François Grivat a terminé à une belle 4e place

Wysam 333: plus de dix heures en selle

François Grivat a terminé à une belle 4e place

François Grivat a terminé à une belle 4e place

On pouvait craindre le pire avec une baisse importante de la température la veille et les chutes de pluie de la nuit. Pourtant, 43 concurrents se sont présentés au départ de cette épreuve de longue haleine. Des courageux dans la mesure où le thermomètre ne marquait que dix degrés à l’heure d’enfourcher sa bicyclette, à 4 h. du matin.

Par bonheur, la pluie épargnera les cyclistes qui ont passé par Tafers, le col du Jaun, Galmiz, Bienne, Colombier (NE) sur le chemin des sept étapes de ce raid cyclotouriste. Finalement, les premiers à rallier Orbe se sont présentés ensemble sous la forme d’un trio composé de Michael Randin, Jean-Claude Rey et Christopher Duperrut après dix heures et trente minutes de selle. On notera qu’aucun incident n’a eu lieu malgré le fait d’évoluer sur une route ouverte à la circulation. Trois sportifs ont dû abandonner pour des raisons physiques, neuf ont choisi de s’élancer sur le petit tracé (222 km) alors que cinq participants chevauchaient des vélos électriques.

Savoir gérer l’effort

François Grivat (Bavois) a longtemps fait partie du groupe de tête et c’est entre Fribourg et Morat qu’il a fini par lâcher prise face au rythme soutenu des vainqueurs. «J’avais choisi d’emblée de suivre Michael Randin qui devait emmener le groupe qui était censé boucler la course en onze heures. Nous étions encore cinq aux environs du 200ème kilomètre mais j’éprouvais de plus en plus de peine à tenir les relais. En lâchant prise, je craignais de devoir finir seul, ce qui est diablement pénible.

Par chance, le cinquième larron, Marc Kunze (Chavornay), souffrait autant que moi et nous avons décidé de terminer ensemble. Nous avons perdu une demi-heure sur nos anciens camarades tout en finissant en bon état physique. Il faut dire que je m’étais bien préparé, depuis la mi-juillet, effectuant notamment une sortie de 270 kilomètres. Je suis content d’avoir su gérer mon effort sans puiser dans mes réserves. Le parcours était moins exigeant que l’an passé et nous avons passé le Jaun sous le soleil.

C’est en redescendant de ce col que nous avons eu une grosse frayeur puisque un automobiliste a raté un virage et j’ai bien cru qu’il nous renverserait. Hormis cette peur, tout s’est bien passé même si sur la fin de la nuit quelques conducteurs n’avaient que peu d’égard à notre encontre». Enfin, un mot pour les organisateurs qui ont su éviter de corser trop leur épreuve qui aura finalement réuni plus d’adeptes de la petite reine que l’an passé et bravo aux courageux cyclistes qui ont osé affronter kilomètres et météo automnale.

Photo Pierre Mercier