Articles

Vallorbe

Vallorbe : eau potable claire et sort du CEP prochainement connu

Marcel Anex, président du Conseil communal 2018-2019

Dernière séance au perchoir pour la présidente Véronique Teuscher qui quitte sa charge et va laisser sa place à Marcel Anex (UDC), élu sans discussion à la présidence pour l’année qui vient. Les comptes de la commune pour 2017 se soldent par un petit excédent de recettes sur un total de charges et produits de l’ordre de 19,7 millions de francs. A relever une marge confortable d’autofinancement de 3,3 millions, en ligne avec celle des années précédentes.

Salués par la commission des finances, les comptes ont été approuvés sans discussion. Parallèlement la commission de gestion a préconisé l’adoption de cette dernière, ce que le délibérant a suivi à l’unanimité. Sous surveillance depuis le 5 juin, l’eau potable est redevenue claire le 15 juin. Une information précise a été faite dans le village lors de l’épisode de turbidité excessive, a précisé le municipal Christophe Maradan qui travaille à améliorer les procédures-types dans ce genre de situation et dans les cas éventuels de pollution.

Dicastères modifiés

La modification des dicastères – chose rare en cours de législature - a soulevé plusieurs questions, le conseiller Yann Jaillet demandant que la Commission de gestion se penche sur les raisons profondes de ces réattributions internes, à chercher sans doute dans un dysfonctionnement administratif déjà ancien au niveau d’un chef de service.

Piscine à rénover et PGA en révision

En plus de l’épisode des filtres à changer en début de saison, un crédit de 1 million de francs a été voté pour que la société Sports et Loisirs de Vallorbe SA puisse rénover à fond la piscine, dont le béton date des années 1950, et qui a singulièrement tendance à bouger en certains endroits en raison d’un sol trop meuble. Dans la foulée c’est un autre crédit de Fr. 300 000.– qui a été voté pour la remise à plat du Plan général d’affectation communal, suite à l’entrée en force de la LAT acceptée en 2013.

La commission de gestion a rendu un rapport très intéressant, sur la politique immobilière et l’exécutif, laquelle a été en tous points soutenue.

Avenir du CEP : sort scellé et bientôt connu

Une convention a été signée entre la Confédération, le canton et la commune au sujet de l’avenir du CEP, après plusieurs années de discussions tripartites. L’avenir du CEP est actuellement sous embargo et sera communiqué le 28 juin, directement aux membres du Conseil et lors d’un point presse qui a été fixé.

Le bâtiment en réfection de la Croix d’Or orné de ses publicités multiples.

Ballaigues: Zone réservée refusée par le Conseil

Placé sous la présidence de Samuel Maillefer, le délibérant ballaigui a sans doute voulu marquer politiquement sa défiance et son désaccord avec la politique cantonale en matière d‘aménagement du territoire, singulièrement celle du Service du développement territorial (SDT), « qui manque de vision d’ensemble adaptée à la situation actuelle – ne connaît pas mieux l’aménagement du territoire que lui-même, géomètre officiel depuis 40 ans – ne sait jouer du cor de chasse. Un SDT qui ne réfléchit qu’avec une calculette en mains, quand ce ne sont pas avec de simples tableaux Excel » s’est exclamé le conseiller Raymond Durussel dans une philippique qui a dû faire siffler quelques paires d’oreilles du côté de Lausanne. Ceci au moment de traiter le préavis municipal proposant la création d’une zone réservée sur tout le territoire communal pour une durée de 5 ans.

Une mesure qui interdit le dépôt de toute nouvelle demande de permis de construire des logements sur le territoire communal. En acceptant ce projet, vous prenez la responsabilité locale de dépouiller les propriétaires d’environ 10 millions de francs de patrimoine, avec les 60 000 m2 de surface excédentaire que de toute façon la commune devra dézoner au terme d’un processus qui ne manquera pas de créer oppositions et procédures administratives et judiciaires interminables.

