Articles

Couleurs et clarté

Vallorbe: du soleil pour inaugurer Tire-Lune

Samedi matin passé, une soixantaine d’officiels et d’invités ont participé à l’inauguration officielle de la nouvelle garderie de Vallorbe nommée Tire-Lune, en référence au sobriquet des Vallorbiers.

Les participants ont été accueillis par Madeline Dvorak, municipale en charge du social et des écoles qui s’est déclarée ravie d’accueillir autant de monde pour cette manifestation. Outre le directeur de l’ARAS Jura-Nord vaudois Claude Borgeaud, la présidente du CODIR de l’AJOVAL Patricia Hiertzeler, la Municipalité locale au grand complet et des délégations des municipalités des communes faisant partie de l’AJOVAL, le personnel de la garderie était présent en compagnie de sa directrice Monique Tzaud ainsi que quelques officiels du département.

Le syndic Stéphane Costantini a rappelé l’historique de la garderie, passant de la Marmaille privée à la Marmaille incluse dans l’AJOVAL, puis la décision politique du 27 août 2012 accordant les crédits nécessaires à la réalisation de Tire-Lune qui a pu ouvrir un an seulement après cette décision.

Un cocon coloré et doux

Fruit du travail des entreprises conduites par l’architecte local Romain Carnal, le bâtiment a été entièrement reconstruit sur la base des deux pavillons de 224 m2 chacun qui se situent derrière le collège et qui abritaient des classes. Deux pavillons qui ont été réunis par un corps central permettant d’insérer dans le dispositif l’ensemble des services nécessaires à une garderie de 44 places. 10 places sont en nursery, 14 pour les trotteurs et 20 pour les «moyens». Chaque semaine, ce sont 59 enfants qui profitent de ces installations, puisque tous n’y sont pas reçus à temps plein. Les différentes salles sont remarquablement isolées, très claires et gaies et pourvues d’un mobilier adapté. Les membres du personnel qui ont permis aux participants de visiter avec un commentaire avisé les différents locaux sont unanimes: travailler à Tire-Lune est un vrai plaisir. Y venir comme gosse doit l’être aussi, tant l’ambiance y semble douce et accueillante.

De g. à dr.: Eugenio Simeoni, Patricia Hiertzeler et Claude Recordon qui coupe le ruban sous l’oeil de Henri Germond.

Garderie Saint-Claude: inauguration et portes ouvertes

De g. à dr.: Eugenio Simeoni,  Patricia Hiertzeler et Claude Recordon qui coupe  le ruban sous l’oeil  de Henri Germond.

De g. à dr.: Eugenio Simeoni, Patricia Hiertzeler et Claude Recordon qui coupe le ruban sous l’oeil de Henri Germond.

Même si les travaux du parc Saint-Claude ne sont pas terminés, la Municipalité a choisi d’inaugurer cette garderie de 66 places qui complète agréablement celle de Plein Soleil (32 places). Ainsi, Orbe offrira à l’avenir une centaine de places d’accueil, en plus du système des mamans de jour. Cet édifice pourra accueillir 15 bébés, 21 trotteurs et 30 grands (entre 3 et 5 ans) et nécessitera la présence d’une vingtaine d’animatrices, sous la direction de M. Pfaender.

Le secteur «bébés» est déjà complet alors que les autres se rempliront avec le temps, car les parents qui ont placé précédemment leurs enfants dans d’autres structures de l’Ajoval, sont satisfaits de leurs conditions et n’entendent pas en changer. Un parking de 77 places complète la structure et rendra également service aux habitants de cette zone de la ville. Un projet qui a coûté sept millions de francs dont deux ont été offerts par Nestlé.

Une transformation réussie

En présence de la direction de Nestlé et des autorités communales, membres de l’Ajoval, le municipal Henri Germond a expliqué la genèse de cette création, initiée par le syndic Claude Recordon avec la complicité du directeur du site Nestlé de l’époque, Daniel Sautrey. Il a relevé l’excellent travail de l’atelier Loco qui a conçu cette garderie dans les murs d’une ancienne ferme dont il était impossible de modifier les surfaces pour des questions légales.

