Articles

Arrivé en 2016, Alain Grasset a déjà fraternisé avec Marianne Stöckli.

Valeyres-sous-Rances: Faire connaissance autour d’une raclette

Traditionnellement, la Municipalité de Valeyres-sous-Rances convie une fois l’an ses nouveaux habitants, ses nouveaux citoyens ainsi que le personnel de la commune à une raclette. Une fois n’est pas coutume, vendredi dernier, une partie des convives n’avait pas répondu à l’invitation, dommage! Ceci n’a nullement entaché le caractère convivial et ouvert de la soirée, permettant à chacun de connaître ou mieux connaître son voisin.

L’assemblée, un peu plus restreinte qu’usuellement, a fait honneur au fromage de la famille Weidmann, aux desserts d’Othmar Isler et aux vins de la cave du Château. Oui, Valeyres recèle beaucoup de très bonnes choses!
Nouveaux habitants
Le greffe communal comptabilise 31 nouveaux habitants en 2017 pour un total de 627 habitants. Ce soir-là 4 adultes et un enfant étaient présents. Mme Delecluse et son fils Damien se disent ravis de la bonne énergie du village. Ils ont déménagé de l’Abergement, leur propriétaire désirant vendre. La priorité était que Damien puisse continuer dans la même école, à Orbe. Alexandre Stöckli, par ailleurs né à Valeyres, et Alain Grasset ont quitté la cité de Chavornay pour retrouver l’ambiance et la quiétude villageoise. Ils en sont heureux.

Le nouveau citoyen présent
Ils sont 6 jeunes à avoir eu 18 ans en 2017. A relever la seule présence de Lukas Burchardt et nous félicitons son aisance à communiquer. En effet, ce n’est pas si aisé pour un adolescent de se retrouver hors de son cercle, essentiellement entouré d’adultes «matures».

Corinne Tallichet Blanc, syndique, lors de son mot de bienvenue, a encouragé chacun et chacune à participer aux activités communales qui ne manquent pas. Les diverses sociétés villageoises, le point M, le Conseil général, les accueilleront volontiers!

Toutes les informations sur le site de la commune, www.valeyres-sous-rances.ch

Venus d’Espagne les Sanfelix avec leur fils aîné Sergi et leurs jumeaux Carles et Salvador nés en Suisse.

Chavornay: 150 habitants de plus en 2016 et 9 municipaux pour leur souhaiter la bienvenue

Tous les membres de la Municipalité étaient là le jeudi 27 avril, ils se sont présentés et ils ont dévoilé les tâches de chacun de leur dicastère. Plus particulièrement, ils ont tenu à souhaiter la bienvenue aux nouveaux habitants, qui en 2016 ont élu domicile dans l’un des trois villages qui forment désormais ce qu’il est convenu d’appeler le grand Chavornay. Cette année-là, ce sont près de 400 habitants qui ont quitté l’un ou l’autre des trois villages, mais plus de 500 nouveaux hôtes les ont remplacés. La commune atteint aujourd’hui 4 800 habitants et, dans peu de mois, fêtera son 5 000e citoyen.

La convivialité au rendez-vous

Ils ont été plus de 160 à répondre à l’invitation de la commune. En prélude à la partie officielle, la société du Twirling-bâton a proposé une démonstration de ses jeunes membres. Cette partie récréative a d’emblée créé la bonne humeur. Elle a montré une des sympathiques facettes de la vie associative du village. Les multiples sociétés de la commune sont une vraie chance offerte à l’intégration. La présidente de l’Union des Sociétés locales les a présentées aux convives et leur a proposé de venir découvrir l’une ou l’autre des 21 sociétés actives dans la communauté.

L’agape offerte a permis aux uns et aux autres de faire connaissance. Parmi les derniers arrivés de l’année 2016 à Chavornay, sept des nouveaux locataires des appartements protégés de la Résidence du Talent, tous heureux de leur nouvel habitat, en témoignaient réunis en une joyeuse tablée. A l’image des Sanfelix avec leurs trois enfants, une jeune famille venue directement d’Espagne, ils sont nombreux les jeunes, souvent pour des raisons pratiques, à s’être établis dans la cité des Corbeaux.