« Laissez donc le canton omniscient se débrouiller directement avec ce dossier, puisque de toute façon il n’en fait qu’à sa tête » a ajouté l’intervenant, qui a encore fustigé l’application dogmatique et bornée que font les fonctionnaires du SDT des dispositions légales de la LAT et de la LATC. Un service qui ne cesse aussi de se faire corriger par le Tribunal cantonal (Cour de droit administratif et public) au terme de coûteuses procédures pour les propriétaires et le contribuable ou fait déjà figurer la zone réservée de Ballaigues en rouge sur le site géomatique du canton, ceci depuis juin 2017 et avant même la décision de ce soir.

L’Exécutif tient à son projet

Au nom de l’Exécutif, le syndic Raphaël Darbellay a rappelé que la LAT avait été largement acceptée par le peuple suisse en mars 2013, sauf à Ballaigues il est vrai. Il a vanté les avantages de la zone réservée en matière d’égalité de traitement et de clarté et insisté sur le risque de guerre ouverte avec le canton en cas de refus. Une guerre qui pourrait signifier la nécessité de trouver de nouveaux municipaux pour la mener. « Une guerre qui pourrait aussi se dérouler entre voisins propriétaires, ce qui ne serait pas mieux » a relevé Pierre-Luc Maillefer. Au vote final exécuté à bulletin secret, la zone réservée a été rejetée par 12 voix contre 9 et 5 abstentions.

Comptes 2017 bénéficiaires

Les comptes 2017 ont été déposés et présentés par l’Exécutif. Ils font ressortir un solde bénéficiaire de l’ordre de Fr. 103 000.– sur un total de recettes et dépenses avoisinant les 7.5 millions de francs. Des comptes jugés une nouvelle fois excellents et qui sont affectés par des variations importantes de l’impôt sur les sociétés.

Vue générale sur la Cité du fer.

Vallorbe: piscicultures, fin d’une époque ?

Pas facile de dire si c’était la chaleur étouffante ou une parfaite entente politique qui a plané sur la dernière séance de la «saison» du délibérant vallorbier présidée par Christine Leuenberger, mais aucun des rapports à l’ordre du jour n’a suscité la moindre discussion.

C’est ainsi que les comptes 2016 ont été approuvés à l’unanimité, avec un excédent technique de recettes de Fr. 67 000.– sur environ 20 millions de dépenses et de recettes, et surtout avec une marge d’autofinancement dépassant les 3.6 millions de francs. La gestion de la commune a aussi été plébiscitée avec un point d’interrogation dans le rapport: le nettoyage de la chaussée dans la localité, «qui n’apparaît à ce jour pas optimal».

L’adhésion à l’ORPC Jura Nord vaudois a été acceptée, elle aussi à l’unanimité, tout comme deux demandes de crédit, la première – de Fr. 60 000.– destinée à la mise à jour et à la finalisation du Plan directeur de la distribution d’eau potable, qui va recenser les moyens actuels et les améliorations à apporter aux différents éléments existants du réseau.

Constructions en vue

L’appartement qui existe encore dans le collège «de 1915» va être rénové cet été pour Fr. 52 000.– en vue d’accueillir dès la rentrée d’août l’équipe regroupée des PPLS – psychomotriciens, logopédistes et autres professionnels de santé actifs dans l’Établissement scolaire, ceci dans un domaine à part, mais proche des élèves. Ce regroupement de forces s’accompagnera de la création, à la même date, d’une nouvelle classe enfantine dans le collège adjacent des 3 Vallons.

Un cautionnement de Fr. 300 000.– a aussi été accordé à la Fondation des Fontaines, qui va transformer les locaux laissés vides par le CMS en plusieurs appartements qui permettront de tendre vers cette mixité sociale voulue par son conseil.

Elections

C’est Jacques-André Chezeaux, unique candidat, qui a été élu pour faire partie du conseil d’administration de la nouvelle société anonyme Sports et Loisirs de Vallorbe SA, en qualité de membre du Conseil communal (voir article page 7). Du côté des élections statutaires, Véronique Teuscher (PS) présidera le délibérant Vallorbe l’an prochain.

