Articles

Image fournie

Orbe: ancien garage du Signal, huit ans d’attente

La Municipalité d’Orbe a levé les oppositions et accordé le permis de construire pour les deux immeubles qui prendront place à l’endroit où se trouvait l’ancien garage du Signal, qui avait brûlé en 2009, en face du collège de Montchoisi. Il est trop tôt de savoir quand le premier coup de pioche sera donné, car la décision de l’Exécutif permet un droit de recours sur un délai de 30 jours.

Dans le bâtiment principal, un parking couvert de 48 places prendra place au sous-sol. Le rez-de-chaussée sera occupé par une station essence avec un shop et un magasin. Au niveau de l’habitation, 27 logements sont prévus dont plusieurs de petite taille pour répondre à une demande croissante. 5 studios et des appartements de 2,5 pièces (13), de 3,5 pièces (7) ainsi que 2 logements de 4,5 pièces seront aménagés dans les trois étages du haut. L’accès à cet endroit se fera depuis la route de Valeyres, en passant devant la deuxième construction, pour éviter des embouteillages pour les usagers de la station-essence. Dans ce deuxième immeuble, qui sera construit sur le local d’exposition-vente toujours en place, des bureaux occuperont le premier étage alors que quatre appartements (2 x 2,5 et 2 x 3,5 pièces) se trouveront sur les deux étages supérieurs. Au rez-de-chaussée, un parking ouvert et couvert sera mis à la disposition des locataires.

Aménagement de la circulation

Le promoteur de Sous-le-Signal, Claude Schulz, attend depuis 2010 les autorisations nécessaires pour entamer ces constructions. Il faut préciser que de nombreux sondages ont retardé le projet afin de s’assurer que le terrain n’avait pas été souillé par des écoulements liés à l’activité du garage. En outre, ces constructions nécessiteront un nouvel aménagement du carrefour actuel puisque les habitants de la route du Signal et du chemin du Brêt accéderont à leur domicile à côté du signal «stop» qui permet l’accès à la route cantonale.

Ces dispositions de circulation ont été prises pour mieux protéger les élèves qui vont ou sortent de l’école sur un passage à piétons réaménagé lui aussi. Ces nouveaux immeubles amélioreront singulièrement un quartier sur le plan esthétique. Depuis plusieurs années, un «parking sauvage» accueillait des voitures usagées qui prenaient sporadiquement le chemin de l’étranger pour être revendues dans des pays friands de ce type de véhicules.

Les nouveaux véhicules devant le garage.

VO Energies achète à Ballaigues

Les nouveaux véhicules devant le garage.

Les nouveaux véhicules devant le garage.

Mercredi passé en fin d’après-midi, une série de petites fourgonnettes blanches flambant neuves attendaient leurs nouveaux chauffeurs devant le Garage de Ballaigues.

Et c’est lors d’une petite cérémonie organisée par le garagiste René Bourgeois et son épouse, pour marquer cette opération inhabituelle, qu’on a pu apprendre que VO Energies était en fait le nouveau propriétaire de cette flotte d’utilitaires.

«On devait remplacer une série de véhicules anciens, de couleur rouge et dont les clients doivent se souvenir. Ils étaient arrivés en bout de course et nous avons mis plusieurs garagistes de la région en concurrence pour nous faire une offre compétitive» expliquait Claude Madörin, le directeur de VO Energies venu lui aussi pour réceptionner les nouvelles camionnettes.

«C’est finalement le garage de Ballaigues qui nous a fait les conditions les plus intéressantes, si bien que notre choix s’est porté sur ces véhicules», ajoutait Claude Madörin. Des utilitaires Peugeot blancs avec des logos VO Energies, à moteur 1.6 litre et qui fonctionnent  à l’essence sans plomb.

Si l’on en croit les collaborateurs du garage qui ont participé à la remise des clés et à la petite introduction destinée aux chauffeurs, il s’agit d’un bon compromis entre les utilitaires plus imposants mais plus gourmands et les tout petits utilitaires un peu légers pour une utilisation intensive.

Chacune des sept camionnettes aura son chauffeur attitré, même si des «prêts» internes de véhicule sont fréquents dans l’entreprise. Il semble que l’attribution personnelle soit meilleure pour leur bonne conservation. «Et ce n’est qu’un début, d’autres achats sont prévus» expliquait encore le directeur de VO Energies avec  un intérêt soutenu et évident de la part de René Bourgeois.

Photo Olivier Gfeller

Il se pourrait qu’un immeuble locatif se construise sur l’ancien emplacement du Garage du Signal.

Garage du Signal : construit ailleurs

Il se pourrait qu’un immeuble locatif se construise sur l’ancien emplacement du Garage du Signal.

Il se pourrait qu’un immeuble locatif se construise sur l’ancien emplacement du Garage du Signal.

Il est quasiment acquis que le garage du Signal ne sera pas reconstruit au nord de la ville. En effet, les partenaires ne sont pas parvenus à trouver un accord financier après l’incendie qui a ravagé complètement la carrosserie et le garage, en date du 5 novembre dernier. Si bien que les deux commerçants ont cherché un emplacement pour construire de nouveaux locaux. Ils ont finalement jeté leur dévolu sur les terrains du Comptoir du Bois, au bas de la ville, vis-à-vis du rond point Nestlé.

