Besson et Tiago (Chavornay) ne joueront malheureusement pas en 2e ligue, la saison prochaine.

Football: une saison à oublier

Besson et Tiago (Chavornay) ne joueront malheureusement pas en 2e ligue, la saison prochaine.

Besson et Tiago (Chavornay) ne joueront malheureusement pas
en 2e ligue, la saison prochaine.

Notre région a connu une saison très difficile. Avec cinq relégations et deux promotions, le bilan n’est pas enthousiasmant. Commençons par les ligues supérieures avec la fin de l’aventure de Baulmes. Depuis plusieurs saisons, le club du pied du Jura a fait parler de lui. Plutôt en mal ce d’autant plus que cette saga se termine devant les tribunaux puisque son ancien président doit répondre de certains de ses actes devant la justice. Longtemps, le club a pu croire à son sauvetage puisqu’un seul club de 1ère ligue suisse était promis à la relégation. Le sauvetage de Servette puis le maintien d’une équipe à Malley, malgré des finances laborieuses, ont éteint les derniers espoirs. Largué dès le premier tour et malgré l’arrivée d’un sponsor-président éphémère, la chute a été inévitable. Tant mieux serait-on tenté de dire puisque cette société devrait pouvoir retrouver un statut plus local.

La culbute d’Orbe

Orbe lui non plus n’a pas échappé à ce triste sort. Comme Baulmes, les Urbigènes ont vite perdu pied. Pourtant le début du deuxième tour avait suscité un peu d’espoir, en vain. Le club n’a tout simplement pas les moyens financiers de se maintenir en 2e ligue inter et n’avait pas le contingent pour se maintenir. En plus, une trop grande nervosité a conduit à des excès sur le terrain. On lui souhaite de retrouver la sérénité qui lui a manqué dans une 2ème ligue régionale qu’il n’abordera pas la fleur au fusil, étant donné la probable érosion de son effectif. Après un premier tour difficile, Bavois s’est ressaisi par la suite mais le train était parti sans lui. Un phénomène qui avait déjà été observé la saison précédente et qui mérite réflexion au point que le président Viquerat envisage d’agrandir son contingent afin que la préparation estivale se fasse dans les meilleures conditions pour répondre aux ambitions du club.

Champvent et Chavornay ratent le coche

Champvent a espéré remplacer Orbe dans cette division. Malheureusement, c’est chez eux que les Chanvannais ont laissé filer leurs chances de promotion en s’inclinant lourdement contre les Azzurri de Lausanne, entraînés par Jean-Philippe Karlen, ancien mentor d’Orbe (0-4), perdant encore le match retour à Lausanne par 3-2. On tirera malgré tout un coup de chapeau à l’équipe de Jean-Daniel Tharin qui a obtenu le meilleur résultat de son histoire avec cette qualification pour les finales. Bavois II lui a rempli son contrat et n’a jamais véritablement été inquiété par la relégation.

Bien que jamais premier de son groupe durant la saison, Chavornay a longtemps pu croire à une ascension en 2e ligue ce qui ne s’était jamais produit dans l’histoire de ce club. Une défaite à la maison contre un rival qui avait déposé les armes, Etoile Broye par 1-4, l’a empêché de combler le point de retard sur Donneloye. Ironie du sort, le club avait invité ses soutiens pour ce match qui devait servir d’apothéose à une saison brillante, grâce à une ligne d’attaque redoutable. Dans ce même groupe de 3e ligue, les néo-promus Croy et Montcherand n’ont jamais pu s’adapter au rythme nouveau. A l’instar des autres équipes reléguées, ces deux formations étaient virtuellement condamnées à Noël déjà. Vallorbe-Ballaigues lui s’est tiré d’affaire mais a sué jusqu’au bout car une relégation de Thierrens (2e inter) aurait pu le condamner.

Rances grâce au fair-play

En 4e ligue, c’est Rances qui a finalement remporté le sprint final qui l’opposait à Orbe II et Champvent II. En remportant les duels contre ses deux adversaires, les Rancignolets retrouvent une ligue qu’ils avaient quittés, il y a trois saisons. Il ont dû toutefois leur promotion à leur meilleur classement au challenge fair-play puisqu’ils ont terminé à égalité de points en championnat avec la seconde phalange d’Orbe. A ce propos, il faut relever que le club de la cité aux deux poissons souffre d’un problème culturel qui rend ses équipes fébriles et peu maîtres de leurs nerfs. A l’autre bout du classement, Arnex n’a pas pu éviter la culbute. Laminé par plus d’une dizaine de départs au début de la saison, on avait même craint son retrait de la compétition. Il n’en fut heureusement rien et la société du président Roch retrouvera les joies de la victoire à l’étage en dessous. C’est tout ce qu’on lui souhaite.

Bavois III monte

Bavois III lui n’a pas raté le coche. Pour sa deuxième année de compétition, il monte en 4e ligue en barrant la route à Valbal II qui termine à dix longueurs. Enfin, les juniors A inter ne joueront pas les finales suisses comme l’an passé. Pourtant, la formation de Vialatte termine tout de même au deuxième rang, derrière le Team Gruyère. Ce qui démontre que le travail est bien fait. Faut-il encore que la formation des jeunes soit profitable aux dix clubs qui forment le groupement!

Il faut espérer que la saison 2012-2013 nous vaudra davantage de satisfactions. Cela dit, il y avait sans doute trop d’équipes à un haut niveau par rapport au potentiel des joueurs de la région. Bien qu’il faille toujours être ambitieux et que chaque club a le droit de rêver. Pour autant que leur politique demeure convenable. A ce titre, l’exemple de Baulmes doit leur servir d’exemple.

Pas de Bulgarie

Enfin, samedi dernier, la sélection du Nord Vaudois de 2e ligue inter a échoué dans sa tentative de se qualifier pour la phase finale de la Coupe des Régions de l’UEFA, qui se déroulera au printemps prochain en Bulgarie. Cette équipe, formée de joueurs de Bavois, Orbe et Thierrens, s’était propulsée en f inale mais s’est inclinée face à la sélection genevoise par 3-1 à Bavois.

Photo Pierre Mercier