Articles

Avec le Ski-Club de Vaulion, tous les âges sont sur les pistes..

Région: Ski-Clubs formateurs, un bel engouement pour le ski

Malgré cette saison hivernale qui n’en est pas une, ça skie quand même! La preuve en a été donnée par le Ski-Club Vaulion qui, traditionnellement dans la semaine des relâches scolaires, organise un cours de ski pour les enfants, mais aussi ouvert à tous. Malheureusement, ce cours n’a pas pu se faire au Téléski de la Dent-de-Vaulion où les pistes ne sont plus enneigées. Il a fallu alors se rabattre sur celui de L’Abbaye qui a pu se maintenir sur les pistes du petit téléski grâce à de la neige artificielle. Même à la Vallée de Joux, tous les autres téléskis sont déjà fermés. «Cette année, ce fut très difficile à organiser, mais on y est parvenu, explique avec fierté la présidente Valérie Meyer. Pas moins de 55 enfants se sont inscrits et nos 5 moniteurs et 4 monitrices ont dispensé les cours matin et après-midi. Vu les conditions, c’est un réel succès!»

Formation active
La présidente a aussi expliqué que les skis-club régionaux jouent un rôle actif dans la formation au ski des enfants. Vaulion collabore avec celui de Premier et les deux clubs drainent tout le vallon du Nozon, groupement scolaire oblige. Une semaine de cours aux relâches, c’est vraiment unique. Les autres clubs organisent plutôt des sorties sur les week-ends. Kevin Goy, de Vallorbe, donne des cours les mercredis après-midi pour des jeunes entre 6 et 15 ans. Les groupes s’en vont alors à Métabief tout proche et il y a eu aussi un camp à Leysin. «Je dirais que l’engouement et l’envie du ski sont toujours là chez les jeunes. Même si les effectifs sont en légère diminution, nos élèves sont motivés. Par contre, ils sont issus de familles non skieurs en grande majorité. Et là, il faudrait pouvoir inciter davantage les parents».

Même son de cloche à Ballaigues où le responsable Stéphane Rose nous a parlé d’une vingtaine de jeunes qui ont fait plusieurs sorties dans les Alpes valaisannes (La Tzoumaz) ou au Jura (Les Rasses), en fonction de l’état de la neige. «Notre but c’est avant tout de remplir le car, donc c’est bien sûr ouvert à tous!» Pour le Ski-Club d’Orbe, sa présidente Claire Desponds signale plusieurs sorties en stations vaudoises ou valaisannes auxquelles 40 enfants de tous niveaux, entre 5 et 15 ans, ont participé avec des moniteurs de formation Jeunesse+Sport. Il y avait même quelques snowboardeurs.

Bénévolat avant tout

Tout cela ne serait évidemment pas possible sans une bonne dose de bénévolat. Les moniteurs et monitrices prennent ce temps sur leurs vacances pour dispenser leur savoir et leur expérience, même s’ils ne sont pas des professionnels. Ils sont généralement très attentionnés et veillent à la sécurité de chacun, qui passe bien sûr avant l’exploit ou les performances. Les camps de ski des écoles sont en forte diminution, surtout pour des problèmes d’organisation. Les ski-clubs locaux ont donc leur rôle à jouer pour redynamiser la pratique du ski à des conditions avantageuses. Il reste cependant un grand absent dans tout cela: le ski de fond. Aucun cours n’est organisé dans cette discipline nordique qui fut pourtant essentielle dans le Jura vaudois.

Des cours de ski à des prix accessibles

Alors que le prix des cours de ski est parfois très élevé dans certaines stations alpines, le Ski-club de Vaulion essaie chaque année de proposer des prix accessibles à chacun, afin de permettre à un maximum d’enfants de la région d’apprendre à skier durant la semaine des Relâches. Ceci est possible «grâce entre autres, à des moniteurs régionaux bénéficiant d’une formation à l’interne», nous informe Michaël Roch, responsable de l’organisation des cours. Entre 8 et 12 moniteurs sont en effet présents chaque saison pour encadrer jusqu’à 130 enfants, les années enneigées. «Généralement, nous accueillons une moyenne de 90 élèves, mais lorsque l’hiver est peu enneigé comme cette année, on voit clairement une baisse de l’effectif», confirme M. Roch.