Nuria Gorrite coupe le ruban sous les yeux de Henri Germond , Eliane Naepfli (resp. UAPE) et Claude Borgeaud (directeur Ajoval).

Orbe: UAPE de Sainte-Claire inaugurée en grande pompe

C’est en présence de la conseillère d’Etat Nuria Gorrite, du président de la FAJE (Fondation de l’Accueil de Jour des enfants, Gérald Crétegny et de la secrétaire générale du mouvement, Sylvie Lacoste, que le syndic Henri Germond a inauguré cette UAPE au centre-ville.

Les nouveaux locaux de la rue Sainte-Claire succèdent à ceux qui étaient provisoires à Chantemerle. 48 enfants pourront être accueillis, entre les heures d’école, en ce lieu que l’équipe d’éducatrices et éducateurs qualifie de très fonctionnel.

Quand bien même cette structure n'a été opérationnelle qu’au début du mois de novembre, elle est déjà bien fréquentée, ce qui tend à prouver qu’elle était très attendue par les familles.

Du reste, de très nombreux parents, comme les Autorités des localités affiliées à l’Ajoval, sont venus se rendre compte de l’état des lieux lors de cette journée portes ouvertes.

Une partie de l'assistance

Vallorbe: la Cité du fer croît régulièrement

Ce sont plus d’une centaine de nouveaux habitants de Vallorbe qui se sont retrouvés sur la presqu’île du Musée du fer à l’invitation de la Municipalité pour assister à la réception donnée, comme chaque année, en l’honneur des nouveaux arrivants. «De juin 2015 à juin 2016, le nombre d’arrivés s’est élevé à 283 personnes», a précisé le syndic Stéphane Costantini dans son allocution. Une croissance régulière et qui a tendance à s’accentuer ces dernières années. On notera que Vallorbe compte actuellement un peu moins de 4 000 habitants, un total identique à sa population du début du 20e siècle, et ceci avant la construction du tunnel du Mont d’Or.

Durant cette construction, soit juste avant 1915, la population avait atteint le nombre de 5˚300 résidents, avec l’arrivée des étrangers employés au chantier du Tunnel. Comme de coutume, le syndic a présenté rapidement le fonctionnement institutionnel de la commune, ainsi que les dicastères de ses municipaux. Une quinzaine de représentants des 50 sociétés locales avaient fait le déplacement pour se tenir à disposition des invités durant l’apéritif qui leur a été préparé et servi par les huissiers du Conseil communal.

Raisons professionnelles ou familiales

Nombre de nouveaux arrivants sont jeunes, à l’image de Stéphanie et de sa fille Maja, qui aura très bientôt un petit frère, et qui ont choisi Vallorbe pour deux raisons: parce que le papa travaille dans une entreprise locale et que le couple a acheté une maison sur le territoire communal. Pour d’autres, plus âgés, comme Yvette qui «remonte» régulièrement la vallée de l’Orbe après avoir vécu 10 ans à Orbe et une quinzaine d’années à Lignerolle, c’est la proximité de la nature avec la localité qui a joué le rôle déclencheur.

D’une façon générale, ces migrations ont pour motifs des obligations professionnelles ou des changements dans le noyau familial, qui a tendance à prendre des formes de plus en plus diverses, voire éclatées, à l’heure actuelle. Ou encore la disponibilité de logements ou de terrains à bâtir.

Yves Mouquin devant le Môtier.

Romainmôtier: une UAPE pour la reprise

Il y a un peu plus de dix-huit mois, les communes du Vallon du Nozon sont parvenues à se mettre d’accord sur la création d’une Unité d’Accueil pour la Petite Enfance. C’est dans le cadre d’une discussion en marge de l’Ascovabano que les politiciens de cette vallée ont réalisé qu’il était nécessaire de disposer d’une telle infrastructure pour leurs jeunes élèves.

