Articles

Le hangar à bois de Baulmes.

Baulmes: séance de rodage

L’adoption du taux d’imposition repoussée à plus tard

Ce devait être le point principal de la séance inaugurale de la nouvelle législature. Malheureusement, la commission chargée de rapporter sur l’arrêté d’imposition n’a pas eu assez de temps pour étudier cet objet important et a demandé un délai supplémentaire. Finalement, les membres du législatif en discuteront le 12 octobre prochain.

Du nouveau au Conseil
Le bureau du Conseil présente de nouveaux visages: Luc Pillevuit, président, a retrouvé le perchoir qu’il avait quitté il y a douze mois. Il sera secondé dans sa tâche par une nouvelle secrétaire, Myriam Deriaz, qui a été vivement félicitée et remerciée de s’être mise à disposition en remplacement de Françoise Monnier.

Communications municipales

Le nouveau hangar à bois est terminé et opérationnel a annoncé Julien Cuérel, syndic. Les 340 m2 de panneaux photovoltaïques ont une capacité de production d’environ 30 000 watts. Les réparations apportées à quelques rues du village seront terminées d’ici la fin du mois.

Une enquête est en cours pour déterminer les causes de la destruction à l’herbicide d’une haie qui se trouve sur le site sensible d’exploitation de la future carrière. Le dossier qui prévoit les nouveaux aménagements de l’hôtel de ville est chez l’architecte et devrait être présenté prochainement tout comme celui qui prévoit la réfection de la rue du Clos. On en saura un peu plus d’ici la fin de l’année à propos du plan directeur communal. Avec la manne financière reçue à l’occasion du prix Binding, deux sentiers seront réalisés et une chênaie sera plantée en Feurtille l’année prochaine. Un inventaire des plus beaux arbres des forêts baulméranes a été réalisé. Plus de 1 000 spécimens ont été recensés et 51 ont reçu l’étiquette «remarquable».

Baulmes, Champvent et Vuiteboeuf s’unissent pour l’eau

Les 3 communes ont décidé de s’associer pour garantir à leurs habitants une réserve d’eau alimentaire suffisante. Elles n’ont pas de réserve de secours en cas de pollution. Le système de traitement sera modifié et amélioré. Le projet d’étude parle d’une réduction du prix du m3 d’eau de 3 à 2 francs en cas d’acceptation du projet. Ce dernier, devisé à plusieurs millions de francs, sera discuté et voté en décembre par les 3 législatifs.

Rois et reines avant le déluge.

Baulmes: entre les gouttes!

Tous les deux ans, les organisateurs de l’Abbaye ne ménagent pas leurs efforts pour apporter, grâce aux festivités, de la joie et de la bonne humeur aux Baulmérans d’ici et d’ailleurs. La fête, extrêmement variée, apporte son lot de satisfaction à chacun en commençant par les concours de tir pour les fins guidons, les repas pour les gourmets, les défilés pour ceux qui aiment marcher au pas, les bals pour les danseurs et les manèges pour les plus jeunes.

Les temps changent, les traditions restent

Si la manifestation n’est plus aussi populaire qu’il y a quelques lustres, les personnes qui y participent profitent de ces beaux moments d’échanges et de retrouvailles. Le cortège folklorique et humoristique n’est peut-être plus aussi imposant qu’avant, mais on reconnaît aux membres des sociétés qui ont préparé les chars ou les groupes un savoir-faire et une envie de plaire.

Désignation des rois

Quatre cibles étaient proposées aux tireurs, et les rois suivants ont été désignés: Alexandre Scramoncin a été sacré 1er roi à la cible société (au total des points) devant Daniel Jaccaud (au coup centré). A la cible Bonheur, c’est l’Abbé Président de la société, Marc von Ow, qui est devenu roi grâce à un impact sur le 100 de la cible. A la cible Contornet, Marc-Etienne Deriaz a également obtenu un 100. Sur la difficile cible Fantaisie, le plus habile a été Michel Roethlisberger qui a réussi un total de 413 points sur 500.

Lors du banquet du dimanche, Laurent Dubuis a été sacré roi de la fête en obtenant le meilleur total à l’addition de toutes les cibles.

Précisons encore que les plus jeunes ont pu s’exercer au tir à 50 mètres à la carabine 22 long rifle; Marion Urfer et Lancelot Conod s’y sont montrés les plus adroits.