Au chapitre des divers, on a appris que les deux piscicultures ne pourraient pas revivre, la législation cantonale restreignant le droit de pêche et empêchant actuellement la survie ou la création de telles infrastructures. Une position qui n’a pas eu l’heur de plaire à Italo Facchinetti (UDC) qui se réserve d’agir au plan cantonal, la truite restant un emblème majeur de la cité du fer, y compris dans une assiette.

Continuation dans leur fonction… Dominique Valet, secrétaire, Josette Guignard, vice-présidente et Denis Candaux, président

Premier: une bonne gestion financière

Le syndic Etienne Candaux a présenté les comptes communaux avec sérénité devant le Conseil général réuni jeudi soir 1er juin à la salle du Tirage. En effet, avec des charges se montant à Fr. 924 045.– contre des produits affichant Fr. 931 068.–, il apparaît un excédent positif de Fr. 7023.–. Ce bon résultat financier s’explique par l’octroi d’un don de Fr. 1500.– et une rentrée d’impôts en augmentation. Par contre, le poste «Forêts» affiche un déficit de Fr. 50 000.–.

Le municipal responsable a commenté cette situation en disant que certains travaux forestiers sont déjà payés alors que le bois produit n’est pas encore vendu ou encaissé. Autre bonne nouvelle, les 6 appartements rénovés du collège apportent un revenu locatif en augmentation, ceci malgré des travaux importants consentis. Enfin, l’année 2016 boucle avec un cash-flow suffisant qui a permis de procéder à des amortissements. Approuvés par la commission de gestion, ces comptes ont été acceptés à l’unanimité.

Premier est le dernier!

Deux autres préavis municipaux ont également été approuvés. Le premier concernait la vente de 14 actions de Sucre Suisse SA (ex «Sucreries d’Aarberg et Frauendfeld»). Ce lot d’actions avait été acquis il y a plus de cinquante ans et ne rapporte plus aucun dividende. D’où la décision de les vendre à deux organisations de cultivateurs alémaniques (Bülach et Ins) qui sont intéressées. Cette vente rapportera Fr. 280.– pour la caisse communale.

Le second concernait la réorganisation territoriale de la Protection civile avec une seule entité pour le district du Jura-Nord Vaudois, dont le siège sera à Orbe et regroupera les 73 communes.

Ce processus est en cours depuis longtemps dans le canton, mais il se trouve que notre district est particulièrement en retard dans cette procédure. Du coup, Premier est l’une des dernières communes à le ratifier!

Vie associative dynamisée

Un autre signe dynamique de la vie associative a été communiqué. Une nouvelle équipe de citoyens et citoyennes reprend le flambeau pour faire revivre l’ADIP (Association des intérêts de Premier). Cette démarche est voulue pour créer de nouvelles activités villageoises et la promotion d’équipements communautaires (exemple: place de jeux). Il s’agit aussi de réveiller la mémoire du village et notamment les noms des lieux-dits.

Après l’acceptation des comptes, le bureau du Conseil et la commission de gestion ont été renouvelés. C’est ainsi que le président Denis Candaux et la vice-présidente Josette Guignard ont été réélus, faisant ainsi équipe avec le secrétaire Dominique Valet récemment entré en fonction. La COGES a subi également une légère mutation de membres par un tournus habituel, favorisant ainsi l’entrée de deux dames.

Climat plus triste que les comptes!

Orbe: un exercice 2016 meilleur que prévu

En déposant les comptes 2016 à l’examen de la commission des finances lors de la séance du Conseil de la semaine passée, le syndic Henri Germond a relevé que «la commune a enregistré en 2016 un résultat financier meilleur que prévu. Alors que le budget prévisionnel comportait un déficit de Fr. 1 700 000.–, ce dernier se monte finalement à Fr. 232 000.–. Un résultat qui s’explique principalement par des investissements moins importants que prévus, des taux d’intérêt toujours particulièrement bas, des dépenses bien maîtrisées dans le ménage communal en général et des charges moins importantes que prévues dans des secteurs comme ceux de la Petite enfance (Fr. 450 000.– de moins), la Police Nord vaudois (Fr. 50 000.– ) et des Ecoles primaires et secondaires (Fr. 160 000.–).