Enclassés à Romainmôtier, il était bien normal que l’on cherche un local dans ce bourg pour ces gosses de 4 ans et demi à 6 ans et demi. Trois lieux semblaient exploitables. Dans la maison de commune, ces jeunes pensionnaires auraient trouvé place au troisième étage d’où un certain danger. Dans l’ancien EMS Contesse, les frais de rénovation auraient pris des proportions importantes si bien que l’on s’est rabattu sur le Môtier surtout que ce dernier était à vendre.

La commune de Romainmôtier a pris les devants en même temps qu’une association, formée de huit villages (Bofflens, Bretonnières, Croy, Juriens, La Praz, Premier, Romainmôtier et Vaulion) était constituée pour imaginer la structure, après avoir effectué un sondage afin de connaître l’éventuel intérêt des parents. Au terme de cette consultation, il paraissait évident que cette UAPE s’avérait être un besoin.

Un comité directeur était constitué d’un municipal par localité et présidé par Roger Dupertuis (La Praz). Pour sa part, Yves Mouquin (Romainmôtier) s’occupait de faire avancer les choses dans sa localité. Le préavis et les conditions financières pour les travaux étaient accordées en juin 2015 pour un établissement de 24 places dont douze seront à disposition à la reprise des classes en août prochain. Le solde sera aménagé en fonction des besoins.

Les réticences de Croy et Juriens

Après la mise à l’enquête, il a fallu mettre les bouchées doubles dans l’espoir de bénéficier du lieu pour l’été 2016. Si le pari semble en bonne voie, l’Ajoval va devoir fournir le personnel qu’elle a cherché récemment dans les journaux et surtout enregistrer les inscriptions de la première douzaine d’enfants, puisque c’est elle qui gérera l’UAPE.

Si les huit communes se sont réunies pour créer cette UAPE, deux d’entre elles ont pris le risque de ne rejoindre l’association qu’en 2017. Pour des raisons financières puisque rien n’avait été prévu dans les budgets 2016. En se montrant aussi prudentes, Croy et Juriens ont pris le risque de n’être pas prioritaires à l’heure de l’attribution des places.

Pour justifier cet ajournement, la syndique de Juriens, Rosemay Christen évoque sa retenue. «Nous sommes allés très vite en besogne dans ce projet et je crains que certaines instances cantonales nous mettent les bâtons dans les roues. En plus, nous n’avons pas encore présenté de préavis à notre Conseil général et je devine que mes concitoyens ne seraient pas contents de se retrouver devant le fait accompli.

Donc, j’estime que nous ne sommes pas en mesure d’assumer une participation sur 2016 mais sachez que je suis plutôt favorable à la création d’une UAPE». Il n’y a pas de doute que les initiateurs n’ont pas ménagé leurs efforts pour tenir leur pari alors que dans le Vallon du Nozon, on entendait volontiers qu’il n’y aurait pas de garderie avant un quart de siècle ! C’est dire que les choses évoluent extrêmement rapidement de nos jours.

Une belle assemblée qui se régale avec les raclettes des Weidmann.

Valeyres-sous-Rances: le cap des 600 habitants passé

Traditionnellement, le premier vendredi de janvier, la commune invite ses nouveaux habitants et nouveaux citoyens à une conviviale soirée de présentation.

Ce vendredi 8 janvier n’a pas dérogé à la règle! Dès 19 h. à la salle du conseil, l’ambiance était gaie et animée. Plus de la moitié des 50 nouveaux habitants avaient répondu présent, la majorité étant venue en famille. Une ribambelle de jeunes enfants participaient pleinement à l’ambiance, la nouvelle place de jeux a de l’avenir, semble-t-il!

De leur côté, les nouveaux citoyens ont été plus timides puisque aucun n’a eu l’envie de participer.

Pourquoi Valeyres?

A cette interrogation, la plupart des nouveaux venus expliquent avoir trouvé au village la maison ou l’appartement qui leur correspond tant localement que financièrement. Certains peuvent ainsi franchir le pas vers la propriété. Ils viennent d’Orbe, mais aussi de Daillens, de Lausanne ou de France voisine. Souvent, ils ne craignent pas les kilomètres pour se rendre à leur travail. L’attrait de la campagne a été un critère, particulièrement pour ceux qui possèdent chien ou cheval.

