Rocca est un renfort d’importance pour Vallorbe.

Football: La Plaine à plat!

Rocca est un renfort d’importance pour Vallorbe.

Rocca est un renfort d’importance pour Vallorbe.

Doux euphémisme pour expliquer les entrées en matière complètement ratées des équipes de la Plaine de l’Orbe. En 2e ligue interrégionale, nos deux équipes ont connu l’échec. On pensait qu’Orbe, privé de sa charnière défensive Da Mota et Carvalho (blessés), aurait fort à faire face à Chênois qui s’était fait surprendre en coupe de Suisse au Puisoir, il y a trois semaines. Il n’aura fallu que vingt minutes pour s’en rendre compte.

En dehors du fait que la partie a débuté avec une grosse vingtaine de minutes de retard suite à la blessure d’un juge de touche à l’échauffement et remplacé au pied levé par Sébastien Jeanmonod, les Genevois étaient réduits à dix, après trois minutes, suite à l’expulsion l’un des leurs pour un double avertissement. Alors que l’on pensait que ce coup du sort allait avantager les Urbigènes, c’est tout le contraire qui se produisait puisqu’ils encaissaient trois buts en moins de vingt minutes. Autant dire que le sort de la partie était joué au point que Christian Mischler estimait que son équipe avait fourni un non-match (défaite finale par 5-0), puisque rien n’a fonctionné. Inquiétant dans la mesure où le contingent n’offre pas beaucoup d’alternatives pour ce début de championnat.

Vavassori fâché

Tenu en échec à Lutry lors de la première journée, on imaginait que Bavois pourrait afficher ses ambitions réelles face au Stade Lausanne, qui ne s’était pas montré très convaincant contre Orbe lors de la première journée. Des Lausannois qui se présentaient avec un Brahimi étincelant et qui a pris la mesure d’une équipe amorphe. Perdant l’essentiel de ses duels, manquant d’imagination dans la construction du jeu, Bavois s’est incliné 3-1. Autant dire que l’entraîneur Giovanni Vavassori était furieux au terme de la rencontre. «Je ne peux pas accepter le manque d’engagement de mes joueurs.

Notre début de compétition est pire que celui de l’an passé qui nous avait coûté si cher au final. Mes gars n’ont pas le bon esprit et se conduisent comme des barons. Je ne peux pas admettre non plus les expulsions telles celle de Glur dans les arrêts de jeu. Nous payons déjà un lourd tribut au fait que nous ne pouvons pas compter sur Zari qui avait écopé de quatre matches de suspension à la fin de la saison dernière. C’est trop et je suis prêt à me passer de certains cadors s’ils ne veulent pas se soumettre à la discipline d’équipe».

Raclée pour Montcherand

En 2e ligue, l’entraîneur de Champvent, «Tonton» Tharin, se méfiait de la venue de Jorat/Mézières. Il avait raison puisque le néo-promu s’est imposé par 4-3 sur le terrain du Battoir. En 3e ligue, on savait que Chavornay n’entamait pas la compétition dans les meilleures conditions, suite à une préparation entravée par les absences. Cela s’est confirmé à Donneloye où les Corbeaux se sont inclinés sur le score de 3-1.

Pire encore que l’entrée en matière de Montcherand qui a bien mal commencé son exil à Baulmes. Il a été corrigé 7-1 par un Vallorbe qui semble avoir trouvé les éléments qui lui permettront de passer une saison moins mouvementée que la précédente. Les Pique-Raisinets étaient rapidement menés 3-0 avant de marquer sur un pénalty en deux temps, juste avant la mi-temps. Mais l’entame de la seconde période a permis aux gens de la Cité du Fer de creuser rapidement l’écart pour cette casquette qui ressemble fort à celle enregistrée à la même époque, l’an passé, par Montcherand face à Croy (5-0).

Vallorbe possède en Rocca, un meneur et un buteur (3 buts) alors qu’Essobo a scoré à deux reprises, pour une seule pour Berchier et Berney. Enfin, Croy, lui, s’est incliné 3-1 à Chavannes-le-Chêne. C’est dire que les équipes régionales, à l’exception de Vallorbe, ont bien mal entamé la nouvelle saison.

Photo Pierre Mercier