Articles

Vallorbe

Vallorbe : eau potable claire et sort du CEP prochainement connu

Marcel Anex, président du Conseil communal 2018-2019

Dernière séance au perchoir pour la présidente Véronique Teuscher qui quitte sa charge et va laisser sa place à Marcel Anex (UDC), élu sans discussion à la présidence pour l’année qui vient. Les comptes de la commune pour 2017 se soldent par un petit excédent de recettes sur un total de charges et produits de l’ordre de 19,7 millions de francs. A relever une marge confortable d’autofinancement de 3,3 millions, en ligne avec celle des années précédentes.

Salués par la commission des finances, les comptes ont été approuvés sans discussion. Parallèlement la commission de gestion a préconisé l’adoption de cette dernière, ce que le délibérant a suivi à l’unanimité. Sous surveillance depuis le 5 juin, l’eau potable est redevenue claire le 15 juin. Une information précise a été faite dans le village lors de l’épisode de turbidité excessive, a précisé le municipal Christophe Maradan qui travaille à améliorer les procédures-types dans ce genre de situation et dans les cas éventuels de pollution.

Dicastères modifiés

La modification des dicastères – chose rare en cours de législature - a soulevé plusieurs questions, le conseiller Yann Jaillet demandant que la Commission de gestion se penche sur les raisons profondes de ces réattributions internes, à chercher sans doute dans un dysfonctionnement administratif déjà ancien au niveau d’un chef de service.

Piscine à rénover et PGA en révision

En plus de l’épisode des filtres à changer en début de saison, un crédit de 1 million de francs a été voté pour que la société Sports et Loisirs de Vallorbe SA puisse rénover à fond la piscine, dont le béton date des années 1950, et qui a singulièrement tendance à bouger en certains endroits en raison d’un sol trop meuble. Dans la foulée c’est un autre crédit de Fr. 300 000.– qui a été voté pour la remise à plat du Plan général d’affectation communal, suite à l’entrée en force de la LAT acceptée en 2013.

La commission de gestion a rendu un rapport très intéressant, sur la politique immobilière et l’exécutif, laquelle a été en tous points soutenue.

Avenir du CEP : sort scellé et bientôt connu

Une convention a été signée entre la Confédération, le canton et la commune au sujet de l’avenir du CEP, après plusieurs années de discussions tripartites. L’avenir du CEP est actuellement sous embargo et sera communiqué le 28 juin, directement aux membres du Conseil et lors d’un point presse qui a été fixé.

La Patriote à l’église.

Vallorbe : giron de chant du Pied du Jura

La Patriote à l’église.

La Patriote à l’église.

La Patriote, chœur mixte présidé par Yvonne Cochet aidée par quelques volontaires d’autres sociétés a bien occupé son week-end. Sûrement qu’il n’est pas facile de nos jours pour une petite société d’organiser une manifestation d’envergure.

Mais tout s’est bien déroulé selon Marcel Anex, le président d’organisation. Le vendredi a eu lieu la répétition générale des chœurs d’ensemble suivie de la chantée des sociétés du Giron. Samedi, concert avec l’ensemble Chœur à cœur sous la direction de Patrick Chappuis.

Le dimanche a débuté par un concert des sociétés de chant au Temple. Puis l’apéro  fut servi devant le V-Center par la fanfare locale La Lyre. Un succulent repas réunissant 500 convives, concocté par Sébastien Rindlisbacher et son équipe a réuni les chanteurs et les invités avant d’assister à la partie officielle. Puis s’ensuivit la chantée et un concert de tous les chœurs réunis. Puis un cortège a défilé dans les rues de la cité du fer, les sociétés ayant mis leurs plus beaux costumes.

Il est à regretter que comme dans toutes les sociétés traditionnelles, le renouvellement des membres a de la peine à compenser les départs. Une société comme La Patriote est très conviviale et l’on s’y amuse bien. Outre les répétitions chorales, une soirée théâtrale est mise sur pied chaque année.  Et ce n’est pas du dramatique !!!

Comme chacun sur cette terre, La Patriote a eu des hauts et des bas. Dans les bas, il faut ramer tous ensemble afin de retrouver les eaux calmes.

Photo Jean-Louis Loeffel