Participez, vous serez bien accueillis!

Après l’apéro et avant la non moins traditionnelle raclette, la syndique Corinne Tallichet Blanc a présenté la commune et son domaine en rappelant que Valeyres compte actuellement 604 habitants regroupant 19 nationalités alors qu’en 1980 seuls 290 habitants y résidaient!

La syndique vante les sociétés locales et leur dynamisme et encourage les nouveaux venus à participer tant aux manifestations qu’au Conseil général, ils y seront reçus avec le sourire. Le discours est avenant bien que quelque peu assourdi par la tonicité des bambins!

Puis chacun a du plaisir à bavarder avec ses voisins et à faire connaissance autour d’une raclette et d’un verre de blanc.

Romainmôtier: une UAPE dans Le Môtier ?

A part les comptes 2014, le sujet important qui a été débattu fut l’achat par la commune de Romainmôtier-Envy du bâtiment du Môtier, pour en faire une Unité d’Accueil Parascolaire pour les Enfants (UAPE).
Le Conseil général a donné son aval pour Fr. 1’200’000.–, plus un crédit pour le début des travaux. Les communes doivent s’activer pour trouver des solutions avec l’entrée en vigueur de la nouvelle loi scolaire sur la journée continue. Les villages du Vallon du Nozon ont nommé un comité de pilotage pour étudier des propositions d’accueils parascolaires. Romainmôtier saisit la balle au bond avec la mise en vente de ce bâtiment qui, à ses yeux, ne présente que des avantages: il n’y aurait pas de lourds travaux, juste quelques aménagements. Il est proche des écoles, ce qui réduirait certains problèmes de transport et il y a un jardin. Avec trois classes enfantines, la commune est sûre de remplir ce lieu d’accueil, qui pourrait recevoir jusqu’à 24 élèves. Le rapport a été accepté à la presque unanimité (2 contre, 3 abstentions).
Comptes positifs
Alors que le budget prévoyait une perte de Fr. 21 529.– les comptes se soldent par un excédent de Fr. 5 607.–. Il n’y a pas qu’une cause à ce bon résultat, mais une addition de revenus un peu plus élevés que prévu. Bonne nouvelle: la déchetterie est financée à 100% par la taxe causale. Entre 2012 et 2014, le poids des déchets par habitant a passé de 174 kg à moins de 76 kg. Tout va bien donc, à l’exception de la facture sociale, gérée par l’Etat et donc incontrôlable, ce dont se plaignent toutes les petites communes.
Enfin dans les divers: Romainmôtier-Envy a été retenue par l’Illustré pour la finale du concours «le plus beau village de Suisse». En cas de victoire cela lui ferait une bonne pub.
Un trottoir, reliant Romainmôtier et la gare de Croy, est en cours d’étude, plusieurs options sont en discussion.

Ils sont arrivés au printemps : Sarah, Pierre-Alexandre, Morgane 5 mois. Il manque sur la photo, Juliette 10 ans et Noémie, 9 ans, qui préféraient musarder dans la salle.

Ballaigues: hausse significative de la population

Grosse affluence au Centre villageois lors de la réception organisée par la commune pour les nouveaux arrivés durant l’année 2014. Comme d’habitude, les membres de la Municipalité étaient présents, accompagnés des principaux employés communaux.

Le syndic Raphaël Darbellay a tenu à rappeler succinctement les chiffres de l’année. Alors que 83 résidents ont quitté la commune, ce sont 133 nouveaux habitants qui sont nés ou arrivés à Ballaigues en 2014. Le village comptait 1034 habitants au 31 décembre 2014. L’augmentation nette de la population durant l’année s’élève donc à une cinquantaine de personnes, un taux de progression qui augmente régulièrement depuis quelques années.

Raphaël Darbellay a relevé que cette petite cérémonie marquait le premier pas des nouveaux arrivés vers l’intégration dans un village «qui ne demande qu’à les recevoir». Rappelant également qu’en 2016 auront lieu les élections communales, il a invité chacune et chacun à se demander ce qu’il pouvait apporter pour améliorer le mieux-être, le mieux vivre ensemble, avant d’inviter chacun à partager un buffet campagnard.

