Articles

La soirée d’information de Saint-Georges a réuni beaucoup de monde.

Parc Jura vaudois: s’engager pour sa région

Le Parc Naturel Jura vaudois continue son action «séduction» auprès de la population. Savoir mieux communiquer est devenu le nouveau mot d’ordre pour tout le «staff» travaillant dans les bureaux de Saint-Georges, siège du parc. Depuis la fin de l’été, le Parc se présente, avec une présentation imagée, auprès des organes délibérants des communes. A ce jour, une douzaine de communes ont été visitées sur les trente membres, soit donc déjà le tiers qui est touché.
Dans le même ordre d’idée, le Parc a lancé, mardi 21 novembre, une nouvelle action intitulée «Le Parc c’est vous». Dans la salle communale de Saint-Georges, une soirée de présentation de ce projet a réuni une septantaine de personnes intéressées à collaborer bénévolement pour le parc. Avec les «flyers» envoyés, il est raisonnable de penser que plus d’une centaine de nouveaux «ambassadeurs» vont s’impliquer.

Dès lors, il est possible de s’engager pour sa région dans les quatre phases proposées. Ce sont les quatre lettres du mot PARC qui servent de guide.
P pour Producteur - Tous les producteurs de produits du terroir installés dans le périmètre du parc peuvent bénéficier du label PJV pour leurs différents produits régionaux.
A pour Ambassadeur - Les personnes intéressées peuvent promouvoir les valeurs et les richesses du parc en participant bénévolement aux actions. Les individuels où les prestataires de services (hébergeurs, restaurateurs, commerçants, guides, etc.) sont invités à tenir ce rôle.

R pour Ressources financières - Toutes les personnes individuelles ou organisations collectives peuvent soutenir le parc en apportant une ressource financière et en devenant aussi membres.

C pour Charte de l’Habitant - Tous les habitants du périmètre peuvent s’engager par des gestes ou démarches éco-citoyennes en signant cette charte qui existe déjà depuis plusieurs années.
«Nous avons été surpris de voir autant de monde présent lors de cette soirée. Cela veut dire que la démarche répond à une demande et que les habitants du parc, répartis dans les 30 communes membres, tiennent à s’impliquer. Cela prouve aussi que notre initiative porte ses fruits en allant vers le public. Nous avons déjà plein de projets pour 2018 avec une Fête des habitants qui sera mise sur pied à Vaulion», explique avec enthousiasme Rémi Vuichard, directeur adjoint, qui habite à Romainmôtier-Envy.

Pierre-Yves Maillard, président du Conseil d’Etat.

Social: Pierre-Yves Maillard convainc

Pierre-Yves Maillard, président du Conseil d’Etat.

Pierre-Yves Maillard, président du Conseil d’Etat.

Au terme de l’assemblée intercommunale de printemps de la Régionalisation de l’Action Sociale, le président du Conseil d’Etat vaudois, Pierre-Yves Maillard, a fait la démonstration de la volonté de son département d’éviter le gaspillage de l’argent public. Du même coup, il a mis l’accent sur les secteurs qui le préoccupent actuellement soit les jeunes sans formation, les familles working poors (gens qui travaillent mais dont les revenus ne sont pas suffisants) et les chômeurs de longue durée.

Ce secteur de l’aide sociale coûte 360 millions de francs soit un quart du budget de la facture et est en augmentation de 50% par rapport à 2006. Dans notre canton, une personne sur douze est à l’aide sociale mais il est étonnant d’entendre que les bénéficiaires sont le double en pourcentage à Sainte-Croix par rapport à Renens. Concernant une question du représentant de Valeyres-s.-Rances, Thierry Vidmer, le conseiller d’Etat a précisé que le canton doit faire face aux accords bilatéraux conclus par la Confédération avec l’Union Européenne. C’est-à-dire que les étrangers établis récemment chez nous et dont le contrat de travail est rompu, peuvent bénéficier de l’aide sociale mais lorsqu’ils demeurent trop longtemps au chômage, ils perdent leur permis et doivent quitter le pays.

Aides à l’insertion

Les prestations sociales ont été améliorées, notamment pour les familles monoparentales, qui ne bénéficiaient que d’un subside pour l’assurance maladie. Avec l’introduction du PC famille et la rente-pont (pour les chômeurs de près de 60 ans qui ne trouvent plus d’emploi), un millier de dossiers ont été résolus. Le domaine des bourses d’études a été corrigé dans le but d’encourager les jeunes à trouver un apprentissage ou reprendre des études. L’aide était passée de Fr. 2 000.– à Fr. 150.–. Désormais un jeune de plus de 18 ans peut toucher jusqu’à Fr. 700.– auquel s’ajoutera le salaire du jeune, ce qui lui permet d’envisager l’avenir avec plus de sérénité. Sur 1700 dossiers, un millier d’ados ont retrouvé le chemin du travail.

