Articles

Le centre du village.

Vuiteboeuf: Conseil général, menu copieux

Le centre du village.

Le centre du village.

Menu copieux pour le Conseil général de Vuiteboeuf mercredi 15 au soir. Sous la direction dynamique de son jeune président Fabrice Boucher, les conseillères et conseillers se sont mis en bouche en adoptant à l’unanimité et sans discussion un nouveau règlement communal sur la distribution d’eau.

«L’ancien dispositif réglementaire sur cette question datait de 1968, et méritait un sérieux toilettage», a précisé le municipal Laurent Schwab, qui a aussi noté «la nécessité de revoir cette question en raison du nouveau captage communal».

Un exercice 2010 dans les chiffres noirs

A peine sorti de la lecture fastidieuse du texte approuvé, le Conseil s’est emparé de la gestion et des comptes 2010. «Une bonne année, précisera le syndic Georges Karlen. «Nous avions budgété une perte de l’ordre de Fr. 100 000.– et nous nous retrouvons avec un bénéfice de Fr. 1 759.–, après pourtant de sérieux amortissements de nos travaux actuels de captage».

Il apparaît à Vuiteboeuf, contrairement à d’autres communes, que tous les impôts sur le revenu des personnes physiques ou sur le bénéfice des personnes morales sont en hausse, ce qui explique en partie le bon résultat.

La nouvelle eau potable arrive bientôt

La vente des trois dernières parcelles de terrain communal au Motty a été approuvée sans discussion: cette zone est donc vendue et les projets de construction des acquéreurs avancent. Le municipal des eaux, Laurent Schwab, a encore tenu à expliquer que le branchement du réseau d’eau potable sur la nouvelle eau du captage de la Baumine aurait dû avoir lieu.

Sauf qu’au moment de procéder à cette opération, des fuites dans le réseau existant ont été détectées. Elles seront donc repérées et réparées avant le raccordement de la nouvelle source d’eau potable.

Photo Olivier Gfeller

Vue d’Orbe depuis la Tour Ronde : le panorama prévu en haut de la Tour Ronde a pris un peu de retard mais sera réalisé dans un délai pas encore très précis...

Budget 2011 prudemment optimiste

Vue d’Orbe depuis la Tour Ronde : le panorama prévu en haut de la Tour Ronde a pris un peu de retard mais sera réalisé dans un délai pas encore très précis...

Vue d’Orbe depuis la Tour Ronde : le panorama prévu en haut de la Tour Ronde a pris un peu de retard mais sera réalisé dans un délai pas encore très précis...

Le dernier Conseil communal urbigène de l’année s’est déroulé rapidement et a été bouclé en moins d’une heure.

Le budget 2011 avait été qualifié de «prudemment optimiste» par la Municipalité dans son préavis d’octobre. La commission des finances l’a confirmé.

Il se base sur une estimation d’une augmentation de 1,6% de la population, ce qui donnerait 6‘300 habitants. En détails : les charges sont estimées à 32‘870‘775 et les produits à 32‘373‘500, ce qui donnerait un déficit de 497‘275 francs. Ce montant est dans la continuité des budgets des années précédentes (cf. encadré), donc en attendant les comptes définitifs de 2010, ce déficit paraît tout à fait raisonnable.

Nouvelle centrifugeuse à la STEP

On a beaucoup parlé d’argent ce soir-là. Les autres sujets soumis à la sagacité des conseillers communaux étaient des demandes de crédit : une de 935‘000 fr. pour le remplacement des installations déshydratation des boues de la station d’épuration.

En effet l’installation actuelle date de plus de vingt ans et n’est plus adaptée à la situation depuis l’interdiction de l’épandage des boues par les agriculteurs. A la place de presse-bande, une centrifugeuse sera installée, elle permettra un meilleur assèchement des boues et dans de plus grandes quantités, son dimensionnement a été étudié pour un long terme (2035). Ce projet a été accepté sans discussion.