Tour à tour, la présidente de l’Ajoval, Mme Patricia Hiertzeler (Montcherand), Claude Borgeaud (directeur du CSR et gérant du site) et Eugenio Simeoni (directeur de Nestlé Suisse) ont relevé la bienfacture de l’entreprise, qui comblera un déficit en matière de garde de la petite enfance. La partie officielle s’est terminée par la coupe du ruban, la visite du lieu et un apéritif dînatoire.

Un argument de plus

Samedi passé, la population de la région était à son tour invitée à découvrir cette garderie qui a fait l’admiration de tous tant elle est fonctionnelle et que les espaces ont été utilisés à bon escient. Près de cinq cents personnes se sont rendues sur place pour admirer la belle transformation de la ferme Saint-Claude en garderie. Un véritable argument supplémentaire pour attirer les familles qui entendent s’établir dans le bassin d’Orbe ou pour les jeunes qui envisagent de fonder une famille.

Photo Marianne Kurth

Tout est bien rangé… Pour le moment !

La Capucine: une chance pour Vallorbe!

Tout est bien rangé… Pour le moment !

Tout est bien rangé… Pour le moment !


Vallorbe, village tranquille près de la montagne, garde entre ses murs une belle petite société d’enfants, toujours plus nombreuse. Et qui dit enfants, dit forcément garde d’enfants. Déjà fort d’une garderie, «La Marmaille» et d’un jardin d’enfants «Boule de Gomme», le village a vu s’ouvrir une nouvelle enseigne; «La Capucine».

Un rêve qui devient réalité

Véronique Demierre, éducatrice depuis de nombreuses années, a enfin pu réaliser son rêve d’enfant d’ouvrir son propre jardin d’enfants. En effet, c’est dans le sous-sol de sa magnifique maison bleue et dans un cadre sublime qu’elle a installé «La Capucine». Réservée aux enfants de 18 mois jusqu’à 2 ans et demi, cette garde permettra aux mamans d’avoir quelques heures à elles dans leurs journées sûrement très mouvementées.

Mais qu’en est-il de la concurrence?

«Il n’y en a aucune», nous répond-elle. «Je travaille en partenariat avec «Boule de Gomme» qui accueille les enfants de 2 ans et demi jusqu’à l’école. Il y avait donc une bonne demande des mamans pour les enfants plus jeunes».

De plus, un jardin d’enfants ne fonctionnant absolument pas comme une garderie, qui, elle, accueille les enfants des journées entières et non quelques heures, la garderie «La Marmaille» n’est pas «menacée».

Parlons finances

Peu le savent, mais pour ouvrir une garde d’enfants, certains financements par la commune sont possibles, mais dans cette optique, il est nécessaire d’appartenir à un réseau, tel que l’AJOVAL, en ce qui concerne notre région.

Mais Valérie, elle, n’en fait pas partie et, comme elle nous l’a exposé, «Je n’ai pas ouvert «La Capucine» comme activité lucrative principale et heureusement, car sans financement communal, c’est presque impossible».

Nous lui souhaitons donc un bel avenir et, pour la petite histoire, le nom du jardin d’enfants vient de sa fille, Capucine, pleine de joie à l’idée de se faire de nouveaux copains !

Photo Katy Josi

Cuisine en miniature chez les plus grands.

Orbe: garderie Saint-Claude, nouveau centre de vie enfantine

Cuisine en miniature chez les plus grands.

Cuisine en miniature chez les plus grands.


Le centre de vie enfantine de Saint-Claude permet d’accueillir 66 enfants par jour dont 15 en nursery (enfants jusqu’à 24 mois), 21 chez les trotteurs (18 à 36 mois) et 30 chez les plus grands (à partir de 30 mois jusqu’à la rentrée à l’école). Afin d’assurer son fonctionnement, le centre compte 13 éducatrices, deux stagiaires ainsi que deux intendantes.