Baulmes: pas de neige mais beaucoup de convivialité

Quelques sociétés villageoises, les écoles, la paroisse, des familles, des voisins ont tenu à préparer la fête de la Nativité en organisant soir après soir dès le 1er décembre les «fenêtres de l’Avent» grâce au programme mis sur pied par Marie-Noëlle Delessert.

Les intentions étaient diverses: volonté de prendre du temps pour accueillir les amis autour d’un bon verre de vin chaud et de diverses pâtisseries, animer la discussion dans un cadre décontracté et convivial, présenter par des chansons bien interprétées ce qui a été préparé en classe, donner aux enfants et aux parents la possibilité d’écouter un conte de Noël venu d’ailleurs, faire savoir qu’on est de retour après une carrière professionnelle loin du village et que l’on veut faire revivre l’ex-bâtiment de la poste, ou tout simplement partager quelques instants privilégiés.

Marie-Noëlle Delessert précise avec un grand sourire que le millésime 2014 a été bon et qu’il a permis à des Baulmérans de découvrir (grâce à leur GPS!!!) l’emplacement de la rue du Pontet et du chemin Henri Giroud.

Guitaristes avec Murielle Besuchet et le Petit choeur dirigé par Nathalie Vuillemin

Baulmes: le charme des bonbons acidulés

Guitaristes avec Murielle Besuchet et le Petit choeur dirigé par Nathalie Vuillemin

Guitaristes avec Murielle Besuchet et le Petit choeur dirigé par Nathalie Vuillemin

Ce premier samedi de mai, le petit choeur dirigé par Nathalie Vuillemin et les guitaristes de Murielle Besuchet ont signé la fin de la saison 2012-2013 de l’Association culturelle de Baulmes et environs. Parents et amis sont venus en nombre soutenir leurs juniors.

Grande fraîcheur pour de beaux textes engagés

Vêtus de T shirts multicolores, très naturels quant aux plus jeunes d’à peine 8 ans (larges bâillements non dissimulés), les enfants et ados investissent la scène avec gaieté. Mais ne pas s’y tromper, fraîcheur ne rime aucunement avec mièvrerie ce soir-là. Nathalie Vuillemin propose des textes de Brel, Vian, Ferrat, Barbara et bien d’autres que les enfants interprètent avec coeur de leur voix juvénile. Les guitaristes et la pianiste les accompagnent parfaitement. C’est beau et touchant, le public est séduit. Plusieurs bis pour ce programme d’une traite, comme «Lily» de Pierre Perret ou «La java des bombes atomiques» de Vian. Pour cette dernière, Nathalie Vuillemin défie le public de chanter, tant il s’agit d’un exercice pointu d’articulation!

Cinq guitaristes, une pianiste et onze chanteurs sans cloisonnement

C’est la 6e année que Murielle Besuchet et Nathalie Vuillemin s’unissent pour présenter ce concert de fin de saison. Leurs jeunes glissent avec aisance d’un groupe à l’autre. Ainsi une chanteuse est également pianiste et une guitariste se joint aisément au petit choeur. Ceci donne une belle unité à l’ensemble.
Le petit choeur a le but avoué et louable de sensibiliser les enfants à des textes et des mélodies de qualité de la culture francophone. En sus, la collecte permet d’aider des enfants démunis, ce soir-là, un orphelinat chilien. D’excellentes raisons donc de les encourager à persévérer dans ce sens!

Photo Catherine Fiaux

L’entraîneur de La Sarraz, le Baulméran Stephan Cornu

Football: vaine domination

L’entraîneur de La Sarraz, le Baulméran Stephan Cornu

L’entraîneur de La Sarraz, le Baulméran Stephan Cornu

Pour cette reprise de la compétition, La Sarraz-Eclépens recevait l’un de ses compagnons du haut du tableau, La Tour/Pâquier. Dans cette confrontation, les Vaudois ont largement dominé le débat et pourtant ils devront se contenter d’un partage des points (1-1). Si le match était relativement équilibré dans son début, ce sont les Fribourgeois qui allaient prendre l’avantage au milieu de cette première période, à la suite d’un ballon mal contrôlé, qui profitait à un adversaire qui expédiait un tir inarrêtable des 20 mètres.

Sans se laisser désarçonner par cette réussite absolue, les Sarrazins entamèrent une domination qui allait devenir constante au fil du match. Il fallut attendre la 53ème minute pour qu’ils égalisent sur un centre tir heureux de Della Loma qui surprenait le portier gruérien. Alors qu’on les voyait passer l’épaule face à une défense aux abois, ils ne trouvèrent plus l’ouverture, leurs tentatives s’écrasant souvent sur la tête ou le corps d’un Fribourgeois. La Sarraz a sans doute eu le tort de trop jouer de manière aérienne, domaine dans lequel La Tour/Pâquier s’est montré à l’aise. Toutefois, le regroupement quasi-total de l’adversaire ne facilita pas la manoeuvre des maîtres de céans.