Au premier plan, la famille Weidmann prépare les raclettes.

Valeyres-sous-Rances: le village s’agrandit

Vendredi dernier la commune de Valeyres-sous-Rances, fidèle à son habitude, a convié nouveaux venus et nouveaux citoyens à une soirée de présentation autour d’une raclette. Si l’agape a rencontré un succès modéré puisque seulement 1/5ème des personnes invitées ont répondu présentes, l’ambiance n’en était pas moins détendue et chaleureuse. L’apéritif a permis à chacun de faire connaissance ou de simplement se retrouver. Neuf nouveaux habitants et une ribambelle de jeunes enfants se sont mêlés aux représentants et collaborateurs du village. Parmi les 9 nouveaux citoyens, seuls Florian et Matthieu Stutz, tous deux gymnasiens, avaient fait le pas de participer. Bravo à eux!

Avenant discours

Corinne Tallichet Blanc, syndique, présente la commune incitant chacun à s’y intégrer. Avec ses 588 habitants et ses 14 nationalités différentes, Valeyres s’accroît et se diversifie. La population a doublé depuis 1980. La syndique vante les sociétés locales et rappelle que 2015 est une année faste puisque en juillet la jeunesse de Valeyres organisera au village le Giron du Nord qui sera suivi par l’Abbaye !L’été sera donc intense! En bruit de fond, les pépiements des enfants et le bruit des ballons de la salle de gymnastique agrémentent la partie formelle. Ensuite, la délicieuse raclette de la famille Weidmann, accompagnée de vins locaux puis les savoureux desserts d’Othmar Isler ont tôt fait de délier toutes les langues. Il y en a de bonnes choses dans ce village! S’en suit un brouhaha où l’on rit beaucoup sans toujours complètement se comprendre!

Pourquoi à Valeyres?

Pour certains, il s’agit d’un retour aux sources. Pour d’autres, c’est l’emplacement géographique qui a joué en faveur du village. Par exemple les Bernard, originaires de Nîmes, cherchaient un point équidistant entre Lausanne et Neuchâtel où Madame et Monsieur travaillent. D’un accent chantant, ils se déclarent ravis de leur nouvelle commune et y sont même devenus propriétaires. Vers 23 h., l’assemblée s’est joyeusement dispersée.

Infographie source Beauverd & Halter Architectes Sàrl/AA: l’immeuble tel qu’il devrait apparaître au terme des travaux de réaffectation.

Chavornay: enfin un centre de vie enfantine

Pour sa première séance de l’année, le jeudi 1er mai passé, le Conseil communal avait quelques points de l’ordre du jour qui n’étaient pas courus d’avance et les débats ont été plutôt soutenus.

Les communications et les questions

Le village a atteint, le 1er avril dernier, les 4 000 habitants, ce qui lui permet de se gratifier du statut des 10% d’agglomérations vaudoises qui atteignent ce chiffre. Le 10 mai prochain, le 4 000e habitant sera fêté lors de la réception des nouveaux citoyens.

Après les démissions simultanées des deux membres de la commission CISEROC, il apparaît qu’un malaise s’est installé dans les fonctionnements de ladite commission, malgré tout, deux autres membres ont courageusement accepté le mandat.

Le Conseil a également accepté une résolution encourageant la municipalité dans la démarche d’opposition au plan partiel d’affection «Gruvatiez-En-Lavegny» et la zone future «Pôle Sud» à Orbe, dont l’enquête court jusqu’au 15 mai (voir l’Omnibus N° 415 du 2 mai).

À part quelques demandes, notamment de procéder à des réparations à l’église, d’installer un WiFi libre d’accès dans la salle du Conseil et sur les problèmes de réception des emails, émis par la Municipalité, destinés aux conseillers, les discussions ont doucement pris fin.