Ils y construiront un ensemble qui comprendra un atelier mécanique, une carrosserie, une station de lavage, une halle d’exposition, un shop et une station d’essence ainsi qu’un appartement. Le dossier vient d’être déposé à l’enquête publique et si l’objet ne suscite aucune opposition, les futurs propriétaires pourront disposer de leur outil de travail en février 2011.

Chiffre d’affaires peu affecté

Pour le moment, le garagiste Claude Bugnard a dû se replier sur des locaux à la rue de l’industrie à Chavornay. Un déplacement qui n’a en rien affecté l’activité de l’atelier mécanique mais un peu la vente de véhicules qu’il expose toujours à la route du Signal où son bail se terminera à la fin de cette année.

Le nouveau site s’étendra sur 1 300 mètres carrés et répondra totalement aux exigences des importateurs qui sont assez draconiennes en matière d’aménagement. De son côté, le carrossier Salvatore Abbatantuono poursuit son activité à l’étage supérieur de la halle d’exposition de la route du signal 2 après avoir dû installer provisoirement un four à l’extérieur de son atelier.

Cependant, il évolue dans la moitié du périmètre précédent (200 m2 au lieu de 400) ce qui a fait baisser son chiffre d’affaires. Il relève tout de même que sa clientèle lui est restée fidèle malgré des conditions de travail particulières puisque les locaux n’étaient pas chauffés, par exemple.

Le carrossier a décidé de suivre son collègue Bugnard dans son exode et dans la mesure où les deux entreprises ont toujours bien collaboré, ce qui est essentiel pour la marche des affaires.

Enfin, même si son bail se terminera aussi à la fin de l’année, S. Abbatantuono a obtenu du propriétaire de pouvoir prolonger de quelques mois son bail, jusqu’au déménagement de l’entreprise au chemin de l’Etraz.

Photo Pierre Mercier

L’équipe d’Auto service au complet.

20 ans de l’agence Toyota des Ducats à Orbe

L’équipe d’Auto service au complet.

L’équipe d’Auto service au complet.

Cette année, le garage auto-service d’Olivier Gaillard fête ses 20 ans d’agence Toyota. Revenons sur ces belles années en souhaitant un joyeux anniversaire à toute l’équipe.

Tout à commencé en 1989 lorsqu’Olivier Gaillard ouvre un garage aux Ducats avec un associé qui resta trois ans. Le 1er avril de la même année, le garage devient une agence Toyota.

En 1990, le garage s’agrandit pour se doter d’une vitrine d’exposition et en 1995 une seconde partie de l’atelier est construite. Au début du nouveau millénaire, le garage se dote de bancs de suspension et de freinage ainsi que d’un ripomètre intégré dans le sol afin d’effectuer les diagnostiques pour l’expertise des véhicule.

Une équipe dynamique et complémentaire

Olivier Gaillard a toujours vécu à Orbe où il a suivi ses écoles. Il fait ensuite un apprentissage chez René Bourquin et travaille ensuite au Garage Honegger à Echandens après un petit passage à la Migros, au service d’entretien.

Hormis la gestion de son agence, Olivier s’occupe principalement des gros véhicules et du dépannage. Alain Morel, son chef d’atelier qui compte 30 ans d’expérience dans le métier, assume le secteur automobile.

L’équipe se complète des mécaniciens Ludovic Dole et Jupa Shpendim. La vente est assurée par Galien Wolfer et la comptabilité par Martine Curty.

Il n’y a rien qu’ils ne font pas

Quel que soit le problème que vous rencontrez avec votre véhicule, que ce soit un utilitaire, un 4x4 ou un véhicule pour l’agriculture, une solution sera trouvée. Chose devenant de plus en plus rare, l’équipe se fait un honneur de réparer les pièces dans son atelier, ceci afin de limiter les coûts au maximum.

Olivier collabore étroitement avec la carrosserie voisine dirigée par Laurent Baratelli. C’est un souci majeur de l’équipe que de proposer une offre adaptée aux besoins de sa clientèle, correspondant au meilleur rapport qualité-prix. Bien qu’étant une agence Toyota, le garage ne se limite pas à cette marque mais répare et révise aussi toutes les autres.

Qualité du service

La marque soigne sa réputation. Le fait d’être une agence Toyota soumet le garage à des conditions draconiennes, avec des contrôles fréquents. Pour cette raison le garage auto-service a dû passer le label Eco Professional ISO 14024 qui impose des normes écologiques en matière de recyclage, tri des matériaux, ainsi qu’en ce qui concerne la sécurité.

La passion du métier

«C’est un beau métier, bien qu’il ne soit pas facile» commente Olivier Gaillard, «mais si on a le goût pour la technique et pour un métier de service, cela devient un réel plaisir de travailler dans une telle équipe».

Cela doit d’ailleurs être ressenti par la clientèle qui, depuis des années, fait confiance à Auto-Service. Qu’elle soit locale ou régionale, la clientèle apprécie le suivi qu’il y a dans le service.

Photo Frédéric Richard