Pas de gamberge

Si l’entraîneur Cornu se contentait de ce point eu égard aux matches de préparation qui ont été catastrophiques, il faut bien avouer que son équipe est meilleure que La Tour/Pâquier qui occupe pourtant le 3e rang du groupe. «C’est justement cette place que nous visons et j’avais ajouté dans ma théorie qu’il ne fallait pas perdre cette première partie. D’où ma satisfaction car les gars ont livré un bon match. Leurs doutes se sont vite effacés car ils se posaient quelques questions. Il faut bien reconnaître que nous aurions dû nous imposer. Mais un remis ne me gêne pas, pour autant que nous gagnions la prochaine rencontre (contre Baulmes)». Cinquièmes du classement, les Sarrazins n’ont qu’un point de retard sur leurs adversaires du jour. Quant au match Baulmes – Bavois, il a été renvoyé au 3 avril.

Photo Pierre Mercier

Le gardien de Baulmes Kennedy Matos s’est montré à l’aise face au Team Vaud.

Football: région, et de six

Le gardien de Baulmes Kennedy Matos s’est montré à l’aise face au Team Vaud.

Le gardien de Baulmes Kennedy Matos s’est montré à l’aise face au Team Vaud.

Une fois de plus, Bavois n’a pas fait le détail lors de la venue de Berne au stade des Peupliers, en s’imposant par 6-0. Jusqu’alors, les joueurs de la capitale fédérale présentaient une différence de buts de 6-6 après cinq rencontres de championnat. Ce qui laissait sous-entendre que leur défense était solide et leur attaque peu prolixe.

En 40 minutes, les joueurs de la Plaine de l’Orbe ont sérieusement mis à mal cette pseudo-réputation. Ils menaient 4-0 grâce à des réussites de Malgioglio, Ilic (2x) et Zeneli. La messe était dite à l’heure du thé, car les Alémaniques n’avaient inquiété le gardien Humbert qu’à une seule reprise (41e) durant ce temps.
Avec cinq victoires consécutives à leur actif, les Bavoisans ont acquis une confiance qui leur donne un allant extraordinaire.

Même s’il faut tenir compte des moyens relatifs de l’adversaire, le leader n’a pas manqué d’impressionner. Il a très vite pris le contrôle du match pour étouffer des Bernois qui ne savaient plus où donner de la tête, encaissant des buts sans pouvoir réagir. C’est dans tous les domaines de jeu qu’ils ont été dominés face à cette machine bien huilée. Le porteur du ballon avait toujours plusieurs solutions et choisissait régulièrement la plus simple. Une vraie leçon d’efficacité, belle à voir et qui permet à l’entraîneur Uka de voir l’avenir avec confiance dans cette 2e ligue interrégionale. Pour autant que son équipe ne tombe pas dans le travers de la facilité.

Baulmes résiste

La formation d’Egea recevait elle l’autre favori du groupe, le Team Vaud. Baulmes a confirmé son redressement en menaçant les joueurs d’Alexandre Comisetti jusqu’à la fin de la partie. Bénéficiant d’un contingent qui s’étoffe, elle a disputé une première période intéressante avant de faiblir après la mi-temps. Mais comme les Lausannois ne parvenaient pas à doubler l’avantage heureux pris à la demi-heure à la suite d’une bévue défensive, les Baulmérans ont eu une ou deux occasions pour égaliser.

Il est vrai qu’avec la présence de joueurs de Super League comme Meoli, qui se remet d’une blessure, et Avanzzini, on s’attendait à voir le Team Vaud prendre facilement la mesure de l’hôte. Certes, il a fallu compter sur la très bonne performance du gardien Matos pour éviter que le score ne prenne de l’ampleur. Il n’empêche que Baulmes a démontré qu’il atteignait tranquillement le niveau de sa nouvelle division. Du reste, l’entraîneur Tony Egea pense que ses garçons ont les moyens de jouer le milieu du tableau dès que tout le monde sera à disposition, car certains joueurs ne sont pas encore qualifiés.

Quant au Team Vaud, il n’a pas particulièrement impressionné. Son jeu est moins fluide que celui de Bavois et on sent que certains de ses éléments sont plus soucieux de briller aux yeux de leurs dirigeants que de mettre leurs qualités au service du groupe.