De plus, lors du bouclement, une partie des réserves comptables existantes a été utilisée pour diminuer les pertes des années 2013 et 2014, soulageant d’autant la perte comptable reportée». À relever aussi que la dette a reculé pour la première fois en dix ans pour s’établir à 76 millions de francs. Ces comptes seront soumis au vote lors de la séance du 29 juin.

Rénovations urgentes

Le Conseil a également adopté deux crédits de Fr. 65 000.– et Fr. 330 000.– respectivement pour la remise à neuf d’un appartement locatif communal, qui n’a fait l’objet d’aucun travail d’entretien depuis 20 ans, et pour les locaux destinés au nouveau siège de l’ORPC du Jura Nord vaudois. S’agissant de l’appartement, Fanny Naville, au nom du groupe socialiste, a soutenu deux amendements de Jean-Marc Bezençon visant à ce qu’une rénovation complète soit entreprise – acceptée finalement par le Conseil et à ce que le loyer ne soit pas augmenté après la rénovation –refusé à une très large majorité par le Conseil.

Réponses municipales

Dans une réponse circonstanciée à l’interpellation Corinne Authouart-Piguet et Renaud Kern concernant les prestations des transports publics de la ligne Orbe-Chavornay, qui n’a fait l’objet d’aucune discussion, l’exécutif a encore précisé que le trafic marchandises ne s’est pas intensifié sur la ligne, que le report actuel du rail à la route durera encore «jusqu’en 2019 si tout va bien» et qu’un projet provisoire de sécurisation de la halte des Moulins est en préparation.

À relever enfin que les Verts ont complété leur groupe par l’entrée en fonction de Chloé Michoud, qui a prêté serment en début de séance.

Adrien Kaenel prêtant serment devant la Municipalité et le bureau.

Valeyres-sous-Rances: le carrefour rue de la Chapelle-route Romaine suscite le débat

Dominique Streikheisen, président du Conseil, a orchestré durant plus de trois heures cette dernière assemblée de législature. Une seule assermentation à relever, celle d’Adrien Kaenel. Par ailleurs, Sylvie Troyon, secrétaire, continuera à lire le procès-verbal, pour notre plus grand plaisir!

Le bilan et les comptes de fonctionnement SIARV (service intercommunal d’eau Rances – Valeyres-sous-Rances) 2015 sont acceptés. Il en sera de même pour le bilan et compte de fonctionnement communal 2015 qui présentent un excédent de produits de Fr. 128 116.– avec un total de charges de Fr. 2 463 103.–

Valeyres s’anime!

Fin du long fleuve tranquille avec le préavis 36/16, demande d’un crédit de Fr. 161 000.– pour réaménagement du carrefour route Romaine/rue de la Chapelle. La récurrence et la sensibilité du sujet ne sont plus à prouver! Christian Kaenel, municipal des routes, présente le préavis. Quatre buts sont visés: ralentir la circulation, sécuriser le cheminement, refaire le carrefour et amorcer l’entretien de la rue de la Chapelle, ce qui est un nouvel élément.

La commission technique, dont c’est la première étude, soutient le projet, mais propose trois amendements, la commission de gestion en rajoute un. Finalement deux des quatre amendements seront retenus (pose d’un panneau de signalisation et continuation du tracé piétonnier). S’ensuit une discussion nourrie, les différents points de vue fusent. En vrac: une analyse globale ne fait-elle pas défaut? Ne risque-t-on pas de voir pleuvoir les préavis par souci d’atteindre le risque 0? Les zones villas se développant, n’est-il pas utile de renforcer leur lien avec le village? Au final, le préavis et les deux amendements sont acceptés lors d’un vote à bulletin secret.

Roland Stalder remplace Nathalie Piguet

Le préavis 38/16 proposant une augmentation des indemnités des membres de la Municipalité est accepté après quelques discussions.
Finalement, un gros bouquet de fleurs, les remerciements de la syndique et une salve d’applaudissements signent le départ de Nathalie Piguet qui sera remplacée par Roland Stalder au sein de la Municipalité.

