S’inspirer de l’exemple de Christian Weidmann.

FC Orbe: adieu la 2e ligue inter

S’inspirer de l’exemple de  Christian Weidmann.

S’inspirer de l’exemple de Christian Weidmann.

Après avoir assuré son sauvetage lors de la dernière journée de la saison 2010-2011, Orbe n’a pas trouvé les ressources pour se maintenir dans cette ligue. Après un premier tour calamiteux, le comité du FCO semblait avoir trouvé les éléments nécessaires pour se sortir d’affaire, comme avoir fait confiance à un nouvel entraîneur en la personne d’Alain Béguin.

Malgré tout, le miracle n’a pas eu lieu. Parce que le contingent était finalement insuffisant, parce que les suspensions ont été beaucoup trop nombreuses et, cerise sur le gâteau, l’équipe a été handicapée par des blessures à la chaîne. A l’heure de faire le bilan, l’Omnibus a rencontré le président Adrian Zesiger qui nous dit d’abord à quel moment la relégation est devenue réalité à ses yeux:

– Notre défaite à Sierre a été prépondérante. Nous avions bien entamé le 2e tour et il fallait gagner contre les Valaisans pour garder cet adversaire à portée. Or, nous avons été sévèrement battus et l’espoir de rejoindre les Sierrois s’est évanoui en même temps que nos illusions.

Pourquoi vous êtes-vous séparés de Beguin?
– C’est lui qui nous a donné sa démission au lendemain de notre défaite contre Terre Sainte. Je voulais réunir équipe, entraîneur et président, le lundi de ce revers, mais Alain m’a fait savoir qu’il était mieux qu’il renonce, car il ne sentait pas l’équipe derrière lui.

Le sort du club est scellé depuis trois semaines; avez-vous envisagé la saison suivante?

– Il faudra voir d’abord qui restera à disposition. J’entends que les frères Grosso vont cesser la compétition. D’autres devraient suivre. Je compte toutefois sur la responsabilité de certains joueurs afin qu’ils demeurent à disposition et nous amènent quelques-unes de leurs connaissances.

J’imagine qu’Admir Bilibani, qui passe son diplôme d’entraîneur, restera à la tête de l’équipe. C’est un joueur d’expérience qui a le calme nécessaire pour ramener la sérénité dans le groupe qui en a bien besoin. Nous espérons attirer quelques juniors A chez nous, bien que la relève du club ne soit pas très large.

Il y a aussi de nombreux Urbigènes de qualité dans les clubs environnants. A nous de créer un environnement intéressant pour qu’ils soient tentés de revenir à Orbe. C’est l’heure de prendre notre bâton de pèlerin pour les convaincre de venir jouer au Puisoir.

Orbe I relégué, quel sort réservez-vous a votre deuxième équipe?

- Sportivement, elle est en tête de son groupe de 4e ligue et je lui souhaite de retrouver une ligue qu’elle a quittée l’année dernière, même si aujourd’hui son contingent s’est réduit comme une peau de chagrin. Elle pourra bénéficier des services du gardien Oliveira, du défenseur Da Mota et du milieu de terrain Krasniqui pour finir le championnat, en espérant que cela suffira pour lui permettre d’atteindre son but

Que retiendrez-vous de cette saison manquée?

– Qu’il faut d’abord de l’argent pour acquérir des joueurs de bonne qualité pour maintenir la comparaison en 2e ligue interrégionale, ce que nous n’avions pas. Ensuite, je suis extrêmement déçu, car cette saison a été truffée de soucis. J’en conclus qu’ il faut être promoteur immobilier en même temps que psychologue pour résoudre les problèmes de personnes, de contingent et de conduite sur le terrain. Enfin, je pense qu’il faut revenir à nos valeurs pour regagner la confiance des jeunes.

Photo Pierre Mercier