Photo Pierre Mercier

Les frères Pittet connaissent des sorts différents, Olivier avec Montcherand et Daniel avec Croy.

Football: des surprises d’emblée

 Les frères Pittet connaissent des sorts différents, Olivier avec Montcherand et Daniel avec Croy.

Les frères Pittet connaissent des sorts différents, Olivier avec Montcherand et Daniel avec Croy.

On disait de Chavornay qu’il serait redoutable dans son groupe de 3ème ligue après une période de préparation au cours de laquelle il n’avait connu qu’une défaite à Champvent (2-1).

Pour son premier match de championnat, l’équipe de Franck Duplan affrontait sa bête noire. A Moudon, les joueurs de la Plaine de l’Orbe se sont encore une fois inclinés contre Etoile Broye par 2-1. Lors de la saison passée, les Chavornaisans avaient perdu à deux reprises contre cette formation (4-1) qui lui avait enlevé ses derniers espoirs de monter à l’étage supérieur. Duplan ne cherchait pas d’excuse à ce faux pas. «Etoile Broye n’a pas de point faible. Elle a très bien joué sur le petit terrain de Moudon. Si je considère le score par rapport à l’année passée, je pourrais me dire que nous sommes en progression. Mais certains de mes joueurs ont cru que nous serions invincibles après nos matches d’entraînement. Il faut qu’ils comprennent que rien n’est acquis d’avance et s’ils ne saisissent pas cela, nous aurons de la peine à jouer les premiers rôles. Je dois ajouter que l’on a manqué un peu de chance (tir sur le poteau) mais nous ne méritions pas mieux qu’un match nul. Sur la base des premiers résultats, je pense que Vignoble, Chavannes-le-Chêne et forcément Etoile Broye seront nos principaux rivaux lors de cette saison».

Croy à la peine

En 4e ligue, même s’il est périlleux de tirer des enseignements au terme de la première journée, il paraît probable que Croy, qui a perdu de nombreux joueurs à l’intersaison au point que le club a dû se résoudre à n’aligner qu’une formation en compétition, ne soit pas en mesure de retrouver la place qu’il a perdue en troisième ligue. Sa défaite à domicile contre Savigny/Forel par 6-1 en atteste. Montcherand lui a été tenu en échec par La Sarraz II (1-1) qui lui aussi vise la promotion. Un résultat qui reflète la physionomie de la partie, selon le coach Olivier Pittet. Arnaud Lambercier a su répondre à l’ouverture de la marque de l’hôte, en fin de match. Les Pique Raisinets espèrent jouer un rôle dans ce groupe malgré les arrêts de compétition de Voisard et Christophe Rochat tandis que Goncalves est parti à Bavois II. Pour compenser, Rui est arrivé d’Orbe II de même que le gardien Patrick Rodrigues, venu tout droit du Portugal.

Coup du chapeau de Brian

Orbe II lui non plus ne s’est pas montré convaincant contre Vaulion (3-3). Il a été mené 2-1 avant qu’un Vaulieni soit expulsé. Il profitait de l’opportunité pour renverser le score mais une nouvelle erreur de la défense urbigène permettait aux locaux d’obtenir un point malgré le fait d’évoluer à dix. Dans ce match disputé sous une pluie battante, les réservistes urbigènes n’ont pas fait preuve d’homogénéité et doivent composer avec une défense friable qui endosse la responsabilité des trois buts reçus. Les gars de l’inamovible et enthousiaste Bernard Schmitt ont pu compter sur l’opportunisme de Brian Rochat qui a réussi le coup du chapeau pour une équipe qui entend jouer les trouble-fêtes sans autre ambition. Notons que le jeune arbitre de la partie a cru bon imposer son autorité en distribuant moult cartons mal-à-propos et sifflaient deux penalties pour Orbe dont un seul fut transformé.

Quant à la première équipe urbigène, elle a concédé le match nul 3-3 à La Sallaz, victime d’un arbitrage partisan puisque l’homme en noir sifflait deux onze mètres pour les Lausannois et refusait un but aux jaune et rouge. Selon Admir Bilibani, si ce début de championnat ne correspond pas aux espérances laissées après les matches de coupe Suisse, il n’y a pas de quoi s’affoler. Il a à faire avec une équipe de caractère qui s’énerve trop facilement lorsque l’adversaire lui résiste. Un peu d’humilité lui rendra sans doute service à l’avenir.

