Articles

Photomontage (mis à disposition par les CFF) Une vue de la gare modernisée.

Chavornay: la gare fait peau neuve

Dès le 2e trimestre de 2019, il ne sera plus nécessaire d’être un sportif accompli pour monter dans un train à Chavornay, même les personnes à mobilité réduite et les poussettes pourront aisément accéder aux quais puis aux trains. Ce petit miracle, on le doit aux travaux de modernisation de la gare qui débutent ces jours.

Côté village, on trouvera des escaliers doublés d’une rampe d’accès. Puis les quais seront accessibles par une rampe. Quant au côté Place de la Gare, c’est l’installation d’un ascenseur qui facilitera l’accès. Pour accueillir les nouvelles rames, le quai central se verra prolongé, et bien naturellement il sera rehaussé. Quant à l’historique marquise en bois, elle sera conservée, mais restaurée et déplacée.

Le coût des travaux s’élève à 12,8 millions de francs, et selon les CFF les mesures mises en place limiteront autant que possible les inévitables inconvénients d’un tel chantier.
L’étape suivante

Il s’agit bien sûr du réaménagement de la ligne de l’OC pour permettre l’accès du RER en ville d’Orbe. Aujourd’hui, le projet de modernisation est toujours sous le coup d’une opposition de la Municipalité de Chavornay, à la demande du Conseil communal, ainsi que d’une opposition collective signée par 238 citoyens. Devisés à 23 millions de francs ces travaux sont aussi en attente du financement par les chambres fédérales. Plus importants encore que la rénovation de la gare ces travaux devraient durer au moins un an demi.

La place à rénover qui devra accueillir le RER

Orbe: les priorités 2016-2021

La Municipalité d’Orbe a présenté son programme de législature pour les cinq années à venir. Ce document a été confectionné après que l’Exécutif, les responsables de l’administration communale, mais aussi les partis aient fait valoir leurs points de vue avec une vision à dix ans. Il s’agissait de définir les grands axes pour cette période telle que nous tentons de les résumer ci-dessous.

Préférences, RER et déchets

Sur le plan des finances, il s’agira de veiller à l’équilibre budgétaire dans la situation délicate que traverse la commune. Les investissements dépendront des ressources disponibles comme il sera nécessaire de stabiliser la dette à long terme. Au domaine des infrastructures, l’accent sera mis sur l’arrivée du RER, sur le développement routier en favorisant la mobilité multimodale et dans l’accueil de nouvelles entreprises quand bien même les terrains manquent. A ce propos, la préférence sera donnée aux firmes de l’agro-alimentaire. Les partis ont insisté pour une meilleure gestion des déchets. A ce propos, on évoque aussi la construction d’une nouvelle déchetterie.

La participation citoyenne va être lancée avec une démarche auprès des habitants qui seront invités à s’exprimer et à donner leur opinion sur leur commune. La Municipalité entend aussi renforcer les liens avec les communes environnantes pour une harmonisation régionale. En matière d’urbanisme, il faudra développer la localité, rendre le commerce attractif de même que l’on souhaite offrir des espaces publics de qualité.

EMS et chauffage à distance

En ce qui concerne le tourisme, il s’agira de favoriser la mise en valeur du site des mosaïques dans la régionalisation qui devrait voir bientôt le jour au détriment des associations locales, pour une meilleure visibilité. On souhaite faire mieux connaître le travail de la sécurité publique et de la police PNV dont l’avenir devra être repensé. On n’oubliera pas l’entretien du patrimoine communal et d’introduire le chauffage à distance pour le futur EMS et les écoles du haut de la ville. En matière de construction, la commune tentera d’éviter l’inflation du coût des loyers.

Il serait bon aussi qu’Orbe soit plus présente sur la carte du sport et de la culture avec des événements régionaux, voire cantonaux. A l’interne, une meilleure coordination des services communaux deviendra indispensable afin que chacun soit concerné par tous les projets envisagés, en tenant compte des soucis énergétiques actuels. La commune entend améliorer sa communication puisqu’une commission spécifique a été créée et le rez-de-chaussée de l’Hôtel de Ville pourra accueillir des expositions qui permettront d’améliorer la cohésion sociale.

