Articles

Jean-Marc Ducotter devant les nouvelles halles.

Chavornay: Centre national des tortues, jusqu’à 4’500 animaux

Jean-Marc Ducotterd ne cache pas sa joie de faire visiter ce qui sera le plus grand centre de Suisse de la tortue. Au début de ce mois d’août, il a permis à 2’200 animaux d’une cinquantaine d’espèces sur 350 recensées dans le monde, d’être transférés dans leur nouveau complexe dont la construction n’est pas encore terminée.

On se souvient que ce CNT permet de recueillir les reptiles dont les familles veulent se séparer après avoir amusé leurs enfants pendant quelques années. Cependant, la durée de vie de ces animaux oscille entre 30 et 150 ans ! Passionné de reptiles dès son plus jeune âge, Jean-Marc a jugé inhumain de relâcher ces bêtes dans nos contrées.

C’est la raison pour laquelle il a décidé de les recueillir. Ce sera le cas pour un demi-millier d’entre elles cette année puisque plusieurs centres alémaniques ferment leurs portes et son centre pourra en contenir jusqu’à 4500 qu’elles soient aquatiques (provenance américaine) ou terrestres (Suisse).

Un lapin à l’origine

La concrétisation de ce centre est l’aboutissement d’une vie, selon l’intéressé lui-même. Il a fallu se battre pour réunir les deux millions nécessaires à la construction de deux halles, de bassins et parcs extérieurs. Du reste, il faudra encore trouver Fr. 400’000.– pour réunir le budget. Les bénévoles ont passé de très nombreuses heures à mettre en place le centre qui devient réalité car plusieurs investisseurs doutaient de la réussite de l’entreprise.

De manière curieuse, la passion de M. Ducotterd est née grâce à un lapin que ses parents lui avaient offert alors qu’il espérait un reptile. Déçu, il s’était promis de se venger en achetant par la suite des tortues pour lesquelles il s’est évidemment passionné. Comme quoi le hasard fait souvent bien les choses. Il faudra toutefois attendre le printemps pour l’inauguration de ce centre unique (CNT).

Jean-Marc Richard interrogeant les bambins violonistes de l’Institut de Ribaupierre.

Valeyres-sous-Rances: le Kiosque à musiques à Valeyres-sous-Rances

Ce samedi 27 janvier, l’Echo des Campagnes, société de musique de Rances et Valeyres-sous-Rances, recevait le Kiosque à musiques à Valeyres. Le nombreux public a ainsi eu le loisir d’être «spectateur» de la célèbre émission de la radio suisse romande. Etonnant d’observer comme les nouvelles ou les infos route viennent s’insérer dans le programme musical, par ailleurs rondement mené par un Jean-Marc Richard très à l’aise dans cet exercice! Au passage, l’animateur ne manquera pas de faire une petite diversion politique pour encourager à voter non à l’initiative «No Billag». C’est dans l’air du temps…

Mais, pourquoi à Valeyres?

Vincent J. Dubois, directeur de L’Echo des campagnes entre autres, explique qu’il s’agit à la base d’une carte blanche donnée au «Duo Madio» composé de Marie Heck et Sylvie Amadio. Celles-ci ont donc assuré la programmation, l’Echo des Campagnes, pour sa part, a coorganisé en mettant la salle à disposition, en organisant la raclette et en jouant!

Riche programme

Outre le Duo Madio et l’Echo des Campagnes, l’émission a présenté le choeur d’hommes de Démoret, l’ensemble d’accordéons «A TEMPO», le duo Stéphane Plouvin, sans oublier «Gli archini et Cherry Celli», les très attendrissants jeunes élèves de l’institut de Ribaupierre à Lausanne. Et… cerise sur le gâteau, Angie Ott, finaliste du concours de l’Eurovision, a interprété une chanson, ceci une semaine avant la finale suisse qui aura lieu le 4 février 2018! Jolie mosaïque de prestations qui reflète bien la diversité et la multiplicité de la musique populaire suisse.