Bavois fonce, Baulmes renaît

Cette fois, Bavois a pris le départ idéal comme en rêvait son président Jean-Michel Viquerat. Avec trois victoires en autant de rencontres, il a de quoi être satisfait puisque son équipe occupe la première place de ce groupe de 2ème inter avec les Fribourgeois de Sorens/Gumefens. C’est à Spiez que les Bavoisans ont obtenu un succès net (0-3) qui ne s’est dessiné qu’en deuxième période, grâce notamment à deux buts d’Illich.

Baulmes s’est enfin présenté sur le terrain de Romont où il a perdu 3-0. Le lendemain, le club vivait une journée mémorable. Le matin, une assemblée générale élisait le syndic Julien Cuérel à la présidence. Une broche réunissait les amis du club à midi et l’après-midi, 150 personnes assistaient à la victoire de Baulmes II, formé de jeunes du village, sur Donneloye II B par 4-0.

Le club s’appuiera sur un budget de 110’000 frs et le syndic n’a pas hésité à endosser de nouvelles responsabilités pour pérenniser l’avenir de cette société. L’équipe fanion pourra compter sur une bonne quinzaine de joueurs de la région qui ne sont pas encore tous qualifiés, raison pour laquelle quatre vétérans avaient complété l’effectif pour cette première sortie en terre fribourgeoise. En outre, des équipes juniors, associées avec Valmont, et une école de football animeront la vie du club.

Les renforts de Bavois : Lianel Lauper, Muamer Zeneli, Nezir Kurtic et Hicham Bentayeb.

Les soucis des Baulmérans

Les renforts de Bavois :  Lianel Lauper, Muamer Zeneli, Nezir Kurtic et Hicham Bentayeb.

Les renforts de Bavois :
Lianel Lauper, Muamer Zeneli, Nezir Kurtic et Hicham Bentayeb.

La saison a commencé par un flop en 2ème ligue interrégionale dont le championnat reprenait le week end dernier. Baulmes devait se rendre à Bavois pour cette journée inaugurale. Malheureusement, les visiteurs déclaraient forfait quelques heures avant le coup d’envoi.

Une affaire de contingent est à l’origine de ce départ raté. Nous avons pu joindre le syndic Julien Cuérel qui gère momentanément les affaires du club.
«Actuellement, seuls 6 joueurs sont qualifiés dont 4 en provenance d’Yverdon. Nous attendons encore les passeports de deux autres et nous sommes en discussion avec cinq régionaux. Donc pour l’instant, nous ne sommes pas en mesure d’aligner une équipe en 2ème inter. A l’origine, nous avions songé à retirer l’équipe mais Yverdon nous avait encouragé à la conserver afin de placer ses jeunes qui n’évolueraient pas en 1ère ligue promotion. Finalement, l’essentiel de ces garçons sont allés à Thierrens, ce qui met à mal nos plans.»

Des forfaits avant décision

«J’imagine que nous ne jouerons pas nos trois premières rencontres (Bavois, La Sarraz et Romont). Ensuite, le règlement ne permettant pas plus de 3 forfaits consécutifs, soit nous aurons vraiment une équipe soit nous nous retirerons du championnat avec pour conséquence une relégation automatique en 2e ligue pour la saison 2013-14. Je ne suis pas vraiment inquiet dans la mesure où nous ne voulons pas répéter les erreurs du passé.

Baulmes n’a plus d’argent et nous voulons que le village se réapproprie ce club de football. A propos, une assemblée générale se tiendra le 26 août pour nommer un président d’une société qui comptera surtout une deuxième formation en 5e ligue formée de jeunes du village, une équipe de juniors B avec Valmont et une école de foot».

Tout dépendra du 1er tour

Bavois n’a heureusement pas les mêmes soucis. Le contingent à disposition de Bekim Uka s’est renforcé avec les arrivées de Bentayeb et Kurtic (Malley), Zeneli (Stade Lausanne) et Lauper (Champvent). En revanche, Becirovic (Prilly), Glur (Bavois II) et Paiva (?) quittent le groupe. Autant dire que les Bavoisans auront des ambitions cette saison. Toutefois, chat échaudé craignant l’eau froide, le président Jean-Michel Viquerat redoute le premier tour.

«Lors des deux dernières années, nous avons manqué le début de saison ce qui nous a mis dans des positions inconfortables. Donc, je souhaite que notre départ soit meilleur de manière à pouvoir envisager une deuxième partie de championnat haletante. Nos matches amicaux ont été satisfaisants à part notre rencontre de Coupe de Suisse, perdue chez les Fribourgeois de La Tour/Pâquier. En résumé, il est de mon vœu de faire mieux que la saison dernière (5e)».

