Articles

La petite Méline dans les bras de son papa.

Chavornay: la petite Méline est la 5000e habitante

La population est en constante augmentation

En 2008 la cité aux corbeaux comptait 3387 âmes. Dix ans plus tard, certes avec l’apport de la fusion avec Corcelles-sur-Chavornay et Essert-Pittet, le cap des 5000 habitants est allègrement franchi. L’honneur en revient à la petite Méline qui, du haut de ses trois ans, a en toute simplicité été fêtée au Refuge des Thuyas. Installée dans le Nord-vaudois, la famille Bonhoure a quitté sa Toulouse natale il y a une dizaine d’années pour venir travailler dans le Nord-vaudois. Elle a rejoint Chavornay à mi-août. C’est ainsi qu’est revenu à la petite Méline, l’honneur d’être la 5000e habitante du village.
Nouveaux citoyens et naturalisés

Par la même occasion les autorités de Bavois et de Chavornay ont célébré leurs nouveaux citoyens, les plus jeunes nés en 2000 et qui cette année ont atteint la majorité, ainsi que les nouveaux naturalisés. En 2018, Bavois compte 12 jeunes citoyens et 10 naturalisations alors que Chavornay affiche 70 jeunes et 30 naturalisés. Les invités présents à cette traditionnelle rencontre ont eu l’occasion de participer à la plantation d’un arbre commémoratif. La manifestation s’est terminée par une sympathique agape au Refuge des Thuyas.

La Municipalité au complet avec de gauche à droite : Christophe Schwerzmann, Luigi Fiorito, le syndic Stéphane Costantini, Roland Brouze et Christophe Maradan.

Vallorbe: la population croît régulièrement

Mercredi passé, la réception des nouveaux habitants de la Cité du fer a dû être déplacée de la pelouse de la Presqu’île au Musée du fer tout proche. En effet, le ciel avait décidé d’ouvrir grand ses vannes juste au mauvais moment. A cette occasion, la Municipalité au grand complet accompagnée du président du Conseil communal a accueilli un peu moins de 100 nouveaux résidents de Vallorbe. Avec une population à nouveau en croissance lente depuis une dizaine d’années, la Cité du fer compte actuellement 3 915 résidents.

Vie sociale riche

Au nom de l’Exécutif, le syndic Stéphane Costantini a rappelé les qualités essentielles de la localité ainsi qu’un peu de son histoire. Il a également présenté les autorités et les dicastères respectifs de ses collègues. Tout en appelant la population nouvelle à participer à la vie sociale et culturelle. La croissance de Vallorbe devrait perdurer, compte tenu du nombre de logements actuellement en construction ou en projets concrets. Ceci sans compter les qualités intrinsèques de la Cité du fer qui attirent de plus en plus de monde. Avec 400 arrivées par année civile, la population augmente en chiffres nets d’environ 100 unités dans le même temps, si l’on tient compte des départs qui interviennent.

Des représentants des quelque 50 sociétés locales avaient fait le déplacement pour se tenir à la disposition des nouveaux habitants qui ont pu ensuite partager le verre de l’amitié à l’abri.

De gauche à droite: le président du Conseil communal Samuel Maillefer, les cadres de personnel et les membres de la Municipalité.

Ballaigues: la commune s’étoffe

Vendredi soir, la commune a reçu officiellement au Centre villageois ses nouveaux habitants arrivés en 2017, lors d’une cérémonie devenue traditionnelle depuis de longues années. C’est le syndic Raphaël Darbellay et son exécutif « in corpore » qui ont accueilli plus d’une centaine de personnes, parmi lesquelles on comptait nombre d’anciens résidents et passablement de nouveaux arrivés. Dans son allocution de bienvenue, le syndic a rappelé le développement du village qui a compté de nombreuses années durant environ 850 habitants. Après le tournant du siècle, la progression annuelle a augmenté pour permettre à la population d’atteindre aujourd’hui un nouveau palier de 1 100 unités.

En 2017, le mouvement net n’a été que de quelques unités, puisque l’on a compté 119 départs pour 111 arrivées. Avec les constructions actuellement en cours, on devrait voir la population continuer d’évoluer ces prochaines années. Le syndic a aussi rappelé à l’assistance que Ballaigues comptait suffisamment d’espace pour que chacun puisse y évoluer à sa guise et y vivre ses envies ou ses passions. Avant de passer au traditionnel verre de l’amitié, le syndic a présenté à l’assistance le président du Conseil communal, les membres de l’Exécutif, ainsi que les responsables des principaux services communaux. La pasteure Aude Gelin a ensuite pris la parole pour expliquer aux nouveaux venus quelles étaient les différentes communautés religieuses constituées au village, ainsi que les personnes de contact.