Ce programme, qui est disponible dès aujourd’hui sur le site internet de la commune, marque un changement de cap par rapport au passé. Une plus grande ouverture est visée ce dont on doit se réjouir pour autant que le trop-plein d’intervenants ne vienne pas freiner les projets!

Vue aérienne de la gare rénovée

Vallorbe: une gare du 21e siècle

Une soixantaine de personnes ont pris part à la cérémonie organisée par les CFF et la commune pour marquer la fin des travaux effectués durant ces deux dernières années pour environ 2 millions de francs, soit la nouvelle couverture du toit, une rampe pour permettre aux personnes à mobilité réduite d’accéder au quai TGV, ainsi qu’un nouveau système d’horodateurs acceptant les moyens modernes de paiement. Parmi les invités officiels, on notait la présence des syndics de Vallorbe, du Chenit, de l’Abbaye et du Lieu, de Laurent Amez-Droz de «CFF immobilier» et de Jean-François Burri de «CFF infrastructure».

Dans son allocution, le syndic de Vallorbe Stéphane Costantini a remercié tous les intervenants, rappelant au passage que ces travaux permettaient à la gare vieille de plus de 100 ans d’entrer dans le 21e siècle.

Redynamiser l’ensemble

Et d’ajouter que «la localité grandit, entre 50 et 100 nouveaux habitants arrivent chaque année. Il est donc légitime que l’offre en matière de transports publics soit à la hauteur des attentes. La gare principale de la localité restera bien sûr celle que nous inaugurons aujourd’hui et permettra, on l’espère, de redévelopper également le trafic des marchandises et de trouver de futures affectations aux locaux inoccupés dans ces bâtiments.

Cela fait partie de l’une des priorités de la législature des Autorités de la commune, qui y mettront l’énergie et les moyens nécessaires pour y parvenir. Je sais pouvoir continuer à compter sur le soutien des CFF, de Travys, de Car postal et des autres entreprises de transports». Un grand merci a aussi été adressé à Christina Gracio qui a repris l’exploitation du Buffet de la Gare et qui fait déjà le bonheur des Vallorbiers et de nombreux clients de passage.

© Photo Pierre Blanchard

La gare du centre-ville est à nouveau opérationnelle.(Photo Pierre Mercier)

Orbe: la gare centre névralgique de Travys

Depuis le 5 octobre, la gare du centre-ville est entrée en activité, alors qu’elle était fermée au public depuis 1998. Vous pouvez donc obtenir toutes les prestations qu’offre une gare (billets de chemin de fer nationaux et internationaux ou de bus, vos abonnements, et toutes sortes de renseignements). Vous pourrez aussi effectuer des opérations de change ou même exécuter des versements à l’étranger.

Le guichet sera ouvert durant une grande partie de la journée. Un distributeur de billets complète l’offre sur la face avant du bâtiment. On envisage même d’ouvrir un petit bar à café dans la gare afin de faire patienter les voyageurs. On précisera encore que la halte d’Orbe Industrie servira encore un peu pour les passagers du bas de la ville et pour gérer le trafic marchandises. Cette nouvelle orientation a été dictée essentiellement par le manque de place à Yverdon et par l’arrivée future du RER à Orbe.

Plaque tournante de Travys

A partir du 13 décembre prochain, tout le trafic de la compagnie sera géré à partir d’un bureau qui est en passe d’être installé dans l’un des hangars de la station urbigène. Que cela soit pour l’Orbe-Chavornay, l’Yverdon-Sainte Croix ou pour le Brassus–Vallorbe ou pour les différentes lignes de bus, des contrôleurs du trafic seront présents de 3 h. 45 à la nuit suivante, jusqu’à 2 heures du matin pour le week-end.