Deux dates à retenir, le 1er août à Valeyres et le 24 septembre pour "Promenons-nous dans nos forêts"

Une société locale bien vivante, la Jeunesse, et sa traditionnelle participation au Téléthon (ici en 2015)

Ballaigues: le franc fort à l’oeuvre

Avant-dernier exercice au perchoir pour le président Jean-François Faivre, lundi soir, qui quittera sa fonction pour rejoindre l’exécutif le 1er juillet. Avec au menu un ordre du jour chargé, immédiatement amputé d’un point, sur proposition de Raymond Durussel: l’examen du rapport sur le nouveau règlement communal sur le service de l’eau a été repoussé à une séance ultérieure, pour n’avoir pas été mis à disposition des conseillers dans les délais réglementaires.

Au chapitre des communications municipales, le syndic Raphaël Darbellay a fourni les dernières estimations des incidences de RIE III sur les finances communales. «Selon une étude chiffrée de l’UCV sur les rentrées fiscales induites par chaque grande entreprise du Canton, le produit des impôts des personnes morales diminuera à Ballaigues, dès 2020, d’environ 1.75 million de francs par an. Combinée avec la diminution qui en résulte des charges de péréquation de 1.3 million de francs par an, la différence nette de perte de substance fiscale pour la commune atteindra un total d’environ Fr. 450 000.– par année, soit de 6 points d’impôts en valeur 2014. Une somme qu’il faudra bien financer d’une façon ou d’une autre», a précisé le grand argentier.

Exercice 2015 déficitaire

La commission de gestion a présenté un rapport 2015 constitué d’une longue litanie énumérative de travaux et d’interventions effectués par l’exécutif en concluant à la gestion correcte de la commune. On peut regretter cette forme de rapport qui ne s’intéresse pas de façon complète à quelques cas-exemples pour décortiquer vraiment comment ils ont été gérés, financés, exécutés, dans quels délais, comment la procédure légale, les appels d’offres, la facturation, les paiements, le contrôle interne, ont par exemple été organisés.

Car la liste des travaux nécessaires entrepris se retrouve dans le rapport de gestion de l’exécutif, qui d’ailleurs se demande cette année si ce dernier ne fait pas précisément double emploi. Les comptes 2015 ont été déposés et affichent un excédent de charges de Fr. 300 000.– sur un total de dépenses et recettes de 8.7, respectivement 8.4 millions de francs. Cet excédent de charges représente environ 4 points d’impôts. Il provient essentiellement d’une diminution de la capacité contributive des grandes entreprises locales, atteintes entre autres par les effets du franc fort et par le ralentissement des affaires qui en résulte.

Culture vivante

Pierre-Luc Maillefer a présenté les réflexions de la commission culturelle sortante. Avec une liste des manifestations qui se sont déroulées au village sous l’impulsion des nombreuses sociétés locales, mais aussi avec plusieurs points que la prochaine commission devra étudier, notamment la création d’un centre culturel communal ou encore la question toujours ouverte de la participation à cette commission de personnalités hors conseil, ainsi que cela se pratique ailleurs et celle de l’aiguillon coordinateur qui permettrait de mieux planifier les activités culturelles, qui restent un lien intergénérationnel fort.

Petit air printanier en ce jeudi soir.

Orbe: et si l’Urbabus devenait gratuit

Le président Pierre-Alain Wieland a passé un jeudi soir plutôt printanier et calme à la tête du Conseil communal d’Orbe. L’exécutif avait fait mettre à l’ordre du jour le dépôt de nombreux préavis… qui au final n’ont pas été déposés. C’est ainsi que les membres nommés des commissions devront attendre un petit mois avant de savoir ce que la Municipalité leur propose concernant les coûts complémentaires du RIPO, le réseau d‘eau intercommunal, le projet de nouveau carrefour routier route de Valeyres-route du Signal, le nouveau règlement concernant la distribution d’eau ou encore les modifications à apporter au règlement communal sur la gestion des déchets, autant de préavis qui ne sont pas prêts pour reprendre les termes du municipal concerné Jacques-André Mayor.