Prêt sans intérêt au FC Orbe

Le FC Orbe malgré un équilibre de son budget a de la peine à rembourser la charge de son prêt hypothécaire, contracté en 1995 pour la construction de la buvette au Puisoir. La plus ancienne société locale urbigène paie actuellement environ Fr. 9 000.– par an pour les intérêts et l’amortissement de sa dette.

La Municipalité octroie un prêt à hauteur de la dette au club et se fait rembourser à raison deFr. 5 000.– par année directement déduits de la subvention communale. Un garantie sous forme de cédule hypothécaire sera demandée. Les conseillers ont suivi les conclusions de la commission des finances et accordé ce prêt de Fr. 82 000.–

Dans les divers, Jacques-André Mayor a précisé les changements apportés à l’adhésion à Mobilis. Si il y a des améliorations, la commune n’a par contre pas de pouvoirs décisionnels par rapport aux tarifs appliqués, elle peut seulement en atténuer les augmentations par le biais de subventions; ce qu’elle fait pour les écoliers, qui peuvent, rappelons-le, se faire rembourser 20 fr. sur les 45 fr. que coûte leur abonnement mensuel et pour les personnes bénéficiant de prestations complémentaires.

Le Conseil s’est terminé par le discours du syndic, Claude Recordon, qui s’est félicité de la bonne marche de la commune et de la bonne ambiance qui règne entre la Municipalité et les Conseillers. Il en veut pour preuve que les municipaux, à part Bernard Randin, se représentent.

Il espère enfin que beaucoup de candidats se présenteront aux élections en 2011 pour que la population ait un vrai choix. Comme la tradition le veut une verrée a été servie à l’issue de l’assemblée.

Budget (déficit)    Comptes (bénéfices)
2006      Fr. 490 000.–    Fr. 38 000.–
2007    Fr. 920 000.–    Fr. 63 000.–
2008    Fr. 698 000.–    Fr. 36 000.–
2009    Fr. 515 000.–    Fr. 36 000.–
2010    Fr. 920 350.–
Si on y regarde de plus près on peut remarquer que les charges augmentent mais cela est compensé par une augmentation légèrement plus élevée des produits :

2010    2011
Charges     Fr. 30 645 800.– Fr. 32 853 775.– (+ 7,2%)
Produits    Fr. 29 725 450.–     Fr. 32 373 500.– (+ 8,9%)
Ces chiffres seront à confirmer avec les comptes définitifs 2010.

Photo Natacha Mahaim

Une partie du budget 2011 ira dans l’entretien de la grande salle qui, par exemple, a bien besoin de nouvelles portes.

Chavornay : dernière séance du conseil

Une partie du budget 2011 ira dans l’entretien de la grande salle qui, par exemple, a bien besoin de nouvelles portes.

Une partie du budget 2011 ira dans l’entretien de la grande salle qui, par exemple, a bien besoin de nouvelles portes.

Sous la présidence de Jacques Bovey, la dernière séance du Conseil communal de l’année s’est tenue sans encombre, le samedi 11 décembre 2010, au sein de la salle du Conseil.

En préambule, le Président du Conseil informe qu’une modification de l’ordre du jour est requise par le municipal des finances et c’est en inversant les points 2, 3 et 4 avec les points 6, 7 et 8  que la session a débuté par l’approbation du procès-verbal de la séance du 4 novembre dernier.

Les finances

Le budget de fonctionnement 2011 de la commune à été accepté. Il prévoit des dépenses pour 12’954’700 francs,  alors que les recettes sont évaluées à 12’145’200 francs, soit un déficit de 809’500 francs. Il a été pris acte sans remarque du plan des investissements pour  un montant de 8’430’000 francs pour 2011, tout comme la détermination du plafond des emprunts fixé à 22’800’000 francs.

