Fabian Salvi entre d’autres présidents : J.-P. Blanchet (Montcherand) Claude Meylan (Champvent) et l’ex joueur de LNA Franco Cucchinotta.

Baulmes ne jouera plus à Baulmes

Fabian Salvi entre d’autres présidents : J.-P. Blanchet (Montcherand) Claude Meylan (Champvent) et l’ex joueur de LNA Franco Cucchinotta.

Fabian Salvi entre d’autres présidents : J.-P. Blanchet (Montcherand) Claude Meylan (Champvent) et l’ex joueur de LNA Franco Cucchinotta.

Comme le journal «La Région» l’a fait savoir, le Football Club Baulmes a choisi de disputer le deuxième tour du championnat de 1ère ligue sur le terrain de Valmont.

Fabien Salvi a décidé de quitter Baulmes à cause des frais d’exploitation qui lui sont réclamés. Selon le syndic Julien Cuérel, ces derniers se montent à environ Fr. 40 000.– par saison. Montant qui devait être renégocié tous les six mois à la suite d’une décision juridique. A ce jour, le club se serait acquitté d’un montant de Fr. 12 500.– seulement.

Autant dire que cette décision du dirigeant du FCB ne convient guère à la commune car on ne jouera plus sur ce joli stade. En effet, en principe, les vétérans qui dépendent de l’Association de l’US Baulmes, ne devraient plus évoluer à domicile, pas plus que les juniors.

En définitive, cette nouvelle frasque va peut-être permettre de régler le problème de la faillite du club qui est toujours pendante. Un domaine dans lequel, à première vue, la commune ne devrait pas perdre trop de plumes quand bien même un droit de superficie pour le terrain n’a jamais été signé entre le club et les autorités.

Pas d’abus sociaux

Pour sa part, Fabien Salvi concède que la location du stade est trop onéreuse. «A ce jour, nous n’avons pas totalement réglé le solde du premier tour et je ne peux pas envisager dépenser encore Fr. 20 000.– pour le deuxième tour. J’espérais pouvoir régler le contentieux avec la commune lors de cette première partie de championnat. Malheureusement, c’est impossible.

Je ne cache pas que mon club connaît de grosses difficultés financières mais je ne vais pas le lâcher puisque je me bats depuis près de vingt ans pour lui. Je le dois aussi par respect vis-à-vis de ceux qui me soutiennent encore. Le FC Baulmes est comme un malade qui est victime de rechutes. Si bien que je remets constamment l’ouvrage sur le métier. Certes, les joueurs se découragent devant notre situation.

Il faut sans arrêt reconstituer l’effectif et je peux compter sur des managers qui cherchent à mettre en vitrine des footballeurs ou sur des clubs qui ont besoin d’aguerrir leurs jeunes pousses pour compléter les rangs. Enfin, je puis vous certifier que les étrangers, qui font des passages éphémères dans le club, ne bénéficient pas des assurances sociales du pays puisqu’ils quittent la Suisse lorsque l’on se sépare d’eux.

Une affaire de personnes

A la question de la crédibilité du club, Salvi prétend qu’il reçoit encore de nombreuses marques de soutien. Il comprend mal l’attaque dont il est victime de la part des FC Bavois et Orbe qui ont demandé l’exclusion de Baulmes dans le cadre du mouvement juniors.

«Ce n’est pas moi qui ai décidé de ne pas accueillir de juniors à Baulmes mais bien le comité du MJOR qui n’a pas voulu nous confier d’équipe après que notre stade eût été fermé par la commune, lors de la saison 2009/10. Cette histoire n’est rien d’autre qu’un conflit de personnes.

Je prétends que nous remplissons les conditions pour demeurer au sein de ce groupement qui est aussi indispensable pour notre maintien en 1ère ligue puisque les règlements ASF nous imposent de posséder des juniors B, C et D. A propos de maintien, je ne crains pas une relégation en 2ème ligue inter. Ce ne serait pas la fin du monde et le football est ainsi fait que la promotion et la relégation font partie du jeu».

La formation de 1ère ligue évoluera donc à Chamblon lors de ce 2ème tour. Et pendant ce temps-là, le président compte reprendre l’affaire à zéro, née en 2006 lors de la rénovation du stade de Sous-ville, pour espérer régler juridiquement le conflit qui l’oppose à la commune de Baulmes.

Photo Pierre Mercier