Photo Pierre Mercier

La vue depuis Grange-Neuve vendredi soir.

Baulmes: Raiffeisen fustigée au Conseil

La vue depuis Grange-Neuve vendredi soir.

La vue depuis Grange-Neuve vendredi soir.

C’est au chalet d’alpage de Grange-Neuve que le Conseil communal de Baulmes a tenu séance vendredi sous la présidence de Luc Pillevuit. C’est un cadre magnifique et plus récréatif que l’habituelle salle, au point d’ailleurs qu’en réponse à l’appel de début de séance, les membres étaient invités à préciser leur choix de menu pour la suite de la soirée. Ce qui donnait lieu à un dialogue particulier dans lequel le terme «royale» évoquant la grandeur de la croûte au fromage attendue précédait souvent le traditionnel «présent».

Comptes 2011 dans le rouge

Après l’assermentation de Carole Beati remplaçant un collègue démissionnaire, les conseillers se sont penchés sur la santé financière de la commune et plus particulièrement sur son exercice 2011. Les recettes et dépenses de l’an passé ont atteint la somme de 4.9 millions de francs, avec un excédent de dépenses de Fr. 165 000.–. Ce résultat est à mettre au compte de l’absence des militaires, qui en plus n’avaient pas prévenu qu’ils ne viendraient pas au moment de l’établissement du budget.

On y ajoutera différentes dépenses budgétisables, comme par exemple le vol des cartes CFF, survenu en 2012, mais comptabilisé sur l’exercice 2011 pour un total de Fr. 11 000.–. Ces différences n’ont pas empêché le Conseil d’approuver sans réserve les comptes 2011. Ils ont fait de même avec la gestion administrative de la commune, votée après la deuxième lecture du rapport de la commission et la prise de position de l’exécutif sur les remarques formulées.

Une fermeture qui choque la population

Selon Nadine Pérusset, l’agence de la banque Raiffeisen de Baulmes fermera ses portes définitivement à la fin de l’année 2012. «Cette fermeture est contraire aux promesses faites par l’établissement lors du processus de fusion, au cours duquel on nous avait assuré qu’une telle issue ne surviendrait pas» a précisé encore la conseillère, qui a déposé une interpellation soutenue par le Conseil unanime pour qu’une lettre circulaire de protestation soit adressée à la banque concernée, lui demandant de revenir sur sa décision.

«La fermeture de la banque est le début de la gangrène», a encore affirmé la pétitionnaire. «Nous perdons tout pouvoir de décision au village et cette fermeture pourrait être suivie par d’autres, à commencer par la poste. Un véritable problème pour les clients locaux à mobilité réduite, mais aussi une question de principe par rapport à l’histoire de l’établissement».

En fin de séance, le Conseil s’est encore doté d’un nouveau président, en la personne de Marc von Ow, par ailleurs abbé-président de la Société militaire de Baulmes, élu très facilement à cette charge par 37 voix sur 38 bulletins rentrés.

Photo Olivier Gfeller

Fin de la plaisanterie

Au début de cette année, on pensait que le FC Baulmes avait choisi une nouvelle voie, celle de la régionalisation. On évoquait un retour à une implantation locale de la société avec, en particulier, la création d’une deuxième équipe avec des jeunes du cru.

Les nouveaux membres du comité de l’Association, emmenés par le syndic Julien Cuérel, s’étaient ralliés à un projet enfin raisonnable puisque le maintien en 1ère ligue n’était plus un objectif prioritaire. A l’analyse, cette entente cordiale a vite volé en éclat.

Les intentions du président Metin Karagülle se sont vite révélées différentes de celles qui avaient dominé les débats de l’assemblée générale.  Une première divergence de vue apparaissait au terme  du premier match de ce deuxième tour (!) lorsque le patron-carrossier de Collombey (VS) a voulu relever Christian Mischler de ses fonctions d’entraîneur. Ce qu’il a fini par obtenir quand bien même il a été seul à le décider. C’est dire qu’une rupture de confiance s’est installée très rapidement avec les autres dirigeants, pour s’aggraver progressivement.

Convoqué lundi soir pour une discussion, le président n’est pas venu à Baulmes et a fait parvenir sa démission par courrier recommandé.

