Articles

Bavois: inauguration du mât de mesure du vent

Depuis plusieurs années la commune de Bavois a réalisé de nombreux projets mettant en œuvre les économies d’énergie et les énergies renouvelables. Son municipal Thierry Salzmann a invité les responsables cantonaux, les citoyens du village et les municipaux des communes limitrophes à l’inauguration d’un mât de mesure des vents situé au-dessus du restoroute de Bavois, sur la colline entre l’autoroute et la rivière le Talent.

En 2010 le Conseil communal avait donné son aval pour une étude plus complète. Des mesures préliminaires avaient démontré un potentiel très intéressant de vents réguliers sur cette colline.

Le site pourrait compter 3 à 5 turbines. Pour réaliser un tel projet, il faut compter deux ans de mesures précises pour établir le potentiel éolien de l’endroit. En cas de résultats favorables, de nombreuses études d’impact et de paperasses administratives devront encore être réalisées avant de récolter le premier kWh.
Jeudi dernier, une séance d’information s’est déroulée sur le site choisi pour l’inauguration officielle d’un mât de mesures de 100 mètres.

Parmi les nombreux invités, on notait la présence des initiants du projet soit: José Basset, un enfant d’Orbe qui gère la Société vento ludens suisse établie aux Ducats; Isabelle Chevalley, conseillère nationale, la don Quichotte des éoliennes et qui vient de sortir une intéressante brochure sur le sujet; et les Services Industriels de Genève.

La société BavoisEole SA chargée du développement du projet, la construction et l’exploitation du parc éolien de Bavois est en cours de formation. Les retombées économiques sont intéressantes pour la commune et pour les propriétaires concernés.

Ce projet s’inscrit dans la stratégie énergétique 2050 de la Confédération.

Un proverbe chinois dit: lorsque se lève le vent du changement, certains érigent des murs, d’autres construisent des moulins à vent.

C'est fait!

Bavois en première ligue

C'est fait!

C'est fait!

C’est fait. Le club du président Jean-Michel Viquerat jouera à l’échelon supérieur, la saison prochaine. Avec huit points d’avance sur son dauphin, Team Vaud, à quatre parties de la fin de la compétition, les Bavoisans pouvaient voir venir. Ils se faisaient toutefois un point d’honneur d’obtenir leur promotion sur le terrain des réservistes lausannois. Ce fut chose faite au terme d’un match de petite cuvée grâce à un but de Zari à la 36e minute, qui leur permettait d’empocher leur 21e victoire de l’exercice.

Alors qu’il reste trois matches à jouer, l’équipe d’Uka présente un bilan magnifique, n’ayant concédé qu’une défaite, à Bavois contre le voisin La Sarraz/Eclépens (0-1) et un match nul 1-1 à Lerchenfeld (6 avril 2013) en 23 rencontres. Ainsi, Bavois retrouve la première ligue dans laquelle il avait déjà fait une courte apparition lors de la saison 2009/10.

Début du 2e tour décisif

Au terme de la partie, le capitaine Frédéric Gilardi était fort réjoui de cette réussite. «Certes, la rencontre n’a pas été de grande qualité. Notre entraîneur nous avait demandé de nous méfier des rushes des Lausannois qui devaient absolument s’imposer. Il a voulu que le milieu du terrain reste compact afin de ne pas offrir d’espace dans nos trente derniers mètres. Ce que nous sommes parvenus à faire. Si Team Vaud s’est procuré une ou deux possibilités au début, nous n’avons pas eu beaucoup de soucis par la suite.

Obtenir la promotion à la Pontaise est la cerise sur le gâteau». Pour leur part, Marco Malgioglio comme Nicola Zari relevaient que le point crucial a été le début du second tour. «Après une longue préparation dans des conditions météo délicates, nous avons peiné face à des équipes du milieu du tableau. Nous avons néanmoins eu la force mentale pour passer les écueils, parfois dans les dernières minutes de jeu. Nous avons alors compris que nous avions l’esprit nécessaire pour aller au bout de l’aventure».

