Articles

Le Municipal Paolo Troilo a défendu les pare-bruit de la route de Corcelles.

Chavornay: dépenses à prévoir

Face à un ordre du jour imposant avec cinq préavis, les 57 conseillers se sont penchés en particulier sur deux rapports. Le premier concernait l’assainissement contre le bruit routier sur la route de Corcelles qui permet d’accéder à l’autoroute depuis le centre du village. La Municipalité demandait l’octroi d’une somme de Fr. 230 000.– pour une estimation des coûts pour l’ensemble des prestations à effectuer qui s’élèveraient à près de 4 millions. Plusieurs membres du conseil se sont demandé si l’on ne pouvait pas partiellement se référer à un premier projet qui date de quelques années. Comme les données étaient peu précises à l’époque, le syndic a justifié cette étude qui sera confiée à un bureau d’ingénieurs qui ne pourra pas participer au marché public.

Scission du village en question

On s’est ensuite demandé s’il n’y avait pas une autre solution. Christian Künze a précisé qu’il y en avait d’autres, bien plus onéreuses comme la route de contournement devisée à 60 millions ou un tunnel depuis l’entrée du village jusqu’à proximité de l’autoroute d’un coût probablement semblable. Il a ensuite été question des remparts contre le bruit. Olivier Thibaud a dit sa crainte de voir le village encore plus scindé qu’il ne l’est avec ces pare-bruit. Enfin, un conseiller avait cru comprendre que l’implantation de feux le long de cette artère suffirait à atténuer le bruit. Après ces palabres, le conseil a accepté d’accorder la somme nécessaire pour cette étude.

UAPE et classes d’école

Le second sujet concernait la construction d’une unité d’accueil pour écoliers (UAPE) pour une centaine d’élèves et un réfectoire pour deux cents enfants en deux services. Si les rapporteurs ont souhaité une construction en un seul bloc (14 classes en 2 phases) pour l’UAPE (100 places) et pour les classes qui devraient prendre place aux étages supérieurs du bâtiment, cette proposition a été rejetée par le conseil. Si cette construction comme l’assainissement du bruit sur la RC 293 sont devenus indispensables, la commission des finances pense qu’une première étape, avec dix classes, pour un montant de 8 millions sera admissible dans le cadre des finances communales qui s’approcheraient du plafond d’endettement si l’on ajoute les 6 millions investis pour la STEP. Une fois encore, le conseil a suivi son Exécutif pour cette étude qui s’élèvera à Fr. 390 000.–.

Nouvelle cloche

Les préavis concernant les règlements du conseil communal et de l’association scolaire (ESPCE) comme pour l’alimentation d’eau pour le chemin de Miville à Corcelles ont passé aisément la rampe. Olivier Briand a fait adopter une motion pour protéger de la circulation les habitants de la Cité et du nouveau locatif d’appartements protégés. Il a été dit aussi qu’une enquête pour l’arrivée d’un magasin de la Coop du côté de la gare était en cours. Monika Commissione-Schwab s‘est étonnée que Chavornay ne transmette pas sa liste de nonagénaires à l’Omnibus, ce qui désole certaines personnes concernées. Enfin, on notera que le président du Conseil Communal, Yvan Thiéry bénéficiera désormais pour ramener l’ordre durant les séances de la cloche qui permettait au crieur public d’antan de prévenir la population sur les faits de la commune!

Luis Marta et Raffael Massafra (de face sur la gauche) dans le shop.

Orbe: une belle opportunité

Luis Marta et Raffael Massafra (de face sur la gauche) dans le shop.

Luis Marta et Raffael Massafra (de face sur la gauche) dans le shop.

Depuis jeudi dernier, une station essence avec shop a vu le jour dans le bas de la ville, plus précisément à la hauteur du rond-point Nestlé, à l’angle de la rue des Granges Saint-Martin et de la route de Chavornay. A l’heure du projet du Garage et de la Carrosserie du Signal, qui cherchaient du terrain après l’incendie qui les avaient obligé à trouver des solutions provisoires, la Coop a saisi l’opportunité pour s’implanter au bas de la ville qui manque cruellement de commerces.