Article coécrit avec Emilie Jaccard

Dans deux minutes on ne verra plus le Père Noël.

Vallorbe: Père Noël sur patins

La présidente Christine Crépon et tout son comité du Club des Patineurs de Vallorbe organisent désormais traditionnellement un Noël sur glace en cette période de l’année.

Cette manifestation familière a eu lieu vendredi passé.

Elle a réuni bon nombre de participants, petits et grands, ces derniers ayant plutôt rempli des fonctions d’intendance à la table de distribution des délicatesses et autres liquides chauds et réconfortants.

Du côté des gosses, on s’est amusé sur la glace, dans une joyeuse interpénétration de futures stars du hockey et de patineurs étoiles.

Songe d’une nuit d’hiver, tel est le thème du gala 2016 de clôture du Club des Patineurs présenté en soirée, vendredi 4 mars à la Patinoire de Vallorbe. Belle représentation donnée sous une pluie battante, mélangée de quelques flocons de neige, par l’entier des artistes, Capucine, Lara, Kelia, Lenny, Zlata, Demania, Louna, Eva, Charline, Isabelle, Mariam, Tatiana, Hélia, Ana, Rania, Lina, Enola, Jaysen, Badrinur, Ilaria, Lisa, Zoé, Céliane, Véronique et Christine. Tout débute par un tourbillon d’émotions pour une fillette dont l’anniversaire est au lendemain. Impatience, excitation et joie sont au rendez-vous et pourtant la nuit est là, il va falloir se coucher. Le rêve de l’anniversaire se met doucement en place, alors qu’elle s’endort… et les invités frappent déjà à la porte, les bras chargés de cadeaux! Jouets pompiers, tango de poupées, danse des chatons et chats, clown, dresseur, trapéziste et le magicien qui fait sortir non seulement des boules de son chapeau, mais également des lapins! Chaude ambiance aussi bien sur la glace qu’autour, et ce malgré une météo capricieuse! Le bouquet final offert à l’assistance venue en nombre savourer les prouesses de ces talentueux sportifs, un grandiose et magnifique feu d’artifice… de quoi poursuivre le rêve… sous une pluie d’étoiles!

Vallorbe: fin de saison pour la Patinoire des 3 Vallons!

Songe d’une nuit d’hiver, tel est le thème du gala 2016 de clôture du Club des Patineurs présenté en soirée, vendredi 4 mars à la Patinoire de Vallorbe.

Belle représentation donnée sous une pluie battante, mélangée de quelques flocons de neige, par l’entier des artistes, Capucine, Lara, Kelia, Lenny, Zlata, Demania, Louna, Eva, Charline, Isabelle, Mariam, Tatiana, Hélia, Ana, Rania, Lina, Enola, Jaysen, Badrinur, Ilaria, Lisa, Zoé, Céliane, Véronique et Christine.

Tout débute par un tourbillon d’émotions pour une fillette dont l’anniversaire est au lendemain. Impatience, excitation et joie sont au rendez-vous et pourtant la nuit est là, il va falloir se coucher. Le rêve de l’anniversaire se met doucement en place, alors qu’elle s’endort… et les invités frappent déjà à la porte, les bras chargés de cadeaux! Jouets pompiers, tango de poupées, danse des chatons et chats, clown, dresseur, trapéziste et le magicien qui fait sortir non seulement des boules de son chapeau, mais également des lapins!

Chaude ambiance aussi bien sur la glace qu’autour, et ce malgré une météo capricieuse!

Le bouquet final offert à l’assistance venue en nombre savourer les prouesses de ces talentueux sportifs, un grandiose et magnifique feu d’artifice… de quoi poursuivre le rêve… sous une pluie d’étoiles!

Armand Cachin du ciné-club et Marc Pahud, représentant Ciné-Rive.

Pour que vive le ciné-club urbigène

Armand Cachin du ciné-club et Marc Pahud, représentant Ciné-Rive.

Armand Cachin du ciné-club et Marc Pahud, représentant Ciné-Rive.