Le plan des investissements ainsi que le plafond de la dette de la commune qui reste conforme aux montants maximum admis pour la législature sont maîtrisés. Cependant, la rigueur reste de mise pour maintenir une dette à un niveau convenable et comme pour les autres années, le suivi du niveau et de la gestion des liquidités demeureront des plus importants pour l’année 2011.

Un nouveau règlement du personnel communal

Le règlement du personnel communal en vigueur date de 1994 et sur bien des points, il ne correspond plus aux exigences et réglementations actuelles. Dès lors, dans le but de créer des conditions-cadres nécessaires pour réguler la collaboration entre les employés (ées) de la commune et la Municipalité, un nouveau règlement a été présenté au Conseil. Après quelques modifications demandées par la commission ad-hoc et 7 amendements dont 6 ont été acceptés, le nouveau règlement a été approuvé à l’unanimité.

Après la distribution des jetons de présence, le Syndic Pierre-André Leuenberger ainsi que le Président du Conseil, Jacques Bovey, ont remercié les conseillers pour l’excellent travail qu’ils ont fourni et transmis leurs vœux pour les fêtes de fin d’année.

Photo Pierre Pellaton

Ballaigues

Ballaigues: budget 2011 équilibré

Ballaigues

Ballaigues

C’est le 1er vice-président Daniel Bourgeois, très à l’aise dans sa future fonction, qui a présidé la dernière séance de l’année du Conseil communal de Ballaigues vendredi soir. Un Conseil qui s’est tenu au Vieux-Collège, la salle communale étant occupée par une manifestation extérieure.

Nouveau collège à Vallorbe


Au chapitre des communications municipales, le syndic Raphaël Darbellay a précisé à l’assemblée que la procédure d’extension de la zone à bâtir La fin des Rites avait reçu un préavis favorable des services cantonaux concernés. L’étude de faisabilité en cours pourra donc être rapidement terminée et une procédure d’amélioration foncière sera mise en place avant que la commission chargée d’étudier cet objet soit convoquée.

De son côté, le municipal des Ecoles Michel Junod a présenté la décision prise il y a quelques jours par l’AscoVaBANo de construire le collège de Vallorbe. Il s’agira d’un ouvrage modulaire et évolutif qui comprendra au début deux étages de quatre classes et dont le coût estimé s’élève à Fr. 5.746 millions, sans compter le terrain octroyé pour 99 ans par la commune de Vallorbe en droit de superficie. Le nouveau collège devrait être opérationnel pour la rentrée 2012. Le maître d’œuvre désigné est la commune de Vallorbe.

Budget 2011 équilibré

Le budget 2011 de la commune a été adopté sans discussion. Il prévoit un montant global de dépenses et de recettes de l’ordre de Fr. 7.9 millions, avec un déficit d’exploitation d’environ Fr . 40 000.— qui reste théorique.

Jean-François Faivre a indiqué à la demande de Pierre-Luc Maillefer que les dépenses prévues pour les cultures des forêts expriment la volonté professionnelle de favoriser les résineux. Il a précisé que pour ce faire il faut leur laisser de la place pour grandir et donc éliminer les feuillus qui poussent plus vite en leur faisant de l’ombre.

Rapport intermédiaire de la commission de gestion

Plusieurs chantiers en cours dans la commune ont été étudiés de près par la commission de gestion, qui en a décortiqué les dossiers. Pour relever que sur ces points la gestion communale est tout à fait adéquate et attentive aux nécessités des infrastructures concernées.

Culture

La motion Julien Leresche et consorts sur le soutien municipal à la culture a débouché sur une directive interne de la Municipalité, moins contraignante qu’un règlement au sens formel, mais qui précise, à la satisfaction générale, les cas dans lesquels la Municipalité peut soutenir les manifestations culturelles et artistiques : de fait, la culture reste à Ballaigues une affaire privée, sur le principe, la commune ne devant intervenir que subsidiairement et en tous cas pas de son propre chef pour la promouvoir ou la soutenir.