Une quinzaine de personnes se relaieront à ce poste qui régulera les flux des circulations et palliera les inconvénients qui pourraient surgir sur une ligne. De manière à être plus proche de la clientèle, les voyageurs seront informés par haut-parleur des fluctuations possibles.

Orbe se trouve être, pour quelque temps, la plaque tournante de Travys. C’est dire que l’on prépare activement l’arrivée du RER, notamment au niveau des stations d’Orbe Industrie pour les industries et peut-être un quartier d’habitation dans le sud de la ville, comme à Saint-Eloi à proximité de ce qui devrait être le futur CTR (centre de traitement et de réhabilitation) qui remplacera l’hôpital d’Orbe à l’avenir.

Prévisions lointaines

Un mot encore concernant le RER, le directeur de Travys, Daniel Reymond, a précisé que des premières rames CFF feront leur apparition à Orbe en décembre 2019, mais il sera encore nécessaire de changer de train à Chavornay, car la ligne dépendra des travaux opérés à la gare de Lausanne. C’est probablement à partir de 2024 que l’on pourra voyager directement de la capitale ou d’Yverdon jusqu’à Orbe.

A propos, il est intéressant de savoir qu’au niveau de la régularisation du trafic, on travaille déjà dans des perspectives à dix ans puisque M. Reymond a entendu qu’il y aurait un problème en 2025 pour un train arrivant à 19 h. 40 à Chavornay à cause du trafic marchandises dont on ne connait pas encore vraiment quelle en sera la cadence!

Stéphane Truan, nouveau conseiller communal

Vallorbe: centre médical en projet

Stéphane Truan, nouveau conseiller communal

Stéphane Truan, nouveau conseiller communal

Un rapport favorable de la commission chargée d’étudier le préavis 1/13 bis municipal demandant un crédit de Fr. 64 000.– pour l’éclairage public au chemin du Trésit a été accepté à l’unanimité par le conseil. Il s’agit de mettre en place sept candélabres sur une distance de 230 mètres depuis la bifurcation du N° 33 du Trésit jusqu’à l’Auberge des Jurats.

Le préavis 02/13 bis a aussi été accepté. Il s’agit d’accorder à la Municipalité un crédit de Fr. 50 000.– pour la mise en séparatif des eaux claires/usées d’une partie de la rue du Mont d’Or. C’est une opportunité pour la commune de profiter de la création d’une nouvelle maison familiale et des travaux inhérents à cette construction. De toute façon ces travaux devaient être faits prochainement selon la loi suisse pour la protection des eaux.

Bâtiments communaux

En 2011 le Conseil autorisait la Municipalité à élaborer un projet d’avenir concernant les bâtiments communaux sis à la rue de l’Ancienne-Poste n° 38, 44 et 46. Stéphane Costantini, syndic, dévoile le projet choisi parmi différentes variantes par la Coopérative d’habitation d’utilité publique COOPELIA, après qu’un partenariat public-privé fut défini. Les six parcelles offrent une superficie de 1376 m2. Il est prévu ce qui suit:
1) démolition de toutes les constructions existantes.
2) construction de 4 immeubles continus en respectant leur intégration au sein du quartier.
3) création aux sous-sols communs des quatre bâtiments de 31 places de stationnement et divers locaux techniques.
4) création à l’intérieur des immeubles n° 38 et 42 de 12 logements protégés de 2 pièces chacun + caves, un appartement de 3 pièces pour le concierge, greniers, 1 studio et une surface communautaire.
5) création dans les immeubles n° 44, 46, de cabinets de physiothérapeute, de cabinets dentaires, de surfaces réservées aux médecins, de locaux réservés au Centre médico-social (CMS) et un espace pour le Centre social régional (CSR).

Une séance de présentation du projet auprès des partenaires locaux de la santé est prévue à mi-mai 2013. Puis s’ensuivra une soirée d’information à la population. La plupart des négociations avec les différents partenaires sont conclues, quelques détails restant en suspens.