Un souhait commun. Que continue à vivre le ciné-club ! C’est le désir émis par la dizaine de personnes qui a répondu au message d’Armand Cachin, l’âme du ciné-club de la cité. Sept d’entre elles se sont d’ores et déjà proposées afin de constituer un comité.

Armand n’a nullement perdu le feu sacré mais il doit passer la main. En effet, il terminera ses études cet été. Il sera néanmoins présent, en tant que spectateur, sur le lieu de ce temple urbigène dédié au cinéma et dont la fréquentation est réjouissante.

Un comité informel dont la tâche sera plurielle. Un comité panaché, avec pour dénominateur commun, le goût du septième art et mû par la volonté de pérenniser un club qui a vu le nombre d’abonnés fléchir dans le courant des deux dernières années. Il aura à coeur de susciter l’intérêt des cinéphiles – et des autres – à rejoindre les rangs de ceux qui fréquentent régulièrement ou ponctuellement le ciné-club. Chargé de mettre sur pied la programmation, il se penchera sur l’éventualité d’une seconde séance de «rattrapage» pour ceux qui n’auraient pas l’opportunité de visionner le film lors de la première séance.

L’intérêt de Ciné-Rive

Par la bouche de son représentant Marc Pahud, Ciné-Rive tient à l’existence d’un ciné-club à Orbe. «Une telle démarche est une valeur artistique et culturelle. Il permet de voir des films de qualité, parfois de vrais bijoux qui font des passages éclair dans les salles. Etant donné que la commune est propriétaire du lieu, la salle est offerte, ce qui est un atout précieux!»

Deux formules seront sans doute reconduites: l’abonnement pour dix séances – si le rythme est maintenu – et l’entrée à la carte. La programmation étant fixée à l’avance, le spectateur a tout loisir de réserver les dates de projection.

Le numérique a déboulé dans les salles obscures

Exit les films en 35 millimètres, à part des exceptions! «L’image numérique est plus propre et le fichier est inusable. Avec le 35 millimètres, les copies se dégradent.» avance Marc Pahud qui fut programmateur pendant vingt ans. «Le cinéma a un geste social. L’on sort et l’on rencontre des gens.» souligne-t-il.

Une carte à jouer !
Le comité devra mettre l’accent sur l’accueil – comme ce fut le cas précédemment – en présentant le film à l’affiche et en animant la discussion à l’issue de la projection. L’intervention d’un réalisateur ou d’un acteur seraient un plus évident.

Soutenons donc une équipe motivée prête à donner un nouveau souffle au ciné-club d’Orbe!

Photo Natacha Mahaim

Michael et André Roch et Patrick Fahrni enregistraient les temps à l’arrivée.

Vaulion: géant populaire

Michael et André Roch et Patrick Fahrni enregistraient les temps à l’arrivée.

Michael et André Roch et Patrick Fahrni enregistraient les temps à l’arrivée.

Il faisait plutôt froid au pied des pistes de la Dent de Vaulion en ce dimanche matin. Le brouillard refusait de laisser sa place au soleil comme ce fut le cas la veille, lors du Super G. 78 concurrents s’étaient inscrits pour prendre part à ce géant qui a causé bien des problèmes, notamment dans le mur final où une porte bleue en dévers a surpris plus d’un skieur. Si le meilleur temps du Super G a été signé par Vincent Hiltbrand (Nidau), c’est Vincent Zimmermann (Premier) qui a imposé sa loi le dimanche en même temps qu’il a profité des chutes ou des abandons de certains favoris. Si les enfants participent pour le plaisir, les plus anciens sont là pour la gagne. Engoncés dans des combinaisons devenues trop étroites avec le temps, ils ne manquaient pas de délibérer sur le tracé qu’ils avaient plus ou moins maîtrisé.