Une retraite bien méritée

Le Conseil a pris congé de Jean-Daniel Bezençon, le secrétaire municipal qui part en retraite dans quelques jours après avoir fidèlement servi sa commune pendant 27 années. Un petit cadeau du Conseil lui a été remis et il a eu droit à une petite ode présidentielle dans laquelle ses qualités musicales ont été mises en rapport avec les exigences administratives de la charge qu’il a occupée.

Photo Olivier Gfeller

Au coeur de Valeyres-sous-Rances

Valeyres : des éoliennes dans la plaine de l’Orbe ?

Au coeur de Valeyres-sous-Rances

Au coeur de Valeyres-sous-Rances

Une assistance clairsemée avait répondu à l’appel pour cette dernière séance de l’année consacrée au budget et aux communications de la Municipalité.
Les conseillers ont largement adopté un budget sans surprise particulière, raisonnable à défaut d’atteindre l’équilibre. Sur des charges estimées à environ 1,8 millions de fr, il manquera quelque 180’000fr de produits.

Ceci dit de meilleures nouvelles ne sont pas à exclure au moment des comptes, sachant que les exécutifs s’efforcent de prendre une marge de sécurité dans leurs prévisions budgétaires. Les estimations de rentrées fiscales ont d’ailleurs été revues à la baisse pour les personnes morales, vu les difficultés que connaissent certains secteurs économiques.

Au point des communications du Président, Raphaël Berthoud lit la lettre de démission de la municipale Sylvie Troyon (voir notre édition de la semaine passée).
Au chapitre des communications municipales, à signaler l’achèvement des travaux d’installation du gaz dans le quartier du moulin.

A relever les inquiétudes de la Municipalité quant au trafic de camions faisant la navette vers la gravière de Sergey : les routes empruntées n’ont pas été conçues pour de telles contraintes et des contacts seront pris avec l’entreprise concernée pour tenter de trouver une solution.

Le syndic Jean-Paul Widmer fait savoir qu’une entreprise s’intéresse à la pose d’éoliennes dans la plaine de l’Orbe, car il semble qu’un couloir propice ait été identifié, ce que des mesures par anémomètre devront confirmer.

La séance aussitôt terminée, une verrée de fin d’année a pris le relais.

Photo Denis-Olivier Maillefer

…Il était moins 5 à l’horloge!

Romainmôtier : 20 h. 10 le quorum était atteint

…Il était moins 5 à l’horloge!

…Il était moins 5 à l’horloge!

Le Conseil général pouvait légiférer

Après la lecture du procès-verbal de la séance du 20 octobre dernier, celui-ci accepté, Marc Benoit, président du Conseil,  procédait à l’assermentation d’un nouveau membre, puis le Conseil général passait au Budget de fonctionnement pour 2010.

Le système de présentation binaire (lecture et projection sur écran) était mis aux oubliettes par le syndic en place Fabrice de Icco. Il préférait faire la lecture des documents envoyés à chaque membre du Conseil. Parlant de considérations générales, le budget 2010 ne différait guère des précédents, il affichait un déficit 68’476,20.

La municipalité s’étant contentée de ne mettre que les dépenses nécessaires à la meilleure gestion possible de la commune, sans luxe, ni superflu. L’entretien des bâtiments communaux (montants estimés à 75’000.-) sera passé par préavis en investissements au début de l’an prochain. Il soulignait encore et toujours, la hausse importante et incontrôlable des charges cantonales: sécurité sociale et instruction publique en particulier.

La commission des finances fit changer les chiffres

«La première version du budget comportait un déficit très important et une marge d’autofinancement négative. Craignant que ce budget ne passe pas devant le Conseil, nous sommes tombés d’accord, avec le syndic et la boursière, sur une série de corrections qui ont modifié la marge d’autofinancement en positif à 24’689.-»

Le président de la commission des finances, Christian de Trey, énumérait les changements apportés. En conclusion, il proposait d’accepter le budget tel que proposé. Peu de questions sont venues, et le budget fut accepté à la majorité, moins une abstention.

