Articles

Marché de Noël

Orbe: le Marché de Noël c’est dimanche

Il ne devrait pas pleuvoir, mais la température devrait s’avérer froide, selon la météo nationale. Quoi de mieux pour pénétrer dans la période de Noël, à défaut de neige ? Toutefois comme le Père Noël ne sera pas au rendez-vous, peu importe puisque 111 exposants seront là pour vous proposer différents articles qu’ils auront préparés soigneusement. Vingt nouveaux forains seront de la fête, dont une artisane qui confectionne des bijoux avec des capsules de café Nespresso. Toujours dans ce domaine, un commerçant proposera des déchets recyclés avec goût. Parmi les nouveautés, on trouvera un stand d’habits pour enfants de 0 à 5 ans. Les tricoteuses font un retour en force sur les marchés de ce type. Des sociétés viendront présenter leur projet comme le Ski-Club ou les Yodleurs qui évoqueront la prochaine fête romande qui se déroulera à Yverdon, l’an prochain. Si un gros tiers des exposants sont de la région, les autres viennent des cinq autres cantons romands.

Parkings gratuits

Il est entendu que vous pourrez goûter à plusieurs préparations culinaires particulières ou habituelles, concoctées par des commerçants ou des sociétés de la place. Par contre, pas de «food truck», car le marché serait envahi par ces camions de nourriture qu’il a fallu refuser pour garder un certain esprit au marché. Ni d’ambiance musicale particulière afin d’éviter la collision des sons sauf devant le local de l’Armée du Salut où la fanfare vous rappellera que Noël arrive au grand galop. Précision utile, les parkings de la ville seront gratuits ce jour-là, mais la police prie les automobilistes de permettre aux véhicules de circuler sans problème dans la localité, sauf dans les rues du centre (rues Centrale et Saint-Claire, place du Marché et Grand-Rue).

Premier remerciement !

Enfin, apprenez que le comité d’organisation se réunit chaque année au mois d’août pour décider de la date de la manifestation et avant d’envoyer des invitations à tous les exposants de l’année précédente pour un délai d’inscription qui se termine au début novembre. On relèvera enfin que la Municipalité a remercié pour la première fois le trio d’organisateurs (Linda et Marcel Bossel ainsi que Cornel Roulin), ce qui n’était jamais arrivé lors des 21 éditions précédentes !

Léane et Lucy font un bateau avec Arlette Belat.

Orbe: à la découverte des Ducats

Samedi passé, Articom, pour la première fois, avait décidé de faire découvrir par une journée «Portes Ouvertes» les artisans et commerçants des Ducats.
Les différents artisans avaient soigné l’accueil, organisé des concours et offraient le café ou l’apéro selon l’heure. Malheureusement, ce ne fut pas la grande foule, peut-être les odeurs de saucisses aux choux retenaient les Urbigènes en ville.

Les utilisateurs des transports publics recevaient un bon pour une petite collation, il y a eu des petits couacs au niveau des horaires, mais Travys promet que la prochaine fois les bugs de communications seront éliminés.

Parmi la quinzaine de membres d’Articom de cette zone de la ville, on peut relever que Sapival, Mood, Rubbish, D-Stock, Kurth-Volet et Urbakids proposaient des animations et faisaient des démonstrations et des visites de leurs ateliers. Par exemple, chez Rubbish, une toute jeune société qui fabrique des sacs en toile de kitsurf, on pouvait fabriquer des porte-clés ou des bateaux aux enfants. Leurs articles sont surtout vendus sur le net, mais ils ont un showroom aux Ducats.

Chez Kurth-Volet, l’apprenti montrait comment construire une maquette de charpente; leur concours n’était pas si facile qu’à première vue : planter un gros clou dans du bois en moins de 10 coups.

Sapival, de son côté, faisait des démonstrations d’usinage numérique. Le comité d’Articom est un peu déçu de la fréquentation, mais vous donne rendez-vous l’année prochaine.

Une nappe verte à pois blancs qui invite à venir guigner …

Le «marché» des commerçants d’Orbe

Une nappe verte à pois blancs qui invite à venir guigner …

Une nappe verte à pois blancs qui invite à venir guigner …

Nappe verte à pois

Pour le troisième samedi depuis le début de l’année, les boutiquiers du centre de la ville ont sorti un petit étal devant leur magasin. Le signe de ralliement de ces journées est la nappe verte à pois blancs qui se met dans la vitrine ou sur la table extérieure. Quelques commerçants, par cette action, tentent d’attirer les clients ou de faire rester ceux qui préfèrent la «capitale».

Avant travaux

Un petit comité a rallié une partie des commerçants de la ville, pour tenter l’expérience afin de garder les clients avant pendant et après les futurs travaux, qui sont envisagés sur la Place du Marché et à la Grand-Rue. Ces travaux sont impératifs, cependant ils vont entraîner de gros désagréments pour les riverains. Pour s’y préparer, une première mesure a été prise en laissant les magasins ouverts à midi les samedis, ce qui a déjà été fort apprécié par les clients. Puis ils ont décidé, en deuxième mesure, d’occuper le devant de vitrine avec un petit étal et quelques marchandises.

Pas un marché

Ces petits commerces font de leur mieux, afin de vivre décemment et d’offrir aux clients, locaux et de passage, des marchandises ou des services attrayants à des prix raisonnables. Lors de la dernière assemblée de la Sicup, la proposition de faire un marché sur la Place a été refusée par les membres, car il impliquait des présences supplémentaires et un surcoût. Les marchands ne peuvent pas tenir sur la place avec leur choix de viande ou de literie ou encore d’habits. Le marché, en soi, est une excellente idée, mais une autre organisation est à mettre en place et actuellement les forces manquent.

Jusqu’en septembre

Les commerçants vont continuer à ouvrir les premiers samedis de chaque mois avec un stand devant leur vitrine jusqu’en septembre ou octobre s’il fait encore chaud. Ce premier samedi de juillet, pas mal de badauds ont apprécié la formule, mais on pouvait déjà ressentir les départs en vacances. Si les commerçants se donnent la peine d’animer quelque peu la ville, c’est aux habitants d’en profiter et à leur démontrer qu’ils ont raison…

Photo Marianne Kurth

L’équipe des bénévoles avec Leila Gilabert et Pierre-André Pasteur, chef de cuisine (à gauche sur la photo).

Orbe : repas du 31 décembre

L’équipe des bénévoles avec Leila Gilabert et Pierre-André Pasteur, chef de cuisine (à gauche sur la photo).

L’équipe des bénévoles avec Leila Gilabert et Pierre-André Pasteur, chef de cuisine (à gauche sur la photo).

Affluence record

Ils étaient près de 120 convives qui avaient répondu à l’invitation de Leila Gilabert et son équipe au Casino d’Orbe. C’est dans une belle ambiance que ces personnes ont passé le cap du Nouvel-An grâce aux musiciennes de service, Mmes Jaccottet et Zoni.

Au point que certaines personnes ont terminé  la soirée aux aurores ! Si l’on doit remercier tous les bénévoles qui ont contribué au bon déroulement de cette soirée, il faut leur associer les commerçants qui ont offert une partie de la marchandise soit les boucheries Bühlmann et Plancherel, la pâtisserie Guignard Desserts, la Migros, le fleuriste Fleur de Lotus et Vinurba, qui méritent d’être sincèrement cités.

On notera enfin que plus de mille francs a été récolté au terme de ce réveillon qui était organisé pour la seizième fois par Mme Gilabert et son équipe.

Photo Pierre Mercier