La nouvelle convention concernant l’exploitation du bus urbain «Urbabus» a en revanche pu être acceptée à une très large majorité et sans discussion. À relever que désormais, le déficit annuel pouvant être mis à la charge de la commune ne devra pas dépasser Fr. 400 000.–. Morceau de résistance, le dépôt des comptes 2015, qui se soldent par un excédent de dépenses de Fr. 140 000.– en lieu et place du déficit de Fr. 400 000.– qui avait été budgété. De quoi réjouir le syndic Claude Recordon, qui a relevé que l’endettement brut par habitant à hauteur de Fr. 11 000.– devait être aussi analysé en tenant compte des investissements dans des actifs de rapport, en particulier dans le domaine associatif intercommunal. Un tel mode de calcul ramènerait l’endettement par habitant aux alentours de Fr. 6 700.–.

Urbagaz et Urbabus

La réponse municipale à l’interpellation de Nicolas Frey sur le calcul effectué lors de l’apport d’Urbagaz SA à VO Énergies SA a convaincu l’interpelant qui a déclaré que «pour lui l’affaire était close, tous les renseignements ayant été fournis par l’exécutif et les calculs présentés ayant donné le même genre de résultats que ceux auxquels il était personnellement parvenu, en usant d’une méthode différente». La motion Stéphane Collet et consorts a été acceptée à une large majorité. Elle demande à la Municipalité d’étudier l’hypothèse du passage à la gratuité de l’Urbabus, ce dernier ne rapportant finalement par année que très peu de rentrées par rapport aux coûts facturés.

Une idée, selon le motionnaire, pour augmenter la fréquentation du transport et inciter les usagers à venir au centre-ville pour effectuer leurs achats. Une façon aussi de se singulariser sur le plan de l’image de la cité. Une motion que Jacques-André Mayor a déclaré vouloir étudier avec intérêt, au nom de l’exécutif. Il en sera de même concernant la motion Zingg et consorts demandant que la commission communale de recours en matière d’impôts puisse, en cas de nécessité, consulter un avocat, vu la complexité des matières à traiter. À noter enfin que la nouvelle convention sur l’alimentation en eau potable des EPO à travers le RIPO a été acceptée sans discussion.

Le Musée du fer et du chemin de fer.

Vallorbe: le Musée du fer tient son chef d’exploitation

Après de multiples rebondissements, c’est à une très grande majorité que le délibérant de la cité du fer, placé lundi pour la dernière fois sous la présidence de Noureddine Ghennoune, a décidé d’octroyer un crédit annuel supplémentaire de Fr. 80 000.– à la fondation des Grandes Forges pour lui permettre d’engager un chef d’exploitation à plein temps pour le Musée du fer.

Épilogue heureux d’un chassé-croisé qui aura duré des mois, avant tout en raison d’une définition initiale du poste à pourvoir par trop imprécise et ambitieuse.

Du côté des comptes 2013, la Municipalité a reçu un «satisfecit» de la part du Conseil. Ils ont en effet été approuvés à l’unanimité. Avec un léger excédent de recettes techniques sur un total de recettes et dépenses de 19 millions de francs, la commune a retrouvé une situation financière appréciable. Sa marge d’autofinancement a doublé par rapport à 2012 pour se situer à plus de 3 millions de francs et tous les voyants sont au vert, notamment en raison d’un marché des capitaux toujours très avantageux. De solides provisions supplémentaires ont pu être comptabilisées. Cette embellie financière provient essentiellement d’une hausse du produit des impôts et de la bonne santé économique et immobilière locale, alliées à une gestion rigoureuse.

Le Conseil a encore accepté un crédit d’étude de Fr. 439 000.– pour la réalisation d’un PPA «Le Bugnon», aux alentours de la déchetterie et de la gravière qu’il va s’agir de remblayer à terme. Ainsi qu’un crédit de Fr. 298 000.– pour remplacer les canalisations d’eau potable et l’éclairage public au chemin des Champs-de-la-Croix.