Arrivé en 2016, Alain Grasset a déjà fraternisé avec Marianne Stöckli.

Valeyres-sous-Rances: Faire connaissance autour d’une raclette

Traditionnellement, la Municipalité de Valeyres-sous-Rances convie une fois l’an ses nouveaux habitants, ses nouveaux citoyens ainsi que le personnel de la commune à une raclette. Une fois n’est pas coutume, vendredi dernier, une partie des convives n’avait pas répondu à l’invitation, dommage! Ceci n’a nullement entaché le caractère convivial et ouvert de la soirée, permettant à chacun de connaître ou mieux connaître son voisin.

L’assemblée, un peu plus restreinte qu’usuellement, a fait honneur au fromage de la famille Weidmann, aux desserts d’Othmar Isler et aux vins de la cave du Château. Oui, Valeyres recèle beaucoup de très bonnes choses!
Nouveaux habitants
Le greffe communal comptabilise 31 nouveaux habitants en 2017 pour un total de 627 habitants. Ce soir-là 4 adultes et un enfant étaient présents. Mme Delecluse et son fils Damien se disent ravis de la bonne énergie du village. Ils ont déménagé de l’Abergement, leur propriétaire désirant vendre. La priorité était que Damien puisse continuer dans la même école, à Orbe. Alexandre Stöckli, par ailleurs né à Valeyres, et Alain Grasset ont quitté la cité de Chavornay pour retrouver l’ambiance et la quiétude villageoise. Ils en sont heureux.

Le nouveau citoyen présent
Ils sont 6 jeunes à avoir eu 18 ans en 2017. A relever la seule présence de Lukas Burchardt et nous félicitons son aisance à communiquer. En effet, ce n’est pas si aisé pour un adolescent de se retrouver hors de son cercle, essentiellement entouré d’adultes «matures».

Corinne Tallichet Blanc, syndique, lors de son mot de bienvenue, a encouragé chacun et chacune à participer aux activités communales qui ne manquent pas. Les diverses sociétés villageoises, le point M, le Conseil général, les accueilleront volontiers!

Toutes les informations sur le site de la commune, www.valeyres-sous-rances.ch

Venus d’Espagne les Sanfelix avec leur fils aîné Sergi et leurs jumeaux Carles et Salvador nés en Suisse.

Chavornay: 150 habitants de plus en 2016 et 9 municipaux pour leur souhaiter la bienvenue

Tous les membres de la Municipalité étaient là le jeudi 27 avril, ils se sont présentés et ils ont dévoilé les tâches de chacun de leur dicastère. Plus particulièrement, ils ont tenu à souhaiter la bienvenue aux nouveaux habitants, qui en 2016 ont élu domicile dans l’un des trois villages qui forment désormais ce qu’il est convenu d’appeler le grand Chavornay. Cette année-là, ce sont près de 400 habitants qui ont quitté l’un ou l’autre des trois villages, mais plus de 500 nouveaux hôtes les ont remplacés. La commune atteint aujourd’hui 4 800 habitants et, dans peu de mois, fêtera son 5 000e citoyen.

La convivialité au rendez-vous

Ils ont été plus de 160 à répondre à l’invitation de la commune. En prélude à la partie officielle, la société du Twirling-bâton a proposé une démonstration de ses jeunes membres. Cette partie récréative a d’emblée créé la bonne humeur. Elle a montré une des sympathiques facettes de la vie associative du village. Les multiples sociétés de la commune sont une vraie chance offerte à l’intégration. La présidente de l’Union des Sociétés locales les a présentées aux convives et leur a proposé de venir découvrir l’une ou l’autre des 21 sociétés actives dans la communauté.

L’agape offerte a permis aux uns et aux autres de faire connaissance. Parmi les derniers arrivés de l’année 2016 à Chavornay, sept des nouveaux locataires des appartements protégés de la Résidence du Talent, tous heureux de leur nouvel habitat, en témoignaient réunis en une joyeuse tablée. A l’image des Sanfelix avec leurs trois enfants, une jeune famille venue directement d’Espagne, ils sont nombreux les jeunes, souvent pour des raisons pratiques, à s’être établis dans la cité des Corbeaux.