L’Urbigène Raffael Massafra, directeur régional de Coop Mineraloel, a bien voulu nous dire quels ont été les critères qui ont fait que sa société a accepté ce défi. Coop a fait une étude de circulation, elle a évalué l’agglomération d’Orbe et n’a pas été insensible au projet Pôle Sud des autorités.

Tous ces arguments ont convaincu le groupe de s‘implanter près des zones industrielles de la localité. En plus du fait que le groupe ne compte des stations qu’à Yverdon ou à Crissier dans la région. En revanche, elle n’entrera pas dans le dumping au niveau du prix de l’essence que l’on veut de qualité. Quant au shop Pronto, il permettra à la clientèle de pouvoir bénéficier de produits frais de 6 h du matin à 22 heures, tous les jours de l’année. Enfin, une dizaine d’emplois nouveaux ont été créés pour activer ces commerces».

Un tunnel de lavage

Luis Marta en sera le gérant franchisé, responsable autant de la station que du shop. Cet autre Urbigène a accepté ce défi après avoir vendu des voitures pendant 24 ans. A 46 ans, il se réjouit d’exploiter cette station-shop. Ce d’autant qu’un nouveau tunnel de lavage des voitures, qui manquait diablement à Orbe, fait partie de l’ensemble puisqu’un garage et une carrosserie prennent place au même endroit.

Photo Pierre Mercier

Clin d’œil commercial

Un document intéressant qui date de 1901, met en évidence la fondation d’une Société Coopérative de consommation, appelée «L’ECONOMIE».

Les statuts expliquent le but de cette association, qui est d’améliorer la situation économique et de développer le bien-être social de ses membres: a) par l’achat pour le compte de la collectivité, pour la transformation ou la production directe, en bonne qualité de denrées alimentaires et autres objets de consommation nécessaires à ses membres. b) etc…

Sous cette forme, cette coopérative serait-elle les prémices de la Coopé?

Image Alain Michaud

Pose d’environ 23 tonnes au millimètre près.

Orbe: 23 000 kg. pour 120 000 litres

Pose d’environ 23 tonnes au millimètre près.

Pose d’environ 23 tonnes au millimètre près.

Jeudi 10 novembre, une grue a déposé délicatement la citerne de la future station-service avec shop Coop Pronto.

Au chemin de l’Etraz

Suite à l’incendie qui détruisit le Garage du Signal, MM. Bugnard et Abatantuono ont projeté de rouvrir le garage et la carrosserie au bas de la ville. Cette nouvelle «aventure» a commencé par la pose de la citerne jeudi passé. La future station-service, qui ouvrira en avril ou mai 2012, sera équipée d’un shop ouvert tous les jours de 6 h. à 22 h.
Normes et environnement

Avec ses 200 stations-service sur tout le territoire suisse, et fort de ses expériences, Coop Mineraloel AG a pris toutes les mesures pour des protections optimales. Mise sous terre conformément aux dernières normes de protection de l’environnement OPEL, la citerne de sécurité a double-manteau mesure plus de 19 mètres de longueur et environ 3 mètres de diamètre. Possédant quatre colonnes, ce qui représentera huit places d’approvisionnement, la station-service d’Orbe peut stocker 60 000 litres d’essence sans plomb 95, 20 000 litres de sans plomb 98 et 40 000 litres de diesel.

Sécurité en tête

La citerne dispose de différents mécanismes qui permettent de réduire l’empreinte écologique et garantissent la sécurité des clients lorsqu’ils feront le plein. Grâce à un revêtement extérieur Expoxy hermétique, la citerne est imperméable à l’eau et à l’essence et peut donc être enfouie dans le sol, même dans des zones de nappes phréatiques. Juste avant la mise en terre, la surface de la citerne a été contrôlée une dernière fois par un monteur à l’aide d’un appareil vérificateur chargé à 20’000 volts. Ceci évite toute fissure, aussi petite soit-elle. La qualité est garantie par la norme ISO 9001 et le certificat SQS 12226-01.

Un bassin de dessablement, un séparateur d’huile minérale et un bassin de rétention pour l’huile permettent de traiter les eaux usées et de nombreuses mesures de sécurité garantissent une prévention de la pollution des terrains et des canalisations.

Photo Marianne Kurth