Au chapitre des élections statutaires, c’est Yann Jaillet, du parti libéral radical, qui occupera le fauteuil du président dès la prochaine séance: il a été élu par 40 voix sur 44 bulletins délivrés. Le président sortant Noureddine Ghennoune a délivré un court message de remerciements à celles et ceux qui l’ont aidé durant son année de fonction et a souhaité bonne route à son successeur.

Le président sortant Nicolas Frey remet la clé de la ville à Jean-Marc Bezençon.

Orbe: dernière séance pour Nicolas Frey

Après l’assermentation de Alexia Verdon Joseph (PLR), le point sur la réponse à l’interpellation sur la politique de la mise en oeuvre de l’élimination des déchets a été reporté. Tous les autres points ont été acceptés.

Un préavis d’urgence concernant le PPA «Taborneires-Ducats-Passon» a été accepté pour compléter celui de fin 2013. Un rapport d’impact sur l’environnement devant y être joint.

Comptes 2013

L’exercice se termine mieux que prévu, avec un déficit de Fr. 390 721.98 au lieu des Fr. 918 110.– prévus. Il semble que les inquiétudes nées d’une prévision budgétaire négative ont été prises en compte et ont permis un résultat proche de l’équilibre. On peut noter que les dépenses occasionnées par la mise en place des zones 30 km/h et la réfection du chemin de Rive ont été prises en compte sur l’exercice et n’étaient pas au budget.

La commission de gestion, dans son rapport, a émis des vœux et observations qui sont ou seront mis en application par la Municipalité. Ce sont notamment la décoration de Noël, le chemin des Présidents, le revêtement du trottoir route de Chavornay, le nettoyage des lampadaires, un trottoir en couleur dans le virage de la Tournelle, les structures de l’UAPE, etc.

Nos chères rues

Un crédit de Fr. 290 000.– a été octroyé à la Municipalité pour la mise en séparatif de la rue du Moulinet-Sud et Fr. 54 000.– pour une étude du tonnage, qui devra fournir une cartographie précise de l’état des routes de la ville. Un crédit de Fr. 43 000.– est encore accepté pour remplacer une camionnette à la Voirie.

Le plus gros point du jour était la pétition Claudine Baudin sur la zone 20 km/h de la rue Sainte-Claire. La lettre de la délégation, qui a rencontré le municipal Pierre Mercier, a été lue. Celle-là y a exprimé son insatisfaction de n’avoir pas eu un «dialogue serein et constructif», l’un parlant de l’inversion du trafic et l’autre de la régulation de la vitesse dans la zone de rencontre. Le Conseil a accepté la prise en compte de la pétition et chargé la Municipalité de liquider l’affaire, sur la base des recommandations de la commission (dépose de bacs à fleurs, pose d’un radar pédagogique et inscription au sol de la limitation à 20 km/h).

Bureau 2014-2015

Jean-Marc Bezençon (PS) est élu président du Conseil par 51 voix, Pierre-Alain Wieland (PLR) est 1er vice-président et Philippe Cochard (UL) 2e vice-président. Les scrutateurs sont André Bally et Christophe Hunziker.

À la question de François Maréchal sur le RER, Jacques-André Mayor a indiqué qu’il est trop tôt pour dire ce qu’il en est. Il a l’espoir que la planification ne change pas, mais la cadence ne sera peut-être pas tout de suite à la demi-heure.

Le président sortant a remercié la secrétaire et l’huissier pour leur aide précieuse ainsi que les membres du Bureau et les conseillers avant de les inviter à partager un moment convivial au caveau.

De face Marc von Ow et son bureau au travail avant la dernière séance.

Baulmes: de la «petite impériale» aux comptes communaux

De face Marc von Ow et son bureau au travail avant la dernière séance.

De face Marc von Ow et son bureau au travail avant la dernière séance.