Le problème des écoles dans le Vallon

Malgré l’inscription de 15 élèves (pour la rentrée 2010) dans le Vallon du Nozon, ils devront faire leur scolarité, dès 9 ans sur le site de Vallorbe, par décision de l’Etat de Vaud. Pour élaborer de nouveaux statuts, les Municipalités du Vallon les ont négociés pendant , près de douze mois, afin de trouver les meilleurs compromis possibles pour le Vallon.

Sous le nom de AscoVaBaNo, il était demandé, à toutes les communes membres, d’accepter les nouveaux statuts et d’adhérer à l’Association scolaire intercommunale de Vallorbe, Ballaigues, Vallon du Nozon.

Les discussions furent plus portées sur :  le coût pour la commune, ou l’obligation de… que sur le fond. L’école étant obligatoire et en grande partie à la charge des communes! L’objet était finalement accepté à la majorité, moins deux avis contraires et une abstention.

Romainmôtier 2010

Dans les divers et communications, Michel Gaudard pouvait enfin confirmer, dates à l’appui, les manifestations qui jalonneront la commémoration de Cluny et l’Europe, à Romainmôtier, pour 2010. Les plus festives (pour les uns): l’Abbaye «l’Etoile du Jura» ou la fête du tir en invitant nos amis français pour cette occasion, Fête de la musique dans le bourg, Marché et Fête médiévale réunis, la traditionnelle Foire aux livres et les  24 h. de lecture sur ce thème.

Les plus sérieuses (pour les autres): une exposition dès le mois de mars, un film 3D projeté dès le mois de juin. Un colloque international sur «Cluny, le monachisme et l’église» sera ouvert au public. Trois concerts exceptionnels sur «Le chant médiéval au présent», et des rencontres œcuméniques.

C’est un programme riche, intense, qui se veut à la hauteur de l’événement, avec le souhait que les habitants de toute la région soient associés à cette commémoration, décrite comme unique, surtout dans le temps.

La parole n’étant plus demandée, M. Benoit levait la séance et invitait le Conseil pour une petite agape à l’Atelier. On ne vous dira pas où était la petite aiguille quand les dernier(e)s citoyens ont quitté les lieux!

Photo Marlène Rézenne

Cathy Rochat présente le préavis.

Croy: on a limé dans tous les domaines

Cathy Rochat présente le préavis.

Cathy Rochat présente le préavis.

Luc Delarzes, président du conseil, rendait hommage aux 5 personnes disparues en cours d’année, demandait une minute de silence.

Les budgets casse-tête pour l’exercice 2010

La Commune de Croy  n’est pas la première, ni la dernière, à présenter un budget négatif à ses concitoyens  pour 2010 et cela malgré des coupes drastiques et tenter d’assumer le futur. Le dépassement du budget s’élèvera à Fr. 69 633.–.

L. Delarzes ouvrait la discussion. Madame Cathy Rochat, syndic, apportait quelques précisions sur les projections municipales.
Concernant les rentrées fiscales, calculées selon les données du receveur, c’est une diminution des revenus  qui est prévue, mais la municipalité espère qu’il se trompe un peu, et que suite à la mise en fonction l’EMS, ce mois de novembre, le personnel devrait être soumis à l’impôt sur le territoire de la commune, ce qui apportera des rentrées non indexées. L’achat de deux bennes pour le tri du verre devrait être amorti en un an.

L’entretien des bâtiments communaux sera fait au minimum. En conclusion, C. Rochat relevait que l’élaboration acrobatique de ce budget était en partie due à la conjoncture actuelle: report de nouvelles charges sur les communes (frais de garde de la petite enfance, conventions avec la police, etc.) plus la facture sociale qui prend l’ascenseur, sans palier.

Avec de pareils arguments, il n’était pas raisonnable d’inscrire plus de rentrée d’impôts que les chiffres donnés par le service cantonal. Elle ajoutait: «… il nous faut espérer des jours meilleurs et faire avec ce que l’on a…».