L’éloge du président

Le président Viquerat tirait le bilan de cette saison. «Je savais que nous étions capables de jouer les premiers rôles, mais pas aussi bien que nous l’avons fait. L’équipe n’avait pas de point faible. Cette réussite est le fruit d’un travail, d’une solidarité et d’un esprit exemplaires. J’aimerais souligner l’excellent boulot de notre entraîneur Békim Uka. Cet homme a été fidèle à son image de joueur. Il a su coacher, corriger, maintenir un esprit et prendre les bonnes décisions, tout en demeurant d’un calme olympien. Je suis fier de pouvoir compter sur un personnage aussi exigeant, appliqué et honnête, ayant toujours eu soin d’entretenir de bons rapports avec le reste du club. Je le félicite comme l’équipe qui nous apporte une magnifique consécration».

Photo Pierre Mercier

L’entraîneur de La Sarraz, le Baulméran Stephan Cornu

Football: vaine domination

L’entraîneur de La Sarraz, le Baulméran Stephan Cornu

L’entraîneur de La Sarraz, le Baulméran Stephan Cornu

Pour cette reprise de la compétition, La Sarraz-Eclépens recevait l’un de ses compagnons du haut du tableau, La Tour/Pâquier. Dans cette confrontation, les Vaudois ont largement dominé le débat et pourtant ils devront se contenter d’un partage des points (1-1). Si le match était relativement équilibré dans son début, ce sont les Fribourgeois qui allaient prendre l’avantage au milieu de cette première période, à la suite d’un ballon mal contrôlé, qui profitait à un adversaire qui expédiait un tir inarrêtable des 20 mètres.

Sans se laisser désarçonner par cette réussite absolue, les Sarrazins entamèrent une domination qui allait devenir constante au fil du match. Il fallut attendre la 53ème minute pour qu’ils égalisent sur un centre tir heureux de Della Loma qui surprenait le portier gruérien. Alors qu’on les voyait passer l’épaule face à une défense aux abois, ils ne trouvèrent plus l’ouverture, leurs tentatives s’écrasant souvent sur la tête ou le corps d’un Fribourgeois. La Sarraz a sans doute eu le tort de trop jouer de manière aérienne, domaine dans lequel La Tour/Pâquier s’est montré à l’aise. Toutefois, le regroupement quasi-total de l’adversaire ne facilita pas la manoeuvre des maîtres de céans.

Pas de gamberge

Si l’entraîneur Cornu se contentait de ce point eu égard aux matches de préparation qui ont été catastrophiques, il faut bien avouer que son équipe est meilleure que La Tour/Pâquier qui occupe pourtant le 3e rang du groupe. «C’est justement cette place que nous visons et j’avais ajouté dans ma théorie qu’il ne fallait pas perdre cette première partie. D’où ma satisfaction car les gars ont livré un bon match. Leurs doutes se sont vite effacés car ils se posaient quelques questions. Il faut bien reconnaître que nous aurions dû nous imposer. Mais un remis ne me gêne pas, pour autant que nous gagnions la prochaine rencontre (contre Baulmes)». Cinquièmes du classement, les Sarrazins n’ont qu’un point de retard sur leurs adversaires du jour. Quant au match Baulmes – Bavois, il a été renvoyé au 3 avril.

Photo Pierre Mercier

L’entraîneur de Baulmes II, Serge Vanetta, peut avoir le sourire.

Le match au sommet à Bavois

L’entraîneur de Baulmes II,  Serge Vanetta, peut avoir le sourire.

L’entraîneur de Baulmes II,
Serge Vanetta, peut avoir le sourire.

La première équipe du FC Orbe aime à faire souffrir ses supporters. A plusieurs reprises cette saison, elle a dominé son adversaire sans parvenir à vaincre. Ce fut encore le cas dimanche dernier, sur le terrain des Trois Sapins à Echallens. Opposée aux réservistes locaux, elle a dû attendre les arrêts de jeu pour faire la différence alors qu’elle aurait dû atteindre la mi-temps avec un avantage conséquent. Malheureusement, elle a galvaudé une dizaine d’opportunités lors de ces 45 minutes initiales. Certes, le portier challensois s’est fait l’auteur de quelques arrêts déterminants. N’empêche que les attaquants urbigènes ont raté souvent l’immanquable. Une confiance en berne et le manque d’expérience des jeunes s’allièrent pour les empêcher de scorer. Dommage car sa domination territoriale a été totale au point que l’issue de la partie ne semblait pas faire l’ombre d’un pli.