Pour sa dernière séance avant l’été, le Conseil communal de Baulmes prend ses quartiers au chalet de Grange-Neuve. Et c’est là que l’on peut en savoir plus sur les goûts culinaires de ses membres, puisque, lors de l’appel, ils précisent leur commande pour le repas qui suit la séance. Au menu des débats, cette fois, figurait en premier lieu l’examen des comptes et de la gestion communale pour 2012. Placés pour la dernière fois sous l’autorité du président Marc von Ow, les membres du délibérant n’ont pas vraiment discuté cet objet. Les comptes et la gestion 2012 ont été approuvés à une très large majorité, ceci malgré le déficit de Fr. 176 000.– qu’ils accusent sur un total de recettes et dépenses de 4.8 millions de francs.

Un délai plus long

Dans un deuxième temps, les conseillers ont débattu d’une modification du règlement du Conseil relative au délai de transmission des rapports au bureau. Après un débat nourri, ce délai a été étendu et passe de 48 h. à 5 jours. Cette mesure permettra au bureau du Conseil de nommer des commissions dès que l’existence d’un futur préavis sera connue, et aux rapports d’être connus de l’Exécutif suffisamment tôt pour pouvoir y répondre. A relever que les transmissions par voie électronique ont également été débattues et que leur utilisation devient la règle, sauf contre-ordre du conseiller intéressé.

Nouveau président

Le syndic Julien Cuérel a précisé que le choix de l’Exécutif avait été fait pour le poste de secrétaire municipal à repourvoir. Le nom de l’élu(e) sera dévoilé dès que toutes les personnes intéressées auront été informées. Lors du renouvellement du bureau, c’est Olivier Mettraux, présenté au nom groupe indépendant, qui a été brillamment élu à la présidence du Conseil par 33 voix sur 39 bulletins valables.

Photo Olivier Gfeller

Le bureau du conseil a été reconduit avec de droite à gauche: le président Christian Lambery, la vice-présidente Marilyse Bertholet et la secrétaire Liliane Lambercy.

Les Clées: bénéfice et déchets

Le bureau du conseil a été reconduit avec de droite à gauche: le président Christian Lambery, la vice-présidente Marilyse Bertholet et la secrétaire Liliane Lambercy.

Le bureau du conseil a été reconduit avec de droite à gauche: le président Christian Lambery, la vice-présidente Marilyse Bertholet et la secrétaire Liliane Lambercy.

Les comptes de cette commune n’ont pu que réjouir l’assemblée puisque un bénéfice de Fr. 10 038.– a été enregistré en 2012 alors que le budget prévoyait un découvert de Fr. 28 620.–. Si l’on ajoute qu’un amortissement supplémentaire de Fr. 15 000.– a été effectué, l’exercice comptable a été extrêmement positif grâce à une belle rentrée d’impôts et aux revenus de la taxe remblais sans oublier les économies faites sur les travaux (Croix Fédérale et collège).

Dans le cadre de la gestion communale, certains citoyens ont souhaité que la commune revoie l’emplacement des poubelles à l’entrée de la localité et surtout se sont élevés contre le fait d’aller livrer les déchets verts à L’Abergement. La syndique Marinette Benoît leur a répondu qu’il n’y avait pas d’autre emplacement sur le territoire, site qui sera aménagé, et que la solution pour les déchets verts était la plus économique pour la commune. Elle a aussi informé que l’introduction de la taxe au sac allait réduire de moitié les frais d’ordures!

Pas de fusion avec Orbe

Le conseil a admis la création de deux commissions, pour l’adhésion au SDIS de Vallorbe et pour la vente des infrastructures gaz à VO Energies, ainsi que pour l’éclairage public à la Russille. Mme Benoît a ensuite informé sur le projet de fusion. Après une consultation de la population, seul Sergey accepterait de se lier à Orbe alors que les Pique-Raisinets et Les Clées ne sont pas favorables à cette perspective. Elle a précisé que sa municipalité était de cet avis et que les voisins de L’Abergement, Lignerolle, Rances et Valeyres ne souhaitaient pas aliéner leur sort.

Photo Pierre Mercier