Taux de fréquentation

Jusqu’à ce jour, le nombre d’enfants s’élève à 43 bambins qui sont pris en charge pour des contrats de deux jours par semaine en moyenne. Comment se fait-il alors que le taux d’occupation maximum ne soit pas atteint alors que le canton traverse une pénurie en ce qui concerne les structures d’accueil des tout-petits? Selon Joël Pfänder, directeur du centre, «il n’y a pas lieu de s’inquiéter puisqu’une dizaine d’enfants est intégrée chaque semaine dans notre institution.

Par ailleurs, nous prévoyons un taux d’occupation de 98% pour le secteur nursery d’ici à décembre 2011, ce qui est un très bon signe. Il reste cependant de la place pour les enfants âgés de plus de 18 mois.»

Si l’on en croit les statistiques de l’Office fédéral des assurances sociales (OFAS) qui subventionne ce type d’institution, le taux de fréquentation d’une crèche est de 50.9% la première année et de 76.8% la seconde. «Nous sommes très satisfaits puisque notre centre d’accueil aura dépassé cette prévision à la fin du premier trimestre déjà » nous confie le directeur de Saint-Claude.

Domicile des enfants

À savoir si tous les enfants viennent d’Orbe et des environs, M. Pfänder répond: «Non, il faut distinguer deux groupes différents. Le premier groupe se compose effectivement d’enfants domiciliés dans la région. Quant au second, il concerne des enfants dont les parents sont engagés chez Nestlé. Ceux-ci n’habitent donc pas nécessairement les environs». L’entreprise agro-alimentaire a en effet contribué à la création de ce lieu de vie enfantine par un financement de deux millions de francs et réservé 30 places pour accueillir les tout-petits de son personnel administratif.

Structure

Le centre de vie enfantine est situé à hauteur de la rue de la Tournelle dans une construction qui – il faut le rappeler – répond aux nouvelles recommandations en matière énergétique et qui intègre les murs de l’ancienne ferme. Les locaux techniques ainsi que la cuisine et la buanderie se situent au rez inférieur. Au rez supérieur, l’entrée principale conduit aux secteurs nursery et trotteur ainsi qu’au bureau de la direction, endroit qui tend à privilégier les entretiens avec les parents.

Le premier étage est un espace réservé aux plus grands et qui dispose d’un réfectoire. En ce qui concerne les espaces extérieurs, chaque secteur bénéficiera d’un jardin. Les plus grands devront cependant patienter jusqu’à septembre 2012 pour pouvoir s’y amuser.

Photo Valérie Beauverd

Une jolie salle de jeux.

La Garderie St-Claude ouverte à temps

Une jolie salle de jeux.

Une jolie salle de jeux.

En date du lundi 22 août prochain, la nouvelle garderie urbigène pourra accueillir les 66 enfants pour laquelle elle est équipée. Les entreprises ont travaillé d’arrache-pied ces dernières semaines afin de respecter le délai qui était fixé à la reprise de l’année scolaire.

Rien n’a été simple dans la mesure où il a fallu construire sur la base d’un vieux rural aux fondations rudimentaires. Il était indispensable de fortifier et d’envelopper les murs qui ont causé quelques problèmes statiques. Il a été nécessaire également de creuser bas pour installer la chaufferie qui se trouve à la hauteur de la route tout comme la cuisine.

Grâce à une bonne planification de l’atelier Loco, la première construction minergique de la commune d’Orbe est désormais fonctionnelle. A titre indicatif, une ossature de bois recouvre les murs, des plaquettes de bois fournies par le triage du Suchet chaufferont l’immeuble et l’eau de pluie sera récupérée pour être utilisée dans les toilettes. Actuellement, la garderie accueille des premiers bébés afin de tester les installations qui ont été agrémentées par le SPJ (Service de la Protection de la Jeunesse).

Quant au parking de 76 places, il sera à disposition du public à la fin du mois d’août.

Ce bâtiment magnifique permettra un accueil optimal de notre jeunesse. La population aura l’occasion de le visiter lors d’une journée portes ouvertes qui devrait prendre place à la fin du mois de septembre, le temps de terminer le parc extérieur qui permettra aux enfants de s’ébattre au grand air.

Photo Pierre Mercier