Une partie de l'assistance

Vallorbe: la Cité du fer croît régulièrement

Ce sont plus d’une centaine de nouveaux habitants de Vallorbe qui se sont retrouvés sur la presqu’île du Musée du fer à l’invitation de la Municipalité pour assister à la réception donnée, comme chaque année, en l’honneur des nouveaux arrivants. «De juin 2015 à juin 2016, le nombre d’arrivés s’est élevé à 283 personnes», a précisé le syndic Stéphane Costantini dans son allocution. Une croissance régulière et qui a tendance à s’accentuer ces dernières années. On notera que Vallorbe compte actuellement un peu moins de 4 000 habitants, un total identique à sa population du début du 20e siècle, et ceci avant la construction du tunnel du Mont d’Or.

Durant cette construction, soit juste avant 1915, la population avait atteint le nombre de 5˚300 résidents, avec l’arrivée des étrangers employés au chantier du Tunnel. Comme de coutume, le syndic a présenté rapidement le fonctionnement institutionnel de la commune, ainsi que les dicastères de ses municipaux. Une quinzaine de représentants des 50 sociétés locales avaient fait le déplacement pour se tenir à disposition des invités durant l’apéritif qui leur a été préparé et servi par les huissiers du Conseil communal.

Raisons professionnelles ou familiales

Nombre de nouveaux arrivants sont jeunes, à l’image de Stéphanie et de sa fille Maja, qui aura très bientôt un petit frère, et qui ont choisi Vallorbe pour deux raisons: parce que le papa travaille dans une entreprise locale et que le couple a acheté une maison sur le territoire communal. Pour d’autres, plus âgés, comme Yvette qui «remonte» régulièrement la vallée de l’Orbe après avoir vécu 10 ans à Orbe et une quinzaine d’années à Lignerolle, c’est la proximité de la nature avec la localité qui a joué le rôle déclencheur.

D’une façon générale, ces migrations ont pour motifs des obligations professionnelles ou des changements dans le noyau familial, qui a tendance à prendre des formes de plus en plus diverses, voire éclatées, à l’heure actuelle. Ou encore la disponibilité de logements ou de terrains à bâtir.

Orbe: se rencontrer pour échanger

Etait-ce la proximité des élections communales ou le froid, on ne le sait pas, mais la fréquentation était en diminution lors de cette réception de la commune adressée à ses nouveaux citoyens. Qu’ils soient dans leur 18e année ou qu’ils viennent d’acquérir la citoyenneté helvétique, les participants se sont retrouvés à l’Hôtel de ville pour la partie officielle et ensuite au casino pour un repas du soir. L’occasion pour les municipaux ou les membres du bureau de discuter avec ces gens que l’on ne rencontre qu’occasionnellement.

Apprentissage et les garçons

A la table des jeunes, le souci de trouver un travail hantait quelque peu mes voisins. Un jeune Portugais effectue un apprentissage d’électricien où les échecs sont nombreux en première année ce qui l’oblige à être vigilant, car au terme de ses trois années, il aimerait entrer dans les forces de l’ordre. Un jeune homme de la région de Valence en Espagne, arrivé il y a trois ans, effectue une année scolaire supplémentaire pour parfaire ses connaissances. Il espère devenir ingénieur en mécanique sans se douter que le chemin sera sûrement long. A ses côtés, un Capverdien passe par un stage professionnel, mais il avoue avoir de la peine à se lever lorsqu’il voit la neige par la fenêtre!

Il est cependant conscient que l’on doit se soumettre aux horaires même s’il souffre du froid, car chez lui, il fait plus souvent 40 degrés que zéro. Chez les filles, les préoccupations sont d’un tout autre ordre: l’attitude des garçons. De véritables machos qui les font souffrir. Toutefois, une constatation s’impose, les unes comme les autres ne sortent pas forcément le vendredi ou le samedi soir. Sans voiture, ni permis, difficile d’aller à Lausanne ou ailleurs pour se distraire, sans parler de moyens financiers relatifs.

