Articles

Sortie du concert à l’Abbatiale vue depuis la Grange de la Dîme.

Romainmôtier: 50 ans de la Fondation de Romainmôtier (visite et avenir)

50 années d’existence au service du patrimoine et de l’accueil. Comment mieux faire visualiser les efforts accomplis qu’en ouvrant au public les portes de tous les bâtiments rénovés? C’est ce qu’a fait la Fondation de Romainmôtier cet après-midi du 27 mai.

La Grange de la Dîme, à l’entrée du site de l’Abbatiale, où il est toujours agréable de passer voir les tableaux de Julian Willis. Jusqu’au 24 juin, le rez-de-chaussée reçoit l’exposition «Reflets du silence» de Bernard Verdon. Son processus créatif est lié à ce site de retraite spirituelle.
La Galerie de la Cour, vide pour le moment, présentée par Evalutte Guenot qui reprend, avec son mari Sébastien, ce bel espace sur 3 étages. Le couple d’artistes va y faire une galerie, un laboratoire thématique et des ateliers.

La Maison des Moines et la Maison du Prieur étaient également à visiter.

«Ce Moys de May
soyons lies...»

Titre du concert de l’ensemble Les Alizés, une cantatrice assise comme les 3 musiciens qui l’entourent. Le récital fait partie du festival de Besançon-Montfaucon. Il a fallu rajouter des chaises dans l’Abbatiale pour les amateurs de chansons du 15e siècle.

Dans son mot d’accueil, le président de la Fondation, Olivier Grandjean, a parlé des défis de l’avenir pour maintenir autour de l’Abbatiale un cadre de bon goût. Il a rappelé le besoin de soutien populaire et politique pour poursuivre cette œuvre.

Willy Helfer, mémoire vivante du fort.

Le fort de Pré-Giroud en perte

Willy Helfer, mémoire vivante du fort.

Willy Helfer, mémoire vivante du fort.

Dans son rapport annuel pour l’exercice 2011, le président de la Fondation du Fort de Vallorbe de Pré-Giroud relève une nouvelle fois la difficulté pour le comité d’équilibrer les comptes.

Une infrastructure de cette importance crée des frais d’entretien souvent imprévus. Les installations techniques anciennes sont certes solides, mais s’il y a un problème, les pièces de rechange sont souvent introuvables, Il faut en retrouver les plans et les refabriquer de A à Z. C’est ainsi qu’une panne à priori mineure de l’ascenseur a coûté Fr. 4’500.– de réparations.

Une alarme permanente à été contractée avec une agence de sécurité, suite à un cambriolage commis avec effraction ayant causé des dégâts importants (portes forcées, vitrines d’exposition brisées etc.). Les charges habituelles ont aussi augmenté. Une perte de Fr. 20’495.– pour l’an 2011 a été enregistrée. La fondation ne recevant aucune subvention, des mesures sont à l’étude pour redresser les finances.

La plus probable est la concentration des horaires d’ouverture au public. Et il faudrait attirer aussi 1000 visiteurs supplémentaires annuellement. Une intense campagne publicitaire a été mise en place par l’Office du Tourisme pour tous les sites vallorbiers. Des échanges de panneaux publicitaires ont été faits avec Swiss Vapeur Parc ainsi qu’avec la station de Villars.  Le traditionnel brunch avec visites guidées aura lieu le 10 juillet cette année. Des spécialités typiquement «combières» seront au menu de cette édition. Cette manifestation attire toujours de nombreux amateurs d’art culinaire régional et d’histoire.

Willy Helfer,historien de terrain

L’assemblée a salué la présence de Willy Helfer, vallorbier, qui a participé à la construction du fort. Puis il a ensuite été responsable des installations techniques de tous les ouvrages militaires construits le long de la frontière vaudoise avec la France. Agé maintenant de 93 ans, toujours bon pied bon oeil, ses conseils, son expérience et ses souvenirs sont précieux pour les «bleus». Une exposition de photos d’époque agrandies au format A4 de la compagnie garde-frontière 214 est ouverte au public à la salle baptisée «splendid».

Photo Jean-Louis Löffel

Le pavillon d’accueil des mosaïques.

Pro Urba, mémoire d’Orbe

Le pavillon d’accueil des mosaïques.

Le pavillon d’accueil des mosaïques.


Gardienne, par le musée et les mosaïques, du passé des habitants d’Orbe, la Fondation Pro Urba travaille au mieux de ses moyens.

Mise en valeur

Avec des comptes sains mais sans plus, cette fondation tente de mettre en valeur actuellement le site des mosaïques qui renferme des merveilles cachées sous la terre. Ce serait un vrai bonheur de pouvoir montrer les bases de cette villa datant du 1er au 3e siècle après J.-C.