Le rapporteur de la Commission de gestion, Thierry Candaux, demandait à l’assemblée d’accepter le budget tel que présenté par la municipalité. Mis au vote, celui-ci était accepté à l’unanimité.

De nouveaux statuts pour la forêt, puis pour l’école

Le préavis no 3 concernait les forêts et sa gestion, en partenariat avec les communes avoisinantes. La municipalité demandait au Conseil  l’autorisation de participer au Groupement forestier (anciennement triage du Nozon) et d’en accepter les statuts. Cet objet était accepté sans opposition.

Le préavis no 4 concernait l’adhésion de la commune de Croy à l’AscoVaBaNo (Association scolaire intercommunale de Vallorbe, Ballaigues, Vallon du Nozon) Extrait du préavis municipal: «Un groupe de travail était nommé pour étudier les diverses solutions proposées par la Loi.

Suite à la proposition faite par ce groupe, les 10 municipalités des communes membres de l’Etablissement scolaire ont opté pour la création d’une association intercommunale dans une optique d’efficacité et de fonctionnalité. Dans son rapport, la commission permanente relevait qui si l’assemblée refusait cette adhésion, les enfants du village ne pourraient plus êtres scolarisés dans cet établissement, et qu’il faudrait en chercher un autre…!

Elle demandait à l’assemblée d’adhérer à l’AscoVaBaNo et d’accepter les statuts. Les conseillers suivaient la commission permanente moins une abstention.

Dans les divers

Madame la syndique parlait de l’achèvement de l’EMS de Croy, et du déménagement des pensionnaires depuis l’Infirmerie Contesse, le 9 novembre. Tout c’était bien passé et les résidents sont contents de ce changement. Quelques petits détails sont encore à régler et une journée portes ouvertes était prévue pour le 12 décembre.

Le four banal fonctionnera le dimanche 10 janvier, avec un petit retard sur la journée des rois! Et l’année prochaine, au mois d’août, rendez-vous était pris pour une nouvelle «Fête dans la rue». Le président du conseil levait la séance à 21 h. 30.

Mais les conseillers et la municipalité ont joué les prolongations au four banal, jusqu’à point d’heure…, dans une joyeuse convivialité.

Photo Marlène Rézenne

C’est sur cette parcelle que vont être construit les immeubles qui fourniront les abris PCi achetés par la commune.

Chavornay : conseil communal expéditif

C’est sur cette parcelle que vont être construit les immeubles qui fourniront les abris PCi achetés par la commune.Le samedi 12 décembre 2009, au sein de la salle du Conseil, la dernière séance de l’année a été expédiée en a peine une heure de débats dirigés avec brio par le Président du Conseil Pierre Malherbe.

En préambule, le Président du Conseil demande à l’assemblée si une modification de l’ordre du jour est requise et c’est sans modification que la session a débuté par l’approbation du procès-verbal de la séance du 5 novembre dernier.

Des débats vite menés

Il s’ensuivit une série de points de l’ordre du jour vite passés sans aucun accroc.

Les décisions

Le budget de fonctionnement 2010 de la commune à été accepté à l’unanimité. Le budget prévoit des dépenses de 12’931’400 francs pour des recettes évaluées à 11’776’000 francs soit un déficit de 1’055’400 francs.

Le plan des investissements pour  un montant de 10’760’000 francs pour 2010 a été adopté sans remarque, tout comme la détermination du plafond des emprunts fixé à 22’100’000 francs.

Le plan des investissements ainsi que le plafond de la dette de la commune sont conformes aux desiderata de la législature et la commission des finances relève avec satisfaction que le taux d’endettement par habitant ne cesse de diminuer.

Des nouvelles places PCi prévues

L’automne 2008, l’Office Régional de la Protection Civile (ORPC) relevait que la commune de Chavornay présentait un déficit de plus de neuf-cent places PCi pour abriter la population en cas de catastrophe.

