L’équipe Vaud I était formée d’Olivier Beer, Damien Corthésy, Cyrille Thièry et Théry Schir.

VC Orbe: Champions de Suisse et d’Europe

L’équipe Vaud I était formée d’Olivier Beer, Damien Corthésy,  Cyrille Thièry et Théry Schir.

L’équipe Vaud I était formée d’Olivier Beer, Damien Corthésy, Cyrille Thièry et Théry Schir.

Le club cycliste urbigène avait réuni membres et presse pour honorer trois de ses sociétaires qui se sont distingués dernièrement dans des épreuves sur piste. L’équipe formée de Damien Corthésy, Théry Schir et Cyrille Thièry, accompagnés du Morgien Olivier Beer, a ravi le titre de champion suisse de poursuite par équipes aux Zürichois de Hirslanden qui dominaient la discipline depuis quinze ans.

Quant à Thèry et Cyrille, ils sont devenus champions d’Europe du Madison dans leur catégorie respective au Portugal. De magnifiques résultats qui méritaient bien la reconnaissance du club et de la Municipalité d’Orbe, représentée par Pierre Mercier.

Mondiaux mitigés

Théry Schir lui revenait tout juste des championnats du monde sur route qui viennent de se dérouler au Danemark. Le Prilléran du VCO avouait sa déception de n’avoir pas mieux figuré.

« Dans le contre la montre, je n’ai pas très bien géré mes efforts et je suis persuadé que je pouvais terminer parmi les vingt premiers juniors (29e au final). Samedi dans l’épreuve sur route, la poisse et une certaine naïveté ont réduit à néant mes prétentions. Je me suis senti bien d’emblée et au moment d’aborder le dernier tour de circuit, j’avais encore de belles ressources.

Au point d’imaginer terminer parmi les dix premiers mais j’ai dû poser par trois fois pied à terre à la suite de chutes. En particulier à deux kilomètres de l’arrivée ce qui mettait un terme à mes espérances (35e). Pas toujours bien placé dans le peloton, j’ai payé cher ce positionnement, ce d’autant plus que j’étais encore frais après 130 kilomètres. Lors de cette première grande expérience internationale, j’ai beaucoup appris et j’ai compris que nous n’avions pas de complexe à faire vis-à-vis d’adversaires qui vivent quasiment en professionnels.

Swiss Cycling fait du bon boulot avec des entraîneurs dynamiques ou expérimentés comme Daniel Gisiger et leur enseignement devrait me permettre d’être encore plus confiant en mes moyens à l’avenir».