La surface pour le cabinet médical est prévue afin que plusieurs médecins privés puissent utiliser le même matériel technique et administratif afin d’optimiser l’offre et diminuer les charges. Le calendrier s’établit comme suit: finalisation du projet, mise à l’enquête et démolition des bâtiments actuels en 2013. Printemps 2014, fermeture de la route de l’Ancienne-Poste à la circulation pour assainir ce tronçon et commencer la construction du nouveau bâtiment. Fin 2014 et début 2015: fin des travaux.

La Gare CFF sur la voie de garage?

C’est le serpent qui se mord la queue, l’Arlésienne à Vallorbe. Cet énorme bâtiment est une véritable friche bâtie et sans entretien. Les locaux sont vidés, le désert intérieur. Après plusieurs interpellations, la commune répond systématiquement que le bâtiment ne lui appartient pas, que divers contacts et propositions ont été faites aux CFF, que ces propositions n’ont pas été retenues par le propriétaire quand celui-ci se donne la peine de répondre.

Mais ce bâtiment a été construit avec l’argent public. N’existe-t-il aucune autorité qui puisse intervenir pour nettoyer cette vitrine présentée à nos visiteurs? Par contre la sécurité a été améliorée, les surveillances se feront aussi le week-end et seront étendues.

Engagement d’un agent sécuritaire

Sylviane Tharin, municipale, annonce au Conseil que Madame Houda Bellatar a été engagée comme agente à la sécurité municipale. Elle a une expérience dans la sécurité privée et a commencé sa formation officielle d’AST.

Photo Jean-Louis Löffel

Voici votre nouvel interlocuteur pour un titre de transport (mais pas pour tous).

Chavornay : la gare CFF se met au libre-service

Voici votre nouvel interlocuteur pour un titre de transport (mais pas pour tous).

Voici votre nouvel interlocuteur pour un titre de transport (mais pas pour tous).

Depuis le 1er janvier dernier, la gare de Chavornay n’a plus de  service de vente aux voyageurs. Pour pouvoir se procurer un titre de transport, l’usager doit s’adresser au distributeur automatique.

Pour se rendre compte de l’effet de cette fermeture après un mois et demi, il fallait demander leurs impressions aux nombreux usagers qui fréquentent la gare de Chavornay. Cette rencontre a fait ressortir un réel mécontentement, notamment des voyageurs plutôt âgés qui, pour certains, trouvent très compliquée l’utilisation du distributeur d’autres clients des CFF,  ont simplement dû changer leurs habitudes ; ils trouvent qu’il faut vivre avec son temps et ne s’en trouvent pas plus gênés que ça.

Cependant aucun voyageur ne nous a dit qu’il trouvait cela parfait.

Du nouveau pour son ticket de train

Outre le distributeur, qui se repère tout de suite dans la gare par la queue qui se dresse devant son écran aux heures de points, il est possible, selon le communiqué des CFF,  de se procurer un ticket de transport auprès d’autres canaux de ventes. Cependant, les personnes qui n’ont pas accès à ces technologies s’en trouvent tourmentées.

De plus, les informations offertes jusque là par le personnel du guichet sont disponibles par téléphone, mais payantes cette fois.

Les questions posées au CFF

Les réponses du porte-parole des CFF, M. Jean-Philippe Schmidt, ont été relativement formelles, même si certaines sont restées quelque peu évasives.

A la question : «Que dites-vous aux mécontents de ce nouveau système ?» La réponse des CFF est : « Si le point de vente a été fermé, l’offre ferroviaire, elle, n’a pas été modifiée : la gare de Chavornay est desservie par les lignes S1 et S11 du RER Vaudois, soit deux trains par heure et par sens. En outre, le confort des trains est en cours d’amélioration depuis le mois de novembre dernier: d’ici fin 2010, toutes les rames de la S1 desservant Chavornay seront assurées par du nouveau matériel roulant de type FLIRT, plus confortable».