Les coups francs de Carvalho

Devant cette absence de réussite, l’équipe se crispa lors de la suite du match. Les choix devinrent plus aléatoires, permettant à Echallens II de mener quelques contres dangereux. C’est en toute fin de partie alors que les Urbigènes tentèrent le tout pour le tout que la récompense tomba enfin. Obtenant un coup franc intéressant à l’orée des seize mètres, dans les arrêts de jeu, Carvalho le transforma avec brio, au grand soulagement de ses camarades. Cette deuxième victoire de l’exercice devrait être salutaire pour la fin de ce premier tour au cours duquel les Urbigènes devront notamment rencontrer des formations comme Prilly, Assens et Champvent, classées devant eux mais pour quelques points seulement.

Force est de constater que l’arrivée de Duarte, dans l’axe de la défense, est un apport intéressant. Un garçon qui fait son travail avec calme de manière à rassurer ses collègues. Ainsi Carvalho a su rester dans la norme sans perdre ses nerfs, comme il en a trop souvent l’habitude. Son coup franc, comme celui contre Jorat/Mézières, a permis à Orbe d’obtenir des points importants. Au terme de la partie, l’entraîneur Admir Bilibani était soulagé même s’il concédait que l’absence de véritables attaquants rendait la tâche de son équipe plus compliquée.

Bavois II et Chavornay continuent

Les réservistes bavoisans ont le vent en poupe. Bénéficiant d’une confiance à tout va, ils sont allés s’imposer à Prilly qui a plié dans les dernières minutes de jeu (86e), à la suite d’une réussite de l’inévitable Hükmü. Une partie au cours de laquelle la formation de la Plaine de l’Orbe s’est procurée l’essentiel des occasions de but, se voyant même annuler deux réussites sur hors-jeu, et a livré l’une de ses meilleures prestations de la saison. En tête de ce groupe de 2e ligue avec 19 points, elle compte trois longueurs d’avance sur Payerne et quatre sur Prilly.

Chavornay, lui, est inarrêtable en 3e ligue. Il s’est imposé par 5-0 sur le terrain de Valmont. Il prend résolument la tête du championnat de 3ème ligue dans lequel il a marqué à 24 reprises en six rencontres soit une moyenne de quatre goals par partie. C’est dire l’efficacité de sa ligne d’attaque. Notons encore les défaites, large de Rances à Cully contre Vignoble (7-2) et de Vallorbe-Ballaigues, battu 1-0 par Porto Lausanne, ce qui relègue malheureusement les frontaliers dans le fond du classement.

Baulmes II prend l’avantage

En gagnant 2-0 au Puisoir face à la deuxième garniture urbigène qui file du mauvais coton, La Sarraz II a pris le commandement de la 4ème ligue régionale dans un groupe où Savigny, Montcherand et Champvent II talonnent le nouveau chef de file. En 5e ligue, Baulmes II a remporté le choc au sommet contre Valbal II par 4-2 et compte désormais cinq points d’avance sur son vaincu. Enfin, les juniors A du MJOR ont pris la mesure de Serrières par 4-1 tout en étant joliment dominé par des Neuchâtelois plus habiles dans la conduite du ballon mais moins adroits devant le but. Des jeunes de la région qui doivent se contenter du quatrième rang après avoir longtemps dominé ce championnat qui disparaîtra au terme de la saison 2013-14.

Photo Pierre Mercier

Le gardien de Baulmes Kennedy Matos s’est montré à l’aise face au Team Vaud.

Football: région, et de six

Le gardien de Baulmes Kennedy Matos s’est montré à l’aise face au Team Vaud.

Le gardien de Baulmes Kennedy Matos s’est montré à l’aise face au Team Vaud.

Une fois de plus, Bavois n’a pas fait le détail lors de la venue de Berne au stade des Peupliers, en s’imposant par 6-0. Jusqu’alors, les joueurs de la capitale fédérale présentaient une différence de buts de 6-6 après cinq rencontres de championnat. Ce qui laissait sous-entendre que leur défense était solide et leur attaque peu prolixe.

En 40 minutes, les joueurs de la Plaine de l’Orbe ont sérieusement mis à mal cette pseudo-réputation. Ils menaient 4-0 grâce à des réussites de Malgioglio, Ilic (2x) et Zeneli. La messe était dite à l’heure du thé, car les Alémaniques n’avaient inquiété le gardien Humbert qu’à une seule reprise (41e) durant ce temps.
Avec cinq victoires consécutives à leur actif, les Bavoisans ont acquis une confiance qui leur donne un allant extraordinaire.