Un Ski club en bonne forme

Sur le bord de la piste, la présidente du SC Vaulion, Valérie Meyer, se félicitait de la belle participation enregistrée lors du Derby de la Vallée de l’Orbe, deux semaines auparavant, puisque près de 200 personnes ont participé à cette compétition. Elle imaginait que la température comme la grippe avaient dû retenir plus d’un athlète, dimanche dernier. En plus, les épreuves de vitesse intéressent davantage les jeunes. Il n’empêche que sa société se porte bien avec 120 membres. Personne ne peut oublier les belles années (début 2000) lorsque le club organisait encore des concours de saut à skis. On se souvenait notamment d’un excellent vin chaud, servi en 2004, qui avait mis à mal les organismes des membres, mais pas leur bonne humeur. Malheureusement, les nouvelles normes de la Fédération suisse de ski n’ont plus permis au Ski Club de mettre sur pied des compétitions de saut.

Rappeler Morisod

A l’heure où la descente féminine des championnats du monde de Schladming se déroulait, les participants n’étaient pas trop abattus par les résultats moyens de notre équipe nationale masculine, cette saison. Jonathan Reymond (Vaulion) et Alain Salzmann (La Praz) considèrent que c’est le mental qui manque à nos athlètes, alors que Benoît Fahrni (Premier) pense lui que nous n’avons plus de leaders capables de tirer l’équipe vers le haut. Il conclura que la Suisse doit vite faire des propositions à Patrice Morisod, cet entraîneur helvétique qui fait le bonheur des Français, pour retrouver des couleurs.

Photo Pierre Mercier

Le nouveauté comité (manque trois membres absents) avec de gauche à droite Alain Kaehr, Jocelyne Cuérel, Claire-Lise von Ow, Metin Karagülle, Armando Giannini et Julien Cuérel.

Le FC Baulmes se relève

Le nouveauté comité (manque trois membres absents) avec de gauche à droite Alain Kaehr, Jocelyne Cuérel, Claire-Lise von Ow, Metin Karagülle, Armando Giannini et Julien Cuérel.

Le nouveauté comité (manque trois membres absents) avec de gauche à droite Alain Kaehr, Jocelyne Cuérel, Claire-Lise von Ow, Metin Karagülle, Armando Giannini et Julien Cuérel.

Le nouveau président du FC Baulmes, Metin Karagülle, a donné le coup d’envoi d’un mouvement de renaissance qui s’est concrétisé lundi soir par la tenue d’une assemblée générale extraordinaire de l’association. Une quarantaine de personnes avait pris place dans la salle du Conseil de Baulmes.

Parmi eux des sceptiques amateurs de football, des créanciers du club prêts à ne pas faire couler le nouveau vaisseau dès son appareillage, ou encore de simples passionnés avides de retrouver une équipe locale jouant sur son terrain et procurant au public de belles sensations.

Autour du président, de nouveaux membres d’un futur comité prêts à s’investir sur le plan personnel pour que renaisse un rêve, actuellement englué dans les affaires qui ont secoué le club ces dernières années. Elément important, au nombre des volontaires figure le syndic Julien Cuérel, qui a accepté de participer au mouvement pour les six prochains mois, du moins dans un premier temps.

Des objectifs clairs

Les objectifs du nouveau comité, qui a été élu à l’unanimité par acclamation, figurent le maintien en 1ère ligue, le renforcement de l’équipe pour que le second tour du championnat permette ce maintien, le fait de pouvoir jouer à Baulmes et dans un second temps, la réintégration des juniors au mouvement MJOR. Metin Karagülle a tenu à préciser que si la continuité devait s’avérer impossible, le club repartirait alors en championnat dans une ligue inférieure.

Budget et points sensibles

Le nouveau comité a préparé un budget prudent pour le deuxième tour, qui a été voté sans opposition. Il compte bien entendu sur l’apport du public et les soutiens de diverses provenances pour pouvoir le boucler, car actuellement la caisse est vide. La future collaboration avec la commune doit encore faire l’objet cette semaine d’une rencontre avec le comité pour en définir les contours financiers.

L’une des clés du succès résidera aussi dans la façon dont certains anciens créanciers du club se comporteront avec les nouveaux dirigeants. Lundi soir en tous cas, il semblait que chacun était prêt à jouer le jeu. L’entraînement reprendra cette semaine. L’équipe sera présentée dès que possible, le président assurant qu’il dispose de joueurs prêts à s’investir pour le club. Une première rencontre est prévue à Nyon le 25 janvier.