Une plaquette est en cours d’étude afin de sensibiliser les députés et le public à un futur site plus attractif. L’année passée a été marquée par la pose du pavillon d’accueil, dans lequel des meubles de présentation, que Mme et M. Tardy ont mis à disposition, vont mettre en valeur les pièces trouvées lors des fouilles.

Les moyens

La Fondation vit de dons, dont celui de la Loterie Romande et de legs. La commune soutient également cette Fondation dans sa démarche. L’aide de l’Association des Amis de Pro Urba, par les cotisations et les manifestations qu’elle organise, est très appréciée, en effet cette année encore, un don de Fr. 5000.– en faveur de Pro Urba, a été accepté lors de la dernière assemblée. Les démonstrations de torréfaction de café, présentées par Walti Balimann, Vreni Segessenmann et Aimée Schmuki ont beaucoup de succès et rapportent également quelque argent.

Programme 2012

Les deux comités, Fondation et Association ont mis sur pied quelques manifestations auxquelles on ne peut qu’encourager un nombreux public à participer afin de les soutenir.

Ils seront présents à la Foire aux Senteurs et Saveurs, lors du 1er août et au Marché de Noël, ils organisent une brocante du 1er au 3 juillet sur l’esplanade du château. Une conférence, donnée par Luce Badini sur la prise d’Orbe de 1802 et une soirée médiévale, avec contes et animations, auront lieu en fin d’année.

Photo Marianne Kurth

Pro Urba : nouveau président

Raphaël Berthoud succède à Annette Combe à la présidence.

Raphaël Berthoud succède à Annette Combe à la présidence.

Orbe – Fondation Pro Urba : Nouveau président

Une assemblée a réuni les membres de la Fondation au musée lundi 16 novembre. La présidente, Annette Combe, a présenté les activités qui se sont déroulées cette année au musée et aux mosaïques et Sylvie Mayor, celles de l’Association des Amis de Pro Urba.

La Fondation

Deux gros travaux ont été réalisés : le premier, avec l’aide financière du canton et de la commune, il s’agit de la mise en place d’un pavillon d’accueil aux mosaïques.

Cet espace, bien que pas encore terminé, a déjà été mis en service pour l’accueil d’une partie des quelque 2900 visiteurs de cette année. Ce pavillon d’accueil sera inauguré le 17 avril 2010 avec une fête à ne pas rater.

La présidente remercie les partenaires ainsi que l’ADNV qui va offrir à la Fondation des affiches et des flayers avec l’image de la mosaïque du dieu du soleil avec son quadrige.

Le deuxième ouvrage important a été le changement du fond du caveau au sous-sol du musée. Un sol en pierre, pratique et aisé à nettoyer, a été posé ces derniers temps.

Les amis de Pro Urba

Ils ont organisé, avec la bibliothèque, Orbalade, participé au Marché des Saveurs et Senteurs, préparé la Foire de Noël et ont mis sur pied un match aux cartes et une conférence.

Pour l’année prochaine, le programme n’est pas encore définitif, mais sera aussi riche si ce n’est plus.

La présidence

Après l’acceptation du budget 2010, présenté par Luc Pasquier et accepté par l’assemblée, Annette Combe a donné sa démission de son poste de présidente et du comité, restant toutefois au Conseil de Fondation.

Après 13 ans de présidence, elle se retire, pleinement satisfaite de cette belle, mais lourde expérience ; elle remercie les comités, la commune et le canton pour leur aide.

Elle présente la candidature de Raphaël Berthoud. qui est acceptée avec les applaudissements de l’assemblée. Celui-ci est déjà responsable des gardiens aux mosaïques. Il remercie le reste du comité qui est réélu et souhaite poursuivre la présidence dans la même continuité.

Du pain sur la planche

Du travail il y aura en 2010. Après l’inauguration du pavillon, le comité va mettre tout en œuvre pour trouver des solutions afin de mieux définir les buts de la Fondation qui doit garder et faire connaître au mieux les «trésors» qui lui ont été confiés.

Un grand espoir est présent en chaque membre du Conseil de Fondation, celui de voir revenir dans la commune tous les chefs-d’œuvre qui ont été découverts sur le site de la villa romaine et qui dorment dans des caves hors de vue.

La présidente sortante a été remerciée pour son excellent travail par une belle gravure des mosaïques et toute l’assemblée s’est retrouvée au caveau pour y admirer le nouveau sol et échanger quelques propos autour d’une verrée.

Photo Marianne Kurth