Le confort de la maison

Une famille lusitanienne bien intégrée relève qu’elle n’a pas encore reçu son permis d’habiter alors qu’elle possède depuis plusieurs années une maison au Chemin des Fleur-de-Lys. L’occasion de s’en ouvrir à la Municipalité pour Madame qui est arrivée dans notre pays à l’âge de 11 ans puisque ses parents, à la tête d’une famille nombreuse aux ressources limitées, lui avaient trouvé un travail pour garder les enfants de connaissances en Suisse. Longtemps au noir et privée d’école, elle a fait de gros efforts pour se retrouver aujourd’hui laborantine dans un institut de recherche à Aubonne. Enfin et en dépit des problèmes administratifs, elle adore le confort que sa maison lui procure et qu’elle partage avec son mari et ses deux filles.

Une belle assemblée qui se régale avec les raclettes des Weidmann.

Valeyres-sous-Rances: le cap des 600 habitants passé

Traditionnellement, le premier vendredi de janvier, la commune invite ses nouveaux habitants et nouveaux citoyens à une conviviale soirée de présentation.

Ce vendredi 8 janvier n’a pas dérogé à la règle! Dès 19 h. à la salle du conseil, l’ambiance était gaie et animée. Plus de la moitié des 50 nouveaux habitants avaient répondu présent, la majorité étant venue en famille. Une ribambelle de jeunes enfants participaient pleinement à l’ambiance, la nouvelle place de jeux a de l’avenir, semble-t-il!

De leur côté, les nouveaux citoyens ont été plus timides puisque aucun n’a eu l’envie de participer.

Pourquoi Valeyres?

A cette interrogation, la plupart des nouveaux venus expliquent avoir trouvé au village la maison ou l’appartement qui leur correspond tant localement que financièrement. Certains peuvent ainsi franchir le pas vers la propriété. Ils viennent d’Orbe, mais aussi de Daillens, de Lausanne ou de France voisine. Souvent, ils ne craignent pas les kilomètres pour se rendre à leur travail. L’attrait de la campagne a été un critère, particulièrement pour ceux qui possèdent chien ou cheval.

Participez, vous serez bien accueillis!

Après l’apéro et avant la non moins traditionnelle raclette, la syndique Corinne Tallichet Blanc a présenté la commune et son domaine en rappelant que Valeyres compte actuellement 604 habitants regroupant 19 nationalités alors qu’en 1980 seuls 290 habitants y résidaient!

La syndique vante les sociétés locales et leur dynamisme et encourage les nouveaux venus à participer tant aux manifestations qu’au Conseil général, ils y seront reçus avec le sourire. Le discours est avenant bien que quelque peu assourdi par la tonicité des bambins!

Puis chacun a du plaisir à bavarder avec ses voisins et à faire connaissance autour d’une raclette et d’un verre de blanc.

Ils sont arrivés au printemps : Sarah, Pierre-Alexandre, Morgane 5 mois. Il manque sur la photo, Juliette 10 ans et Noémie, 9 ans, qui préféraient musarder dans la salle.

Ballaigues: hausse significative de la population

Grosse affluence au Centre villageois lors de la réception organisée par la commune pour les nouveaux arrivés durant l’année 2014. Comme d’habitude, les membres de la Municipalité étaient présents, accompagnés des principaux employés communaux.

Le syndic Raphaël Darbellay a tenu à rappeler succinctement les chiffres de l’année. Alors que 83 résidents ont quitté la commune, ce sont 133 nouveaux habitants qui sont nés ou arrivés à Ballaigues en 2014. Le village comptait 1034 habitants au 31 décembre 2014. L’augmentation nette de la population durant l’année s’élève donc à une cinquantaine de personnes, un taux de progression qui augmente régulièrement depuis quelques années.

Raphaël Darbellay a relevé que cette petite cérémonie marquait le premier pas des nouveaux arrivés vers l’intégration dans un village «qui ne demande qu’à les recevoir». Rappelant également qu’en 2016 auront lieu les élections communales, il a invité chacune et chacun à se demander ce qu’il pouvait apporter pour améliorer le mieux-être, le mieux vivre ensemble, avant d’inviter chacun à partager un buffet campagnard.

Au premier plan, la famille Weidmann prépare les raclettes.

Valeyres-sous-Rances: le village s’agrandit

Vendredi dernier la commune de Valeyres-sous-Rances, fidèle à son habitude, a convié nouveaux venus et nouveaux citoyens à une soirée de présentation autour d’une raclette. Si l’agape a rencontré un succès modéré puisque seulement 1/5ème des personnes invitées ont répondu présentes, l’ambiance n’en était pas moins détendue et chaleureuse. L’apéritif a permis à chacun de faire connaissance ou de simplement se retrouver. Neuf nouveaux habitants et une ribambelle de jeunes enfants se sont mêlés aux représentants et collaborateurs du village. Parmi les 9 nouveaux citoyens, seuls Florian et Matthieu Stutz, tous deux gymnasiens, avaient fait le pas de participer. Bravo à eux!