Même s’il faut tenir compte des moyens relatifs de l’adversaire, le leader n’a pas manqué d’impressionner. Il a très vite pris le contrôle du match pour étouffer des Bernois qui ne savaient plus où donner de la tête, encaissant des buts sans pouvoir réagir. C’est dans tous les domaines de jeu qu’ils ont été dominés face à cette machine bien huilée. Le porteur du ballon avait toujours plusieurs solutions et choisissait régulièrement la plus simple. Une vraie leçon d’efficacité, belle à voir et qui permet à l’entraîneur Uka de voir l’avenir avec confiance dans cette 2e ligue interrégionale. Pour autant que son équipe ne tombe pas dans le travers de la facilité.

Baulmes résiste

La formation d’Egea recevait elle l’autre favori du groupe, le Team Vaud. Baulmes a confirmé son redressement en menaçant les joueurs d’Alexandre Comisetti jusqu’à la fin de la partie. Bénéficiant d’un contingent qui s’étoffe, elle a disputé une première période intéressante avant de faiblir après la mi-temps. Mais comme les Lausannois ne parvenaient pas à doubler l’avantage heureux pris à la demi-heure à la suite d’une bévue défensive, les Baulmérans ont eu une ou deux occasions pour égaliser.

Il est vrai qu’avec la présence de joueurs de Super League comme Meoli, qui se remet d’une blessure, et Avanzzini, on s’attendait à voir le Team Vaud prendre facilement la mesure de l’hôte. Certes, il a fallu compter sur la très bonne performance du gardien Matos pour éviter que le score ne prenne de l’ampleur. Il n’empêche que Baulmes a démontré qu’il atteignait tranquillement le niveau de sa nouvelle division. Du reste, l’entraîneur Tony Egea pense que ses garçons ont les moyens de jouer le milieu du tableau dès que tout le monde sera à disposition, car certains joueurs ne sont pas encore qualifiés.

Quant au Team Vaud, il n’a pas particulièrement impressionné. Son jeu est moins fluide que celui de Bavois et on sent que certains de ses éléments sont plus soucieux de briller aux yeux de leurs dirigeants que de mettre leurs qualités au service du groupe.

Photo Pierre Mercier

Vidoje Illic et le FC Bavois se tirent définitivement d’affaire.

Football: Baulmes et Orbe mal lotis

Vidoje Illic et le FC Bavois se tirent définitivement d’affaire.

Vidoje Illic et le FC Bavois se tirent définitivement d’affaire.

En 1ère ligue, Baulmes est toujours en position de relégué après sa défaite par 2-0 au Grand Lancy.

On sait que deux formations sur les trois groupes nationaux redescendront en 2ème ligue interrégionale. Actuellement, la formation de Christian Mischler compte sept points de retard sur Zofingue (16 pts dans le groupe 2) tandis que Gossau (14 pts dans le groupe 3) pourrait actuellement accompagner les Baulmérans à l’étage inférieur.

En 2e inter, les affaires d’Orbe se corsent. Battus 3-0 par le Team Genève, les Urbigènes ont vu Perly-Certoux aller gagner 3-2 à Sierre.

Désormais, les poulains d’Alain Béguin ont cinq points de retard sur les Genevois et six sur les Valaisans alors qu’il ne reste que sept journées de championnat. Pour sa part, Bavois s’est enfin mis à l’abri de la relégation après une victoire claire à Montreux par 5-0 tout comme La Sarraz (dans le groupe 2), vainqueur du derby contre Thierrens par 3-1.