Les décisions

Assorti de trois amendements, dont deux ont été refusés, un centre de vie enfantine installé dans l’immeuble du Vieux Battoir sera créé et fonctionnel pour le printemps 2015. Ce centre, d’un total devisé à Fr. 2 081 000.– auquel il faudra ajouter Fr. 60 000.– pour l’ascenseur, pourra accueillir dans un premier temps, 44 enfants de 0 à 30 mois et à terme pourrait recueillir 22 enfants de plus. Les charges d’amortissement seraient contrebalancées à presque 90% par le loyer payé par l’AJOVAL.

Enfin, le toit de la buvette du Football Club de Chavornay sera réparé pour un total de Fr. 51 400.–. dont une partie sera compensée par le travail des membres du FCC, ramenant la facture à Fr. 48 000.–.

Nouveau citoyens et nouveaux bourgeois réunis.

Orbe: nouveaux citoyens et nouveaux bourgeois reçus

Ce mardi 28 janvier, 72 jeunes, qui auront 18 ans cette année, et 28 nouveaux bourgeois étaient invités à la cérémonie de promotions. Une quarantaine étaient présents à l’Hôtel de ville et ont reçu leur enveloppe des mains du syndic, Claude Recordon.

La préfète, Evelyne Voutaz, les a félicités, au nom du Conseil d’État et leur a donné un bref aperçu des futures votations. Le président du Conseil communal, Nicolas Frey, leur a évité la leçon de civisme, mais leur a expliqué le rôle du législatif. Le syndic les a vivement encouragés à participer à la vie de la commune et à user de leur droit de vote que d’autres jeunes aimeraient avoir dans leur pays.

Un film sur la ville d’Orbe vue du ciel a clôturé la partie officielle et tout le monde s’est déplacé au Casino pour la suite sous forme d’un repas servi par les concierges du Casino et de l’Hôtel de ville dans une ambiance amicale.

Le président du Conseil, Christian Favre expliquant les activités du législatif, sous les yeux attentifs du syndic et des municipaux.

Chavornay: nouveaux habitants et nouveaux bourgeois célébrés

Le président du Conseil, Christian Favre expliquant les activités du législatif, sous les yeux attentifs du syndic et des municipaux.

Le président du Conseil, Christian Favre expliquant les activités du législatif, sous les yeux attentifs du syndic et des municipaux.

Pour la deuxième année consécutive, la Municipalité de Chavornay a accueilli, le samedi 27 avril dernier, les nouveaux habitants et les nouveaux bourgeois de la commune, par une réception présentant le bourg et ses activités.

Après un mot de bienvenue du syndic, le président du Conseil communal, Christian Gerber, a dévoilé le fonctionnement du législatif et invité les participants intéressés à se présenter aux prochaines élections. Le syndic Christian Kunze a présenté son dicastère (administration de la commune, finances et développement) ainsi que ses collègues.

À leur tour, les municipaux ont présenté leur service en commençant par Madame Jovanka Favre (affaires sociales, jeunesse et culture), suivi par Didier Lombardet (Bâtiments communaux et écoles), Patrick Porret (travaux énergies éclairage public et téléréseau), Pascal Desponds (Sécurité publique, eau et épuration) qui a représenté son collègue Guy Muller (voirie, déchets, domaines et forêts), absent, et Claude Lebet (aménagement du territoire, urbanisme, police des constructions et salubrité) qui termine le résumé du fonctionnement de l’exécutif. Puis, un bref descriptif des activités de l’EGED a été brossé par Brigitte Court et l’Association des Bouffons a été présentée par Christiane Chevalier et Olivier Briand.

Afin de susciter l’intérêt des nouveaux habitants, les sociétés locales comme l’Abbaye Union et Paix, les Aînés (rebaptisés pour l’évènement les bons vivants), l’association des Paysannes vaudoises, les Samaritains, le FC Chavornay Sports (qui fêtera ses 75 ans le 29 septembre prochain), la Gym, la Pétanque, le Tennis club et la Société de tir, ont présenté les diverses activités qu’elles proposent.

Après la diffusion du film «Au fil de l’eau» vantant les charmes de Chavornay, le fameux apéritif, pendant lequel les représentants des services présentés se sont tenus à disposition pour répondre aux questions des habitants, a tenu ses promesses.

Photo Pierre Pellaton