La suite du programme sera communiquée par voie de presse ainsi que par un site internet, actuellement en préparation. A relever que le nouveau comité entend jouer la transparence et précise qu’il communiquera sur tous les sujets méritant d’être portés à la connaissance du public.

Photo Olivier Gfeller

De gauche à droite : Michael Randin, Julien Favre, et Alain Witz président du Tour du Pays de Vaud.

Le VC Orbe reprend l’entraînement

De gauche à droite : Michael Randin, Julien Favre,  et Alain Witz président du Tour du Pays de Vaud.

De gauche à droite : Michael Randin, Julien Favre, et Alain Witz président du Tour du Pays de Vaud.

A peine les dernières neiges sérieuses ont-elles fondu que revit sur les routes du district le cycliste multicolore penché sur son guidon et avalant des kilomètres, qui pour son plaisir pur, qui pour s’entraîner ou qui encore en participant à telle ou telle épreuve locale ou régionale.

C’est justement pour faire le point sur la saison à venir que le VC Orbe avait organisé son assemblée générale de printemps le mercredi 3 mars.

Fiançailles annoncées

A côté des informations sur l’organisation de l’étape urbigène du tour du Pays de Vaud 2010 le samedi 29 mai, présenté par son président Alain Witz venu spécialement pour remercier le club pour son engagement, on a beaucoup parlé entraînements et fiançailles lors de cette assemblée.

En effet, un rapprochement a lieu avec le VC Echallens, afin de permettre une meilleure adaptation des entraînements aux âges, attentes et capacités respectives des coureurs, qu’ils ou elles soient des spécialistes du VTT ou plutôt des amateurs de route. On sait en effet que le VTT prend une place croissante dans les activités du club, notamment avec Sylvie et Lars Schnyder.

Mais comme le rappelait Michael Randin, même chez les professionnels du VTT, «l’essentiel de l’entraînement de fond se fait sur route, sauf en ce qui concerne la technique pure». En réunissant deux fois par semaine pour les entraînements les différents groupes des deux clubs, avec à chaque fois deux entraîneurs à disposition, on prépare les plus jeunes ou ceux qui sont encore à la fameuse Ecole de vélo à intégrer le «Pool compétition» parmi lequel se trouveront celles et ceux qui se destinent plus aux différentes épreuves et qui sait, à une carrière.

Esprit de club à cultiver

Les responsables du club tiennent aussi à organiser 4 ou 5 courses de club par année, ceci sur des épreuves du calendrier régional. Y participeront petits et grands, et pourquoi pas leur  famille. Les petits pour sentir l’ambiance d’une course depuis l’intérieur.

Mais plutôt que de pures compétitions, ce seront des occasions de resserrer les liens amicaux dans un club ou compte tenu des calendriers chargés, on se retrouve surtout aux entraînements ou lors des épreuves, chacun avec sa propre ambition.

Eloge de la récupération

Michael Randin a aussi tenu à rappeler aux membres la nécessité de se ménager des plages de récupération: on ne progresse plus si la courbe de la fatigue dépasse celle du gain dans la performance. La seule solution est donc d’aménager son travail par paliers successifs. Et aussi de maintenir intacte la motivation.

Programme chargé et distinctions nombreuses

De nombreuses courses attendent les coureurs du VC Orbe, à commencer par le traditionnel Giron du Nord Vaudois, qui débutera par deux manches à Bavois, les samedi 13 et 20 mars.

A relever aussi les nombreux diplômes et titres de champions romands ou vaudois récoltés par le club en 2009. Deux diplômes de champions vaudois ont encore été remis à leurs titulaires lors de l’assemblée : Loïs Aubert et Michael Iannetta. Sylvie Schnyder, Lars Schnyder et Valérie Hofstetter avaient déjà reçu les leurs lors d’une récente soirée de l’ACCV.

Théry Schirr de son côté était absent, mais a collectionné les titres en 2009. Enfin, naissance de nouvelles tenues, aux couleurs actuelles auxquelles s’ajoutera le blanc, et le maintien des mêmes sponsors principaux, avec en plus l’arrivée importante de la BCV et de la Vaudoise Assurances.

Photo Olivier Gfeller