La farce du week-end dernier (l’équipe a failli ne pas se présenter à Yverdon où elle a perdu 2-1 et l’on avait appelé les vétérans à la rescousse pour pallier cette éventuelle absence), est un épisode supplémentaire de ce club qui s’est largement illustré dans le domaine tragi-comique. C’est la goutte qui a fait déborder le vase. Il était temps que la comédie cesse. Le départ de M. Karagülle permettra au club de retrouver vraiment son âme, celui d’un club de village.

Enfin, les autres membres du comité se sont réunis en semaine pour savoir si les joueurs rempliront leur mandat jusqu’au bout ou si l’équipe sera retirée du championnat.

Gianluca Chiazza jouait du côté de Saint-Etienne avant de venir à Baulmes

Football: on reprend en cette fin de semaine

Gianluca Chiazza jouait du côté de Saint-Etienne avant de venir à Baulmes

Gianluca Chiazza jouait du côté de Saint-Etienne avant de venir à Baulmes

La pause hivernale se profile avec l’arrivée des beaux jours. Ce deuxième week-end de mars verra les compétitions de 1ère ligue et de 2e ligue interrégionale reprendrent leur cours. Pour nos équipes régionales, c’est une lutte contre la relégation qui s’engage. En effet, Baulmes est dernier de son groupe avec 4 points au terme de 15 parties. Il compte 8 longueurs de retard sur l’avant-dernier Monthey. En 2e ligue inter, Orbe est avant-dernier (13e) avec sept unités, à 6 points de Sierre, l’antépénultième. Dans le même groupe, Bavois n’est que 10ème avec 14 pts. C’est dire que le printemps sera chaud pour ces formations. Quand bien même une inconnue demeure. Avec le retrait de compétition de Neuchâtel Xamax et probablement de Servette en Super League, il risque fort d’y avoir des répercussions au niveau des relégations dans les championnats qui concernent nos clubs. On attend avec impatience les conséquences de cette déroute financière des clubs romands de l’élite.

13 nouveaux à Baulmes

Après un premier tour au cours duquel Baulmes a failli disparaître de la carte footballistique du pays, la venue de Metin Karagülle a été salvatrice. Surtout que le nouveau président a eu la bonne idée de s’entourer de dirigeants locaux pour composer son comité, ce qui redonne du crédit à ce club qui a passé par des péripéties pénibles durant ces dernières années. Après une certaine valse des entraîneurs, l’équipe de 1ère ligue a été confiée à Christian Mischler, qui a quitté Orbe pour revenir à ses premières amours. Comme le contingent ne répondait pas aux exigences de la division, 13 nouveaux joueurs sont venus en renfort à l’intersaison. Une habitude à Baulmes mais cette fois il s’agira de sauver le club d’un bien mauvais pas. Et le nouveau mentor n’hésite pas à dire que son club va au-devant d’un nouveau départ. «Etant donné l’arrivée d’un grand nombre de gars, il faudra sans doute un peu de temps pour que la cohésion se fasse. La neige nous a contraints à nous entraîner longtemps en salle ou à aller disputer des matches de préparation sur des terrains synthétiques. Pourtant, il faudra que l’on soit compétitif d’emblée car nous recevrons lors des quatre premières parties de ce deuxième tour. Il faudrait pouvoir glaner sept points lors du premier mois de compétition lorsque nous recevrons successivement les moins de 21 ans de Young Boys, Guin, UGS et Monthey. Notre façon de jouer devra différer aussi puisque nous comptons surtout des joueurs au petit gabarit. En d’autres termes, nous devrons accentuer le jeu au sol», nous dit Metin Karagülle.

Nouveaux joueurs

Yann Gretler, Ludovic Valente et Youssef Wyssam (Monthey), Kenedy Rodriguez, et Théo Reymond (Yverdon), Onur Demircan et Wilfried Loizeau (ex-Bavois), Faruk Bahi (Champagne), Gilles Levrand (Martigny), Ali Caglar (Stade Nyonnais) ainsi que plusieurs garçons venus de France soit Christian et Christopher Nzinga ainsi que Gianluca Chiazza.

Remue-ménage aussi à Orbe

Comme à Baulmes et à Bavois, les Urbigènes ont changé d’entraîneur à l’issue d’une première partie de championnat catastrophique. En dehors d’un contingent limité, Orbe a dû faire face à un grand nombre de blessés ou de suspensions qui ont lésé l’évolution de l’équipe première. C’est du reste l’une des premières intentions du nouveau coach Alain Béguin d’instaurer une mentalité différente. «J’ai prévenu les gars que je n’accepterai pas des débordements sur le terrain. Je leur ai interdit de contester l’arbitre mais demandé de respecter l’adversaire. Pour ce qui est des joueurs à disposition, j’estime que nous possédons de quoi nous permettre d’aborder la compétition avec de meilleurs arguments. Cependant, je déplore d’emblée l’absence de plusieurs garçons qui sont blessés ou suspendus. Ainsi, Da Motta n’a pas encore repris l’entraînement après avoir été opéré (pas de retour avant un bon mois).