Une possibilité s’est offerte à la municipalité d’acquérir 348 places au sous sol d’un des bâtiments à construire au lieu dit «Les Moellettes – Bas du Village», en droit de superficie, pour un prix de Fr. 1320.–. Dès lors que le compte prévu présente un disponible suffisant, une demande de crédit concernant ces places a été acceptée par le Conseil.

Après la distribution des jetons de présence, le syndic Pierre-André Leuenberger ainsi que le Président du Conseil, Pierre Malherbe, ont remercié les conseillers pour l’excellent travail qu’ils ont fournis et transmis leurs vœux pour les fêtes de fin d’années.

Photo Pierre Pellaton

Bretonnières : les belles années, c’était avant-hier…

Geneviève Collomb et Patrick Chezeaux.

Geneviève Collomb et Patrick Chezeaux.

Les finances des communes du Vallon du Nozon mises à mal.

La secrétaire du Conseil, Geneviève Collomb, procédait à l’appel: 32 membres répondirent présents, le quorum atteint, 0n pouvait délibérer. Patrick Chezeaux, président, procédait à l’assermentation de trois nouveaux membres, puis il passait à lecture du préavis municipal concernant le budget pour la commune. Un déficit était prévu pour 2010.

La commission permanente, par son rapporteur Pierre-Daniel Collomb, relevait que le 3 juin de cette année, le Conseil avait accepté une augmentation du point d’impôt, et que malgré tout le budget présentait un déficit important. La commission demandait de couper dans les dépenses concernant le patrimoine communal (grande salle et congélateur) ou de les reporter à plus tard. Dans sa conclusion, elle demandait aux membres du Conseil général de refuser le budget 2010 tel que présenté.

La grande salle remise en question

Le syndic, François Berthoud, répondit aux remarques de la commission. Concernant le point d’imposition, il précisait: «Cette année, toutes les communes riches du littoral lémanique  avaient augmenté leur taux d’imposition; par conséquent, nous sommes perdants, malheureusement! Mais avec les changements et l’adoption d’une nouvelle péréquation (qui sera mise en place en 2011), son application devrait se transformer positivement pour notre commune. La grande salle a son utilité: aucun autre local n’est disponible, dans le village, c’est un lieu social, il ne faut pas l’oublier !»

Il y a des demandes de location pour des fêtes de famille, mariages, ou les réunions après un décès. Et la troupe de théâtre du Vallon du Nozon (La Chrysalide) apprécie de répéter et jouer sur cette scène. Elle rend service à la population. Le chauffage donne des signes de faiblesse et il est important de le «soigner». Et renseignement pris auprès des communes avoisinantes, les salles villageoises ne sont pas rentabilisées.

Smara Savoy demandait s’il était possible de réunir un groupe de travail qui plancherait sur le futur de cette salle. Sa demande était retenue.

Il n’y a plus de petites classes

Le syndic trouvait regrettable la disparition des dernières classes dans le village, mais il faut aller de l’avant et le projet de création d’appartements dans le collège sera mis en œuvre sur 2010. Il répondait aussi à la remarque concernant le congélateur communal, qui engendrera quelques dépenses importantes sur le budget 2010. Il confirmait l’intérêt des gens (une seule case est libre) pour cette chambre froide, qui rapportait plus qu’elle n’engendrait de frais ; il était donc important de continuer son entretien.

Il mentionnait les montants de la facture sociale pour la commune, en augmentation constante, sans avoir aucun contrôle sinon l’obligation de la payer! Et dans les délais…

Il répondait ensuite à toutes les remarques relevées par la commission permanente. Une personne du Conseil, appuyée par cinq membres, demandait le vote à bulletin secret. Le budget 2010 fut accepté par 21 oui et 14 non.

Patrick Chezeaux déclarait levée la séance à 22 h. 25.

Photo Marlène Rézenne