Avenant discours

Corinne Tallichet Blanc, syndique, présente la commune incitant chacun à s’y intégrer. Avec ses 588 habitants et ses 14 nationalités différentes, Valeyres s’accroît et se diversifie. La population a doublé depuis 1980. La syndique vante les sociétés locales et rappelle que 2015 est une année faste puisque en juillet la jeunesse de Valeyres organisera au village le Giron du Nord qui sera suivi par l’Abbaye !L’été sera donc intense! En bruit de fond, les pépiements des enfants et le bruit des ballons de la salle de gymnastique agrémentent la partie formelle. Ensuite, la délicieuse raclette de la famille Weidmann, accompagnée de vins locaux puis les savoureux desserts d’Othmar Isler ont tôt fait de délier toutes les langues. Il y en a de bonnes choses dans ce village! S’en suit un brouhaha où l’on rit beaucoup sans toujours complètement se comprendre!

Pourquoi à Valeyres?

Pour certains, il s’agit d’un retour aux sources. Pour d’autres, c’est l’emplacement géographique qui a joué en faveur du village. Par exemple les Bernard, originaires de Nîmes, cherchaient un point équidistant entre Lausanne et Neuchâtel où Madame et Monsieur travaillent. D’un accent chantant, ils se déclarent ravis de leur nouvelle commune et y sont même devenus propriétaires. Vers 23 h., l’assemblée s’est joyeusement dispersée.

Une partie des nouveaux habitants présents

Vallorbe grandit régulièrement

Jeudi soir passé, sur la presqu’île du Musée du fer, les autorités vallorbières recevaient comme de coutume les nouveaux arrivés dans la Commune. «L’augmentation nette de la population en 2013 a été de 183 habitants, soit plus de 5%, ce qui constitue une très bonne croissance en comparaison cantonale» précisait le syndic Stéphane Costantini en marge de la manifestation.

Parmi les nouveaux arrivés, une soixantaine de personnes avaient répondu favorablement à l’invitation de la Municipalité. Cette dernière était présente «in corpore», accompagnée du président du Conseil communal Yann Jaillet. Les titulaires des dicastères municipaux ont rapidement brossé les domaines d’activité dont ils ont la charge, alors que le syndic a rappelé en quelques mots l’histoire de Vallorbe.

Le président du Conseil, quant à lui, a précisé la tâche du délibérant qu’il dirige cette année. Le syndic a aussi tenu à présenter les responsables des sociétés locales qui avaient fait le déplacement, des sociétés très actives qui sont au nombre de 50 environ. Terminant sa courte allocution sur un éloge de la concorde qui, par opposition à la discorde est une attitude qui permet de construire, le syndic a ensuite invité l’assistance à une partie familière autour d’un apéritif dînatoire qui n’aura laissé personne de marbre.

Une grande partie de la Municipalité accompagnant la 4000e habitante de Chavornay, Nina Vuillemin dans les bras de sa maman sous le regard de son papa.

Chavornay: plus de 4000 habitants

Avec sa jolie petite frimousse, affichant un sourire timide, la nouvelle habitante de Chavornay avait des airs perdus ce samedi 10 mai. En effet, du haut de ses 19 mois, elle ne s’est peut-être pas vraiment rendu compte qu’elle était fêtée par les autorités de sa nouvelle commune. Eh oui! depuis le 1er avril dernier, la petite Nina Vuillemin devenait une vedette chez les Corbeaux en étant la 4000e personne à venir s’installer dans le village.

Animée par la société de musique La Lyre & L’Espérance, la réception, organisée depuis quelques années par la commune, pour accueillir les nouveaux habitants et nouveaux bourgeois, est devenue un rendez-vous inéluctable pour la municipalité et les sociétés locales qui tour à tour se sont présentées à ces Corbeaux nouvellement établis. Il faut révéler qu’ils étaient 130 à venir gonfler les chiffres communaux et une dizaine de familles ont adopté une nouvelle origine en devenant bourgeois de Chavornay.

Après la présentation des dicastères et des nombreuses associations qui animent la vie du village, l’apéritif rituel, auquel chacun était convié, est venu conclure cette manifestation.