Pierre-Yves Maillard a précisé également que la subvention a été diminuée pour cette catégorie de la population lorsqu’elle tente de l’obtenir systématiquement à la majorité. Dans un futur proche, ces quémandeurs devront justifier l’échec de leurs démarches en matière de travail pour bénéficier de cette subvention, tout cela pour éviter les abus. Le Canton négocie avec les hôpitaux, EMS, etc., pour qu’ils prennent en stage 200 jeunes gens sans emploi, en souhaitant l’engagement de la moitié d’entre eux. Les premiers résultats de cette politique sont positifs puisque 56% de ces jeunes finissent leur apprentissage sans échec. Le domaine de la santé offrant un créneau intéressant en matière d’emplois, un effort sera également demandé aux garderies et à la formation de mamans de jour.

Diminution des demandes

Le coaching familial est un autre secteur dans lequel on s’emploie à tenter d’augmenter le taux d’activité de ses membres pour augmenter leurs revenus. Le président du Conseil d’Etat relève aussi que Vaud est l’un des seuls cantons à avoir engagé des enquêteurs pour veiller à ce que des abus ne soient pas commis. Il faut préciser que l’augmentation de demandeurs du Revenu d’Insertion (RI) est en diminution (3,4% en février 2013).

Si la facture sociale coûte toujours plus cher, on le doit à la conjoncture qui n’est plus aussi favorable qu’elle ne l’était au début des années 2000. En ce qui concerne les Centres Sociaux Régionaux (CSR), des aménagements ont été mis en place afin de permettre aux assistants sociaux de se concentrer sur leur fonction si bien que les paiements des subsides incombent désormais aux adjoints administratifs.

Les explications claires de Pierre-Yves Maillard ont convaincu la centaine de représentants des localités du district du Jura-Nord vaudois puisque très peu de questions lui ont été posées dans un domaine qui fait l’objet pourtant de bien des contestations de la part des exécutifs communaux. Il faut noter enfin que le CSR régional a effectué du bon travail puisqu’il a pu rendre près d’un million de francs au canton qui lui attribue l’argent nécessaire en fonction des dossiers auxquels il doit répondre.

Photo Pierre Mercier

Marie-Claude Abadie et Nouchka Favez.

Vallorbe: Jura artistique, art sans frontière

Marie-Claude Abadie et Nouchka Favez.

Marie-Claude Abadie et Nouchka Favez.

«Nous ne sommes pas une chapelle, nous sommes ouverts à toutes les tendances, à toutes les idées, à tous les mouvements.» Rita Crisante, présidente du Jura Artistique, se plaît à rappeler la philosophie de Georges Dumitresco, le fondateur de l’exposition vallorbière.

La 34e édition annuelle est fidèle à cet état d’esprit de découvertes et d’échanges réciproques.

Les artistes

Marie-Claude Abadie présente ses créations de broderie au point de croix. Un travail minutieux et tout en finesse, sur des motifs intemporels. Nicolas Autin, sculpteur et tailleur de pierre, expose des bustes en plâtre de personnages historiques, tels ceux de l’explorateur Henri Mouhot et de l’inventeur Etienne Oehmichen.

Bénédicte Gandois et Bernard F. Crausaz, écrivains et créateurs des Editions de la Maison Rose exposent leurs oeuvres littéraires ainsi que celles d’autres auteurs. Bénédicte Gandois a également réalisé les illustrations du sensible et profond recueil de poèmes « Au fil du temps défunt » de la poétesse vaudoise Angélique Tuscher.

«Le Chemin des Crêtes» avec en toile de fond le profil familier de la Dent de Vaulion est une des aquarelles de Nouchka Favez témoignant de son amour pour la nature. Amour qu’elle exprime également à travers la poésie.

Les créations de ferronnerie d’art des Grandes Forges de Vallorbe sont l’œuvre du forgeron Alexandre Pietrzykowski et de ses filles Amélie et Emma.
Dominique Régnier peint des célébrités de la musique comme Jean Ferrat ou Serge Gainsbourg.

La «Merveilleuse planète bleue» de Gérald Richard retrace avec humour un demi-siècle de découvertes. Il se tient également à la disposition du public pour présenter ses reportages tournés au quatre coins du monde.

Jean-Luc Vienney, artiste peintre montre sa passion pour la fragilité éclatante des coquelicots.

Exposition Jura Artistique
ouverte jusqu’au 30 octobre.
Mardi à vendredi
de 17h00 à 19h30.
Samedi et dimanche
de 15h00 à 19h30.
Lundi fermé.
Aula du Complexe scolaire du Simplon à Vallorbe.

Photo Denis Tarantola