Le distributeur ?

Et si le distributeur ne fournit pas toutes les prestations que le guichet de vente procurait, notamment la vente d’abonnements demi-tarif, par exemple, «il est possible de se procurer un titre de transport CFF auprès des nombreux canaux de vente, par téléphone, par Internet, et même via son téléphone portable.

Si l’on compare à la situation d’il y a une vingtaine d’années, où il fallait dans de nombreux cas se déplacer à la gare pour acheter son billet,  il n’a jamais été plus facile d’acheter un titre de transport, même depuis la maison.

L’évolution des habitudes des clients le démontre, puisqu’aujourd’hui, plus des deux tiers des titres de transports sont achetés ailleurs qu’aux guichets. Pour l’abonnement demi-tarif, par exemple, il est possible de le commander et le renouveler par Internet sur le site des CFF ou par la poste.

Il est également possible, pour une personne habitant Chavornay, de le commander ou le renouveler à Yverdon ou à Lausanne» nous informent les CFF.

Sur les difficultés pour certains usagers d’utiliser les distributeurs automatiques, la réplique est : «Nous avons également pensé aux personnes plus âgées: lors de contacts avec la commune de Chavornay, nous avons, comme nous le faisons également ailleurs, organisé, avec la Commune, deux séances d’information pour les seniors.

Ceux-ci sont invités, par la commune à une séance d’information sur la mobilité pour les seniors, durant laquelle le fonctionnement des distributeurs de billets y est justement expliqué. Les séances d’information sont prévues pour Chavornay les 10 et 11 mars prochains», nous dit J.-Ph. Schmidt,  soit deux mois et demi après la mise en fonction du système.

Les informations ?

Les canaux d’informations sur les CFF et les horaires sont également très nombreux: le site Internet des CFF donne de très nombreux renseignements d’horaires et de prix, il est également possible d’obtenir toutes ces informations sur son téléphone portable, sur son agenda électronique, etc (voir www.cff.ch/mobile , non pas www.cff.ch/mobilworld comme évoqué par le communiqué de l’infos plus, et si ce n’est pas suffisant, auprès du 0900 300 300, Fr. 1.19 la minute).

Dans la région, le personnel CFF spécialisé de l’agence de Voyages d’Yverdon-les-Bains peut organiser des voyages complets, trains, hôtel ou avion, dans le monde entier.

En ce qui concerne les collaborateurs du guichet, «le personnel affecté aux tâches de vente était déjà des collaborateurs d’Yverdon qui effectuaient certains tours de service ailleurs ; ils ne viendront tout simplement plus à Chavornay».

Et sur les pannes ?

Sur la question des pannes possibles, «un automate à billets peut en effet tomber en panne, et dans ce cas, des équipes mobiles de réparation ont pour but de le remettre en état le plus vite possible», nous dit en substance le porte-parole des CFF.

Par contre, aucune explication n’est donnée si nous devons attendre la réparation pour prendre notre train.

L’image

Et que pensez-vous du facteur contacts humains dans cette démarche ? Ne serait-elle pas une  image ternie de plus du service des CFF ? La réponse est: «Pour terminer, la gare de Chavornay bénéficie d’une cure de jouvence: la marquise est en train d’être entièrement rénovée et ses dimensions adaptées.

L’abri de quai doit être rafraîchi, de même que les balustrades d’escaliers. Les CFF procéderont en outre à la pose d’un nouvel éclairage et de nouveaux haut-parleurs. La signalétique y sera également modernisée».

Puisqu’il faut subir les modifications dues au progrès, autant prendre cela avec philosophie, se dire qu’il faut vivre avec son temps et tant pis si le contact humain ne se fera qu’une fois installé sur la banquette du wagon.

Dans le communiqué du 7 décembre dernier, les CFF remercient la clientèle de Chavornay et environs pour sa compréhension, espérons que les usagers resteront indulgents.

Photo Pierre Pellaton