Gianluca Chiazza jouait du côté de Saint-Etienne avant de venir à Baulmes

Football: on reprend en cette fin de semaine

Gianluca Chiazza jouait du côté de Saint-Etienne avant de venir à Baulmes

Gianluca Chiazza jouait du côté de Saint-Etienne avant de venir à Baulmes

La pause hivernale se profile avec l’arrivée des beaux jours. Ce deuxième week-end de mars verra les compétitions de 1ère ligue et de 2e ligue interrégionale reprendrent leur cours. Pour nos équipes régionales, c’est une lutte contre la relégation qui s’engage. En effet, Baulmes est dernier de son groupe avec 4 points au terme de 15 parties. Il compte 8 longueurs de retard sur l’avant-dernier Monthey. En 2e ligue inter, Orbe est avant-dernier (13e) avec sept unités, à 6 points de Sierre, l’antépénultième. Dans le même groupe, Bavois n’est que 10ème avec 14 pts. C’est dire que le printemps sera chaud pour ces formations. Quand bien même une inconnue demeure. Avec le retrait de compétition de Neuchâtel Xamax et probablement de Servette en Super League, il risque fort d’y avoir des répercussions au niveau des relégations dans les championnats qui concernent nos clubs. On attend avec impatience les conséquences de cette déroute financière des clubs romands de l’élite.

13 nouveaux à Baulmes

Après un premier tour au cours duquel Baulmes a failli disparaître de la carte footballistique du pays, la venue de Metin Karagülle a été salvatrice. Surtout que le nouveau président a eu la bonne idée de s’entourer de dirigeants locaux pour composer son comité, ce qui redonne du crédit à ce club qui a passé par des péripéties pénibles durant ces dernières années. Après une certaine valse des entraîneurs, l’équipe de 1ère ligue a été confiée à Christian Mischler, qui a quitté Orbe pour revenir à ses premières amours. Comme le contingent ne répondait pas aux exigences de la division, 13 nouveaux joueurs sont venus en renfort à l’intersaison. Une habitude à Baulmes mais cette fois il s’agira de sauver le club d’un bien mauvais pas. Et le nouveau mentor n’hésite pas à dire que son club va au-devant d’un nouveau départ. «Etant donné l’arrivée d’un grand nombre de gars, il faudra sans doute un peu de temps pour que la cohésion se fasse. La neige nous a contraints à nous entraîner longtemps en salle ou à aller disputer des matches de préparation sur des terrains synthétiques. Pourtant, il faudra que l’on soit compétitif d’emblée car nous recevrons lors des quatre premières parties de ce deuxième tour. Il faudrait pouvoir glaner sept points lors du premier mois de compétition lorsque nous recevrons successivement les moins de 21 ans de Young Boys, Guin, UGS et Monthey. Notre façon de jouer devra différer aussi puisque nous comptons surtout des joueurs au petit gabarit. En d’autres termes, nous devrons accentuer le jeu au sol», nous dit Metin Karagülle.

Nouveaux joueurs

Yann Gretler, Ludovic Valente et Youssef Wyssam (Monthey), Kenedy Rodriguez, et Théo Reymond (Yverdon), Onur Demircan et Wilfried Loizeau (ex-Bavois), Faruk Bahi (Champagne), Gilles Levrand (Martigny), Ali Caglar (Stade Nyonnais) ainsi que plusieurs garçons venus de France soit Christian et Christopher Nzinga ainsi que Gianluca Chiazza.

Remue-ménage aussi à Orbe

Comme à Baulmes et à Bavois, les Urbigènes ont changé d’entraîneur à l’issue d’une première partie de championnat catastrophique. En dehors d’un contingent limité, Orbe a dû faire face à un grand nombre de blessés ou de suspensions qui ont lésé l’évolution de l’équipe première. C’est du reste l’une des premières intentions du nouveau coach Alain Béguin d’instaurer une mentalité différente. «J’ai prévenu les gars que je n’accepterai pas des débordements sur le terrain. Je leur ai interdit de contester l’arbitre mais demandé de respecter l’adversaire. Pour ce qui est des joueurs à disposition, j’estime que nous possédons de quoi nous permettre d’aborder la compétition avec de meilleurs arguments. Cependant, je déplore d’emblée l’absence de plusieurs garçons qui sont blessés ou suspendus. Ainsi, Da Motta n’a pas encore repris l’entraînement après avoir été opéré (pas de retour avant un bon mois).

Le gardien Grosso se soigne encore alors que son frère devrait être compétitif contrairement à Alves, Seguin ou Galokho alors que Carvalho et Gêtaz subissent encore une punition actuellement. «C’est dommage car lors des premières rencontres du printemps, nous allons affronter des équipes du haut du tableau et il nous faudrait glaner quelques points ici et là pour ne pas être définitivement décramponnés. Et pour cela, il faudrait bénéficier de l’apport de tous», nous dit Alain Béguin, qui a recruté onze nouveaux joueurs qui compenseront les départs de Barrier (Azzurri Lausanne), Momo (Lutry, Makinu (Bavois II) et Spethim (Ursy).

