Articles

Lors de la partie officielle depuis la gauche: Jean-Michel Charlet, président de la fondation Pré-Giroud et Stéphane Costantini, syndic de Vallorbe.

Vallorbe: Fort de Pré-Giroud, Brisolée royale pour la fin de saison

Samedi 13, c’est par un beau temps automnal que le fort Pré-Giroud a clos sa 30e saison d’ouverture au public. Châtaignes grillées au feu de bois, raclettes et généreux buffet froid ont régalé la centaine de participants. Quelques simulations de détonations faisaient sursauter, rappelant qu’il s’agit bien d’un ouvrage militaire.

Lors de la partie officielle réunissant, entre autres, Jean-Michel Charlet, président de la fondation Pré-Giroud et Stéphance Costantini, syndic de Vallorbe, on rappelle qu’il s’agit d’un des plus beaux forts et qu’il y a un devoir de mémoire à assurer sa pérennité. Merci aux nombreux bénévoles qui y oeuvrent!

Ouverture de la prochaine saison mi-mai 2019.
www.pre-giroud.ch ou 079 622 53 40.

AVIVO Orbe : le nez dans les châtaignes

La faim se fait sentir …

La faim se fait sentir …

Mercredi 4 novembre dernier, deux cars ont sillonné la région urbigène afin de prendre en charge les participants à la sortie  «brisolée» de l’AVIVO à Anzère.

Au départ groupé des deux cars de la Place de la Gare d’Orbe, le souhait avancé dans la convocation par les organisateurs, de se tenir les pouces pour obtenir le beau temps, n’a pas fonctionné!

C’est bien un ciel chargé et sombre qui accompagne les 92 amateurs de châtaignes jusque sur les hauts de Lausanne ; puis les randonneurs traversent un Lavaux aux vignobles couleur or, sur un fond montagneux encore bien gris. A Villeneuve, arrêt café – croissant à l’Oasis, charmant restaurant situé sur la promenade au bord  du lac.

Une fois les premiers arrivés installés, les derniers bataillent un peu pour trouver une place, et le dialogue de s’établir entre miettes de croissants et gorgées de boissons chaudes.

Une fois le groupe sustenté, chacun de reprendre, soit une canne, chapeau ou paletot et en route pour un Valais en habit d’automne, où le soleil cherche à percer une grisaille encore tenace.

Ce n’était pas un mirage

Une fois passé Sion, à la sortie d’un tunnel, dès les premiers contreforts en direction d’Anzère, un clin d’œil du soleil tant espéré, accompagne de ses radieux rayons,  les cars tout au long de la montée en direction de Grimisuat et Arbaz. Mais hélas, comme un mirage, ce fût de courte durée !

Dès l’arrivée dans le cadre merveilleux de la station, une neige tourbillonnante est au rendez-vous, pas de quoi skier, mais laisse à chacun un sentiment de réelle fraîcheur.

La vue saisissante sur les sommets enneigés du Wildhorn, Scex Rouge et Arpelistock, au pied duquel serpente la route du col du Sanetsch, apporte un avant-goût hivernal.

Reste à se déplacer jusqu’au restaurant «Les Premiers pas» situé sur la place au centre du village, où le groupe s’engouffre pour retrouver chaleur et surtout une place qui convient !

A l’intérieur, le restaurant tout en bois, est très accueillant, rustique tout en étant confortable. Pour les inconditionnels de la châtaigne, les amateurs furent gâtés : accompagnées d’un superbe choix de fromages, fruits de saison et une touche de viande séchée ; personne n’est resté sur sa faim !

Cette «brisolée» agrémentée d’un pichet de moût ou de Petite Arvine, va rester à coup sûr en mémoire.

Le retour invite à la découverte, par un détour direction Crans sur Sierre, Montana, Venthône, Sierre, et enfin en ligne directe par une autoroute pas trop chargée.

Une journée sous le signe de l’amitié, une occasion de partager un bon moment entre amis.

Photo Alain Michaud