Le gardien Grosso se soigne encore alors que son frère devrait être compétitif contrairement à Alves, Seguin ou Galokho alors que Carvalho et Gêtaz subissent encore une punition actuellement. «C’est dommage car lors des premières rencontres du printemps, nous allons affronter des équipes du haut du tableau et il nous faudrait glaner quelques points ici et là pour ne pas être définitivement décramponnés. Et pour cela, il faudrait bénéficier de l’apport de tous», nous dit Alain Béguin, qui a recruté onze nouveaux joueurs qui compenseront les départs de Barrier (Azzurri Lausanne), Momo (Lutry, Makinu (Bavois II) et Spethim (Ursy).

Nouveaux venus

Jonathan Abat, Kevin Besic et Enis Ibraimi (Stade Lausanne), Henrique Amorin et Ewerton Da Silva (Bosna Yverdon), Carlos Sepulveda (Champvent), Gustavo Oliveira Luis (Centre Portugais Lausanne), Admir Bilibani (Dardania, ancien joueur de Super League), Gabrielle Bianchi (Echallens) Lucien Obama (La Sarraz) et Léonardo Venancio Costa (venu du Brésil).

Préparer l’avenir

Bavois est sans doute la formation qui a le moins à craindre. Pour commencer, il a conservé l’essentiel de son effectif et accueille trois nouveaux joueurs dont Edim Becirovic (Renens), Diogo Paiva (Prilly et Raphael Cottens qui revient à la compétition après un an d’arrêt. Le président Jean-Michel Viquerat ne fait pas de mystère sur l’ambition de son club lors de ce deuxième tour. «Il nous faut d’abord nous éloigner de la zone de la relégation.

Puis ensuite, si tout se passe bien, nous travaillerons de manière à préparer l’avenir, car j’espère bien que l’on pourra introduire progressivement des jeunes dans l’équipe». De son côté, le nouvel entraîneur, Bekim Uka, se réjouissait du retour du soleil, samedi dernier. «Il n’a pas été facile de s’entraîner lorsqu’il faisait moins dix ou moins quinze degrés. Il a fallu que je varie les entraînements en conséquence pour que nous soyons prêts à temps». A première vue, cela sera le cas puisque Bavois s’est montré assez impressionnant lors de ses parties de préparation, en espérant que l’équipe retrouve l’ambition qui lui a manqué à l’automne dernier.

 

Photo Pierre Mercier

Dibouk à Baulmes

Baulmes: Dibouk en concert

Dibouk à Baulmes

Dibouk à Baulmes

Dans la pensée juive et dans la Kabbale, le dibbouk est un esprit, pas toujours dans la norme, incarné dans un corps vivant et dont ce dernier peut se défaire par la pratique de certains rites. Pour le groupe Dibouk, quatre musiciens venus de la région lyonnaise, cet esprit est en réalité celui de la musique, son âme même qui ne veut pas ni ne peut mourir.

Dès le XVe siècle, des musiciens juifs considérés comme des «shnorrers» (mendiants) ou des criminels («klezmer» ou «klezmeriwke») recherchés mais souvent célèbres, parcouraient l’Europe.

Ils continuent à le faire six siècles plus tard, à l’image du groupe Dibouk qui a posé ses valises à Baulmes vendredi soir passé, pour un unique concert en Suisse, avant de réserver son week-end pour un stage d’initiation à cette musique à Saint-Georges, organisé par le Conservatoire populaire de Genève. Une nouvelle trouvaille de l’Association culturelle de Baulmes et environs qui aura permis à un public pas assez nombreux de découvrir les facettes tantôt mélancoliques tantôt entraînantes d’une musique qui continue à marquer les cérémonies juives, les fêtes, mais de plus en plus aussi les festivals de musiques authentiques.

Il n’y a pas de frontières entre les musiques, encore moins avec le klezmer qui marqua nombre de compositeurs classiques de l’est de l’Europe avant de traverser l’Atlantique pour influencer là aussi certains groupes de rock ou de jazz.

Photo Olivier Gfeller