Nouveaux venus

Jonathan Abat, Kevin Besic et Enis Ibraimi (Stade Lausanne), Henrique Amorin et Ewerton Da Silva (Bosna Yverdon), Carlos Sepulveda (Champvent), Gustavo Oliveira Luis (Centre Portugais Lausanne), Admir Bilibani (Dardania, ancien joueur de Super League), Gabrielle Bianchi (Echallens) Lucien Obama (La Sarraz) et Léonardo Venancio Costa (venu du Brésil).

Préparer l’avenir

Bavois est sans doute la formation qui a le moins à craindre. Pour commencer, il a conservé l’essentiel de son effectif et accueille trois nouveaux joueurs dont Edim Becirovic (Renens), Diogo Paiva (Prilly et Raphael Cottens qui revient à la compétition après un an d’arrêt. Le président Jean-Michel Viquerat ne fait pas de mystère sur l’ambition de son club lors de ce deuxième tour. «Il nous faut d’abord nous éloigner de la zone de la relégation.

Puis ensuite, si tout se passe bien, nous travaillerons de manière à préparer l’avenir, car j’espère bien que l’on pourra introduire progressivement des jeunes dans l’équipe». De son côté, le nouvel entraîneur, Bekim Uka, se réjouissait du retour du soleil, samedi dernier. «Il n’a pas été facile de s’entraîner lorsqu’il faisait moins dix ou moins quinze degrés. Il a fallu que je varie les entraînements en conséquence pour que nous soyons prêts à temps». A première vue, cela sera le cas puisque Bavois s’est montré assez impressionnant lors de ses parties de préparation, en espérant que l’équipe retrouve l’ambition qui lui a manqué à l’automne dernier.

 

Photo Pierre Mercier

Jeunesse de la Sarraz à Bavois

Cantonale 2008 à Bavois

Réserve naturelle de la Saint-Prex

Un des tunnels avant le «coupé du ruban».

Un des tunnels avant le «coupé du ruban».

Inauguration du crapauduc

Les représentants de la Conservation de la Faune (Service des forêts, de la faune et de la nature de l’Etat de Vaud), ont organisé une petite cérémonie afin d’inaugurer un ouvrage un peu particulier pour nos amis batraciens.

La saison de reproduction des crapauds et grenouilles

Chaque début année, dès les premières pluies tempérées de mi-février, les batraciens, qui ont passé l’hiver enfouis dans le sol forestier, vont se rendre dans un plan d’eau pour se reproduire. Et c’est là que l’une des plus grandes causes de la mortalité de ces batraciens intervient. La route et ses utilisateurs leur sont souvent fatales, et il est, hélas, quasiment impossible d’éviter cette masse quasi compacte en déplacement. La première solution qui a été étudiée était de fermer la route Bavois-Orny par Entre-Roches pendant les quelques jours critiques de la migration. Le retour à la forêt des individus, une fois leurs pontes effectuées, et quelques semaines plus tard de leur descendance, se faisant sur une période plus espacée, la situation devenait alors à nouveau critique.

Mais, c’est quoi «un crapauduc»?

Comme il existe des aqueducs, des gazoducs ou encore des viaducs, pourquoi ne pas appeler ce passage sous route pour batraciens un «crapauduc?» (même si nos fidèles correcteurs ne trouveront sûrement pas ce mot dans leurs dictionnaires).
Le «crapauduc» est constitué d’éléments en forme de «L» en béton de cinquante-cinq centimètres de hauteur, qui sont placés de part et d’autre de la route. Les batraciens buttent contre cet élément et, poussés par leur instinct, ils cherchent un passage en direction du plan d’eau. C’est pourquoi, tous les cinquante mètres environ, un petit tunnel traversant la route permet à la grenouille verte, la grenouille agile et autre crapaud sonneur de traverser sous-voie sans danger de se faire écraser.

C’est donc au printemps prochain que les principaux bénéficiaires emprunteront pour la première fois «leur crapauduc» et, que les grenouilles se rassurent, elles aussi auront leur droit de passage.

Photographie  Sylvie Troyon