: c’est devenu une tradition

Une 31e randonnée au bord des limites

La marche de Pentecôte invite les nouveaux habitants, avec la fontaine du bas pour rendez-vous, à rejoindre les autochtones afin de faire connaissance et de poursuivre la rencontre avec une balade à pied, en longeant une partie des frontières de la Commune.

En faire le tour sur un jour, c’est quasi impossible, alors, c’est une tranche qui est parcourue chaque année. Cette tradition, instaurée à la demande de Bluette Rochat, en 1980, alors membre du Conseil général, permettait de conjuguer l’accueil et l’idée de faire le tour de la commune, y compris les enclaves. C’est au municipal des domaines et forêts de choisir un parcours sans le dévoiler aux participants.

Le départ et l’arrivée restant les mêmes au fil des années.

La fontaine du bas pour rendez-vous

Vers les 9 h., la place vers la fontaine voyait arriver un à un les participants, en famille ou seul, vêtus chaudement. Le ciel était gris. Les dernières nouvelles circulaient en même temps que les bonjours chaleureux. Les quatre pattes, poilus, participaient joyeusement aux présentations. Cette année, Philippe Latty emmenait la troupe en direction du refuge, descendait le long de la falaise vers le lit du Nozon.

Puis le trajet reprenait la route des Fours, aux Bellaires et le retour se faisait par les «Gotettes», toujours en bordure des frontières de la commune.
A l’arrivée à la grande salle, après trois heures de marche, une formidable soupe aux pois attendait les marcheurs. La rencontre se poursuivait avec une grillade-party.

Cette marche, c’est une super occasion de fermer la télé et la console de jeux pour sortir et parler aux voisins, aux voisines, de faire connaissance.

Photo Marlène Rézenne